Inscription à notre newsletter




POZ n°29 Imprimer Envoyer
Écrit par Nicolas Vivant   
Mardi, 13 Novembre 2007 14:13




SOMMAIRE


 


 


ÉDITO


 

À force d’attendre, on aurait pu finir dans le même état de conservation que la dépouille de sainte Roseline de Villeneuve, situation peu enviable de prime abord, même si voir ses orteils remplacés par des tiges métalliques présente l’avantage non négligeable d’éliminer les désagréments liés aux rhumatismes. À l’OZ, la légende raconte même qu’une des membres de l’association – que je ne nommerai ni ne désignerai ici parce que, il faut bien l’admettre, la modestie et la discrétion l’étouffent –, lors d’un voyage en Italie cette année, voulut tester, dans une attitude toute zététique, les pouvoirs attribués à une antique sculpture romaine appelée « la Bouche de la Vérité », réputée engloutir la main de celle ou celui qui aurait l’outrecuidance de lui mentir.

Bravant ce sort funeste et n’écoutant que sa curiosité de zététicienne, notre sociétaire plongea courageusement sa dextre dans la gueule du monstre en proclamant avec effronterie « Richard Monvoisin soutiendra sa thèse en septembre ! ». En dépit de cette prophétie d’une inexactitude à faire paraître fiable Paco Rabanne, rien ne se passa, et notre comparse a toujours, à ma connaissance, ses deux mains. Elle s’en sert avec élégance et virtuosité pour m’écrire des e-mails de mise en demeure lorsque l’édito de la prochaine newsletter tarde trop à arriver – oh pardon, j’avais dit que je ne la désignerai pas.

Car en effet, l’impétrant susnommé a soutenu sa thèse en octobre. Et cet événement tant attendu, qui lui avait valu tant d’amicales taquineries, est arrivé sous mon mandat présidentiel… Hosanna ! Serais-je l’Élu ? Pas vraiment, en fait. Si on devait mettre quelqu’un en avant, ce serait plutôt l’ex-thésard qui voit se concrétiser son long travail par l’octroi du prestigieux titre de « docteur ». Que ceux d’entre vous qui auraient la tentation de céder à l’argument d’autorité qui va avec – typiquement le genre d’argument qui donne des boutons à Richard – se rappellent que la dernière fois qu’il a essayé d’avaler des charbons ardents… hé bien, il s’est brûlé. De quoi briser un mythe, même si ça ne casse pas trois pattes à un canard sauvage et rupestre de la grotte de Lascaux (enfin, s’il en existe).

Soutenance de thèse, articles, fête de la science, veille médiatique, autant de travaux de zététiciens à voir, à découvrir, à lire, voire même à zététiquer pour le plus grand plaisir de l’intellect, l’exercice de l’esprit critique, et la recherche, nécessaire et sans fin, d’un savoir objectivé. Pourtant, c’est sur un texte purement subjectif que j’aimerais clore cet éditorial : un témoignage. Celui d’un homme que sa pudeur a fait anonyme, mais qui s’affirme aussi membre de l’Observatoire Zététique, et explique surtout pourquoi et comment il l’est devenu, sans jamais renier d’où il venait. Un texte qui interpelle par sa dimension humaine, et me touche personnellement, parce que mon parcours ressemble au sien.

Nous sommes des humains, après tout, et c’est pour cette raison que j’ai voulu parler dans ces quelques lignes, non seulement de ces travaux de zététiciens, mais aussi de ceux qui les réalisent – même s’ils seront sans doute les premiers à me rétorquer, par pure modestie, que je n’aurais pas dû. D’où cet éditorial subjectif, léger, humain.

Éric Déguillaume
Président de l'Observatoire zététique

 


LES NOUVELLES DE L’OZ


 

Fête de la science à Lyon
Après le stand zététique de « Place aux sciences », sur la place Victor Hugo de Grenoble, lors du premier week-end d’octobre, l’OZ a continué la fête de la science à Lyon sur le campus de la Doua du 11 au 14 octobre.

À gauche, Stanislas Antczak et Géraldine Fabre avec une classe d'élèves de CM1 ; à droite, Florent Martin au milieu d'un public attentif. (cliquez sur les photos pour zoomer)


La configuration différente des lieux (stand plus grand qu’à Grenoble et en intérieur) nous a permis de proposer des animations plus longues notamment pour les scolaires, les jeudi et vendredi. Avec une dizaine de classes, nous avons donc discuté des caractéristiques d’une expérimentation scientifique rigoureuse et des critères d’analyse statistique d’un résultat. L’objectif une fois de plus était de sensibiliser notre public à la démarche scientifique en montrant à travers quelques règles simples qu’il s’agit avant tout d’une démarche de bon sens, qu’elle n’est pas réservée aux scientifiques et que chacun peut se l’approprier. Bien que facilement abordable, sous bien des aspects, la démarche scientifique reste malgré tout peu intuitive et son enseignement nous paraît donc nécessaire.

À gauche, Pierre Borgnat remplissant l'histogramme ; au centre, Pierre Bienvenu en pleine discussion ; à droite, Carine Goutaland placée en "catalepsie" sans hypnose. (cliquez sur les photos pour zoomer)

