Bienvenue, Invité
Merci de vous identifier ou de vous inscrire.    Mot de passe perdu?
signifie que ce forum est verrouillé; pas de nouveaux messages possibles.
La révélation des pyramides : résultats de mes calculs signifie que ce forum est verrouillé; pas de nouveaux messages possibles.
(1 lecteur(s)) (1) Invité(s)
Aller en basPage: 1234567
SUJET: La révélation des pyramides : résultats de mes calculs
*
   02/10/14 à 14:46 #44409
PhD Smith
Contributeur extraordinaire !
Messages: 801
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:La révélation des pyramides : résultats de mes calculs
Etant modérateur sur un autre forum, je dois m'inclure aussi ?
 
Image réservée aux membres.
Veuillez vous connecter ou vous enregistrer.
praedicator veridicus, inquisitor intrepidus, doctor egregius.Image réservée aux membres.
Veuillez vous connecter ou vous enregistrer.
Le sujet a été verrouillé.
   06/10/14 à 09:38 #44428
Jerem
Moderateur
Messages: 948
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Masculin Observatoire Zététique jeremy.royaux@hotmail.be Lieu: Bruxlles - Belgique Date anniversaire: 24/02
 Re:La révélation des pyramides : résultats de mes calculs
il me semble que Bobby, dans son avant dernière intervention, a bien résumé la situation
si quelqu'un a encore quelque chose de constructif à dire ok, sinon abstenez vous de poster des ad hominem, merci
 
Modérateur
Observatoire Zététique
Le sujet a été verrouillé.
   07/10/14 à 10:16 #44460
Abdu
Contributeur important
Messages: 133
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:La révélation des pyramides : résultats de mes calculs
"La précision de la planéité d'un bloc de granit de 27 tonnes à 0,005 mm "

Petite remarque :
densité du granit = 2,7 kg/l
Le bloc de 27 t a donc un volume de 10 m3
On parle donc d'une surface plane de quelques m2.

Si on veut réaliser une telle précision de planéité, il est préférable d'avoir effectivement du granit et une pièce d'épaisseur conséquente (absolument impossible sur du bois ou sur une plaque fine).

La méthode la plus pertinente pour le faire serait le rodage (frottement d'une pièce sur l'autre) avec des mouvements irréguliers, technique parfaitement accessible du moment qu'on sait déplacer le bloc en question et qu'on a du temps.

Ce que les égyptiens ne pouvaient probablement pas faire, c'était mesurer cette planéité. Ils pouvaient par contre l'observer et en estimer facilement la perfection. En effet, si effectivement un tel bloc de granite existe (on a toujours pas de source, qui a mesuré quoi et comment), il faut aussi qu'il soit "parfaitement" lisse.
C'est à dire quasiment un miroir. En faisant jouer la lumière dessus, le moindre défaut serait visible et repérable.

Je ne crois pas trop à cette histoire.
Il me semble que si une pierre taillée antique d'un tel état de surface et de géométrie existait, elle serait plus largement citée et documentée.
Je veux dire qu'elle trancherait tellement par son aspect avec les photos largement répandues des pyramides qu'elle aurait été depuis longtemps repérée et mise en avant comme exceptionnelle (à moins de penser que l'on ne photographie des pyramides que les pierres de taille de précision de forme banales).
Mais après tout, pourquoi pas.

Elle était où, cette pierre ?
 
Dernière édition: 07/10/14 à 10:56 Par Abdu.
Le sujet a été verrouillé.
   07/10/14 à 10:52 #44462
Abdu
Contributeur important
Messages: 133
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:La révélation des pyramides : résultats de mes calculs
Pour revenir au sujet de base : le calcul d'alignement.

Il faut reprendre la recherche dans le bon ordre.
Vérifier l'alignement de sites choisis parce qu'ils ont été signalés comme alignés n'est pas satisfaisant. On arrive à la conclusion qu'ils sont alignés et on en reste à discuter si 1 m ou 10 m ou 100 m ou plus seraient une maille de tolérance supportable.

