Page principale Newsletters

Inscription à notre newsletter




POZ n°67 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par l'équipe de rédaction   
Samedi, 02 Avril 2011 00:00

 


SOMMAIRE



Version pdf bientôt disponible


ÉDITO


 

« Par-dessus tout, Réveillez-vous ! donne de solides raisons de croire que le Créateur réalisera ses promesses en instaurant très bientôt un monde nouveau de paix et de sécurité qui remplacera l'actuel système de choses méchant et sans loi. »
Magazine Réveillez-vous !, texte de déclaration d'intention.

 

Dans le cadre de la psychothérapie que je suis avec toi, ami lecteur, depuis quelques années, je voudrais t'avouer aujourd'hui un grand défaut : je suis serviable. J'aime bien rendre service, obliger (comme on disait il y a cent ans). Une vieille a-t-elle besoin d'aide pour descendre son chariot du bus que je frétille d'aise.  Une quidame ou un quimonsieur m'arrête-t-il dans la rue pour me demander son chemin que je me mets à saliver comme une lessiveuse fêlée. Et si ledit chemin est particulièrement retors, tout en restant connu de moi, c'est l'extase. Lorsqu'un autre passant que moi est questionné, en revanche, je ressens dépit et jalousie ; s'il s'avère qu'il ne peut fournir le renseignement, je ronchonne un c'est-bien-fait-zavaient-quà-me-demander-je-savais.

Ainsi, rentrant chez moi d'un bon pas l'autre jour, me laissai-je aborder dans le secret espoir de pouvoir dérouler sous les yeux ébahis de l'étranger égaré ma parfaite connaissance du plan en damier du sixième arrondissement de Lyon. Un jeune homme bien mis, poli et souriant, me demanda alors si j'avais quelques instants à lui consacrer. Il se trouve que je ne les avais pas, mais il m'avait arrêté alors il me servit quand même son discours.

Il s'agissait d'un Témoin de Jéhovah, qui bien entendu ne se présenta pas comme tel, mais dévoila de manière minutée deux exemplaires des publications de la multinationale : Réveillez-vous ! et La Tour de garde. Je m'apprêtais à l'envoyer aux pelosses (j'étais réellement pressé) lorsque je vis les titres du Réveillez-vous ! : « La vérité sur le surnaturel » et « La Science et la Bible sont-elles compatibles ? ». Miam, tout ça dans un seul numéro, je flairai du croustillant. J'écoutai donc d'une oreille polie le Témoin de Jéhovah (témoin à décharge d'ailleurs ; il faut croire que la faute de Jéhovah est bien grande pour qu'il ait besoin d'autant de témoins), pris les magazines, refusai de donner mon adresse pour poursuivre la discussion et m'esbignai prestement.

Le numéro de La Tour de garde titrait « Comment faire durer un mariage », donc je l'offris aux amis que nous visitions ce soir-là et qui venaient de se marier. Et je me jetai sur le Réveillez-vous ! comme un sénateur sur une danseuse, dans l'espoir d'en rapporter de beaux exemples d'argumentaires fallacieux, propres à une étude de document en cours de zététique, qui sait ?

Le dossier sur le surnaturel comporte les titres suivants : « Pourquoi le surnaturel attire-t-il ? », « Qui se cache derrière le surnaturel ?  », « Une source fiable de conseils et d'espoir », « La vérité les a libérés ». Bon. Si tu as déjà lu un tantisoit ces publications, je pense que tu connais déjà les contenus. Pourquoi le surnaturel attire-t-il, tu peux répondre tout seul (peur de la mort, inquiétude du lendemain, souffrance, curiosité, etc.). Une source fiable de conseils et d'espoir, c'est évidemment la Bible. La vérité qui les a libérés du surnaturel, c'est évidemment la Bible aussi, et c'est relaté par d'édifiants témoignages tout à fait crédibles. Et surtout, qui se cache derrière le surnaturel, hmmm ? T'as pas une petite idée ? Satan, bien sûr. Voilà pourquoi il faut combattre le surnaturel !

Quant à la compatibilité de la Science et de la Bible, le verdict de l'article est sans appel : non seulement elles sont compatibles, mais elles sont de plus complémentaires. Et même, puisque « tous ceux qui vivaient dans les temps anciens et avaient foi dans les écrits des prophètes bibliques savaient que l'univers n'était pas gouverné par des divinités mythiques capricieuses, mais par des lois rationnelles », la Bible est le meilleur rempart contre les superstitions. CQFD.