Notre séquence pédagogique, mise au point l’an dernier par Florent Tournus et Stanislas Antczak, s’articulait autour de l’élaboration d’un protocole scientifique rigoureux pour tester une allégation de type radiesthésique (détection de la présence d’eau dans dix verres, vides ou pleins). Pour éliminer toutes les explications autres que celle d’un « pouvoir » particulier, le public est amené à bâtir une expérience en double aveugle (ni le sujet ni les expérimentateurs qui sont avec lui ne connaissent le contenu des verres cachés) avec randomisation (la répartition des verres pleins et vides est décidée par un tirage au sort) et un critère de validation objectif (les verres sont soit pleins soit vides). Le résultat de l’expérience, le score de bonnes réponses sur les dix verres, est discuté avant le dépouillement ; la question est en effet de décider quels seront les scores jugés « extraordinaires » : 8, 9, 10 ? Tous les scores étant possibles par hasard (même s'ils ne sont pas tous aussi probables), le public comprend assez bien la nécessité de choisir un critère arbitraire qui minimise cependant le risque d’erreur. Pour chacun des dix verres, on a une chance sur deux de deviner son contenu en répondant au hasard. Si on choisit le critère à 1%, courant en science, c’est-à-dire un risque d’une chance sur 100 de se tromper en concluant à un « pouvoir » alors que le score aurait été obtenu par hasard, le seul score valable est 10/10.
Pour finir, chacun était invité à tester son éventuel « don » en devinant un tirage au sort, les verres ayant été remplacés par des jetons dotés d’une croix ou d’un rond sur leurs deux faces. À la pointe de la technologie, notre dispositif « boites de conserve de compote de pommes » permet de réaliser cette expérience en double aveugle avec randomisation. En cumulant les données de l’année précédente, 585 personnes ont participé à ce test. La répartition des résultats est conforme à la loi binomiale, mais toujours pas de 10, ni de 0 (score qui est évidemment aussi peu probable).

À gauche, notre dispositif expérimental ; à droite, les résultats cumulés sur deux années.
(cliquez sur les photos pour zoomer)


Au vu des réactions enthousiastes, cette séquence pédagogique semble avoir été appréciée autant par les élèves les plus jeunes (9-10 ans) que par leurs aînés du week-end. De nombreux professeurs se sont d’ailleurs montrés ravis de trouver une formalisation aussi claire de la méthodologie scientifique avec des applications intéressantes liées aux phénomènes réputés « paranormaux ». Devant le succès de nos posters et les demandes répétées de les acquérir, nous avons créé une page « Posters » sur notre site afin de les proposer en libre accès.

Sur les sept journées consacrées à la fête de la science cette année, nous avons rencontré une majorité de personnes n’ayant jamais entendu le terme « zététique ». Intrigués au premier abord, ils ont apprécié pour la plupart la rigueur et le respect de notre démarche. Peut être plus que les années précédentes, nous avons en effet voulu clairement montrer que notre but n’est pas de « démystifier les croyances », de « pourfendre les charlatans » ou de « vouloir tout expliquer scientifiquement » mais de vulgariser les outils qui permettent de se faire une idée plus claire sur des phénomènes ou des allégations de type « paranormal »», pour essayer de « savoir » plutôt que de « croire ».

Malgré l’investissement important que la préparation et l’animation de nos stands requièrent et malgré la fatigue à la fin de cette semaine marathon, j’espère que nous continuerons à être présents à Lyon et à Grenoble lors des prochaines Fêtes de la science.


La St Glinglin a eu lieu le 25 octobre
« Quand Richard soutiendra » était presque devenu entre nous une expression remplaçant « quand les poules auront des dents » et à la longue, une boutade qui l’exaspérait… Mais, enfin, le 25 octobre 2007, Richard Monvoisin, membre de l’OZ et chargé de cours d'esprit critique à l'Université Joseph Fourier, a soutenu sa thèse dans l’amphithéâtre Jean Roget, plein à craquer. Plus de 200 personnes étaient en effet venues écouter son exposé intitulé : « Pour une didactique de l'esprit critique : Zététique & utilisation des interstices pseudoscientifiques dans les médias » (même Garci-mort était là !)

Pendant trois quarts d’heure, Richard a pu donner un petit aperçu de l’immense travail de recherche qu’il a accompli ces dernières années dans le domaine de la didactique des sciences et qu’il a directement appliqué dans ses cours. Le jury, composé d’Henri Broch, Patrick Lévy, Claudine Kahane, Jean Bricmont et Guillaume Lecointre a unanimement reconnu la qualité, l’originalité et l’importance de ses travaux souhaitant les voir rapidement valoriser par d’autres publications et largement diffuser auprès de publics plus ou moins spécialisés.
Son manuscrit de 450 pages contient en effet une quantité impressionnante de matériel pédagogique destiné à l’enseignement de la pensée critique, élaboré principalement à partir d’analyses de couvertures et d’articles de presse traitant de science. Richard a notamment répertorié les biais de raisonnement tels que les facettes et effets zététiques qui avaient été dotés par Henri Broch de noms humoristiques facilitant leur mémorisation. Il a ainsi formalisé une typologie de l’outillage critique en distinguant trois types d’interstices pseudoscientifiques (Ips) : les Ips lexicaux, les Ips logico-argumentatifs et les Ips scénaristiques.
Mais comme l’a souligné Guillaume Lecointre, ce regard critique porté sur l’enseignement et la vulgarisation de la science n’est pas uniquement destiné aux enseignants et aux chercheurs car il questionne finalement tous les aspects de la communication scientifique.

Après tous ses compliments, le jury a adressé à Richard Monvoisin toutes ses félicitations en lui attribuant le titre de Docteur de l’Université Joseph Fourier, sous les applaudissements et une longue ovation du public.


De gauche à droite : Henri Broch, Richard Monvoisin,
Guillaume Lecointre, Claudine Kahane et Patrick Lévy
Garci-mort

Nouveautés sur le site de l’OZ
Ce mois-ci, deux nouveaux articles ont été mis en ligne sur le site de l’OZ.
Le premier est une enquête concernant la « momie » de sainte Roseline de Villeneuve, relique « intacte » d’une moniale provençale qui serait conservée depuis le XIVe siècle dans une chapelle aux Arcs-sur-Argens. Ce dossier a la particularité d’associer une enquête historique sur la biographie de Roseline de Villeneuve et une étude scientifique du corps « parfaitement conservé » qui lui a été attribué. La mise en parallèle de la légende et de l’Histoire apporte des éléments éclairants sur la fabrication de ce mythe.

Le second article est une publication plus personnelle de l’un de nos membres qui sous la forme d’un témoignage a voulu raconter son parcours de zététicien. L’auteur, qui a préféré garder l’anonymat pour ne pas impliquer son entourage, confie avec simplicité son cheminement à travers ses certitudes, ses questionnements et ses doutes en livrant ses réflexions sur le « paranormal » qui a toujours fait partie de sa vie. En tout cas pour lui, « La zététique n'est pas un sport de combat ».