Il faut :
- définir les critères justifiant d'évaluer tel site plutôt tel autre (ex: age supposé de construction).
- établir une base de donnée de tous les sites mondiaux répondant à ces critères avec leurs coordonnées.
- avec le nuage de points qu'ils forment (j'imagine qu'on gagnerait à travailler en coordonnées sphériques) trouver une fonction simple approchante.
- faire une analyse de la variance de chaque point réel par rapport à la courbe testée (on compare cette variance à la variance globale, on peut ainsi voir si cet écart est statistiquement admissible ou non) et si le modèle retenu explique (prévoit) la position des point et avec quel seuil de fiabilité statistique.
- exclure un à un les points les plus écartés et reprendre les calculs jusqu'à obtenir un modèle présentant un risque statistique permettant d'affirmer que ce qu'on observe s'éloigne significativement du hasard.

Ensuite, on peut observer le modèle retenu et lui chercher une explication, travailler avec, s'interroger, s'émouvoir... tout ce qu'on voudra.
Mais si un tel travail ou équivalent n'a pas été fait en amont, hélas, il est trop tôt et on en reste réduit aux sempiternels affrontements de croyances.

Ce qui est dommage car ce travail est tout à fait réalisable.

Bon courage donc !
 
Dernière édition: 07/10/14 à 10:54 Par Abdu.
Le sujet a été verrouillé.
   17/10/14 à 01:54 #44510
ontologiae
Nouveau venu
Messages: 14
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:La révélation des pyramides : résultats de mes calculs
Pour revenir au sujet de base : le calcul d'alignement.

Il faut reprendre la recherche dans le bon ordre.
Vérifier l'alignement de sites choisis parce qu'ils ont été signalés comme alignés n'est pas satisfaisant. On arrive à la conclusion qu'ils sont alignés et on en reste à discuter si 1 m ou 10 m ou 100 m ou plus seraient une maille de tolérance supportable.

Il faut :
- définir les critères justifiant d'évaluer tel site plutôt tel autre (ex: age supposé de construction).
- établir une base de donnée de tous les sites mondiaux répondant à ces critères avec leurs coordonnées.
- avec le nuage de points qu'ils forment (j'imagine qu'on gagnerait à travailler en coordonnées sphériques) trouver une fonction simple approchante.
- faire une analyse de la variance de chaque point réel par rapport à la courbe testée (on compare cette variance à la variance globale, on peut ainsi voir si cet écart est statistiquement admissible ou non) et si le modèle retenu explique (prévoit) la position des point et avec quel seuil de fiabilité statistique.
- exclure un à un les points les plus écartés et reprendre les calculs jusqu'à obtenir un modèle présentant un risque statistique permettant d'affirmer que ce qu'on observe s'éloigne significativement du hasard.

Ensuite, on peut observer le modèle retenu et lui chercher une explication, travailler avec, s'interroger, s'émouvoir... tout ce qu'on voudra.
Mais si un tel travail ou équivalent n'a pas été fait en amont, hélas, il est trop tôt et on en reste réduit aux sempiternels affrontements de croyances.

Ce qui est dommage car ce travail est tout à fait réalisable.

Bon courage donc !


Je suis totalement d'accord avec vous sur le fond.
Le protocole expérimental que vous proposez me semble sérieux et permettrai de répondre à la question "y a t-il un hasard ou non", ou encore "les résultats sont-ils assimilables à du bruit statistique ou doit-on reconnaitre qu'il y a statistiquement quelques chose d'inexplicable ?".
Le gros problème de cette approche réside dans les critères d'évaluation menant à la sélection de sites pour construire l'échantillon...

Je vais dans un première partie expliquer pourquoi c'est quasiment impossible, et en second lieu quelle approche statistique j'ai choisi. Je serait intéressé d'avoir votre avis sur ma proposition.

Pourquoi ces critères sont impossibles à définir ?
Si l'alignement est réel, on ne sait absolument pas quels sont les raisons qui auraient poussé les constructeurs à respecter cet alignement.
Prendre une sélection de site basé sur un critère de date de construction est très problématique : si les constructeurs ont sciement conçu l'alignement, qu'est-ce qu'il nous prouve qu'ils auraient voulu le faire sur l'ensemble des sites de cette époque ? Dans ce cas, quels seraient les raisons de ces choix ? On se perd vite en conjecture stériles. Je ne parle même pas de la datation problématique de nombreux sites, et des reconstructions multiples au dessus de ceux-ci (prenons l'exemple de Troie et ses 9 niveaux
fr.wikipedia.org/wiki/Site_arch%C3%A9olo....C3.A9rentes_strates pendant 3000 ans).