Je cherchais des arguments fallacieux pour une étude de texte ? Mesquin que j'étais ! D'argument, hormis celui d'autorité, il n'y en a point dans ces publications. Au lieu de cela, j'ai trouvé la Révélation : leur lutte et celle de l'Observatoire zététique sont les mêmes ! Ils se battent contre l'obscurantisme, nous aussi. Ils cherchent à éclairer le monde, nous aussi. Mon lit est fait ; je vais dorénavant convaincre Notre Président d'opérer un rapprochement entre l'Observatoire zététique et les Témoins de Jéhovah, nous ne serons pas de trop pour mener notre combat commun.

 

Stanislas Antczak
Éditorialiste éclairé

 


LES NOUVELLES DE L'OZ


 

Le livre de Brigitte Axelrad « Les ravages des faux souvenirs » traduit en anglais

Il y a quelques mois, Brigitte Axelrad publiait Les ravages des faux souvenirs dans la collection « Une chandelle dans les ténèbres » chez Book-e-book. La British False Memory Society (BFMS) qui lutte contre les dangers des thérapies de la mémoire retrouvée, a été enthousiasmée par ce livre et a proposé à son auteur de le traduire en anglais pour une diffusion plus large. Brigitte a découvert les premiers exemplaires de The Ravages of False Memories or Manipulated Memory lors de la 17e Annual General Meeting organisée par la BFMS à Londres le 9 avril 2011, à laquelle elle était invitée.

La Grande-Bretagne dénombre malheureusement beaucoup de procès de parents accusés par leurs enfants adultes, vingt à trente ans après les faits incriminés et sans preuves extérieures. La BFMS pense donc que ce petit livre, où l’essentiel est dit, doit être diffusé auprès des procureurs, des médecins, et autres professionnels concernés en plus du grand public. La présidente de la False Memory Syndrome Foundation (FMSF aux États-Unis), Pamela Freyd, présente au colloque, a exprimé le même avis. Le livre en anglais sera donc diffusé aux États-Unis, en Australie, en Nouvelle-Zélande, et dans tous les pays anglophones où les thérapies de la mémoire retrouvée sévissent. L’ouvrage semble déjà en rupture de stock.

Sur les faux souvenirs, Brigitte a écrit trois dossiers publiés sur le site de l’OZ :
Faux souvenirs et manipulation mentale
Les origines du "Syndrome des faux souvenirs"
Faux souvenirs et personnalité multiple

 


ACTUALITÉS


 

Petit compte-rendu de la conférence de Reopen 911 : « 11 septembre, pourquoi la version officielle est fausse »

Le 10 mars dernier, je suis allé à la Maison du Tourisme de Grenoble assister, à titre personnel, à la « projection-débat » organisée par l’association reopen 911 et intitulée : 11 septembre. Pourquoi la version officielle est fausse. Autant préciser tout de suite que l’expression « projection-débat » est peut-être un peu usurpée, car il y eut beaucoup de projection… et assez peu de débat. Mais, comme dirait M. X, n’allons pas trop vite.

C’est « Christophe, de l’antenne de Grenoble (sic) » qui était l’orateur. Il a d’abord présenté son association, dont le but, a-t-il dit en substance, n’est pas de convaincre, mais de rassembler des interventions de citoyens indignés qui trouvent que la version officielle des événements du 11 septembre 2001 est trop invraisemblable et sont à la recherche de justice et de vérité !

Il commence par rassurer la petite quarantaine de spectateurs (payants) qui composent le public : on va seulement vous passer un extrait d’un documentaire, parce que la version complète serait trop longue, hein ; résultat : il embraye sur plus de 3/4 d'heure de projection (toute la première partie en fait) du film Press for truth, qui est loin d’être le pire des films truthers [1] sur le 11/09, mais dont reopen ne semble pas voir qu’il contredit de nombreuses affirmations soutenues par ailleurs par son association. Ce qui ne manquera pas de m’étonner, c’est que lorsque je ferai remarquer cette situation (défendre avec pugnacité une chose et son contraire [2]) la seule fois où j’aurai la parole dans le court (et faux ?) débat qui suivra bien plus tard, je m’apercevrai… que ce n’est pas du tout un problème pour l’association !!!
Après ces 45 premières minutes, je me dis qu’il va enfin être possible de discuter certains points du film, de placer une ou deux interrogations. Il n’en sera rien. On a droit à des extraits d’émissions où on voit :