Soirées « idées reçues » à Grenoble et « Science et Paranormal » à Domont
Le mardi 13 novembre, les Petits Débrouillards et le Piment vert organisent à l’ADAEP une soirée-débat autour du thème « Idées reçues dans l’alimentation » et ont invité les membres de l’Observatoire zététique. Ce sera l’occasion de discuter notamment de pensée magique et de la confusion corrélation/causalité.
Le vendredi 23 novembre, l’Observatoire zététique participera également à une soirée « Science et Paranormal » organisée par le Réseau Bars des Sciences franciliens au centre culturel de la Forêt de Montmorency à Domont (voir notre agenda). Aux côtés de l’ufologue, Jacques Scornaux, président de l’association SCEAU (Sauvegarde, Conservation des Études et Archives Ufologiques, association française à but non lucratif fondée en 1990), Florent Martin répondra aux questions du public sur l’expérimentation des phénomènes réputés « paranormaux ».

Géraldine Fabre

 


L’ACTUALITÉ DU « PARANORMAL »


 

Conférence de Jacques Salomé sur le campus scientifique de Grenoble : Enquête
L’annonce d’une conférence de Jacques Salomé, organisée le 9 novembre dans l’amphithéâtre Louis Weil de l’Université Joseph Fourier a surpris certains d’entre nous à l’Observatoire Zététique. L’alerte que nous avons fait paraître, expliquant les raisons de notre inquiétude est en ligne sur le blog de l’OZ.
Les nombreuses questions suscitées par cet événement - Les enseignements de Jacques Salomé ont-ils un caractère pseudo-médical ? Les gestionnaires de l’amphi Weil se sont-ils posés la question du crédit a priori qu’ils donnent à Jacques Salomé en autorisant cette conférence à l’université (comme ce fut le cas pour Claude Sabbah le 30 juin 2007 dans les amphis de la Sorbonne) ? L’amphithéâtre Weil a-t-il un œil sur les critères de scientificité des conférences qu’il accueille ? - nous ont poussés à enquêter.
Au moment où nous écrivons cet article, la conférence de Jacques Salomé n’a pas encore eu lieu mais nous avons réussi à obtenir des places (les 900 places de l’amphi sont déjà réservées depuis plusieurs jours) et nous assisterons donc à sa présentation dans le but de nous faire une idée plus précise sur les théories de ce thérapeute.
En attendant notre compte-rendu, un extrait de l’émission Les charlatans de la santé, diffusée le 5 janvier 2004, sur Canal+ vous donnera un aperçu de l’utilisation par Jacques Salomé de la « langue des oiseaux », fleuron de la pratique psychanalytique lacanienne consistant à lire dans l’homophonie des mots l’origine des maux. On retrouve également ce genre de décodages plus que discutables en psychogénéalogie et dans la biologie totale de Claude Sabbah.

Richard Monvoisin et Géraldine Fabre


Regards croisés sur le dernier colloque du GEMPPI
Le 6 octobre 2007, à Marseille, le GEMPPI (Groupe d’Étude des Mouvements de Pensée en vue de la Protection de l’Individu) organisait un colloque consacré aux « Principes d’assujettissement et d’influence par des mécanismes mentaux ». Françoise Mariotti, membre du CZLR (Cercle Zététique Languedoc Roussillon) et Nicolas Gaillard, membre de l’OZ, s’y sont retrouvés, attirés par un programme alléchant et la présence de Jean-Léon Beauvois.
Cependant, le colloque ne semble pas avoir tenu toutes ses promesses à leurs yeux et ils ont souhaité nous livrer leurs impressions dans un compte-rendu publié sur le blog de l’OZ. En détaillant le contenu des présentations auxquelles ils ont assisté, ils témoignent du mélange de plaisir et de déception que leur a inspiré cette journée. L’ambiance psychanalytique qui régnait ne semble guère les avoir séduits… Nicolas parle d'un « paradoxe dans le discours de l’ensemble des intervenants. » et Françoise, sur des sujets aussi graves, regrette « l’extrême prudence dont ont témoigné les orateurs-trice (…) quelquefois à la frontière de la tiédeur, voire de la passivité ».


Festival de Oullins : une présidence du jury controversable
Le festival du film scientifique de Oullins ouvre ses portes le 22 novembre 2007, avec une palanquée de films intéressants. En 2005, le comité scientifique de ce festival avait pris une décision sage en récusant le documentaire Homo sapiens présentant les thèses « intelligent design » d’Anne Dambricourt-Malassé [1].
Cette année, s’il ne semble pas y avoir de problème sur la programmation, c’est sur le jury que nous nous questionnons. En effet, la présidente 2007 n’est autre qu’Isabelle Stengers [2]. Isabelle Stengers est le fer de lance de la pensée dite « post-moderne », prônant un relativisme cognitif [3] qui, à y regarder de près, sape totalement la démarche scientifique (en défendant par exemple que la science est une narration au même titre que le mythe). Elle écrit que sa théorie de l'écologie des pratiques exige l'abandon de l'opposition entre « description fidèle » et « fiction », ce qui ne peut que nous faire dresser des oreilles frémissantes d’inquiétudes. Elle a déjà été épinglée par le philosophe Bouveresse, le biologiste Lecointre et certains de ses écrits sont classés dans la catégorie des impostures intellectuelles par Sokal et Bricmont [4].
Ayant été dans le comité scientifique du festival, j’ai écrit aux organisateurs pour les informer. Au 8 novembre, je suis sans réponse.

Richard Monvoisin

[1] Diffusé le 29 octobre 2005 sur Arte, le film explique la flexion de la base du crâne, dont le développement amène Mme Dambricourt-Malassé à défendre une hypothèse « intelligent Design ».
[2] J’en avais déjà un peu parlé dans l’édito de la newsletter n°26 en expliquant que Stengers est par exemple une fervente défenseuse des thèses de la sorcière Starhawk.
[3] Quelques lectures limpides sur ce sujet sont : Sokal, un débat mal compris, Cahiers Rationalistes, n°526, et surtout le livre de Sokal et Bricmont impostures intellectuelles, chapitre 3.
[4] Dernier travail en date, l’excellent article de C. Mulet-Marquis, Postmdernisme anti rationnel chez Isabelle Stengers, dans Athané, Guinet & Silberstein (dir.) Matière Première 2007, émergence & Réductions, pp. 311-320.


