Bienvenue, Invité
Merci de vous identifier ou de vous inscrire.    Mot de passe perdu?
signifie que ce forum est verrouillé; pas de nouveaux messages possibles.
comment parler de son sceptiscisme a quelqu'un de persuadé?? signifie que ce forum est verrouillé; pas de nouveaux messages possibles.
(1 lecteur(s)) (1) Invité(s)
Aller en basPage: 12345678
SUJET: comment parler de son sceptiscisme a quelqu'un de persuadé??
   23/05/10 à 15:41 #9954
Bobby
Moderateur
Messages: 2847
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Féminin Lieu: Paris Date anniversaire: 01/01
 Re:comment parler de son sceptiscisme a quelqu'un de persuadé??
C'est étrange mais je ne supporte pas longtemps l'ambiance d'une église... C'est beau à visiter, mais ensuite l'atmosphère est bien trop pesante pour moi, le malheur des gens qui y viennent trouver du réconfort me met mal à l'aise. J'suis bien trop sensible :o)

++
 
Retrouvez-nous sur facebook :
www.facebook.com/groups/pseudo.scepticisme/
Le sujet a été verrouillé.
   23/05/10 à 17:15 #9958
Venom
Super contributeur !
Messages: 221
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:comment parler de son sceptiscisme a quelqu'un de persuadé??
Bobby écrit:
C'est étrange mais je ne supporte pas longtemps l'ambiance d'une église... C'est beau à visiter, mais ensuite l'atmosphère est bien trop pesante pour moi, le malheur des gens qui y viennent trouver du réconfort me met mal à l'aise. J'suis bien trop sensible :o)

C'est parce que tu n'as jamais fréquenté les groupes de jeunes d'une église. On chante tous autour d'une guitare, c'est l'occasion de rencontrer de jolies filles (la première raison d'exister d'un groupe de jeunes est de faciliter les mariages entre personnes de même conviction), et on se sent entouré et apprécié, et on peut discuter de thème que l'on n'a pas l'occasion d'aborder dans d'autres contextes (le fait qu'il faut aimer son prochain comme soi-même blablabla).

Personnellement, pour avoir fréquenté ce genre de groupe, je peux tout à fait bien comprendre l'attrait qu'une église peut avoir en tant que groupe de soutient social pour les individus.
 
Le sujet a été verrouillé.
   23/05/10 à 20:26 #9963
Bobby
Moderateur
Messages: 2847
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Féminin Lieu: Paris Date anniversaire: 01/01
 Re:comment parler de son sceptiscisme a quelqu'un de persuadé??
Ma mère m'a envoyé au Catéchisme, j'ai été viré le jour où j'ai assisté à ma première messe.
Une amie est tombée dans la religion il y a 1 ou 2 ans, elle est devenue chrétienne, pendant tout ce temps elle ne m'a parlé que de préceptes religieux, et aujourd'hui je l'ai perdu dans les méandres de ses croyances.

Je n'ai jamais eu d'atomes crochus avec les religions, mais aujourd'hui j'ai une position beaucoup plus marquée, plus extrême, par expérience.
 
Retrouvez-nous sur facebook :
www.facebook.com/groups/pseudo.scepticisme/
Le sujet a été verrouillé.
   24/05/10 à 00:09 #9966
BÉZAMAT
Contributeur extraordinaire !
Messages: 770
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:comment parler de son sceptiscisme a quelqu'un de persuadé??
Autant que je me souvienne, je suis né croyant quasi-mystique.
De l'âge de 6 à 16 ans, j'étais chez les huguenots calvinistes (famille anti-cléricale, athée de combat et protestant progressiste de gauche).
Tout petit, j'adorais ces histoires de Nephilims, Canaan, Ur, paraboles christiques... Destiné au pastorat, je n'ai pas emprunté cette voie, et refusé de communier devant un parterre de faux-culs aussi moralistes que lourdingues.
Les soirées guitares dont parle Venom, j'ai bien connu, avec le gâteau au yaourt, la prière systématique avant de claper, et les chants style "Jesus revient, jésus vous aime"... Des litanies pas différentes d'un Krishna décervelé... Je fréquentais des soeurs dans les abbayes puis des cisterciens.
Après, cela a été la Qabale, l'Islam soufi, l'occultisme luciférien, le panthéisme (les fées et les lutins), la démonologie, les désenvoûtements (j'exorcisais des lieux hantés dangereux), les bas fonds de l'imaginaire. La chute. Toujours des croyances diraient les sceptiques zets, ou cartésiens.
J'aimais les églises, je jouait autour. Elles étaient comme vivantes dans la pierre, elles avaient des yeux.
Aujourd'hui, je pense que croire amène vers l'intolérance politique.
Alors que le scepticisme peut amener des croyants vers une autre prise de conscience. Reste à ces derniers de faire une révolution intérieure.
Celle de la raison.
Perso, je ne peux pas dissocier raisonnement et foi.
Descendant d'anars à la fin du XIXe siècle, j'ai gardé ce rejet douloureux de toute idéologie, politique, religieuse, sociale.