  • tantôt un ingénieur expliquer que l’effondrement des Twin Towers ne peuvent relever que d’une démolition contrôlée (avec des arguments 1000 fois réfutés, comme celui sur la comparaison entre les températures de fusion de l’acier et de combustion du kérozène).
  • tantôt un pilote à la retraite nous affirmer que la trajectoire de tel avion était « impossible », que l’avion qui a frappé le Pentagone ne pouvait pas voler à une telle vitesse à aussi basse altitude (à tel point qu’on pouvait finir par se demander si un avion peut seulement atterrir, de temps à autre…).
  • tantôt un ancien officier qui, s’il avait piloté des transatlantiques en 1912, nous aurait assuré que le Titanic, non, c’était impossible qu’il coule « rien qu’en » tapant un iceberg.

Bref, quand le public peut enfin poser des questions, il reste tout au plus trois quarts d’heure de réunion (on doit libérer la salle à 23h).

Les premières questions vont dans le sens des arguments de reopen. En fait les dernières aussi : je serai le seul à avoir un point de vue critique sur leurs arguments. Ce qui ne veut pas forcément dire que tous les présents étaient dans leur « ligne ». Entre temps, quelques personnes sont parties. Les réponses de Christophe sont démesurément longues et dévient le plus souvent vers de nouveaux arguments censés être encore plus convaincants que les arguments très convaincants précédents.

Quand je peux enfin en placer une, je fais d’abord remarquer que je vois quelques contradictions dans les documents projetés. Je veux en détailler trois. Christophe me rappelle qu’il ne veut qu’une question à la fois. Je lui fais alors remarquer un peu agacé que s’il « aime bien débattre », comme il l’a affirmé au début de la soirée, il tient là une belle occasion de le prouver, alors que jusqu’à présent, on a plutôt entendu un long monologue. Il accepte. Et je dis que je m’étonne de trouver encore des gens qui s’ébaudissent (je ne le dis pas comme ça, bien sûr) devant l’argument évoqué plus haut (sur la comparaison entre les températures de fusion de l’acier et de combustion du kérozène).

L’adjoint de Christophe m’apostrophe alors assez séchement et me dit : « on a trouvé du métal en fusion au pied des tours, expliquez-nous pourquoi, hein, allez, expliquez-nous pourquoi ! ».

Concernant les contradictions, la réponse est significative : Christophe affirme « on ne prétend pas avoir raison, on veut que les médias, les hommes politiques, prennent au sérieux ce qui est dit par les citoyens lanceurs d’alertes » ainsi qu’il appelle, en substance, les personnes qui sont en faveur de ses thèses. Et chacune de ses prises de parole est l’occasion de faire remarquer combien « Bush » avait profité du 11/09. Et de nous présenter à chaque fois un nouveau livre-injustement-méconnu-qu’aucun-grand-éditeur-ne-veut-éditer (il en a une bonne dizaine, alignés sur le pupitre).

En fait, reopen fonctionne sur la technique de la saturation, avec une avalanche d’arguments dont l’association considère que c’est aux « autres » de montrer qu’ils sont faux.

Reopen confond quantité et qualité et utilise volontiers l’argument d’autorité… de façon sélective : qu’un « ingénieur » parle de démolition contrôlée, il ne peut pas se tromper (il est ingénieur). Que presque tous les ingénieurs réfutent cette thèse, ce sont au mieux des crédules (sinon des vendus). Comme je l’ai indiqué plus haut, l’association semble à peu près indifférente aux notions de vérité et de fait et aux méthodes qui permettraient de les établir. Un peu à la manière des négationnistes en histoire, ils n’affirment rien de très précis, pratiquent essentiellement l’insinuation en relevant quelques imperfections sur des points de détail de la « thèse officielle », se réfugient dans l’affectif à la moindre occasion en convoquant, pour l’instrumentaliser, le discours des victimes et pratiquent l’adage « untel en a profité, donc untel l’a organisé ».

À propos de ce dernier point, je regrette de ne pas avoir eu de nouveau la parole pour leur demander ce qu’ils pensaient du fait que Chomsky l’avait démonté lors de maintes interviews (voir par exemple : www.bakchich.info/article4959.html). Chomsky que reopen prétend enrôler sous sa bannière en détournant d’autres de ses déclarations (voir par exemple sur leur site : www.reopen911.info). Car parmi les nombreuses figures de rhétoriques dont l’association est coutumière, on trouve bien sûr la citation hors contexte de ceux qui lui sont opposés pour conforter ses positions.