Les théories créationnistes dans un livre scolaire suisse
Dans notre newsletter n°28, nous rapportions la décision la décision du conseil de l’Europe de refuser l’enseignement des thèses créationnistes dans un cadre disciplinaire autre que celui de la religion. Nous posions alors la question : « Pour les prémunir contre les dangers de cette pseudoscience, ne faudrait-il pas surtout expliquer à tous les élèves ce qui différencie véritablement une théorie scientifique étayée par des preuves comme l'évolutionnisme d’une croyance basée sur la foi telle que le créationnisme ? ».
C’est précisément l’argument qui fut avancé par la commission chargée des plans et des moyens d'enseignements scolaires dans le canton de Berne (Suisse) pour justifier l’introduction des thèses créationnistes dans un livre scolaire et leur enseignement aux élèves au même titre que la théorie de l’évolution. Cependant, la présentation du créationnisme et de l’évolutionnisme dans le manuel scolaire de sciences naturelles NaturWert est loin d’être objective et encore moins éclairante sur leurs différences pourtant fondamentales, comme le montre cet extrait : « Les croyants pensent que quelqu’un ou quelque chose, un Dieu, un être supérieur a crée l’univers dans sa diversité, c’est ce que l’on appelle la Création. Par ailleurs, il y a 150 ans environ des scientifiques ont répandu l’idée qu’il n’y aurait pas de Créateur, que la vie serait le résultat de processus chimiques aléatoires, c’est ce qu’on appelle la théorie de l’évolution. »
Face à la controverse que cette publication a déclenchée, la Direction de l'instruction publique du canton de Berne est revenue sur sa décision et a publié un communiqué de presse annonçant, en accord avec l’éditeur, la correction du manuel, afin d’établir plus clairement la distinction entre science et religion.

Géraldine Fabre




Le bazar du bizarre

Les sorcières d’Halloween chassées des écoles moscovites
Les petits moscovites n’ont pas eu le droit de fêter Halloween cette année car comme il l’a expliqué à la presse, le porte-parole des services scolaire de la ville de Moscou, Alexander Gavrilov estime que cette fête qui comporte « des éléments religieux, le culte de la mort, la parodie de la mort » est « destructrice pour les esprits et la santé morale et spirituelle des élèves ». GF

Bougez, mangez léger et buvez l’« eau spirituelle »
Spiritual Brands débarque sur le marché américain de l’eau minérale en proposant une « eau spirituelle » vendue en bouteille, pour 1,79 $ les 0,5 L. Son étiquette à l’effigie de Jésus propose aux consommateurs une prière censée leur remonter le moral. Pour le moment, seul le christianisme est exploité mais d’autres religions devraient subir le même traitement. Le slogan de la marque « Read the Prayer... Drink the Water... Believe in God ! Believe in Yourself ! » (Lisez la prière… Buvez l’eau… Croyez en Dieu ! Croyez en vous-même ! ). GF

Le pervers pépère à travers les âges
(Charlie Hebdo 7 novembre, p. 9)
Charlie Hebdo ne va pas très bien. Cette semaine, en double page, « le pervers pépère à travers les âges », entretien avec… Elisabeth Roudinesco (que nous avons déjà discuté dans les NL n°11 et n°19 et dans le dossier de Jean-Louis Racca « peut-on critiquer la psychanalyse ? »). Bref, de quoi tomber de sa chaise. Après une analyse psychosociologique aussi fine qu’une découpe à la hallebarde, Mme Roudinesco écrit tout de même ce qui est peut être le seul passage avec lequel il est presque possible d’être d’accord : « Le renouvellement des obscurantismes est toujours un symptôme du scientisme et il n’est pas si surprenant que ce soit dans les pays les plus civilisés et les plus scientifiques que l’on donne crédit à des gens comme David Servan-Schreiber, par exemple, c’est-à-dire à la guérison du cancer par les poireaux ». Les thèses de Mme Roudinesco sont comme la théorie des signatures de Paracelse ou l’astrologie de Mme Teissier. Même sans fondement théorique recevable, il arrive parfois de tomber juste. RM

L'homme qui passait de la musique à l'oreille de ses vignes
(Libération, le 30 octobre 2007)
« On savait que la musique adoucissait les moeurs, Jean-Marie Zerr assure, quant à lui, qu'elle donne du goût au vin. Ce viticulteur alsacien a mis Brahms, Beethoven et Mozart au service de ses vignes affirmant, mardi à Dangolsheim (Bas-Rhin), qu’il obtient ainsi des vendanges tardives «plus aromatiques» (…) en inondant sa vigne de musique classique et de «fréquences sonores de deux à trois minutes», les rythmes modernes et urbains étant strictement bannis. ».
Entre biodynamique et effet Backster, revoici les mythes bien Nouvel Âge qui resurgissent. À l’OZ, les amateurs de vin, légion, sont prêts à organiser des tests en double aveugle pour évaluer l’efficacité de la méthode. Et s’il n’améliore pas les vins, l’ « effet » de Zerr contribuera au réchauffement climatique.
Il paraît que M. Zerr voudrait appeler sa prochaine cuvée la « mélodie du bonheur ». Espérons que cela ne vienne pas aux oreilles de Jean-Claude Perez. Car Perez, lui, est l’auteur de la « partition du charançon ». RM


ANALYSE DE DOCUMENTAIRE« Lascaux, le ciel des premiers hommes »
ou
La scientifique indépendante, le reporter et la chaîne culturelle


 

Le 3 novembre dernier Arte diffusait dans le cadre de son émission « Connaissance et découverte : l'aventure humaine » le documentaire « Lascaux, le ciel des premiers hommes », avec pour invitation « Et si la grotte de Lascaux était d’abord un temple dédié aux constellations célestes ? » [1]. Ce film de 55 mn [2] - également diffusé lors du festival Pariscience - visait à suivre Chantal Jègues-Wolkiewiez, « chercheuse indépendante, ethno-astronome » [4], et à illustrer plusieurs de ses théories audacieuses en la matière.