++
 
Le sujet a été verrouillé.
   27/07/10 à 16:22 #13348
nablator
Super contributeur !
Messages: 244
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:comment parler de son sceptiscisme a quelqu'un de persuadé??
Si je peux me permettre de revenir au sujet, j'ai beaucoup apprécié l'article de Brian Dunning "Mon ami le croyant".

Si vous lisez l'anglais :
skepticblog.org/2009/05/07/my-friend-the-believer/

Sinon passez le dans translate.google.fr (pas terrible mais lisible) il vaut le détour !
 
Le sujet a été verrouillé.
   28/07/10 à 22:37 #13380
memyselfandI
Nouveau venu
Messages: 16
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Masculin Lieu: sur Terre
 Re:comment parler de son sceptiscisme a quelqu'un de persuadé??
Salut l'Ours,
Ours brun écrit:

une croyance c'est une bouée de sauvetage, on a tendance à s'y accrocher envers et contre tout - même une fois qu'on nous a prouvé qu'il n'y avait que 30cm d'eau...
C'est pas faux et justement j'ai une question un poil chiante à ce sujet:
quel est l'intérêt à priver un quidam quelconque de bouée de sauvetage?
Prends ton temps et brosse bien ta réponse ;0).


A la différence d'une bouée je dirais qu'un croyance c'est plutôt comme des brassières. Soit tu nages avec et, en effet pour flotter c'est plus facile, soit t'apprends à nager...
 
Le sujet a été verrouillé.
   28/07/10 à 22:40 #13381
memyselfandI
Nouveau venu
Messages: 16
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Masculin Lieu: sur Terre
 Re:comment parler de son sceptiscisme a quelqu'un de persuadé??
Cela dit c'est un sujet intéressant, étant moi même souvent en discorde avec ma compagne à causes de croyances (Elle est plutôt du genre Bézamat :) )
 
Le sujet a été verrouillé.
   29/07/10 à 05:58 #13407
Tazman
Guillaume d'Occam, quel rasoir !
Contributeur extraordinaire !
Messages: 456
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Masculin Lieu: Montréal, Québec
 Re:comment parler de son sceptiscisme a quelqu'un de persuadé??
Salut Nablator

nablator écrit:
Si je peux me permettre de revenir au sujet, j'ai beaucoup apprécié l'article de Brian Dunning "Mon ami le croyant".

Si vous lisez l'anglais :
skepticblog.org/2009/05/07/my-friend-the-believer/

Sinon passez le dans translate.google.fr (pas terrible mais lisible) il vaut le détour !


J'ai lu cet article - merci de l'avoir pointé. J'ai particulièrement aimé la 2e réponse (Pat in Montréal) :

Je reprends l'essentiel de son message :

Don’t forget that these people believe in the impossible and their belief itself is completely irrational. Most choose to ignore evidence.

There is almost nothing you can do to convince an irrational person so I will often choose to nod and smile and tell them it sounds “too good to be true” and I’d have to see it to believe it. I then switch the conversation to another subject.


Traduction libre et rapide :

«Il ne faut pas oublier que ces gens croient en l'impossible et leur croyance elle-même est complètement irrationnelle. La plupart choisissent d'ignorer l'évidence.

«Il n'y a presque rien que l'on peut faire pour convaincre une personne irratinnelle alors je choisis d'opiner du bonnet, de sourire, de lui dire comme ça semble «trop beau pour être vrai» et que j'ai besoin de le voir pour le croire. Puis je détourne la discussion vers un autre sujet.»

