Inscription à notre newsletter




POZ n°61 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Equipede rédaction   
Lundi, 13 Septembre 2010 13:13

SOMMAIRE


Cliquez pour voir le pdf.


ÉDITO


 

« Depuis plus de 35 années, XXXX conçoit et commercialise des automatismes pour portails et portes de garages. Un savoir-faire qui vous permet de profiter pleinement de vos portails et portes de garage, etc. »
Extrait d'une publicité pour un fabricant de volets roulants.

 

Si comme moi tu as eu la chance de prendre des vacances, ami lecteur, il est possible qu'elles soient à présent terminées et que tu sois retourné à ton quotidien répétitif. Si tu estimes que ton quotidien n'est pas répétitif, ne te vante pas trop. Je te suggère une petite expérience toute simple de zététique appliquée à l'anodin.

D'abord, tu te dédoubles. Débrouille-toi pour trouver la technique qui te convient ; avec tous ces chercheurs sérieux qui, à en croire les parapsychologues, ont étudié les doubles astraux, les expériences de sortie hors du corps, les univers parallèles, avec toutes ces théories de mécanique quantique du feu de Zeus, ce serait bien le comble qu'il n'y ait pas une méthode de dédoublement qui t'agrée. Et puis si je te dis tout comment faire, c'est trop facile.

Bon, tu es dédoublé. Alors, tu te suis pendant une semaine (enfin ton double suit ton simple) en t'observant bien, en particulier dans les détails les plus anodins. Le but : repérer toutes les actions que tu fais sans y penser et peser leur importance. Le but n'est pas de chercher, à l'instar des psychanalyste les plus indécrottables, une interprétation tordue au moindre geste. Pour l'interprétation, si elle t'intéresse, tu peux t'adresser aux professionnels de tout poil : psychanalystes, donc, mais aussi tous leurs avatars plus ou moins louches (posturologues, programmateurs neuro-linguistiques, ravis de la crèche aux chakras ouverts), ainsi que les donneurs de leçons et rameneurs de fraise toujours prompts à te donner leur avis sur tout.

Non, le but est de traquer les petites actions menées sans y penser, qu'il vaudrait mieux mener en y pensant. Par exemple, tu ne crois pas à l'astrologie (ne dis pas le contraire, tu me ferais de la peine), mais tu lis sans y penser ton horoscope dans le journal, grossissant ainsi les statistiques des croyants-malgré-eux en l'astrologie, encourageant par là les éditeurs et publicitaires que l'astro, ça fait vendre.

Pour ma part, j'ai résolu de minimiser mes automatismes suite à une aventure terrible qui m'arriva tantôt et laissera, je le crains, des traces indélébiles.

Je patientais dans le hall du centre d'échanges de Perrache en attendant mon bus (ben oui, c'est la rentrée, alors je parle de transports en commun). J'arpentais, dans un état second. Soudain, une petite fille au teint mat et à la jupe bariolée s'extrait d'un groupe de gens en me montrant une carte postale : « S'il vous plaît, monsieur... ».

Clic ! Mes automatismes se mettent en marche, identifient une mendiante de réseau et clac, me font répondre « Merci » d'un ton las et passer mon chemin.

Puis la réflexion arrive, juste après, mais trop tard, cette conne. Elle me démontre par a+b que j'ai agi à mauvais escient. D'abord, il n'y a pas de mendiants dans des lieux comme le centre d'échange de Perrache.  Ensuite, il y a bien aux abords des gares des vendeurs de cartes postales, mais les réseaux de mendiants employant des petites filles d'aspect indien ne font généralement pas dans la carte postale, mais dans la chanson exotique entre deux stations de métro. En outre, la petite fille avait une unique carte, représentant la façade très reconnaissable de la basilique Saint-Martin d'Ainay. Généralement, les vendeurs de cartes ne font pas dans le tourisme médiéviste.

Bref, j'avais méchamment envoyé bouler une pauvre petite qui me demandait le chemin de l'attraction touristique qu'elle et son petit groupe était venu voir, ce que confirma un coup d'œil en arrière montrant un quidam mieux embouché que moi renseignant un adulte du groupe venu en renfort.

Non seulement j'ai passé pour un gros malotru, égoïste et froid, entretenant la fâcheuse réputation des Lyonnais. Non seulement j'ai passé pour un sale raciste confit dans ses préjugés, un nanti au cœur sec refusant même un regard à qui lui demande de l'aide. Mais en plus, j'ai un peu plus déchiré chez cette petite fille polie, sans grand espoir de rechirement, l'hymen garantissant la confiance en l'adulte qu'elle perd déjà bien assez vite.

De cette anecdote édifiante, j'extrais l'inédit message pédagogique suivant à ton intention, ami lecteur : prends le temps de réfléchir avant d'agir.