Bref, cette expérience confirme ce que je craignais : aucune forme de débat n'est possible dans ces « shows » répétés.

 

Jean-Louis Racca

 

Notes :

[1] Prétendant rechercher une vérité (en anglais truth) qu’ils pensent cachée, les personnes qui ne croient pas à la « version officielle » se font souvent appeler truthers aux USA.

[2] Ainsi Press for truth fait état de toute une série de documents (qu’il trouve probants) affirmant sans ambiguïté qu’Al Qaeda préparait bien des attentats à base de détournements d’avions de ligne (mais que les services chargés de les prévenir ont pour le moins manqué de vigilance) ; mais reopen défend par ailleurs les théories « pas d’avion sur le Pentagone » et « démolition contrôlée des Tours jumelles », totalement absentes du film. Sans parler de la théorie « pas d’avion sur les Tours jumelles »

 


ENQUÊTE
La prochaine fin du monde est annoncée pour le 21 mai 2011


 

Les apôtres du Christ parlaient beaucoup de la fin du monde à leurs contemporains. Ils ne cessaient de clamer que son retour sur Terre est imminent. Selon eux, il reviendra le Jour du Jugement Dernier pour juger les hommes un par un et emporter avec lui les fidèles. Lorsqu’ils s’adressaient à leur contemporains, ils insistaient bien que cela ne se passerait pas dans un lointain futur mais bien de leur vivant, que nous sommes à l'orée de la fin des temps.

Luc 21:32 « En vérité, je vous le dis, cette génération ne passera pas que tout ceci ne soit arrivé. »

 

La fin du Monde annoncée pour le 21 mai 2011 sur différents panneaux publicitaires.

 

C’est pour bientôt

Plus de deux millénaires plus tard, beaucoup de Chrétiens pensent toujours que leur génération sera la dernière, qu’ils connaitront le retour du Christ sur Terre de leur vivant, que nous sommes à la fin des temps. Il y a eu de très nombreux mouvements chrétiens qui ont même annoncé des dates précises pour ce retour. Les dates annoncées sont systématiquement prévues pour quelques années seulement dans le futur.

 

La prochaine apocalypse : 21 mai 2011

La date la plus soutenue en ce moment est celle du 21 mai 2011, proposée par Harold E. Camping, prédicateur américain et animateur de radio. Ses émissions ont une grande influence sur la communauté évangélique américaine, et de nombreux fidèles relaient ses arguments dans leurs prêches.

 

Pourquoi cette date en particulier ?

Harold E. Camping s’explique dans son ouvrage best-seller The Biblical Calendar of History (1970). Le calcul qui permet d’avancer cette date est extraordinairement simple, ce qui participe certainement à son succès. Le raisonnement s’appuie sur ce verset : Pierre 3-8 « Mais il est une chose, bien-aimés, que vous ne devez pas ignorer, c'est que, devant le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour. » Cette phrase doit être comprise comme la clef permettant de décoder l’Histoire Biblique.

  • Il y a donc 6000 ans entre la création du monde et le déluge (les 6 jours de la création. Genèse 1)
  • Il y a donc 7000 ans entre le déluge et les premiers signes retour du Christ. (Dieu a averti Noé du Déluge 7 jours avant. Genèse 7:4)
  • La création du monde date de l’année 11 013 avant J.C. (Date calculée par Harold Camping. En contradiction avec les calculs les plus souvent cités : 4004 av. J.C.)
  • Les premiers signes de la « Grand Tribulation » apparaîtront donc pour la Pâques 1988 (-11013+6000+7000)
  • 23 ans plus tard [21 mai 2011]  le véritable retour du Christ et l’enlèvement des fidèles. (Chiffre obtenu en utilisant de la numérologie)
  • 5 mois plus tard [21 octobre 2011] le monde sera finalement détruit par le feu. (car les eaux mirent 5 mois à se retirer après le déluge. Genèse 7:24)


Si la démonstration scientifique ci-dessus ne vous a pas convaincus, c’est que vous êtes prêts à passer votre première étoile de Zététique.

