Bienvenue, Invité
Merci de vous identifier ou de vous inscrire.    Mot de passe perdu?
signifie que ce forum est verrouillé; pas de nouveaux messages possibles.
Homéo: lettre ouverte d'un médecin à la ministre de la santé signifie que ce forum est verrouillé; pas de nouveaux messages possibles.
(1 lecteur(s)) (1) Invité(s)
Aller en basPage: 1...4567891011
SUJET: Homéo: lettre ouverte d'un médecin à la ministre de la santé
   23/10/13 à 13:41 #40719
JulieB
Contributeur récent
Messages: 26
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:Homéo: lettre ouverte d'un médecin à la ministre de la santé
sananda écrit:

Le problème est pourtant posé d'une manière simple. Mais vous vous obstinez dans votre conviction, qu'on peut dire à patient qui se plaint de sa santé, qu'il n'a rien et que par conséquent il n'a besoin de rien.


www.cnp.fr/Risque-Prevoyance/Magazine/art_2110.htm

quelques extraits

Sur le territoire français, 90% des consultations se terminent par la rédaction d'une ordonnance prescrivant des médicaments. Ce taux n'est que de 83% en Espagne, 72% en Allemagne et 43% aux Pays-Bas.

Pourtant, à en croire l'enquête, 80% des patients français souscrivent au principe d'une consultation qui se terminerait sans ordonnance et affirment avoir confiance dans un médecin qui remplacerait certains médicaments par des conseils utiles.

Exemple le plus frappant de ce décalage : 92% des médecins indiquent ressentir une attente de prescription lors d'une consultation relative à des troubles du sommeil, quand les patients ne sont que 27% à juger cette prescription nécessaire. Echange fondé sur l'écoute, explication du diagnostic et conseil arrivent en effet en tête des attentes exprimées à l'égard de la consultation, bien avant la prescription de médicaments.

Le déremboursement de certains médicaments contribuera d'ailleurs sans doute à changer la perception qu'en ont les Français. Mais, il faut également y associer des campagnes d'éducation ciblées, faute de quoi le fait de dérembourser passera pour une sanction, et les changements de comportement ne seront que marginaux. Eduquer, en commençant par les enfants, constitue encore le meilleur moyen de faire évoluer les mentalités.


Le hic, c'est que faire la campagne "les antiobiotiques c'est pas automatique", ca passe encore assez bien (les producteurs n'ont pas intérêt à ce que leur antibios deviennent inutiles, donc il ne vont pas faire de lobying dans l'autre sens). Mais faire une campagne "l'homéopathie, c'est pas utile", ca va pas plaire à Boiron qui va relancer des campagnes de lobying par cartes postales et autre chantage à l'emploi ^^
Et bizarrement il n'y a qu'en France (arretez-moi si je trompe) que l'homéo est remboursée par la sécurité sociale (je ne parle pas des mutuelles complémentaires). Or, oh ben tiens, c'est en France qu'est installée Boiron, et la France consomme à elle-seule l'essentiel de l'homéo produite dans le monde.
Faudrait arrêter de faire croire que tout cà est mis en place pour le confort de la clientèle/patientèle.
 
Le sujet a été verrouillé.
   23/10/13 à 13:50 #40720
Pandora
Contributeur extraordinaire !
Messages: 378
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Lieu: A l'horizon des évenements
 Re:Homéo: lettre ouverte d'un médecin à la ministre de la santé
onc, tant qu'à faire, en cas de prescription, vaut mieux refourguer un faux remède qu'un médoc inutile avec ses effets secondaire.
Le problème est pourtant posé d'une manière simple. Mais vous vous obstinez dans votre conviction, qu'on peut dire à patient qui se plaint de sa santé, qu'il n'a rien et que par conséquent il n'a besoin de rien.


Arrêtez de déformer ce que je dis. J'ai dis : Un patient qui n'a effectivement rien n'a besoin de rien (prouvez-moi le contraire en m'expliquant pourquoi quelqu'un qui n'est pas malade a besoin d'un traitement ? Une explication rationnelle ?), pas un patient qui se plaint de sa santé n'a besoin de rien. C'est au médecin de déterminer si le patient est effectivement malade, pas l'inverse c'est absurde ! Sinon vous remettez peut-être en cause la validité du diplôme de médecine ? Vous sous-entendez que je refuse tout traitement peu importe les conditions, ce qui est faux. Mais vous esquivez mes questions, comme à votre habitude =)

Ca ne veut pas dire que l'on ne doit pas s'occuper de la "bobologie" (s'entend : les désagréments qui ne demande pas de médicaments), mais apparemment le fait que l'on puisse traiter ça différemment qu'avec des médicaments ou des faux-médicaments (c'est à dire : sans creuser la caisse de la sécu) ne vous effleure pas vraiment l'esprit, malgré tout ce que l'on dit sur le sujet depuis le début.