 

Stanislas Antczak
Éditorialiste cuistre

 


LES NOUVELLES DE L'OZ


 

La rentrée de l'Observatoire zététique

La rentrée de l'Observatoire zététique a eu lieu le 6 septembre 2010 aux Bas-Côtés où une vingtaine de personnes, membres de l'OZ et sympathisants, se sont retrouvés vers 20h.

Après un rapide tour de table de présentation, la réunion a commencé par un compte-rendu de l'expérience réalisée cet été avec un radiesthésiste, devant les caméras de TF1. Le reportage devrait faire l'objet du dossier du Journal de 20h prochainement. Le dossier complet est en cours d'écriture par les participants du protocole qui a associé l'OZ de Grenoble et l'Association Marseille Zététique : Florent Martin, Géraldine Fabre, Franck Villard et Denis Caroti.

Nous avons ensuite fait un rapide bilan des interventions médiatiques récentes (voir l'article suivant) avant de discuter des projets de présentation et d'ateliers des prochains mois. Si leurs initiateurs gardent leur enthousiasme de rentrée, les ateliers Veille Wikipédia, Cinéma (projection d'un film et débat critique), Psycho pour mieux maitriser les notions et concepts de base, Magie pour apprendre les techniques d'illusionnisme et de cold reading, devraient réapparaître dans les prochaines semaines.


Lors de cette réunion, nous avons eu le plaisir d'accueillir trois monitrices du CIES (Centre d'initiation à l'enseignement supérieur) impliquées dans l'atelier Zététique. Encadré par Florent Martin, le groupe de moniteurs est en train de préparer le stand « Esprit critique » qu'ils animeront durant la Fête de la science du 21 au 24 octobre 2010 (voir l'Agenda). Ils devraient être en mesure de nous présenter son contenu lors de la réunion d'octobre.

L'ordre du jour ayant été parfaitement respecté, nous avons pu finir la réunion par une réflexion sur l'argument d'autorité puis un débat contradictoire sur le thème « médecine alternative / médecine officielle ». La formule sera sûrement ré-expérimentée lors d'une prochaine réunion.

 

Histoire d’une histoire ou les médias de l’intérieur

Peut-être l’avez-vous remarqué, l’OZ est de plus en plus sollicité par les médias, notamment la TV. Le plus souvent, faute de candidats, c’est moi (Florent Martin) qui m’y colle.

Je vous conterai occasionnellement dans ces colonnes quelques aventures télévisuelles : l’histoire d’un néophyte des médias qui découvre et partage avec vous les mystères et les coulisses de l’information grand public…

Le 2 septembre dernier, France 2 diffusait un reportage dans l'émission « Envoyé spécial » sur les dérives financières de la voyance. Le sujet était traité de manière plutôt critique (pour changer). J'espère ne pas y être complètement pour rien. Une fois fini le tournage de ma brève intervention (filmée la nuit du 20 avril dans les locaux de France Télévision), la journaliste Alexandra Deniau m’invita aimablement à rejoindre son mari pour boire un coup. Dans la voiture, nous continuons de discuter de la tendance sensationnaliste/mystérieux des médias sur les sujets typés « paranormaux ». Je l’interroge aussi sur sa méthode de travail, le choix des sujets abordés... J'en parlerai une autre fois car c’est intéressant.

Pour le moment, je voudrais vous entretenir de ce qui s’est passé juste avant la diffusion de l’émission. Il faut savoir que les chaînes télé présentent leurs créations en avant-première à des « journalistes » chargés d’écrire des articles, plus ou moins critiques. Ceux-ci sont alors vendus (les articles, pas les journalistes) à divers journaux, programmes télé et quotidiens à travers toute la France. C’est dans ce contexte que notre charmante journaliste transmit mes coordonnées à Isabelle Mermin (de TV magazine) qui voulait en savoir plus sur l’OZ. Celle-ci m'appela donc un matin pour causer un moment. Quelques jours après, l'article était disponible en ligne.

En relisant l'article, je réalise qu'il y a un lien vers le site de l'INAD (Institut national des arts divinatoires), un lien vers le guide de la voyance d'Anne Placier, mais pas de lien vers le site de l'OZ, ni de référence au livre de Normand Baillargeon que je lui avais conseillé. Dommage...

La partie qui nous concerne est la suivante : « Informaticien et vice-président de l'Observatoire zététique, qui propose une méthode scientifique d'investigation des phénomènes réputés extraordinaires, Florent Martin rétorque : « Le voyant s'achète un Label rouge grâce à l'Inad et ce guide n'est que le fruit d'une expérience personnelle ! Enfin, valider une pratique ayant un résultat proche du hasard entretient la perception d'un monde erroné » ».

