Bienvenue, Invité
Merci de vous identifier ou de vous inscrire.    Mot de passe perdu?
signifie que ce forum est verrouillé; pas de nouveaux messages possibles.
Cure de raisin signifie que ce forum est verrouillé; pas de nouveaux messages possibles.
(1 lecteur(s)) (1) Invité(s)
Aller en basPage: 12
SUJET: Cure de raisin
   08/10/13 à 11:36 #40377
Croustimiel
Contributeur important
Messages: 117
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Cure de raisin
Salut tout le monde !

On trouve sur Internet beaucoup de sites (plus ou moins sérieux) vantant les mérites de la cure de raisin. Le concept : manger uniquement du raisin, à volonté, pendant une période d'au moins six jours. Certains peuvent tenir plus d'un mois avec ce régime.
Les effets décrits ne sont pas très spectaculaire : remède de bobologie (contre les bourdonnement d'oreilles par exemple), remise en forme... Bref, rien qui ne semple impossible avec un simple effet placebo.

Mes questions sont les suivantes :

    - Pourrait-on obtenir des effets similaires avec n'importe quel fruit riche en eau et en sucre ? Ou même avec un simple jeûne ?
    - Les adeptes de la cure disent qu'elle permet de "nettoyer l'organisme". Cette affirmation a-t-elle un sens ? Cette cure s'accompagne souvent de diarrhées et d'une mauvaise haleine. Ses défenseurs disent que "le corps évacuent les toxines". Selon moi, la mauvaise haleine résulte d'un estomac vide, et les diarrhées d'une consommation excessive de raisin (réputé pour favoriser le transit).
    - D'une façon plus générale, il est dit que les jeûnes sont bénéfiques pour le corps humain, conçu pour résister à de longues périodes sans nourriture. Un documentaire sur Arte s'est étendu sur le sujet. Qu'en pensez vous ?



Merci tout le monde.
Je souhaite écrire un article sur le sujet. Je compte donc sur vos avis éclairés.
 
Le sujet a été verrouillé.
   08/10/13 à 16:25 #40378
Pandora
Contributeur extraordinaire !
Messages: 378
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Lieu: A l'horizon des évenements
 Re:Cure de raisin
Salut !

- Pourrait-on obtenir des effets similaires avec n'importe quel fruit riche en eau et en sucre ? Ou même avec un simple jeûne ?
- Les adeptes de la cure disent qu'elle permet de "nettoyer l'organisme". Cette affirmation a-t-elle un sens ? Cette cure s'accompagne souvent de diarrhées et d'une mauvaise haleine. Ses défenseurs disent que "le corps évacuent les toxines". Selon moi, la mauvaise haleine résulte d'un estomac vide, et les diarrhées d'une consommation excessive de raisin (réputé pour favoriser le transit).


Je pense que tes hypothèses sont bonnes. A partir du moment ou on mange beaucoup de fibres... Personnellement je n'ai rien à y ajouter.

D'une façon plus générale, il est dit que les jeûnes sont bénéfiques pour le corps humain, conçu pour résister à de longues périodes sans nourriture. Un documentaire sur Arte s'est étendu sur le sujet. Qu'en pensez vous ?

C'est un sujet très intéressant. Le jeune (ou plus simplement, une alimentation pas excessivement riche en sucres rapides/lipides), provoque l'activation de voies métaboliques normalement éteintes dans l'organisme. Ces voies métaboliques permettent l'utilisation première des graisses stockées dans le tissu adipeux plutôt que du sucre ingéré. Notamment par la synthèse d'acétyl Co enzyme A à partir des triglycérides, une molécule indispensable à la synthèse d'ATP qui est la source énergétique de l'organisme. Il se trouve que cette voie de production d'énergie produit beaucoup moins de radicaux d'oxygène libres que la glycolyse classique, donc est beaucoup moins délétère pour les cellules. Le jeûne régulier, si il est contrôlé, est plutôt bénéfique contre le vieillissement cellulaire. Des études ont par ailleurs montrées que la restriction calorique (pas un jeûne, mais un apport de nourriture très contrôlé au "strict minimum") augmente la durée de vie du ver C.Elegans, la souris, le singe, et à priori chez l'homme (étudié chez certains centenaires japonais).