Toutefois cette diffusion pose problème, et ce à quatre titres distincts qui en rendent la critique plus complexe :

  • Les théories avancées sont pour le moins audacieuses, apparemment largement non acceptées par la communauté scientifique, et plusieurs arguments avancés sont soit douteux, soit nécessiteraient de disposer de précisions importantes mais non fournies pour en juger (pas même sur le site de Chantal Jègues-Wolkiewiez [6]).

  • Les réalisateurs du documentaire ont ajouté des commentaires oraux et des illustrations, que l'on pourrait facilement considérer comme ceux de la chercheuse, mais qui en sont possiblement des réinterprétations, difficiles à discerner de l'original (en particulier il est vraisemblable qu'on nous montre des cartes du ciel « illustrant » le principe sans que ce soient réellement celles alléguées, qui elles-mêmes apparaissent à un court moment [5]). En outre les reporters apportent par moment un ton plus coutumiers de défenseurs du "paranormal" (sur le thème du génie isolé méprisé par la communauté scientifique) que d'un reportage scientifique.

  • Une chaîne culturelle accepte d'utiliser en support à la diffusion des savoirs un reportage à la gloire de théories soutenues à peu près uniquement par leur auteur, agissant en marge de la communauté scientifique, dans un reportage tenant par moment des propos plutôt « scientophobes ».

  • Une partie importante de l'environnement socio-médiatique autour de la chaîne et des producteurs (site des producteurs et photographes, sites des magazines et rubriques télé [3]) fait fi des derniers conditionnels prudents pour claironner de pures affirmations, et annoncer qu'on nous présente les meilleurs spécialistes : en somme il n'y a que du certain scientifiquement approuvé.

Ce documentaire a fait l’objet d’une analyse détaillée, publiée dans son intégralité dans le Journal en ligne de l'OZ. Cette analyse figure également dans la version pdf de cette newsletter.

Fabrice Neyret


ÉCHOS DE LA LISTE DE DISCUSSION


On en parle sur la liste de l'OZ

Regain d’activité sur la liste « zététiciens » ce mois-ci, les échanges sont passionnés et nos boites mails explosent. S’il n’est pas toujours évident de suivre et de participer à tous les fils de discussion, leur variété permet à chacun de choisir ce qui l'intéresse. Le sujet des ovnis, des crop circles, des expériences de parapsychologie, mais aussi du fantôme de Lucie, de la définition du paranormal, des « messages de l’eau », des synchronicités, du Quotient Intellectuel, de la « mémoire cellulaire » et même des dangers des ampoules basse consommation, ont été entre autres abordés ces dernières semaines. Revenons sur certains d’entre eux.
Dans notre newsletter n°27, nous avions écrit un article sur l’OVNI de Chambley observé sur des photographies prises lors du Mondial Air Ballons le 5 août dernier. Nous y mentionnons qu’une tache de forme oblongue apparaissant sur certaines photos « intrigue les ufologues. ». Pour éviter les généralisations hâtives et injustifiées, l’ufologue Patrick Gross nous a demandé de corriger en « certains ufologues » (la correction a été faite).
Dans cet article, nous discutions de la validité de l’hypothèse de la poussière sur le capteur de l’appareil photo. Il nous semblait, en effet, à la lecture du site internet rapportant l’observation, que cette hypothèse avait été un peu vite écartée. De son côté, Éric Maillot nous avait fait part de la forte probabilité qu’il puisse s’agir tout simplement d’une feuille morte, hypothèse qu’il a étayée d’arguments intéressants. L’idée est également défendue par Patrick Gross, notamment sur son site Ufologie.net, mais rejetée par un autre ufologue, Christian Comtesse, présent également sur notre liste et qui travaille depuis plusieurs mois sur cette affaire. Christian Comtesse ne souhaitant pas dévoiler les résultats de son enquête avant la fin de celle-ci, nous attendons tous impatiemment ses conclusions et espérons qu’il nous les livrera sur la liste.
Car des révélations, nous en avons eues ce mois-ci. Cereal Killer nous a en effet annoncé « la vérité sur les crop circles de Waterloo » apparus ces deux dernières années en Belgique en nous postant une vidéo le montrant à l’œuvre avec un groupe d’amis. À lire sur son site, tous les détails de l’ « enquête » et ses confessions. Sur notre liste, il avoue également qu’« avec tout ce que j'ai appris de mon expérience grandeur nature depuis deux années, je suis prêt à mettre en jeu une somme de 20.000 euros à toutes personnes capables de m'apporter une preuve indiscutable d'un « vrai » crop circle. ».

La liste « zététiciens » est une liste publique administrées par les membres de l’OZ. Pour s’inscrire, il suffit d’envoyez un mail à zeteticiens-subscribe@yahoogroupes.fr ou de remplir l'encadré "Liste de discussion" sur notre site web. Les deux seules règles auxquelles les contributeurs sont tenus de s’astreindre sont : courtoisie et argumentation.