Le problème est effectivement simple, et vous passez totalement à côté avec un raisonnement parfaitement circulaire !
 
Dernière édition: 23/10/13 à 13:52 Par Pandora.
Le sujet a été verrouillé.
   23/10/13 à 14:29 #40721
Thomas 2
Contributeur extraordinaire !
Messages: 471
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:Homéo: lettre ouverte d'un médecin à la ministre de la santé
Pandora écrit:
C'est au médecin de déterminer si le patient est effectivement malade, pas l'inverse c'est absurde ! Sinon vous remettez peut-être en cause la validité du diplôme de médecine ?

Indépendamment de ta réaction vis à vis de Sananda, ce que tu dis là m'interpelle un peu...

Est-ce que c'est au médecin de determiner si le patient est effectivement malade ?

Généralement oui, mais pas toujours et heureusement... On a tous des exemples de médecins qui se plantent dans leur diagnostique... Heureusement dans ce cas qu'on ne se soumet pas toujours au premier diagnostique... Tout diplômé qu'il est, un médecin n'est pas infaillible (heureusement... c'est humain...).

Et il m'est arrivé perso de tomber sur des co....ards qui avaient des avis tout fait avant examens. Déjà, je préfère largement tomber sur un toubib qui est capable de me dire qu'il ne sait pas, ça me rassure presque. Je sais que celui-ci ira certainement chercher avec un peu plus de professionnalisme que le cornichon diplômé (dixit le Capitaine Haddock) qui va imposer son savoir ou prétendu savoir.

Le diplôme de médecine, comme n'importe quel autre diplôme n'empêche pas à un con d'en être un.
 
Le sujet a été verrouillé.
   23/10/13 à 15:37 #40722
Pandora
Contributeur extraordinaire !
Messages: 378
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Lieu: A l'horizon des évenements
 Re:Homéo: lettre ouverte d'un médecin à la ministre de la santé
Est-ce que c'est au médecin de determiner si le patient est effectivement malade ?

Généralement oui, mais pas toujours et heureusement... On a tous des exemples de médecins qui se plantent dans leur diagnostique... Heureusement dans ce cas qu'on ne se soumet pas toujours au premier diagnostique... Tout diplômé qu'il est, un médecin n'est pas infaillible (heureusement... c'est humain...).


Oui il y a des erreurs de diagnostique je ne dis pas le contraire ! Je pars du principe que le médecin que vous allez voir est compétent (et pas con), évidemment si c'est imbécile qui raconte n'importe quoi ça ne marche pas. Mais pour la facilité de la discussion (et déjà que c'est pas simple...!) je suppose que le médecin sait ce qu'il fait, c'est tout. Normalement, si c'est un bon médecin, comme tu le dis Thomas, il te réorientera vers un autre qui sait (un spécialiste), il ne te donnera pas un médoc au hasard ou de l'homéopathie. De la même manière, si le médecin ne sait pas ce que tu as (et une fois de plus : être diagnostiqué non malade ou ne pas savoir n'est pas du tout la même chose ! Moi je parle bien de cas ou vous n'êtes pas malade), il n y a aucune chance que tu sache toi-même (ou alors change de profession !).
 
Le sujet a été verrouillé.
   23/10/13 à 17:00 #40723
Thomas 2
Contributeur extraordinaire !
Messages: 471
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:Homéo: lettre ouverte d'un médecin à la ministre de la santé
La question du médecins est de toute façon centrale aussi pour ce qui est de l'homéopathie. Un certain nombre de médecins sont aussi convaincu de l'effet homéopathie... Depuis le début du débat sur le site, on en parle un peu comme si tout le monde était convaincu qu'il s'agissait d'un placebo mais c'est loin d'être le cas. Et je pense aussi qu'être un bon médecin n'exclue pas forcément qu'on puisse croire aux vertus de l'homéopathie...
 