Donc tirer des plans sur la comète en pariant sur un supposé critère d'âge lui même supposé des sites, dont on ne sait rien pour pas mal d'entre eux - car aucun reste organique n'est disponible pour pouvoir le dater au C14 - me parait hasardeux et fais s'effondrer toute la démarche : le choix des sites sera toujours discutable et ne permettra jamais de conclure à un résultat convainquant pour les partisans de l'un ou l'autre camp. Inutile de préciser que pour moi cela ne prouvera absolument rien.

Si l'on veut savoir si ces sites sont alignés, il faut objectivement se poser la question de qui les sciemment alignés et pourquoi ? Et là encore on rentre dans une polémique sans fin qu'une étude mathématique ne peut pas départager.
C'est la raison pour laquelle j'ai préféré une autre approche, qui me parait plus sûre.


Je rend au passage grâce aux quelques ingénieurs qui trainent sur le forum de LRDP (eh oui il y en a), avec lesquels j'ai concocté cette approche.

Le documentaire affirme que les sites sont non seulement alignés, mais que les distances entre eux sont souvent des multiples de phi, le nombre d'or. Si cela est vrai, que l'on ait pris des sites au hasard ou pas, il y a là un résultat troublant, et le problème de l’échantillonnage devient secondaire. Donc on peut raisonner sur les 18 sites "alignés", car on pourra ensuite travailler sur un échantillon témoin de points alignés sur le globe, choisis au hasard. C'est d'autant plus facile que nous sommes dans
un cas d'un hasard gaussien, ou hasard "bénin" comme dirait Benoît Mandelbrot (je vous renvoi aux ouvrage de Taleb pour approfondir cette notion).
Au passage beaucoup de gens qui se croient rigoureux abusent de raisonnements partant du principe que la distribution du hasard dans leur domaine d'étude est gaussien alors qu'il ne l'est pas...

Mais comment s'assurer que ces affirmations sont vrais ?
Mesurer des distances et vérifier les calculs ne suffit pas : on doit vérifier l'émergence statistique de ces distances liées au nombre d'or par rapport au hasard.

Le protocole expérimental que j'ai commencé à tester (et que je finirais quand j'aurai le temps, car j'ai une vie aussi) consiste donc, à réaliser le produit cartésien de toutes les comparaisons de distances possibles entre 3 ou 4 sites (du genre comparaison de distance Nazca-Paques avec Angkor-Gizeh), et de vérifier que leur multiplicateurs soient statistiquement liés à des nombres irrationnels comme π, phi ou e.

En détail, on procède comme suit :
    On créé une table (un ensemble) de nombres N dans lequel on va mettre
      Appelons "nombres test" phi, phi*10, phi*100, pi, pi*10, pi*100, e, e*10, e*100, pi*e, pi*phi, phi*pi*10, phi*pi*100, ...

      on y rajoute une masse de nombres choisis avec la belle fonction random, en excluant les nombres trop proches des nombres test, sur intervalle [min;max] des nombres test.

      On se débrouille pour que les nombres basés sur pi, phi et e constituent moins de 1% de la masse des nombres de cette table de nombres tests

    On construit une table ou un ensemble D, où l'on a toutes les distances entre site de l'échantillon ayant pour multiple un nombre appartenant à la table N, à 99,5% près, ce qui nous fait 200 km d'erreur sur 40 000 km

    Pour chaque nombre de la table N, on calcul le nombre de fois durant lequel il est multiplicateur valide, autrement dit le nombre de fois dans lequel on retrouve ce multiplicateur dans la table D.

    On calcul ainsi le rang de chacun des nombres de la table N sur tous les rapports de distance calculés.


En recommençant plusieurs fois l'opération de génération des 99% de masses de nombre au hasard de la table, on va observer s'il y a stabilité statistique du rang d'un ou plusieurs des nombres tests.
Si l'on observe une stabilité statistique du rang (du genre on remarque que phi et ses multiples 10 et 100, font toujours partie des 10% les plus fréquemment cités), on pourra lancer la deuxième vérification : prendre des points au hasard sur la terre, alignés aux aussi, et réaliser la même opération.