CULTURE ET ZÉTÉTIQUE


Chroniques Zétético-musicales n°5 : The 5th dimension et l’âge du Verseau

Le Nouvel Âge. Pour faire in on peut dire New Age.
De quoi s’agit-il ? De « l’émergence d'un nouveau paradigme culturel, dont l’extension serait planétaire, annonciateur d'une ère nouvelle dans laquelle l'humanité parviendrait à réaliser une part importante de son potentiel physique, psychique et spirituel » dixit la pionnière, Marylin Ferguson, dans La conspiration du Verseau (1980). L’idée est tellement floue qu’elle draine avec elle toute une collection de spiritualités mystiques, allant des devas et esprits de la terre aux entités invisibles et aux anges. Elle apporte malheureusement un grand nombre de thérapies « naturelles », dans le sillage d’un refus idéologique et politique de la médecine comme symptôme d’un matérialisme froid comme une sonde endoscopique.
Si le public commence tout juste à se rendre compte des dérives du New Age, (grâce entre autres à des ouvrages comme celui de Besnier et Mahric Le New Age : son histoire, ses pratiques, ses arnaques (1999) ce n’est pas le cas des associations de défense de l’individu comme l’ADFI – Deux Savoies Isère, qui reçoivent de très nombreuses victimes de thérapies ou de psychothérapies provenant de la nébuleuse Nouvel Âge. Pour ces plaignants, Il arrive régulièrement que le « réenchantement du monde » vire au cauchemar.
Le contexte est important, se répète le zététicien dans son lit le soir. Si les concepts ont plus d’un siècle (et proviennent de la Théosophie de Blavatsky) la mouvance Nouvel Age a éclos telle une fleur du mal sur un humus particulier dans la fin des années 60. Guerre au Vietnam, revendications anti-racistes et anti-homophobes, besoin « spirituel », retour à la nature, à la terre. Le programme de l’ère du Verseau (Aquarius) était séduisant. Surtout lorsqu’il se mettait en musique avec le groupe The 5th Dimension.

La double chanson Aquarius / Let the Sunshine In, écrite par J. Rado, G. Ragni et G. MacDermot vaut son pesant de cacahuètes.

When the moon is in the Seventh House (Quand la lune est dans la septième maison)
And Jupiter aligns with Mars (Et Jupiter aligné avec Mars)
Then peace will guide the planets (Alors la paix guidera les planètes)
And love will steer the stars (Et l’amour orientera les étoiles)
This is the dawning of the age of Aquarius (Ceci est la naissance de l’âge du Verseau)
(…)
Harmony and understanding (Harmonie et compréhension)
Sympathy and trust abounding (Sympathie et débordement de confiance)
No more falsehoods or derisions (Finies faussetés et dérisions)
Golden living dreams of visions (Rêves de vision dorés éveillés)
Mystic crystal revelation (Révélation du cristal mystique)
And the mind's true liberation (et la veritable liberation de l’esprit)
Aquarius! (Verseau !)
(…)
Let the sunshine, let the sunshine in, the sunshine in (Laissez entrer le soleil)
Let the sunshine, let the sunshine in, the sunshine in (Laissez entrer le soleil)
Let the sunshine, let the sunshine in, the sunshine in (Laissez entrer le soleil)

Oh, let it shine, c'mon (Oh laisse le briller, allez)
Now everybody just sing along (Maintenant tout le monde n’a qu’à chanter)
Let the sun shine in (Laissez l'éclat du soleil dedans)
Open up your heart and let it shine on in (ouvrez votre coeur et laissez-le briller dessus)
When you are lonely, let it shine on (quand vous êtes seul, laissez-le briller dessus)
Got to open up your heart and let it shine on in (y a qu’à ouvrir votre coeur et laissez briller dessus)
And when you feel like you've been mistreated (quand vous vous sentez comme si vous aviez été maltraité)
And your friends turn away (et que vos amis se tirent)
Just open your heart, and shine it on in (ouvrez simplement votre coeur et laissez briller dessus)
(…)


Peut-on en vouloir aux gens d’avoir adhéré à cela ? Bien sûr que non. Nous ne pouvons que condamner la floppée d’arnaques, d’escroqueries et de drames que cette mouvance a soigneusement cachés dans ses replis duveteux.

Richard Monvoisin

PS : Une fameuse version française de cette chanson existe dans les grelots de la voix de Julien Clerc, sous le nom de Laissons entrer le soleil, 1971. Coupe de cheveux d’époque.


Enfants des étoiles

À Grenoble, sur la site de la Bastille il y a quelques mois, une exposition de signalisation « galactique » a attiré notre attention. Parmi les divers panneaux, celui d’ « enfants des étoiles ».


Aussi joli soit-il, il ne peut pas ne pas nous rappeler la dérive sectaire de Kryeon-enfants Indigo, lesquels sont aussi appelés « enfants des étoiles ». Maladresse ou dessein, l’OZ n’a pu trancher. Mais un reporter zététicien a pu saisir sur le fait un enfant des étoiles juste en train de se poser.. Ça fait hésiter, non ?




De la zététique dans Harry Potter

Dans le dernier tome, Harry Potter et les Reliques de la Mort (Gallimard), l’auteur, J.K. Rowling nous offre un dialogue intéressant, sur le plan zététique, entre Hermione, dans le rôle de l’ « intellectuelle » de service, et Xenophilius Lovegood, le père de son amie Luna, dans le rôle de celui qui a tendance à croire en tous les mythes de sorcier. Je rassure les lecteurs fans de Harry Potter qui n’auraient pas encore lu le dernier tome : ils peuvent lire sans crainte le passage qui suit car il ne trahit rien de l’intrigue.

« - Mais la pierre, Mr Lovegood ? Ce que vous appelez la Pierre de Résurrection ?
- Et alors ?
- Et bien, comment pourrait-elle exister ?
- Prouvez-moi plutôt qu’elle n’existe pas, rétorqua Xenophilius.
Hermione parut scandalisée.
- Enfin, voyons… Je suis désolée, mais c’est complètement ridicule ! Comment voulez-vous que je puisse prouver qu’elle n’existe pas ? Vous voudriez peut-être que… que je ramasse toutes les pierres du monde et que je les soumette à des tests ? Si on va par là, on peut affirmer que toute chose existe s’il suffit pour y croire que personne n’ait jamais réussi à démontrer qu’elle n’existait pas !
- Oui, on peut, assura Xenophilius. Je suis content de voir que votre esprit commence à s’ouvrir.
»

La réaction d’Hermione est parfaitement légitime. Xenophilius a renversé la charge de la preuve. Ceux qui commencent à connaître la zététique auront peut-être même reconnu un principe zététique de base dans la réaction d’Hermione : « la charge de la preuve revient à celui qui affirme ». Ici, Xenophilus affirme qu’il existe une Pierre de Résurrection (ce qui est extraordinaire même dans un monde de sorciers), et Hermione qui est née de et a été éduquée par des parents « moldus » (c’est-à-dire qui ne possèdent pas de pouvoir magique) lui demande très justement « Comment est-ce possible ? ». Comme Hermione l’exprime si bien, il est impossible logiquement de démontrer l’inexistence d’un phénomène. C’est donc à celui qui affirme son existence d’en apporter la preuve, que l’on soit dans un monde de sorciers ou pas. Ce qui est vrai pour une Pierre de Résurrection dans un monde de sorciers reste vrai dans le monde qui est le nôtre pour les fantômes, la télépathie, la radiesthésie, le dahu, le yéti, une pierre de résurrection…

Même en ayant trouvé un peu de zététique dans ce livre, on peut malgré tout regretter que, dans ce dialogue, Hermione passe pour une personne étroite d’esprit… Ceci dit, il ne s’agit que d’un roman…Espérons que l’image restera auprès des jeunes lecteurs d’Harry Potter et puis auprès des plus âgés.