Étant cité dans cet article, je me permets d'apporter quelques corrections. Ce n'est pas loin d'une heure de discussion par téléphone qu'Isabelle Mermin a résumé en deux phrases. Je lui avais proposé de relire son article avant publication pour proposer d'éventuelles corrections quant à mes propos. Elle refusa. Ce qui m'ennuie, c'est qu'elle m'attribue (en mettant des guillemets) des mots qui ne sont pas les miens et que je trouve la tournure acerbe. Ce qui me gêne particulièrement car la première critique que les voyants adressent aux sceptiques, c'est de faire des jugements à l'emporte-pièce. L'OZ attache beaucoup d'importance à ne pas tomber dans ce travers. La citation qui m'est attribuée entérine ce bon vieux dualisme manichéen. Voici donc quelques commentaires pour nuancer le propos. Pour ce qui est de l'INAD, je vous invite à lire l'article dans la newsletter n°7 sur le site de l'OZ pour comprendre la nature de cet « institut ». Il y figure le commentaire de l'intéressé en droit de réponse.

À propos d'Anne Placier, j'ai eu l'occasion de la rencontrer (elle est charmante) lors d'une émission sur Direct 8. Elle me confiait que son évaluation des voyants était basée sur une consultation et purement subjective. Je trouve discutable, quand on publie un « guide », de n'avoir aucune méthode garantissant un brin d'objectivité. C'est comme juger de vins sans faire la dégustation en aveugle : on est plus sensible à l'habillage qu'au contenu réel. Ou encore juger du contenu de tout un sac de patate en en prenant qu'une...

Pour finir, on m'attribue un « ... entretient la perception d'un monde erroné ». Cette phrase ne veut rien dire : le monde ne peut être erroné. Le monde est, tout simplement. L'idée était évidemment « ... entretient une perception erronée de la réalité ».

Il me semble que cette citation n'est pas le meilleur résumé de notre entretien. Il m'aurait paru plus pertinent d'évoquer l'emprise morale et l'ingérence que les voyants exercent sur leur clients, en s'appuyant sur des méthodes qui n'ont jamais fait leurs preuves expérimentalement. Je parle de preuves scientifiques, pas d'une collection de témoignages subjectifs ou d'anecdotes personnelles. Mon opinion est plus subtile et moins lapidaire que cet article le laisse paraître, et évidemment impossible à traduire en deux phrases.

Ce sont les commentaires que j'ai faire suivre à l'intéressée avant de les publier ici même. Elle m'a répondu qu'elle était « extrêmement surprise » de ma réaction, que mes « propos ont certes dû être condensés mais [que ma] démarche et celle de l'Observatoire zététique ont été mentionnées ce qui est évidemment l'essentiel pour le lecteur. » Oubliant que l'essentiel pour moi, c'est que lecteur se fasse une idée correcte de nos activités...

Un autre point était « Votre démarche est fort peu connue du très grand public, en avoir parlé dans cet article même brièvement peut ouvrir de nouvelles perspectives de réflexion à beaucoup ». Je comprends mal l'argument. Voila ce que j'entends : « soyez content qu'on parle de vous, même si ce qu'on vous fait dire ne vous convient pas ».

Eut-elle accepté ma relecture, la citation aurait alors pleinement reflété mon opinion sur le sujet, avec les nuances auxquelles je tiens. Quand il s'agit de citations entre guillemets ou de faits, le droit à la correction me semble bien légitime. En fait, je suis juste surpris que, plutôt que de reconnaître l'erreur (toute relative certes), elle la justifie et la minimise... Je ne voudrais pas avoir l'air d'en faire une montagne, mais sa réaction m'y invite.

Voilà comment, en demandant un peu de rigueur, on se met à dos une journaliste qui parle à des millions de lecteurs. Évidemment, mon billet n'aura pas l'écho du sien...

Florent Martin

 

L'OZ à la fête de la science

Cette année encore, l'Observatoire zététique participera à la Fête de la Science. Destiné au grand public, cet événement national est toujours pour nous un moment privilégié de rencontres et d'échanges. Ce temps fort de notre activité associative nous permet de remplir une des missions que nous nous sommes fixées : vulgariser la démarche scientifique et promouvoir les outils d'analyse critique de la zététique et du scepticisme.

Depuis plusieurs années maintenant, l'OZ encadre un atelier du CIES (Centre d'initiation à l'enseignement supérieur) dans lequel des moniteurs-doctorants sont chargés de concevoir des animations pédagogiques favorisant le développement de l'esprit critique. Avec les membres de l'OZ, ils animent ensuite le stand zététique du village des Sciences de Grenoble. L'objectif est de les placer dans une situation pédagogique différente de celles qu'ils connaissent, face à un public de non-spécialistes pour lequel ils doivent adapter leur discours. Les contraintes de temps et d'espace obligent à une évidente humilité dans les messages que nous voulons faire passer. Nous nous attachons donc surtout à expliciter la démarche scientifique que l'on doit adopter pour étudier des phénomènes étranges et à présenter les biais de raisonnement courants et certains outils critiques utiles au quotidien.

Au fil des ans, notre matériel pédagogique s'est étoffé et nos animations sont maintenant bien rodées. Mais nous nous efforçons de toujours présenter des nouveautés.