 

Christophe Michel

 


BILLET
Une psychothérapeute face aux croyances de ses client-es


 

La pratique de psychothérapeute utilisant l’Approche Centrée sur la Personne selon Carl Rogers demande d’abandonner toute volonté d’expertise, de maîtrise, de pouvoir et de guidage de l’autre. C’est ce qu’on appelle une thérapie non-directive. Pour y parvenir, il faut laisser de côté, volontairement, toutes ses connaissances et croyances sur  une théorie quelconque du sujet. Nous nous centrons, avec les trois attitudes que sont une écoute empathique qui s’appuie par un regard positif inconditionnel et notre authenticité*,  sur la personne qui est devant nous, sur ce qu’elle nous dit, et non sur une liste supposée de pathologies et/ou de problématiques que nous aurions à traiter. Cela demande une certaine humilité qui peut faire défaut en début de pratique, surtout quand on a des années d’études en psychologie derrière soi.

À mes débuts, malgré la formation à ce nouveau type de relation thérapeute/client-e – les trois attitudes ne suffisent pas si la personne écoutée ne les ressent pas – ce ne fut pas toujours facile de ne pas sursauter lorsqu’une personne avançait une idée dérangeant très fortement une de mes convictions. J’ai écouté un jeune client qui adorait parler des OVNIS. Je parvenais le plus souvent à rester sur le terrain de la compréhension empathique mais je me souviens d’une fois où je me suis laissée entraîner dans une discussion. Et nous avons échangé des arguments… Il faut dire que je revenais d’une cession estivale de zététique où Eric Deguillaume avait présenté son dernier ouvrage « Les OVNI du CNES ». Ce jour-là, malgré moi, j’ai jugé cette personne simplement en la contre-carrant.

Forte de cette séance qui pour moi fut un ratage total du point de vue éthique, je suis parvenue peu à peu à entendre toutes sortes de propos avec un regard positif inconditionnel. Jusqu’à ce qu’une mère amène son jeune adolescent pour une séance. 12 ans, il éclate très vite en sanglots dès que sa mère passe la porte et que nous sommes seuls. Me dit que sa vie est un enfer parce qu’il a une malformation physique terrible à porter pour lui. Qu’il n’a aucun espoir que ça change car son grand frère adulte a la même et qu’en grandissant cela n’a pas changé. Il souhaite revenir pour une autre séance. La mère, en revenant le chercher, m’averti qu’elle « est  dans le développement personnel » depuis de nombreuses années et qu’elle va de ce pas mettre son fils dans les mains de divers amis magnétiseurs et « reprogrammateurs karmiques ». Assure à son fils que sa vie va changer, et annulera le prochain rendez-vous à la dernière minute. Ce jour-là j’étais triste et en colère. De mon impuissance, de savoir que ce préadolescent qui avait insisté pour consulter un-e psychologue, allait être privé de parole en face de gens qui lui feraient quelques passes au-dessus du corps et lui promettraient la lune.

Puis un jeune adulte se présente récemment en évoquant très vaguement une maladie qui l’invalide depuis quelques années. Mais il ne vient pas pour en parler et décrit d’autres souffrances. Bien sûr je ne cherche pas à savoir de quoi il souffre, s’il ne l’évoque pas spontanément il sait pourquoi. A la seconde séance il tâte le terrain et dit qu’il ne peut parler des symptômes de cette maladie-là à personne, il insiste bien sur le mot en me regardant, de peur de passer pour un fou. Que les médecins de toutes spécialités qu’il a consultés lui ont assuré qu’il n’a rien. Alors qu’il souffre physiquement. Sentant que je n’ai aucune attitude de jugement, il s’enhardit.  Et décrit petit à petit ce qu’il ressent. Bien sûr à l’entendre je suis surprise au début, puis je lâche prise très vite et me centre sur une écoute totale, je suis à côté de lui et pas en face. Je sens le vent dans son corps comme lui est en train de l’évoquer. J’en suis la progression comme il la décrit dans sa temporalité, je visualise  presque ce qui tourbillonne en lui, le hante et a choisi de se fixer sur un endroit précis de son corps ; furtivement je sais que c’est mon attitude qui lui permet de continuer à expliquer, décrire, enfin poser les mots. A la fin de la séance il a un immense sourire et s’exclame « ah ça fait du bien de pouvoir tout dire, je n’en ai jamais parlé même à mes parents ».