À mon avis, si on ne veut pas de frictions avec nos proches, on peut agir de cette manière, mais, en complément, tout en lui fournissant quelques lectures alternatives «afin d'avoir un autre point de vue». Ne pas lui demander si elle-même n'en aurait pas à nous proposer... Ça permet de se préparer un argumentaire, de part et d'autre, un peu plus souple et surtout de «préparer le terrain», si j'ose dire {;-)}

Certains ouvrages sont à privilégier, dont certains se trouvent ici.

À+

Tazman
 
Guillaume d'Occam, quel rasoir !(;-))
«On rit, mais c'est pas drole !!!»
Professeur Mandibule, La Ribouledingue, troupe clounesque

«Imagine there's no countries...
...
And no religions too...» John Lennon
Image réservée aux membres.
Veuillez vous connecter ou vous enregistrer.
Le sujet a été verrouillé.
   29/07/10 à 10:50 #13413
nablator
Super contributeur !
Messages: 244
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:comment parler de son sceptiscisme a quelqu'un de persuadé??
Ce que j'ai bien aimé c'est la réflexion à propos de l'approche confrontationnelle, plutôt contre-productive, ce que Brian Dunning appelle le "côté obscur de la force". Il n'est pas évident de trouver l'équilibre entre une approche molle trop complaisante et une approche dure, trop cassante. Il faut aussi éviter de tomber dans l'ad hominem, le mépris et le dénigrement, et c'est dur de ne pas se moquer, parfois...

Encore le même thème chez Brian Dunning aujourd'hui, comment parler à un adepte de la théorie du complot du vaccin qui tue les enfants :
skepticblog.org/2010/07/29/breaking-news...-to-poison-children/
 
Dernière édition: 29/07/10 à 11:19 Par nablator.
Le sujet a été verrouillé.
   29/07/10 à 12:14 #13419
Xpes
Super contributeur !
Messages: 180
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:comment parler de son sceptiscisme a quelqu'un de persuadé??
Bonjour,

Le problème est que débattre avec une personne dont on ne partage pas les idées revient en quelque sorte à porter un jugement de valeur sur les idées de la personne en question, et aussi sur la personne elle-même. Il est fatal que cela puisse déboucher parfois sur des frictions.
Personnellement, j'aurais tendance à aborder la question en terme de gratification.
Une personne aborde en ma présence un thème relevant du paranormal (les plus courants : astrologie, pleine lune, thèses hahnemaniennes...)
La réponse un peu standard qui me vient en pareil cas est de dire que croire en de telles choses ne m'apporte aucune gratification, donc cela ne m'intéresse pas. La discussion souvent s'arrête là.
On peut prolonger, si on souhaite, en invitant la personne à s'interroger sur elle-même, à se demander quelles gratifications cela lui apporte d'adhérer à ces croyances.
On peut aussi soulever un paradoxe :
- d'une part, supposer qu'il existe des "forces" inconnues complique objectivement une réalité déjà bien assez complexe comme cela ;
- dans le même temps, croire à ces mêmes forces permet d'occulter subjectivement la complexité de la réalité.
D'un côté, en croyant au paranormal on complique le monde ; de l'autre côté, en croyant au paranormal on simplifie sa représentation du monde.
Aborder cet aspect "technique" de la chose permet parfois de sérieusement relativiser la croyance de l'"autre" qui ne s'attend pas à ce genre de discussion.
Cela étant, s'interroger soi-même sur la gratification que cela apporte de se dire sceptico-zétético-rationnaliste n'est pas un exercice inintéressant.

BÉZAMAT écrit:
Demain, les zitis débarquent officiellement, explique-moi la nouvelle terminologie du sceptique?
Je ne sais pas moi, "ancien incrédule", "nouveau converti"?

Poulpeman écrit:
On aura des preuves, donc on y croira, et on sera toujours sceptiques.
Arrête de penser que le scepticisme consiste à nier en bloc,

Exactement. Je préciserais pour ma part : "On aura des preuves, donc on saura, et on sera toujours sceptiques pour le reste".
Si les ET débarquent, cela constituera un fait, il n'y aura pas à croire, mais à prendre acte du fait, à l'étudier et à accroître ses connaissances. Tout en restant sceptique à l'égard de ce qui continuera à relever du paranormal.
 
Dernière édition: 29/07/10 à 13:51 Par Xpes.
Le sujet a été verrouillé.
Revenir en hautPage: 12345678
Modérateur: Bobby, Jerem
Développé par KunenaObtenir les derniers messages directement sur votre PC - Version française:SFK