Si l'on a stabilité statistique du rang de certains "nombres test" que dans le premier cas, on pourra se demander sérieusement si ces rapports de distance n'ont pas été consciemment définis, car on aura prouvé qu'ils ne sont pas du pur hasard.
 
Le sujet a été verrouillé.
   17/10/14 à 03:21 #44511
ontologiae
Nouveau venu
Messages: 14
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:La révélation des pyramides : résultats de mes calculs
Abdu écrit:
"La précision de la planéité d'un bloc de granit de 27 tonnes à 0,005 mm "

Petite remarque :
densité du granit = 2,7 kg/l
Le bloc de 27 t a donc un volume de 10 m3
On parle donc d'une surface plane de quelques m2.

Si on veut réaliser une telle précision de planéité, il est préférable d'avoir effectivement du granit et une pièce d'épaisseur conséquente (absolument impossible sur du bois ou sur une plaque fine).

La méthode la plus pertinente pour le faire serait le rodage (frottement d'une pièce sur l'autre) avec des mouvements irréguliers, technique parfaitement accessible du moment qu'on sait déplacer le bloc en question et qu'on a du temps.

Je suis de plus en plus convaincu par la thèse de Davidovits : il a réussi à reconstituer des granits très dur lui même avec des méthodes simples, je pense donc que ces pierres ont été moulées par coffrage.
Le petit problème, c'est qu'un ami maçon m'a mis le doute : faire un coffrage aussi propre est assez difficile techniquement sans technique de mesure de la planéité et voire impossible pour faire les pierres qu'on observe à Cuzco (aspect bombé, vingtaine d'angles pour chaque pierre s'emboitant parfaitement, etc...).



Néanmoins concernant la précision, j'en doute encore. Mon père qui a entre autre travaillé dans le domaine de la mesure de précision, pour des pièces de centrales nucléaires, m'a bien expliqué qu'on ne peut obtenir de telles précisions avec des outils simples : il faut un axe de de déplacement de la pièce de frottement très stable, qui doit lui même être très plat, car sinon on creuse sans cesse la pierre pour obtenir une égalité parfaite.

Une précision de 0,5mm, à la limite, c'est atteignable, mais 0,005mm, soit 5 micromètres (!), demandez aux gens dont c'est le métier (militaire, nucléaire, aérospatial), c'est très difficile à obtenir, même aujourd'hui.

Mais laissons leur le bénéfice du doute, la technique du miroir a peut-être fonctionné, mais c'est un peu "gros".
Il faudrait demander à un métrologue spécialiste du verre, quel précision de planéité est "mesurable" à l'oeil nu.
Dans l'industrie, on utilise l'Interféromètre de Michelson


Ce que les égyptiens ne pouvaient probablement pas faire, c'était mesurer cette planéité. Ils pouvaient par contre l'observer et en estimer facilement la perfection. En effet, si effectivement un tel bloc de granite existe (on a toujours pas de source, qui a mesuré quoi et comment), il faut aussi qu'il soit "parfaitement" lisse.
C'est à dire quasiment un miroir. En faisant jouer la lumière dessus, le moindre défaut serait visible et repérable.

Je ne crois pas trop à cette histoire.
Il me semble que si une pierre taillée antique d'un tel état de surface et de géométrie existait, elle serait plus largement citée et documentée.
Je veux dire qu'elle trancherait tellement par son aspect avec les photos largement répandues des pyramides qu'elle aurait été depuis longtemps repérée et mise en avant comme exceptionnelle (à moins de penser que l'on ne photographie des pyramides que les pierres de taille de précision de forme banales).
Mais après tout, pourquoi pas.

Elle était où, cette pierre ?

Dans la chambre du roi.

Franchement vous surestimez les égyptologues, n'oublions pas que ce sont des littéraires. Ils sont plus promptes en tant qu'historien à se préoccuper de problèmes historiques et religieux : ils ont été formés à cela lors de leur master d'histoire.
Une histoire de planéité, ça préoccupe un ingénieur : je suis sûr qu'il ne viendrai jamais à l'idée de la plupart des égyptologue qu'une telle planéité pose des problèmes techniques.
Tout comme ils sont très très peu à s'être sérieusement posé la question (en archéologie expérimentale s'entend) de la méthode de fabrication des vases en pierre dur, retrouvés sur le site de Saqqarah.