Cette année, la manifestation resserrée autour du week-end du 21 au 24 octobre 2010 ne nous permet pas d'être présents dans une autre ville que Grenoble. Nous animerons durant ces quatre jours un stand au cœur du village des sciences dans l'ancien Musée de peinture place de Verdun.

 


ACTUALITÉS
Les actus du « paranormal »



Un pipeline à l'origine d'ondes aux conséquences mortelles ?

À Saint-Martin-du-Mont, dans l'Ain, le dimanche 1er août dernier, deux cyclistes sont décédés dans un accident de la route, dans le même secteur de la départementale 1075 que 11 autres personnes par le passé. Laurent Paucod, maire de Saint-Martin-du-Mont et président de la communauté de communes Bresse-Dombes-sud Revermont, a alerté la préfecture sur ces « nombreux accidents inexpliqués ». Il soupçonne le pipeline sud européen, qui transporte du pétrole brut et traverse la D1075, de créer des ondes à l'origine de ces drames. Il s'appuie sur les travaux d'Yves Rocard pour préciser que la présence d'une nappe phréatique en dessous du pipeline pourrait avoir des influences magnétiques. Le 16 octobre 2009, un radiesthésiste a relevé des champ magnétiques « de 4 à 8 GHz au droit du pipeline ». Déjà, un agriculteur retraité avait eu parfois des somnolences lorsqu'il travaillait dans le coin...

Ne peut-on pas plutôt évoquer l'interminable ligne droite de la D1075 comme cause de ces « trous noirs » ? Le radiésthésiste pourrait sûrement préciser ce que signifient les « 4 à 8 GHz » qu'il a mesurés, et comment, d'ailleurs... Quant aux travaux d'Yves Rocard sur la radiesthésie, le lecteur attentif de la présente newsletter a déjà maintes fois entendu parler de leur qualité.

Cécile Ursini

(référence : Saint-Martin-du-Mont : des ondes à l'origine des accidents mortels ?, Olivier Leroy, Le Progrès du 25 août 2010)


BILLET :
Chronique vaccinale : inefficacité des vaccins ?!


 

Au lieu de faire un long dossier qui peut être infini sur la vaccination, je vais essayer de vous faire des chroniques mensuelles. Mon but n'est pas de prouver l'efficacité des vaccins ou de me ranger du côté des « pro » ou « anti », mais de vous donner des outils pour aborder ce thème si présent dans l'actualité cet hiver.

Voici, un dessin qui exprime très bien une pensée assez répandue dans la population anti-vaccinale. L'argument parait assez solide au premier abord. Il soulève la question : pourquoi se vaccine-t-on ?

On se vaccine tout d'abord pour soi-même. Mais se vacciner est également un contrat social. Il sert aussi à protéger les autres. Et c'est là que le dessin ci-dessus intervient : s'il est efficace pourquoi protéger les autres ? D'autant plus s'ils sont eux-mêmes vaccinés..

Tout d'abord, toute la population ne peut pas être vaccinée. Les nourrissons, les personnes âgées, les immuno-déprimés (sidéens et autres), certaines personnes souffrant de maladies ne peuvent souvent pas. Et il y a aussi tous ceux chez qui le vaccin est inefficace car l'organisme n'a pas réagi à la stimulation… Ce n'est en soi pas grave car pour les maladies épidémiques, il n'est pas nécessaire que toute la population soit vaccinée. Une couverture vaccinale suffisante (un certain pourcentage) permet d'enrayer l'épidémie.

Par exemple, aux USA, la vaccination de la grippe A se faisait avec un vaccin par spray, avec le risque que la personne éternue tout de suite et que du coup le vaccin ne soit pas inoculé. Mais ce n'est pas gênant pour des maladies où l'essentiel est la couverture vaccinale. C'est pourquoi effectivement lorsque l'on se vaccine, c'est également pour les autres. Donc l'argument du dessin ci-dessus est faux car une personne non vaccinée pourrait me contaminer si chez moi le vaccin n'est pas efficace ou parce que je ne peux pas me vacciner.

Souvent un partisan « anti-vaccin » avancera comme argument qu'il n'est pas vacciné et pourtant pas plus malade que les autres… Il a raison mais uniquement parce que la couverture vaccinale est assez élevée pour que des épidémies ne se développent pas.