Le sujet a été verrouillé.
   23/10/13 à 17:09 #40724
sananda
Contributeur extraordinaire !
Messages: 1533
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Masculin Lieu: Allemagne Date anniversaire: 01/03
 Re:Homéo: lettre ouverte d'un médecin à la ministre de la santé
Arrêtez de déformer ce que je dis. J'ai dis : Un patient qui n'a effectivement rien n'a besoin de rien (prouvez-moi le contraire en m'expliquant pourquoi quelqu'un qui n'est pas malade a besoin d'un traitement ?
Je ne sais pas si nous avons la même définition de ce que veut dire "malade", mais pour moi cela veut dire ne pas être en bonne santé. Alors, vos histoires de malades imaginaires - qui existent aussi - comment à me sortir par tous les trous.
Quand quelqu'un consulte pour une rhino-pharyngite, malade ou en bonne santé ?
Quand quelqu'un se plaint de diarrhées, malade ou en bonne santé ?
Quand quelqu'un est bloqué du dos en raison de grosses contractures musculaires, malade ou en bonne santé ?
Quand quelqu'un se plaint d'aigreurs d'estomac et des reflux gastriques, malade ou en bonne santé ?

Une partie de ces symptômes sont souvent d’ordre psychosomatiques. Vous, en temps que médecin, vous leur reprocheriez de consulter en leur disant qu'ils n'ont rien et que c'est seulement dans leur tête ? Sans vous vous en rendre compte, votre manière de considérer que cette grande proportion de personnes qui vont voir un homéopathe sont des malades imaginaires est simplement méprisante. Vous faites de cette minorité (les hypocondriaques par ex.) une généralité.
Mais sur le fond, je vous donne raison :
pas malade, pas de traitement. Mais dans ce cas cela doit être valable pour toutes les médecines ! Ce détail important à mes yeux semblait vous échapper !
 
"Heureux les ignorants car s'ils cherchent ils trouveront. Quant à ceux qui croient tout savoir, en ne cherchant plus, ils se complaisent dans leur ignorance"
Le sujet a été verrouillé.
   23/10/13 à 17:20 #40725
JulieB
Contributeur récent
Messages: 26
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:Homéo: lettre ouverte d'un médecin à la ministre de la santé
sananda écrit:

Une partie de ces symptômes sont souvent d’ordre psychosomatiques. Vous, en temps que médecin, vous leur reprocheriez de consulter en leur disant qu'ils n'ont rien et que c'est seulement dans leur tête ?


zetes grave quand même... y a jamais de troisième solution avec vous.

On peut aussi leur dire qu'ils n'ont rien "qui nécessite un traitement" (ca me semblait implicite dans les propos de Pandora, mais bon...), mais que c'est bien d'être venu vérifier qu'il n'y avait rien de plus grave potentiellement. Comme au Pays-Bas apparemment ;)
 
Le sujet a été verrouillé.
   23/10/13 à 17:22 #40726
JulieB
Contributeur récent
Messages: 26
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:Homéo: lettre ouverte d'un médecin à la ministre de la santé
Thomas 2 écrit:
La question du médecins est de toute façon centrale aussi pour ce qui est de l'homéopathie. Un certain nombre de médecins sont aussi convaincu de l'effet homéopathie... Depuis le début du débat sur le site, on en parle un peu comme si tout le monde était convaincu qu'il s'agissait d'un placebo mais c'est loin d'être le cas.

C'est pas faux... Combien de médecins se revendiquent de la spécialité?
Combien chez les autres qui ne s'en revendiquent pas en prescrivent?

A voir.
 
Le sujet a été verrouillé.
   23/10/13 à 17:37 #40727
Totoche
Contributeur extraordinaire !
Messages: 327
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:Homéo: lettre ouverte d'un médecin à la ministre de la santé
sananda écrit:

Quand quelqu'un consulte pour une rhino-pharyngite, malade ou en bonne santé ?
Quand quelqu'un se plaint de diarrhées, malade ou en bonne santé ?
Quand quelqu'un est bloqué du dos en raison de grosses contractures musculaires, malade ou en bonne santé ?
Quand quelqu'un se plaint d'aigreurs d'estomac et des reflux gastriques, malade ou en bonne santé ?


Il y a quand même pour la plupart des pathologies que vous citez des médicaments qui ont fait leur preuves, ne serais-ce que pour soulager les symptomes en attendant que le corps fasse son travail. Pourquoi donner un placebo dans ce cas?

Si aucune de ces médications n'est applicable, je pense que la solution ne consiste pas à donner un morceau de sucre au patient en lui disant que ça va l'aider à aller mieux. Il y a tellement à faire: rechercher les causes des symptomes évoqués, voir si des traitements non médicamenteux peuvent améliorer la situation (kinasithérapie...), analyser les habitudes de vie du patient pour lui proposer des changements qui diminueront ses symptomes (habitudes allimentaires, activité physique, etc).

Dans tous les cas, personne ne dit qu'un médecin doit laisser une personne en souffrance sans chercher à lui proposer une solution. Et si le médecin estime que les symptomes du patient sont une simple cause du stress ou de l'angoisse, il va pouvoir lui proposer de consulter un spécialiste pour là encore chercher des solutions (pas forcément médicamenteuses).