Pour quelques principes zététiques, le lecteur peut consulter notre publication sur le sujet.

Alexis Aubry



AGENDA


Cafés scientifiques

Dans le cadre des appels à projet « Sciences & Démocratie », les Petits Débrouillards et le Piment vert organisent le 13 novembre, à l’ADAEP, une soirée-débat autour des « Idées reçues dans l’alimentation ». Vous pensez que le gingembre est aphrodisiaque ? Que les épinards sont riches en fer ? que ce qui est « naturel » est meilleur pour la santé ? Que les produits light font maigrir ? Que le chocolat est un antidépresseur ? Que le jeûn nettoie l’organisme ? Ou qu’une femme réglée ne peut pas monter une mayonnaise ? Venez en discuter ! L’entrée est libre et gratuite.

Les idées reçues dans l’alimentation
Mardi 13 novembre à 20h30
ADAEP
163 cours Berriat 38000 Grenoble
Tram.A : arrêt Berriat
Entrée libre et gratuite


Le vendredi 23 novembre, le Réseau Bars des Sciences franciliens organise un café scientifique sur le thème « Science et Paranormal » au centre culturel de la Forêt de Montmorency à Domont. Jacques Scornaux, président de l’association SCEAU (Sauvegarde, Conservation des Études et Archives Ufologiques, association française à but non lucratif fondée en 1990), Florent Martin, membre de l’Observatoire zététique répondront aux questions du public sur l’expérimentation des phénomènes réputés « paranormaux ».

Café « Science et paranormal »
Vendredi 23 novembre à 20h
Centre culturel de la forêt de Montmorency
17, allée des Marlières
95330 Domont
Entrée libre et gratuite



Conférences

Le jeudi 22 novembre, à Marseille, Richard Monvoisin causera de « Paranormal et esprit critique » dans le colloque « Les Horizons du Savoir : science(s), raison et déraisons ». Il y aura également Jean-Marc Lévy-leblond et Patrick Tort mais il y aura aussi un psychanalyste, encore. À croire qu’à Marseille, la pseudoscientificité de la psychanalyse n’est pas encore bien décrite (les colloques GEMPPI par exemple, gardent toujours une place au frais pour un psychanalyste comme Roland Gori. Voir le compte-rendu du dernier colloque par Françoise Mariotti et Nicolas Gaillard).

Les Horizons du Savoir : science(s), raison et déraisons
Jeudi 22 novembre
Hôtel de Région
27, place Jules-Guesde
13002 Marseille
Programme et renseignements : site de l'ASTS


Le 3 décembre, l’association ADFI Deux Savoie-Isère invite à Chambéry le journaliste et écrivain Renaud Marhic pour une conférence sur le thème du New Age : « Le New Age, idéologie et dérives ». En essayant de préciser les caractéristiques des mouvements et pratiques de New Age, Renaud Marhic replacera la naissance et le développement de ce courant dans son contexte historique, politique et philosophique. Ses dangers seront abordés dans un but informatif et préventif notamment grâce à une intervention de Catherine Katz, secrétaire générale de la MIVILUDES (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) sur les faux souvenirs. Richard Monvoisin, membre de l'OZ fera également partie des intervenants.

Le New Age, idéologie et dérives
Lundi 3 décembre à 20h
Salle Jean Renoir
50, rue Nicolas Parent
73000 Chambéry
tel ADFI : 04.79.33.96.14


Le groupe TRACES organise une conférence-débat le mardi 11 décembre 2007 à 19h30 à l’École normale supérieure, intitulée : « Les frontières de la science : Peut-on entrer en Science sans visa ? » Les intervenants sont Pierre Lagrange, sociologue des sciences, Matteo Merzagora, journaliste scientifique et Richard Monvoisin, zététicien représentant le Laboratoire de zététique de Nice. « La science aime se présenter comme un espace cohérent, tel un pays qui devrait se prémunir de l’intrusion de divers ennemis : politiques, religieux, paranormaux, … Qui veille sur les frontières ? Retrouve-t-on ces démarcations dans la science « telle qu’elle se fait » ? »

Les frontières de la science : Peut-on entrer en Science sans visa ?
Conférence-débat
Mardi 11 décembre 2007 à 19h30
École normale supérieure
29 rue d’Ulm 75005 Paris
Renseignements : www.cognition.ens.fr/traces
L'affiche de la rencontre


Le 17 décembre, l’association Aldéran, dans le cadre de l’université populaire de philosophie de Toulouse, présente une conférence d’Éric Lowen intitulée « L’obsolescence de Dieu : les raisons du déclin de l’idée de dieu » : « Dieu n’est ni une illusion, ni mort, c’est aujourd’hui une idée obsolète. Dieu est-il encore utile pour expliquer quelque chose face à nos connaissances sur l’Univers ? Peut-on encore parler de Dieu à l’époque du Big-Bang ? Dieu est-il mort comme l’a proclamé Nietzsche ? L’être humain est-il orphelin de Dieu ? Retour sur le processus de dépassement de l’idée de dieu. »

L’obsolescence de Dieu : les raisons du déclin de l’idée de dieu
Lundi 17 décembre 2007 à 20h30
Maison de la philosophie
29 rue de la digue
31300 Toulouse
Tel : 05.61.42.14.40
Renseignements sur le site de l’association Aldéran
Entrée : 4 euros, gratuit pour les adhérents


L’AMAZ, association monégasque d’analyse zététique, toute nouvellement créée et présidée par le magicien Stéphane Bollati organise le 18 décembre 2007 au théâtre des Variétés de Monaco une conférence-spectacle « Le paranormal face à la science », avec Henri Broch. Stéphane Bollati montrera également ses talents de mentaliste.