 

Éric Bévillard

 


CULTURE ET ZÉTÉTIQUE


 

Chronique zétético-musicale : Nostradamo le chanteur prophète

Cher ami lecteur, permets tout d’abord que je te tutoie (à moins que ce privilège ne revienne qu’à l’éditorialiste de cette newsletter et dont le seul but est de se donner un air sympathique). Sache tout d’abord que j’ai passé ces dernières semaines à lire Ronsard, Proust, Zola et autres auteurs illustres de la Littérature Française. Impressionnant, hein ? Oui, mais archi faux et honte à moi : j’ai regardé la télé. Je suis accroc ! Je zappe et je mate comme dirait l’autre. Du coup, je connais les pubs par cœur, les animateurs sont mes maîtres à penser et les émissions de « téléréalité » mes références culturelles. Bref, je bulle toute la journée devant le rectangle. Quant aux livres et auteurs français, j’adore Télé Loisirs. Je dois pourtant dire qu’on y entend beaucoup de choses navrantes, de raccourcis, d’amalgames, de reportages truqués et autres magazines bidons. Mais parfois, ô miracle, on peut y trouver la révélation. C’est ainsi que, mon cerveau déconnecté par plusieurs minutes de pseudo-informations, j’entends ce jour parler d’Adamo. Oui, le chanteur né en Italie, au brushing impeccable et que les nénettes (d’il y a 50 ans) adulaient [1]. En fait, j’entends parler de sa chanson (que tu connais évidemment) : « Les gratte-ciel » (1968). Et que dit cette chanson ? Que notre franco-wallon est un devin. Sisi, vrai de vrai. Je dirais même un prophète, car sa rengaine n’est rien d’autre qu’une prophétie. Tu vas rire : Adamo, le nouveau Nostradamus. Ahah. Sauf que ce futurologue là écrit dans une langue que tout le monde peut lire et comprendre. Pas comme les quatrains de Michel de Nostre-Dame, illisibles pour le quidam et interprétables à souhait. Nononon, je te parle là d’un vrai texte, clair et limpide quant à sa signification, sans ambiguïté. Tu n’as qu’à lire ces extraits :

« C'est la plus sombre histoire depuis Caïn gravée dans la mémoire d'Américain »

Alors, à quoi penses-tu ? Allez, un autre :

« Un jour, deux gratte-ciel, ne sachant pas que faire, un jour, deux gratte-ciel ont joué à la guerre »

Bon, c’est clair là ! Nine eleven, New York… le 11/09/2001 ! Tu dois certainement te dire qu’il s’agit d’un extrait, voire même que je t’ai influencé. Eh bien, voici la suite :

« Il y eut la mort, il y eut la gloire
Il y eut le plus fort, il y eut la victoire
Il y eut le moment suprême et démentiel
Il y eut le moment où l'on défie le ciel
»

Encore un doute ? Alors pour lever définitivement toute ambiguïté :

« Alors, les gratte-ciel se sont faits tout petits
Alors les gratte-ciel ont sorti leur whisky
Et ils ont tant bu qu'ils ont tout oublié
Et ils ont tant bu qu'ils se sont écroulés
»

Et pour achever toute résistance de ton esprit borné et sceptique, voici la fin de la prophétie :

« Les gratte-ciel grattent le sol, ça sent le miel, ça sent l'alcool, les gratte-ciel crachent leur sang, crachent leur fiel, crachent leurs dents, crachent leur or et leur argent, le sang des morts et des vivants. Les gratte-ciel crachent leurs corps, les gratte-ciel sont ivres morts. Alors, ils ont vu la couleur de la gloire. Alors, ils ont su le secret des victoires. Alors, ils ont vu le soleil du néant. Alors, ils ont vu comme un grand trou béant.Et ils se sont pendus. Yè yè yè yèyè yèèèè »

Intrigant non ? Surtout les yè yé…

Un doute sur ce texte peut-être ? Pourtant, il a bien été écrit il y a plus de 40 ans ! Adamo est-il le descendant de Michel de Nostre-Dame [2] ? A-t-il un don de voyant ?

Raisonnablement, non. En tout cas, s’il est impossible de prouver que ces lignes ne sont pas des prémonitions, on peut quand même réfléchir quelques minutes. Un peu comme pour Nostradamus, interpréter un texte à la lumière des événements actuels revient à mettre la charrue avant les bœufs, voire même avant d’avoir une charrue : à l’époque, Adamo ou d’autres ont-ils annoncé que cette chanson était une prophétie ? Je n’en ai trouvé trace nulle part. Donc première chose, il n’est pas anormal de retrouver dans les centaines de milliers de paroles écrites dans le passé (celles d’Adamo ou d’un autre) un texte évoquant un événement quelconque. C’est le contraire qui serait anormal.

Et puis, aussi évident que paraisse la prédiction donnée par cette chanson, il faut d’abord l’examiner dans son contexte, et en entier pour commencer… Ainsi, certains passages n’évoquent rien en rapport avec le 11 septembre :

« Ils ont joué si bien qu'ils oublièrent de rire
Ils ont joué si bien qu'on aurait bien pu dire
Qu'il ne leur manquait plus que l'un d'eux soit noir de peau
Le jaune étant exclu, c'eût été bien trop beau
»

À moins d’en chercher une signification cachée bien entendu. Mais alors, on tombe une nouvelle fois dans l’interprétation abusive et les explications ad hoc.