Si je reportais ici ce que j’ai entendu vous me diriez que c’est incroyable, impossible.  Peut-être. Je peux assurer qu’à aucun moment je n’ai douté de sa parole. S’il éprouve ce qu’il dit éprouver, c’est vrai pour lui. C’est lui qui sait ce qui se passe dans son corps et son esprit, pas moi.

La psychothérapie a quelquefois été accusée de normer les personnes. Et il est possible que l’écoute selon une grille de lecture particulière (psychanalyse et autres théories)  mette le-la thérapeute qui se centrerait sur le problème et non sur le-la client-e, dans une situation de comparaison avec ce qui serait vrai, juste, bon pour vivre harmonieusement en société. L’Approche Centrée sur la Personne développée par Carl Rogers évite ces écueils.

*attitudes d’empathie, de regard positif inconditionnel et de congruence : les trois conditions nécessaires et suffisantes selon Carl Rogers pour une thérapie réussie.



Françoise Mariotti
Psychologue-Psychothérapeute
www.mariottipsy.com

 


CULTURE ET ZÉTÉTIQUE


 

En librairie

Histoire populaire des Sciences

Clifford D. Conner
Traduction de l'édition américaine de 2005
Editions l'Echappée
28 euros - 560 pages

Notre envoyé spécial, Patrick Masson, nous a signalé, entre deux voyages, la publication récente de la traduction du livre de Clifford D. Conner A People's History of Science. Il précise : « Par « populaire », il faut comprendre « du peuple », c’est-à-dire comment les savoirs scientifiques sont produits collectivement. Un ouvrage que tous les Ozmites devraient avoir dans leur bibliothèque. Des bonnes pages sur l'homéopathie, le lysenkisme etc. »

Pour en savoir plus, voici ce que raconte la quatrième de couverture :

Nous connaissons tous l'histoire des sciences telle que nous l'avons apprise dans les manuels scolaires : comment, grâce à son télescope, Galilée démontra que la Terre n'est pas au centre de l'univers ; comment Newton découvrit l'existence de la gravité en voyant tomber une pomme ; comment Einstein résolut les mystères de l'espace et du temps grâce à une simple équation...

Le récit traditionnel de cette épopée attribue à une poignée de grands hommes aux grandes idées l'intégralité de ces découvertes. Pourtant les sciences sont depuis toujours une oeuvre collective. Ce livre raconte l'histoire des savoirs établis par les chasseurs-cueilleurs, les petits paysans, les marins, les mineurs, les forgerons, les guérisseuses et tant d'autres gens qui devaient assurer leur subsistance au contact quotidien de la nature.

La médecine trouve son origine dans la découverte par les peuples préhistoriques des propriétés thérapeutiques des plantes. La chimie et la métallurgie se développent à partir des savoirs produits par les mineurs, les forgerons et les potiers de l'Antiquité. Les mathématiques doivent leur existence aux topographes, aux marchands et aux comptables. Au XIXe siècle, l'alliance du capital et de la science marque le coup d'envoi de la civilisation de la technoscience, dominée par les experts et obsédée par la puissance, l'efficacité, la rationalisation, l'accumulation et le profit.

Comprendre ce basculement nous permet de saisir la nature de la tyrannie technologique qui nous aliène aujourd'hui.

 


L'OZ VOUS RÉPOND :
Courrier de nos lecteurs


 

Photos d'orbes

Le 18 mars 2011, l’Observatoire zététique a reçu la demande suivante (anonymisée pour cet article) : « Je suis très impatiente de lire votre prochain article sur les orbes. Comment allez-vous expliquer ce phénomène qui pullule autour de nous. Quelles preuves matérielles ou physiques allez-vous apporter ? Bon courage ».

Les « orbes » sont des taches rondes blanchâtres, plus ou moins transparentes, que l’on voit apparaître sur de nombreuses photos, notamment prises de nuit. Pour certains, elles seraient des boules d’énergie ou la manifestation d’esprit... ce que semble sous-entendre l’auteur du message.

Face à ce « défi », c’est notre spécialiste des photos étranges, Florent Martin, qui s’est chargé de la réponse :

« Attention à ne pas inverser la charge de la preuve. Si les « orbes » sont d'origine surnaturelle, c'est aux défenseurs de cette thèse d'en faire la preuve, et pas aux sceptiques de montrer l'inverse. Or, à ce jour il n'y a, à ma connaissance, aucune photo de « orbes » qui n’aient pas d’explication naturelle.