Le paranormal face à la science
Conférence spectacle
Mardi 18 décembre à 18h30
Théâtre des Variétés de Monaco
1, Albert 1er 98000 Monaco
Entrée : 8 euros, - de 18 ans : 5 euros
Informations : Depliant en pdf (3262k)


Émission de télé

Le 13 novembre, le magazine Le droit de savoir diffuse sur TF1 une émission intitulée : « Charlatans et guérisseurs : enquête sur les médecines parallèles ».
Le sujet est intéressant mais une fois de plus, on peut regretter de retrouver dans le résumé une présentation binaire du problème (charlatans ou « pouvoirs réels » ?) et même une médecine scientifique affublée du qualificatif « traditionnelle » alors qu’elle n’est en rien basée sur la tradition contrairement à certaines médecines dites « parallèles » :
« Magnétiseurs, chamans et autres guérisseurs fascinent depuis toujours. Ils sont plus de 10.000 en France, prospérant en marge de la médecine traditionnelle et attirant une clientèle de plus en plus large. Sont-ils tous des charlatans ou bien leurs pouvoirs sont-ils bien réels ? Pour en savoir plus, « Le Droit de savoir » a mené l'enquête chez l'un des plus grands magnétiseurs de France. Les reporters ont suivi un stage de chamanisme, une discipline très à la mode. Ils ont aussi découvert les pratiques sectaires de certains praticiens qui n'hésitent pas à se servir des malades comme de véritables cobayes. Cancer, sida, ils prétendent être capable de tout guérir. Certains de ces charlatans n'ont jamais été inquiétés par la justice, malgré leurs pratiques douteuses. »

Charlatans et guérisseurs : enquête sur les médecines parallèles
Mardi 13 novembre à 22h35 sur TF1



Pièce de théâtre

Le vendredi 16 novembre à 20h30, le Centre Loisirs et Culture d’Eybens accueille une « conférence sur la pifométrie ». Cependant, on ne se prendra trop au sérieux car il s’agit d’une pièce de théâtre présentée comme un « spectacle ovni décalé, scientifico-poétique et bien secoué ».
« En exclusivité, une interview de Luc Chareyron, ingénieur diplômé de l’ENSIP (École Nationale Supérieure des Ingénieurs Pifométriciens) : « - Luc Chareyron, bonjour. Dites-nous ce qu’est la pifométrie.
- C’est tout simplement la science du pifomètre, appelé aussi « pif », « tarin », « blaze », « tarbouif »... Se dire qu’il y a belle lurette que le dernier bus est passé et qu’il va falloir marcher une sacrée trotte sous cette pluie qui tombe comme vache qui pisse afin de se rendre chez soi à perpette : c’est parfaitement clair pour tous ! Pas besoin d’une montre ou d’une carte. La science pifométrique couvre une part très importante de la culture universelle de l’à-peu-près.
- Le seul mot « science » suffit à rebuter un large public. La pifométrie serait-elle plus accessible ?
- Mais complètement ! La pifométrie est en chacun de nous, il s’agit de laisser parler son nez. Tout le monde peut revendiquer un statut d’ingénieur puisque chacun naît équipé du plus subtil et performant instrument d’appréhension du réel : son propre pifomètre. La pifométrie appréhende parfaitement la réalité avec « le chouïa », « la lichette », « la tripette », « le poil près », pour ne citer que quelques unités de mesure de ce système universel et démocratique. (...)
»

Conférence sur la pifométrie
Vendredi 16 novembre à 20h30
Centre Loisirs et Culture d’Eybens
27, rue Victor Hugo
38320 Eybens
Renseignements : ville d’Eybens
Tarif : 11, 9, 8, ou 5 euros
Billetterie : 04.76.62.67.47.

 


DIVERTISSEMENT


Résolution de l'énigme du triangle
L'énigme du mois dernier nous proposait un puzzle de pièces en triangle qui, une fois réagencé ne présente plus la même surface totale !
Mais les apparences sont trompeuses et il n'y a en réalité rien de surprenant. L'illusion vient simplement du fait que ce grand triangle n'en est pas un. En effet, les pièces rouge et verte ne présentent pas le même angle, comme le montre le calcul ci-dessous.



La différence devient plus évidente lorsqu'on accentue l'effet en étirant la pièce rouge. Les pointillés montrent la différence entre le triangle tel qu'on le perçoit et tel qu'il est en réalité. On comprend mieux d'où vient cet espace qui semble "apparaitre".



Insolite : La photo du mois
Le bizarre est probable, la photo ci-dessous l'illustre bien. Parmi toutes les positions que peuvent prendre les groupes de flamants roses, il y avait celle-ci et un photographe était là pour la figer. Mais il n'y aura que des humains qui essaieront de lui donner un "sens".

 



 


ANNONCES


SOS surnaturel
L'observatoire zététique dispose d’une ligne directe, SOS surnaturel. Si vous êtes témoin d'un phénomène paranormal, si vous avez une faculté extraordinaire, si vous avez entendu parler d'histoires étranges et que vous voulez en savoir plus, appelez-nous au : 08.731.731.96.
Les paranormal investigators de l'OZ mèneront l'enquête avec vous.
Vous pouvez également prendre contact avec l'Observatoire zététique par mail. Pour toute question ou remarque écrivez nous à contact@zetetique.fr

 


Cette newsletter a été préparée par Alexis Aubry, Éric Déguillaume, Géraldine Fabre, Nicolas Gaillard, Françoise Mariotti (CZLR), Florent Martin, Richard Monvoisin et Fabrice Neyret.

 

Mise à jour le Vendredi, 16 Novembre 2012 12:57