Ensuite, à aucun moment n’est évoqué le lieu (New York ?), le nom (WTC ?) ou une date (11/09/01 ?). Et puis, des gratte-ciel aux États-Unis, il y en a un bon paquet… Cette remarque m’amène à une autre, plus générale, concernant les coïncidences : imaginons que vous parlez à votre voisin dans le train. Vous souviendrez-vous qu’il n’était pas du tout né le même jour, ni au même endroit, qu’il n’avait pas le même âge, qu’il était brun et vous blond, qu’il avait des poils sur le torse et pas vous, qu’il était banquier et pas vous, qu’il avait une femme et deux enfants et pas vous, qu’il aimait le foot et pas vous, etc. Non. Tout ceci, vous l’oublierez bien vite. Par contre, en descendant, vous raconterez avec enthousiasme que votre camarade de voyage portait le même prénom et le même signe astrologique que vous : coïncidence extraordinaire n’est-ce pas !

Faire une liste des points communs entre deux individus est souvent très impressionnant : on trouve tout un tas de choses. Mais il est rare de faire la liste complémentaire, à savoir celle de leurs différences ! Liste, beaucoup, beaucoup plus longue, c’est certain…

Mais revenons au texte. Pourquoi cette chanson évoque-t-elle à coup sûr les attentats du World Trade Center ? Il faut chercher du côté de notre fonctionnement interne : notre cerveau est ainsi fait qu’il tente par tous les moyens de trouver du sens à ce qu’il perçoit : un tâche d’humidité devient Lénine ou Jésus, des trous dans une tartine et c’est le diable en personne qui s’invite à votre petit déjeuner, un allemand qui chante en anglais et c’est un magnifique slow qui est alors troublé par une phrase étrange : « ce soir, j’ai les pieds qui puent » [3] , etc.

Bref, en lisant le texte de Salvatore, que fait notre cerveau justement : il donne du sens, il relie, il connecte. Et quoi de plus significatif que l’évocation de « deux gratte-ciel qui ont joué à la guerre » ? Immédiatement, nous y relions les événements tragiques du 11/09. C’est automatique ! Et là, tout s’enchaîne : « mort », « ciel », « écroulés », « sang », « argent », « crachent leurs corps », « trou béant ». Le champ lexical de ce texte crée en nous un lien direct avec le réseau sémantique des événements de New York : des mots comme « attentat »,  « avion » ou encore «  catastrophe » sont activés [4] par ces paroles. Un peu comme si je vous dis « outil », je suis quasi sûr que vous pensez à marteau…

Peut-être trouverions-nous d’autres drames, autre que celui du 11 septembre, en fouillant un peu ? C’est peu probable : le flot d’images et de rappels qui sont faits depuis 9 ans dans tous les médias a rempli notre cerveau qui, dès lors, fait bien son travail en nous y renvoyant mécaniquement.

C’est en quelque sorte le principe des horoscopes et de l’effet Forer/Barnum/puits [5] (selon votre goût) : à la lecture d’une phrase ou d’un mot, celui-ci active un réseau sémantique en général vaste. En fonction de votre état psychologique du moment, et compte-tenu de la variété des situations auxquelles est rattaché le mot en question, votre cerveau va trouver sans aucun problème l’événement dont parle le texte. Par exemple, si je vous dis « Une personne proche est dans une situation qui vous inquiète » à quoi pensez-vous immédiatement ? Moi, je pense à ma tante qui a perdu son chat et qui, vivant seule, est très triste et broie du noir depuis. Vous, ce sera le divorce de votre sœur, le chômage de votre meilleur ami, les examens de votre fille, etc. « Personne proche » active à coup sûr les mots « famille » et « amis », et tout s’enchaîne ! Cette forme de validation subjective nous amène à sur-interpréter et, de fait, à trouver significatives les descriptions que nous lisons et qui nous concernent.

Alors, Adamo ou Nostradamo ? Le mystère reste entier… Non, je ne terminerai pas par un effet Bof [6] tout moisi. Non, je m’engage et déplace mon curseur de vraisemblance du côté d’une fausse coïncidence, mêlée à une vraie capacité de notre cerveau à construire des liens, saupoudrée d’une validation subjective maximale. Mais pour être tout à fait complet, on pourrait légitimement se poser la question suivante : « Si ce n’est pas une prémonition, de quoi/qui parlait Adamo dans cette chanson ? ». A vrai dire, je viens de passer au moins deux heures à chercher des infos sur sa carrière et cette chanson. Je n’ai rien trouvé et pour être franc, j’en ai un peu marre. Donc, je finis sur cette idée que, les deux tours ayant été construites pendant qu’Adamo écrivait sa chanson, il s’en inspira tout en imaginant que cette envie frénétique de pouvoir, d’argent et de démesure était malsaine. Ou bien alors c’est une métaphore entre un gratte-ciel et un être humain… ou peut-être que ça ne veut rien dire.