Pour faire court, ces photos sont toutes prises au flash, et ce n'est pas par hasard : les fameux points que l'on voit sont en fait des particules en suspension dans l'air (souvent de la poussière, du pollen, ou une fibre textile). Quand le flash de l'appareil se déclenche, il éclaire fortement celles qui sont le plus prés de l'objectif. L'appareil faisant la mise au point sur le sujet plus au fond, ces particules fortement éclairées apparaissent floues et forment donc un cercle.

Après la théorie, la pratique. Je vous livre en pièce jointe quelques unes des photos que j'ai faites moi-même afin d'étudier le phénomène. Je suis rentré dans le grenier de mes parents sans faire trop de mouvements pour ne pas soulever de poussière, et j’ai fait quelques photos. Puis j’ai agité une planche pour brasser l’air et j’ai refait une photo au flash. Je vous laisse voir les résultats. »

 

Comment réaliser une photo d'orbes :
à gauche, le grenier avant le soulèvement de la poussière ; à droite : le grenier après avoir brassé l'air.
Les deux photos sont réalisées avec le flash. (cliquez sur les photos pour les voir en grand).

 

« J'invite les chasseurs de orbes soucieux d'éviter cet artéfact à ne pas utiliser leur flash, ou à le déporter d'un mètre sur le coté de l'appareil. Si dans ces conditions les mêmes « boules lumineuses » persistent, cela constituerait une nouvelle pièce au dossier, que je m'empresserai de rouvrir. »

 

Cette explication n’a, semble-t-il, pas complètement convaincue notre correspondante. En effet, dans sa réponse, en joignant ses propres photos, elle nous raconte  avoir observé ce phénomène dans des conditions bien particulières : « Je me suis retrouvée à m'interroger en visionnant une photo que j'ai prise après une soirée avec des moines tibétains (...). Je n'avais jamais entendu parler d'orbes, mais cette « tache » m'a quand même intriguée et du coup j'ai fait des recherches sur internet, découvert ce phénomène et fait d'autres photos que je vous joins. J'habite en Inde, en ce moment il fait très beau, il n'y avait ni vent, ni humidité dans l'air. Comment comprendre pourquoi d'une prise à l'autre apparaissent ces sphères parfaitement rondes et souvent colorées ? »

À cette demande de complément d’informations, Florent a répondu : « Notez que conformément à mon explication, vos photos ont toutes été faites avec le flash...

J'ai longtemps pensé que l'air en extérieur était exempt de particules. Il n'en est rien. Beaucoup de matériaux un peu secs font de la poussière (la terre, le bois, les herbes...). C'est après la pluie qu'il y en a le moins. La fumée de cigarette ou la brume que l'on expire (quand il fait froid) peut également faire des effets de voilage assez étranges grâce au flash. Il faut bien comprendre que les particules que vous voyez sont à quelques centimètres seulement de l'objectif. C'est pour cela qu'elles peuvent paraître énormes et qu'elles sont transparentes (floues en fait). Et c'est la lentille de votre appareil qui leur donnent la forme ronde et les couleurs que vous observez. »

Mais, notre correspondante avait bien compris l'intérêt de l’expérience proposée par Florent, permettant de tester l'hypothèse d'une explication naturelle  des orbes qui rend superflue l’explication « paranormale » : « Vous prétendez que c'est le flash, je vais donc essayer de faire des photos sans flash. Si effectivement je ne vois plus rien, je vous tiens au courant, sinon je vous envoie mes photos. ». 

Nous espérons que comme promis, elle nous enverra ses conclusions.

 

Géraldine Fabre

 

Vous pouvez nous envoyer vos questions à contact@zetetique.fr. Les « experts » de l’OZ essaieront de vous apporter des éléments de réponse ou de réflexion.

 


AGENDA


 

Conférences

Dans le cadre de la semaine de la liberté, ALTEC (Centre de culture scientifique, technique et industrielle de l'Ain) et la Tannerie organisent à Bourg-en-Bresse le mercredi 11 mai 2011 « Tous libres, tous manipulés », une conférence-spectacle proposée par l’Observatoire zététique.

Comment se prémunir contre la manipulation ? Comment détecter les fraudes ? Comment se rendre compte que l'on se fait abuser ou que l'on s'abuse soi-même ? Parce qu'un choix n'est vraiment libre que lorsqu'il est éclairé, ce spectacle-conférence vous apportera quelques outils d’auto-défense à travers des expériences et démonstrations toujours surprenantes. De nombreux exemples concrets seront décortiqués de manière amusante et interactive afin de voir le monde tel qu'il est plutôt que tel qu'on nous le vend.