Cette idée que toute personne qui se sent mal a le droit à un cachet est une grossière caricature de la médecine, à mon avis.
 
Le sujet a été verrouillé.
   23/10/13 à 18:26 #40728
Pandora
Contributeur extraordinaire !
Messages: 378
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Lieu: A l'horizon des évenements
 Re:Homéo: lettre ouverte d'un médecin à la ministre de la santé
Je ne sais pas si nous avons la même définition de ce que veut dire "malade", mais pour moi cela veut dire ne pas être en bonne santé. Alors, vos histoires de malades imaginaires - qui existent aussi - comment à me sortir par tous les trous.
Quand quelqu'un consulte pour une rhino-pharyngite, malade ou en bonne santé ?
Quand quelqu'un se plaint de diarrhées, malade ou en bonne santé ?
Quand quelqu'un est bloqué du dos en raison de grosses contractures musculaires, malade ou en bonne santé ?
Quand quelqu'un se plaint d'aigreurs d'estomac et des reflux gastriques, malade ou en bonne santé ?


Faire des inventaires à la Prevert n'avance à rien. Tout dépend du contexte, des antécédents, vous savez, du diagnostique... Si vous avez des problèmes gastriques peut-être qu'il faudrait plutôt s'intéresser à ce que vous manger plutôt qu'à vous prescrire un médicament, non ? Traiter la cause plutôt que les symptômes ? Comme vous le dites, si cela a une origine psychosomatique alors plutôt s'intéresser à la psychologie du patient. Si les cas que vous citez on une origine virale/bactérienne, alors oui vous avez besoin d'un traitement. Par ailleurs Totoche résume très bien ici :

Il y a quand même pour la plupart des pathologies que vous citez des médicaments qui ont fait leur preuves, ne serais-ce que pour soulager les symptomes en attendant que le corps fasse son travail. Pourquoi donner un placebo dans ce cas?

Si aucune de ces médications n'est applicable, je pense que la solution ne consiste pas à donner un morceau de sucre au patient en lui disant que ça va l'aider à aller mieux. Il y a tellement à faire: rechercher les causes des symptomes évoqués, voir si des traitements non médicamenteux peuvent améliorer la situation (kinasithérapie...), analyser les habitudes de vie du patient pour lui proposer des changements qui diminueront ses symptomes (habitudes allimentaires, activité physique, etc).


En fait c'est donc l'avis médical qui compte ici, si vous vouliez bien sortir du raisonnement simpliste médecin = traitement obligatoire.

Vous, en temps que médecin, vous leur reprocheriez de consulter en leur disant qu'ils n'ont rien et que c'est seulement dans leur tête ?

Non, j'essayerais d'en comprendre les causes plutôt que leur refiler un placébo et merci au revoir. On parlait de foutage de gueule au départ... =)

Sans vous vous en rendre compte, votre manière de considérer que cette grande proportion de personnes qui vont voir un homéopathe sont des malades imaginaires est simplement méprisante. Vous faites de cette minorité (les hypocondriaques par ex.) une généralité.

Non, une fois de plus vous déformez totalement mes propos. Je dis qu'il existe d'autres solutions que la prescription systématique. Auto-citation (j'en ai marre de réécrire la même chose)

Ca ne veut pas dire que l'on ne doit pas s'occuper de la "bobologie" (s'entend : les désagréments qui ne demande pas de médicaments), mais apparemment le fait que l'on puisse traiter ça différemment qu'avec des médicaments ou des faux-médicaments (c'est à dire : sans creuser la caisse de la sécu) ne vous effleure pas vraiment l'esprit, malgré tout ce que l'on dit sur le sujet depuis le début.

Traiter sans médicaments, cela sous-entendait essayer de comprendre les causes de ces désagréments. Les médicaments ne peuvent, en général, que traiter les symptômes dans ce type de problèmes qui proviennent de mauvaises habitudes ou expositions des patients à certains stress.

La question du médecins est de toute façon centrale aussi pour ce qui est de l'homéopathie. Un certain nombre de médecins sont aussi convaincu de l'effet homéopathie... Depuis le début du débat sur le site, on en parle un peu comme si tout le monde était convaincu qu'il s'agissait d'un placebo mais c'est loin d'être le cas.

Oui ça c'est un problème aussi... Et c'est justement pour ça que l'homéopathie devrait cesser d'être légitimée de la sorte...
 
Le sujet a été verrouillé.
Revenir en hautPage: 1...4567891011
Modérateur: Bobby, Jerem
Développé par KunenaObtenir les derniers messages directement sur votre PC - Version française:SFK