Ouais, je sais, je ferais mieux de lire Mallarmé et Baudelaire aux prochaines vacances, ça m’évitera d’entendre des bêtises à la télé…

 

Denis Caroti

 

Notes :

[1] Ne te moque pas, il aurait vendu plus de 100 millions d’albums dans le monde…Les japonaises en sont folles !
[2] Pour tout dire, il est vraiment amusant de remarquer la correspondance entre les noms NostrADAMUS et ADAMO. Encore une vilaine coïncidence qui devrait semer le trouble ? En fait, si l’on considère son vrai nom (Nostre-Dame), la ressemblance avec le patronyme du chanteur disparait…
[3] Still Loving You, Scorpion (1984). On y verra Klaus Meine prononcer « So strong, that I can't get through » vers 2min25. Mais dorénavant, vous entendrez « Ce soir, j’ai les pieds qui puent » ! Une belle pareidolie auditive…
[4] On parle d’activation lorsque l’on facilite l’accès à un objet du réseau sémantique. Voir Peter Brugger, Le cerveau ésotérique, dans la revue Science et pseudosciences n°284 (avril 2009), p.44.
[5] www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/forer.html
[6] Voir l’excellent article de Richard Monvoisin sur cet effet « Le culbuto, l'effet bof et autres ni-ni »

 


 

En librairie

Les ravages des faux souvenirs
ou la mémoire manipulée
Brigitte Axelrad
Book-e-book
Sortie prévue le 15 septembre

 

L’objectif de ce livre est de répondre de façon claire et pédagogique aux patients, aux familles, aux professionnels, aux juristes qui s’interrogent sur les thérapies dites de la mémoire retrouvée (TMR) et sur leurs conséquences destructrices pour tous ceux qui en sont victimes.

Les faux souvenirs ont commencé à sévir dans les années 80 aux États-Unis. Une association de défense des familles et des patients pris dans la tourmente des TMR s’est créée en 1992, à Philadelphie. Fondée par Pamela Freyd, elle a été rejointe par de nombreux chercheurs, professeurs d’universités, journalistes d’investigation. Les recherches et les publications scientifiques, ainsi que les nombreux procès intentés contre leurs thérapeutes et gagnés par des patients appelés « retractors », parce que revenus sur leurs accusations, ont contribué à faire reculer cette véritable « guerre des souvenirs », désignée ainsi à cause de l’âpre controverse entre ceux qui reconnaissaient le « syndrome des faux souvenirs » et ceux qui le niaient.

Ce livre ne parle pas des cas d’inceste avérés contre lesquels une lutte déterminée est nécessaire. Véritable « Chandelle dans les ténèbres », ce livre tente d’éclairer les ravages des « faux souvenirs retrouvés en thérapie » vingt à trente ans après que les faits incriminés sont supposés s’être produits, alors même qu’il n’existe aucune corroboration indépendante de leur existence. Les questions réponses sont les petites chandelles qui éclairent et balisent la route vers la compréhension de ce phénomène sociologique.

Puisse-t-il aider tous les acteurs concernés par ce fléau, qui, en France, remonte à la fin des années 90 et gagne dans l’ombre de plus en plus de terrain.

 

 

Au cœur de l'extraordinaire
Henri Broch
Book-e-book

394 pages - 28 euros

 

La diffusion des ouvrages et travaux cherchant à offrir au public les véritables résultats d'une approche scientifique sur les phénomènes « hors de l'ordinaire » n'est pas vraiment très large. Mais, de temps en temps, certains (petits) stocks s'épuisent tout de même et des œuvres devenues des références de base incontournables nécessitent donc un nouveau tirage afin de demeurer toujours disponibles. D'où la sortie dans la collection Zététique de la... 8e édition de Au cœur de l'Extra-Ordinaire du Professeur Henri Broch. Cet ouvrage présente « les résultats de l'enquête scientifique la plus complète qui ait jamais été faite sur l'ensemble des phénomènes paranormaux ». Il s'agit d'un retirage de la 7e édition (datant de 2005) avec quelques modifications ou additifs mineurs.

 


AGENDA


 

Conférences

Tous les deux ans, l’ECSO, European Council of Skeptical Organisations, organise le Congrès sceptique européen dans l’un de ses pays membres. Cette année, la 14e édition de ces rencontres se tiendra à Budapest, en Hongrie, du 17 au 19 septembre 2010. Quelques grands noms du mouvement sceptique européen interviendront, comme Christopher French, Luigi Garlaschelli, Joe Nickell ou encore Massimo Polidoro. Les sujets abordés seront très variés : médecines dites alternatives, créationnisme et intelligent design, New Age, pseudosciences, etc. L’inscription est possible en ligne sur le site de la Hungarian Skeptic Society pour 30 euros.