Tous libres, tous manipulés
Mercredi 11 mai 2011 à 20h

La Tannerie
123 place de la Vinaigrerie 01000 Bourg-en-Bresse.
Entrée libre et gratuite
www.alimentec.com

 

La Direction de la Culture de l’Université d’ Angers organise toute l’année des cycles de conférence autour des manifestations culturelles, proposant ainsi une vision souvent originale des thématiques abordées. Elle a invité Richard Monvoisin, docteur en « didactique de l’esprit critique », membre du laboratoire de Zététique de l’Université de Nice, et membre fondateur du réseau CorteX, à donner une conférence sur le thème de la zététique le 19 mai 2011 à 18h30.

La zététique par Richard Monvoisin
Jeudi 19 mai 2011 à 18h30
Amphithéâtre de La Passerelle à Belle-Beille
2 rue Lakanal 49000 Angers
Entrée libre et gratuite
cortecs.org

 

Le Samedi 21 mai, le GEMPPI (Groupe d’étude des mouvements de pensée en vue de la prévention de l’individu) et l’Association Marseille Zététique organisent une conférence-débat intitulée « Science et médecine chinoise, méridiens, etc., pourquoi nombre de thérapeutes spiritualistes s'y réfèrent ? ». Cette conférence sera scindée en deux parties : les zététiciens marseillais analyseront la médecine chinoise puis le GEMPPI abordera son utilisation par certains thérapeutes spiritualistes.

Science et médecine chinoise, méridiens, etc., pourquoi nombre de thérapeutes spiritualistes s'y réfèrent ?
Samedi 21 mai 2011de 16h à 18h
Cité des Associations
93 La Canebière 13001 Marseille
Entrée gratuite, mais réservation obligatoire
Tel. 04 91 08 72 22 / 06 76 01 94 95
gemppi@wanadoo.fr
www.gemppi.org

 

 

Le jeudi 16 ou 23 juin 2011, l'OZ conclut son cycle de conférences zététiques avec l'association Antigone. C'est Jean-Louis Racca qui ferme la marche avec une présentation sur le 11 septembre et les théories du complot.

Les attentats du 11 septembre 2001 ont engendré un nombre impressionnant de thèses qui prétendent s’opposer à la « version officielle ». Ces thèses sont souvent défendues par des personnes qui affirment rechercher une vérité qu’elles estiment cachée : pour cette raison, ces personnes se font appeler truthers aux États-Unis. Elles ont constitué un mouvement pour la vérité sur le 11 septembre particulièrement actif sur internet. À l’aide, entre autres, des outils de la zététique, et sans entrer dans des considérations géopolitiques, cette conférence sera l’occasion d’examiner le niveau de crédibilité de quelques unes de ces thèses alternatives.

Le 11 septembre et les théories du complot : une approche zététique
Jeudi 16 ou 23 juin 2011 à 20h
Bibliothèque Antigone
22 rue des Violettes 38000 Grenoble
Entrée à prix libre
www.bibliothequeantigone.org

 

Retrouvez les événements sceptiques dans l’Agenda de l’OZ. Des conférences à annoncer ou des infos à diffuser ? Écrivez-nous à contact@zetetique.fr.

 


Appel à contributions


 

Si vous souhaitez contribuer à la diffusion de l'esprit critique, à la promotion des outils d'auto-défense intellectuelle de la zététique, à la vulgarisation de la méthodologie scientifique, vous pouvez nous soumettre article, dossier, fiche de lecture, enquête, etc. N'hésitez pas à nous contacter pour nous proposer vos idées puis à soumettre vos productions à l'OZ, en écrivant à contact@zetetique.fr.


 

Cette newsletter a été préparée par Stanislas Antczak, Géraldine Fabre, Françoise Mariotti, Florent Martin, Christophe Michel, Fabien Millioz, Jean-Louis Racca, Jean-Marc Temmos.

Retrouvez toutes nos publications sur le site de l'observatoire zététique : www.zetetique.fr. Content ? Pas content ? Dites-le nous.

Mise à jour le Jeudi, 03 Novembre 2011 11:22
 
«DébutPrécédent11121314151617181920SuivantFin»

Page 16 sur 81