Par ailleurs il a également été constaté que ce mode d'alimentation laissait une empreinte épigénétique dans le génome (s'entend : une modification de l'expression du génome transmissible à la descendance). En effet les populations habituées à se nourrir de manière proche de la restriction calorique (population n'ayant pas accès à un excès de nourriture comme dans certaines région d'Amérique du Sud ou d'Inde, sans pour autant être en condition de famine) sont beaucoup plus sensible au diabète de type 2 et à l'obésité car leur organisme n'est pas habitué à gérer l'arrivée massive d'aliments extrêmement riches en graisses et en sucre amenés par la consommation moderne (fast food par exemple), il est habitué à utiliser ses réserves plutôt qu'à stocker correctement, le diabète étant provoqué par la dyslipidémie (stockage des graisses autre part que dans les tissus adipeux, dont la formation est inhibée dans ces populations). On se trouve donc avec une explosion de ces pathologies chez ces populations. La "moralité" serait : si vous mangez peu, ne mangez jamais trop sucré/gras, ça vous fera encore plus de mal qu'aux autres !
 
Le sujet a été verrouillé.
   08/10/13 à 19:50 #40381
Totoche
Contributeur extraordinaire !
Messages: 327
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:Cure de raisin
Pandora écrit:

Par ailleurs il a également été constaté que ce mode d'alimentation laissait une empreinte épigénétique dans le génome (s'entend : une modification de l'expression du génome transmissible à la descendance).


Est-ce que ça ne pourrait pas tout simplement être de la sélection? Cette caractéristique qui prédispose au diabète s'accompagnerait d'une meilleure faculté à résister à la sous alimentation et de ce fait, ceux qui ont vécu assez longtemps pour avoir des enfants sont ceux là même qui portent le gène.
C'est juste une supposition: j'ai essayé de lire la page wikipedia sur les phénomènes épigénétiques pour me faire une idée sur la crédibilité de l'idée, et j'ai pas tenu jusqu'à la page trois :p

Croustimiel... Le même croustimiel que sur le forum Canard PC ou alors rien à voir?
 
Le sujet a été verrouillé.
   08/10/13 à 23:01 #40387
Pandora
Contributeur extraordinaire !
Messages: 378
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Lieu: A l'horizon des évenements
 Re:Cure de raisin
Est-ce que ça ne pourrait pas tout simplement être de la sélection? Cette caractéristique qui prédispose au diabète s'accompagnerait d'une meilleure faculté à résister à la sous alimentation et de ce fait, ceux qui ont vécu assez longtemps pour avoir des enfants sont ceux là même qui portent le gène.

Pour un "généticien" ce n'est pas de la sélection, la sélection implique mutation et l'épigénétique ne concerne pas la séquence en base de l'ADN, uniquement son expression. Pendant longtemps on a pensé que l'épigénétique n'était pas transmissible car l'ensemble de l'ADN est "remit à 0" (les modifications épigénétique disparaissent) lorsque l'oeuf est fécondé et que la première cellule est formé. Cependant ce n'est pas tout à fait vrai car des méthylations des bases subsistent (modifient l'expression des gènes) et surtout une partie du schéma de ces méthylations est récupéré par la suite. Également des microARNs (et autres ARNs non codants possédants des propriétés épigénétiques qui ont donnés un nobel à leur découvreur !) sont exprimés dans l'oeuf et dans le sperme. L'environnement intra-utérin participe aussi grandement au conditionnement épigénétique de l'enfant, Hales et Barker l'ont montrés suite aux famines en Angleterre en Hertforshire (reproduit dans d'autres pays comme l'Inde) : les enfants nés de mère sous-alimentées ont une prévalence au diabète de type 2 augmentée à l'âge adulte (la famine avait cessée entre temps). Donc ce n'est pas une "sélection" à proprement parler, c'est une adaptation de l'expression de génome conditionnée par l'environnement. Le problème est que si l'environnement change brutalement (alimentation soudainement riche, alors que l'enfance et la mère de l'enfant étaient en restriction calorique) l'organisme ne peut pas s'y adapter à nouveau et est incapable de gérer l'arrivée d'autant de colories. Évidemment cela ne veut pas dire qu'il n y a pas de gène impliqué dans le diabète, mais pour ce qui concerne le type 2, il n'existe que des gènes de susceptibilité à ma connaissance (des gènes qui augmentent votre risque de développer la maladie, mais vous n'allez pas forcément la développer).