14e édition du Congrès sceptique européen de l’ECSO
Du 17 au 19 Septembre 2010
Flamenco Hotel - Ravel room
1113 Budapest, Tas vezér utca 3-7.
Pour en savoir plus : www.szkeptikus.hu

 

Le samedi 2 octobre 2010, Le GEMPPI (Groupe d'étude des mouvements de pensée en vue de la prévention de l'individu) organise un colloque national sur le thème « Sectes, éthique et santé : expériences partagées ».Avec ce colloque, le GEMPPI entend oeuvrer pour la prévention contre les « prédateurs » spirituels en informant sur certaines subtilités et aspects sournois des différentes formes de dérives sectaires actuelles prenant de trompeuses formes pseudo-scientifiques, pseudo-médicales et humanistes. Au programme de cette journée, des interventions du Dr Chantal Dumont, conseiller santé à la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), de Pascal Lardellier, Professeur des Universités (Université de Bourgogne) et de Roger Gonnet, ex-responsable scientologie Lyon, mais aussi des témoignages d'ex-adeptes des Témoins de Jéhovah, de la secte des Enfants de Dieu.

Sectes, éthique et santé : expériences partagées
Samedi 2 octobre de 9h à 17h
Hôpital de La Timone
264, rue St Pierre 13005 Marseille
Participation gratuite dans la limite des places disponibles
Inscription obligatoire au GEMPPI par téléphone : 04 91 08 72 22 ou mail : gemppi@wanadoo.fr
Pour en savoir plus : www.gemppi.org

 

Le colloque « L'illusion » est organisé avec le soutien du CIES de Grenoble du 6 au 8 octobre 2010, à la MSH-Alpes de Grenoble. Ce colloque propose une approche essentiellement pluridisciplinaire visant à construire un dialogue fécond entre les différentes disciplines, des sciences aux sciences humaines et sociales, autour de la notion d'illusion. Il réunira une trentaine d'intervenants issus d'horizons divers et abordera cette thématique à travers trois grands axes de réflexion : illusion et connaissance du monde (mercredi 6 octobre), mécanique de l'illusion (jeudi 7 octobre) et anthropologie de l'illusion (vendredi 8 octobre).

Colloque L'Illusion
Du jeudi 7 au vendredi 8 octobre 2010 de 8h45 à 16h45
MSH-Alpes
1221 avenue Centrale
Domaine Universitaire
38400 Saint-Martin d'Hères
Pour en savoir plus : http://colloqueillusion.free.fr

 

Le prochain « The Amazing meeting » (TAM) aura lieu le week-end des 16 et 17 octobre 2010 à Londres. Organisé par la James Randi Educational Foundation, le TAM est le rendez-vous des sceptiques mondiaux. Comme à chaque fois, de nombreux conférenciers de renommée internationale sont attendus, parmi lesquels Richard Dawkins, Susan Blackmore ou Richard Wiseman.

On regrettera malheureusement le prix de £208, encore trop élevé pour ouvrir véritablement cet événement à un public plus large que les sceptiques déjà convaincus (et riches !).

The Amazing meeting 2010
Samedi 16 et dimanche 17 octobre 2010
The Hilton London Metropole Hotel,
225 Edgware Road London W2 1JU
Pour en savoir plus : www.tamlondon.org

 

Fête de la science

L'édition 2010 de la Fête de la science aura lieu en France du 21 au 24 octobre  Cette année encore, l'Observatoire zététique sera présent à Grenoble au Village des Sciences qui sera installé dans l'ancien musée de peinture de Grenoble, place de Verdun. Durant quatre jours, des doctorants-moniteurs du CIES animeront un stand aux côtés des membres de l'OZ dans le but d'aiguiser l'esprit critique des visiteurs. Venez découvrir votre véritable signe du zodiaque, vérifier avec nous si la lune a réellement une influence sur les naissances, tester la catalepsie sans hypnose, tester votre perspicacité, remettre en question vos idées reçues. On vous réserve encore bien des surprises.

Fête de la science
Du jeudi 21 au dimanche 24 octobre 2010
Ancien Musée de peinture de Grenoble
Place de Verdun 38000 Grenoble
Pour en savoir plus : www.ccsti-grenoble.org

 

Télé

Mardi 14 septembre 2010, Florent Martin, vice-président de l'Observatoire zététique, devrait apparaitre dans le Magazine de la santé sur France 5 à 13h35. Il a en effet été interviewé dans le cadre d'un reportage sur les bracelets « énergétiques » qui ont connu un grand succès cet été. L'émission sera rediffusée et disponible en ligne sur le site de France 5.

Le magazine de la santé
Mardi 14 septembre 2010 à 13h35
France 5
Pour en savoir plus : www.france5.fr/magazinesante

 


 

Cette newsletter a été préparée par Stanislas Antczak, Brigitte Axelrad, Virginie Bagneux, Éric Bévillard, Denis Caroti, Géraldine Fabre, Florent Martin, Fabien Millioz, Cécile Ursini et Franck Villard.

Content ? Pas content ? Écrivez-nous.

 

Mise à jour le Samedi, 20 Novembre 2010 20:00