J'ai confiance en la compétence des égyptologues sur des question historiques : faits historiques, rapport de pouvoir entre le religieux et temporel, etc...
Mais ne leur demandez pas de s'occuper de problèmes techniques, ce n'est pas leur domaine, donc ils trouveront une explication simple, mais fausse, avec un beau dessin.

Et c'est vrai pour tout le monde : je suis informaticien, et jusqu'à que je discute avec mon ami maçon, le coffrage n'était absolument pas un problème pour moi, la solution était pour moi toute trouvé pour les pierres de Cuzco : elles ont été coffrées, question réglée.

Ce que je veux dire par là, c'est que chaque domaine a ses difficultés cachées, et des choses nous paraissant simple lorsque nous ne sommes pas spécialiste sont en réalité très complexe, mais nous le soupçonnons pas.

Chacun son domaine d'expertise où l'on a connaissance des véritables enjeux..
 
Le sujet a été verrouillé.
   17/10/14 à 07:57 #44512
saxncat
Contributeur extraordinaire !
Messages: 1575
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Masculin Lieu: 33
 Re:La révélation des pyramides : résultats de mes calculs
ontologiae écrit:

Si l'alignement est réel, on ne sait absolument pas quels sont les raisons qui auraient poussé les constructeurs à respecter cet alignement.
...
Si l'on veut savoir si ces sites sont alignés, il faut objectivement se poser la question de qui les sciemment alignés et pourquoi ?


Pas du tout
Ou ils sont alignés, à un critère de précision près à déterminer, ou il ne le sont pas.
peu importe qui les a alignés et pourquoi, il faut d'abord constater le fait objectif et mesurable, l'interprétation vient après.


Le documentaire affirme que les sites sont non seulement alignés, mais que les distances entre eux sont souvent des multiples de phi, le nombre d'or.


Avec quelle unité de mesure ? le mètre ? le kilomètre ? le yard ? la toise ?

Merci de donner cette information, je n'ai pas le temps de regarder un documentaire.
 

La terre porte deux sortes d'hommes, des hommes intelligents sans religion et des hommes religieux sans intelligence. - [Abu’l Ala al Ma’arri]

Le sujet a été verrouillé.
   17/10/14 à 13:37 #44513
npatrois
Faut pas croire, faut savoir.
Contributeur extraordinaire !
Messages: 1010
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:La révélation des pyramides : résultats de mes calculs
ontologiae écrit:

Franchement vous surestimez les égyptologues, n'oublions pas que ce sont des littéraires. Ils sont plus promptes en tant qu'historien à se préoccuper de problèmes historiques et religieux : ils ont été formés à cela lors de leur master d'histoire.


Merci de ne pas les sous-estimer et de ne pas les prendre pour des idiots ou des ignorants a priori. Il y a des ponts entre les sciences et l’histoire.
 
L’homme descend du singe, or l’homme est fait à l’image de Dieu. Donc Dieu est King Kong.
-+- Cavanna, François -+-
Le sujet a été verrouillé.
   17/10/14 à 16:38 #44514
Abdu
Contributeur important
Messages: 133
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:La révélation des pyramides : résultats de mes calculs
ontologiae écrit:

Pourquoi ces critères sont impossibles à définir ?
Si l'alignement est réel, on ne sait absolument pas quels sont les raisons qui auraient poussé les constructeurs à respecter cet alignement.
Prendre une sélection de site basé sur un critère de date de construction est très problématique : si les constructeurs ont sciement conçu l'alignement, qu'est-ce qu'il nous prouve qu'ils auraient voulu le faire sur l'ensemble des sites de cette époque ? Dans ce cas, quels seraient les raisons de ces choix ? On se perd vite en conjecture stériles. Je ne parle même pas de la datation problématique de nombreux sites, et des reconstructions multiples au dessus de ceux-ci (prenons l'exemple de Troie et ses 9 niveaux
fr.wikipedia.org/wiki/Site_arch%C3%A9olo....C3.A9rentes_strates pendant 3000 ans).

Donc tirer des plans sur la comète en pariant sur un supposé critère d'âge lui même supposé des sites, dont on ne sait rien pour pas mal d'entre eux - car aucun reste organique n'est disponible pour pouvoir le dater au C14 - me parait hasardeux et fais s'effondrer toute la démarche : le choix des sites sera toujours discutable et ne permettra jamais de conclure à un résultat convainquant pour les partisans de l'un ou l'autre camp. Inutile de préciser que pour moi cela ne prouvera absolument rien.

Je ne dis pas que le critère de l'age doive être retenu.
Pas tellement parce que l'age n'est pas connu. A mon avis, l'age d'un édifice est en général connu sans trop d’ambiguïté. On peut toujours effectivement tergiverser, mais ça n'apporte rien de fondamental.
En effet, si on tient absolument à imaginer un plan global de construction à des points précis, pourquoi rejeter à priori qu'il ne soit pas encore à l’œuvre ?
Rejetons donc le critère d'age, ça nous évitera de dire des bêtises sur la datation. Il faut comprendre que l'étude telle que je l'ai décrite n'est absolument pas handicapée par les points rejetés bien au contraire.
Mais pourquoi est-il impossible d'établir des critère autres que l'alignement des bâtiments pour faire une étude cherchant à prouver que leur alignement n'est pas un bête biais d'observation ?
J'en propose un, très simple : "les bâtiments donnant le sentiment d'être conçus pour défier le temps."
En fait, l'analyse statistique proposée, une fois que quelqu'un l'aura programmée, peut être refaite sur des populations différentes sélectionnées sur d'autres groupe de critères.

ontologiae écrit:

Si l'on a stabilité statistique du rang de certains "nombres test" que dans le premier cas, on pourra se demander sérieusement si ces rapports de distance n'ont pas été consciemment définis, car on aura prouvé qu'ils ne sont pas du pur hasard.

Et on pourra enfin se demander qui a déterminé la place des iles et des montagnes sans lesquelles ces sites ne pourraient ni avoir été construits ni avoir traversé les âges.
Mais oublions ces détails.
 
Le sujet a été verrouillé.
   17/10/14 à 16:57 #44515
Abdu
Contributeur important
Messages: 133
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:La révélation des pyramides : résultats de mes calculs
ontologiae écrit:
Abdu écrit:

Je ne crois pas trop à cette histoire.
Il me semble que si une pierre taillée antique d'un tel état de surface et de géométrie existait, elle serait plus largement citée et documentée.
Je veux dire qu'elle trancherait tellement par son aspect avec les photos largement répandues des pyramides qu'elle aurait été depuis longtemps repérée et mise en avant comme exceptionnelle (à moins de penser que l'on ne photographie des pyramides que les pierres de taille de précision de forme banales).
Mais après tout, pourquoi pas.

Elle était où, cette pierre ?

Dans la chambre du roi.

Franchement vous surestimez les égyptologues, n'oublions pas que ce sont des littéraires. Ils sont plus promptes en tant qu'historien à se préoccuper de problèmes historiques et religieux : ils ont été formés à cela lors de leur master d'histoire.
Une histoire de planéité, ça préoccupe un ingénieur : je suis sûr qu'il ne viendrai jamais à l'idée de la plupart des égyptologue qu'une telle planéité pose des problèmes techniques.
Tout comme ils sont très très peu à s'être sérieusement posé la question (en archéologie expérimentale s'entend) de la méthode de fabrication des vases en pierre dur, retrouvés sur le site de Saqqarah.

Ce que je voulais dire, c'est qu'il serait humainement impossible devant un bloc présentant ces caractéristiques sans le remarquer et surtout le signaler comme un fait extraordinaire.
0,005mm de planéité !
Il ne serait pas du tout nécessaire de mesurer un tel bloc ou d'être ingénieur pour s'ébahir de son aspect !
C'est quand même autre chose que ce qu'on voit sur les photos de la chambre du roi où on voit très bien que l'état de surface, même s'il est remarquable, n'est pas du tout compatible avec une planéité micrométrique...
 
Dernière édition: 17/10/14 à 16:59 Par Abdu.
Le sujet a été verrouillé.
Revenir en hautPage: 1234567
Modérateur: Bobby, Jerem
Développé par KunenaObtenir les derniers messages directement sur votre PC - Version française:SFK