C'est juste une supposition: j'ai essayé de lire la page wikipedia sur les phénomènes épigénétiques pour me faire une idée sur la crédibilité de l'idée, et j'ai pas tenu jusqu'à la page trois

C'est assez dense, personnellement j'ai un énorme livre de chevet là dessus =p
 
Le sujet a été verrouillé.
   09/10/13 à 06:36 #40390
yquemener
Contributeur extraordinaire !
Messages: 1596
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:Cure de raisin
Oh tiens! un sujet que lequel je me posais des questions! Je suis tombé en effet sur l'affirmation qu'une famine (en Angleterre ? En Suède ? je ne sais plus) avait causé des mutations transmissibles à la descendance. J'ai d'abord cru au hoax, mais ça semblait bien documénté scientifiquement, puis pas mal critiqué ensuite.

Ça fait partie de la science mainstream, c'est considéré comme bien établi maintenant, la transmission d'information épigénétique à la descendance ?
 
Le sujet a été verrouillé.
   09/10/13 à 09:12 #40392
Pandora
Contributeur extraordinaire !
Messages: 378
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Lieu: A l'horizon des évenements
 Re:Cure de raisin
Salut !

Oh tiens! un sujet que lequel je me posais des questions! Je suis tombé en effet sur l'affirmation qu'une famine (en Angleterre ? En Suède ? je ne sais plus) avait causé des mutations transmissibles à la descendance. J'ai d'abord cru au hoax, mais ça semblait bien documénté scientifiquement, puis pas mal critiqué ensuite.

"Mutation" je ne sais pas, modifications épigénétiques oui, il faut vraiment bien faire la distinction entre le deux. Les mutations conservées sont très rares et ont une ségrégation souvent familiale. En réponse à des temps de famines c'est généralement l'épigénétique qui compte (pour qu'une mutation se fixe dans une population et soit visible il faudrait une famine qui dure plusieurs générations ! (Peut-être dans certains pays mais pas en Angleterre ou pays nordiques à mon avis).


Ça fait partie de la science mainstream, c'est considéré comme bien établi maintenant, la transmission d'information épigénétique à la descendance ?


Oui complétement, je dois pouvoir te trouver des références publiées qui en parle si ça t'intéresse.
 
Le sujet a été verrouillé.
   09/10/13 à 09:37 #40393
yquemener
Contributeur extraordinaire !
Messages: 1596
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:Cure de raisin
J'ai voulu à une époque vraiment rentrer à fond dans la génétique et apprendre le plus de choses possibles, et puis j'ai vu que ça se faisait au détriment de plein d'autres choses (je me suis aussi un peu trop cassé les dents sur des paywall) du coup j'essaie de rester un peu plus loin de ça, mais ça me fait plaisir d'apprendre que la compréhension avance.

Dire que quand on a commencé à comprendre l'ADN on s'est dit "C'est bon, dans 20 ans on a tout compris au vivant!" et que maintenant on en est à réaliser que non seulement la géométrie des enroulements de l'ADN compte mais qu'en plus ça peut se transmettre à la descendance...

C'est une pelote de fil qu'on n'est pas près d'avoir fini fini de démêler!
 
Le sujet a été verrouillé.
   11/10/13 à 17:56 #40409
Fanch
Sapience n'entre point en âme malivole
Contributeur extraordinaire !
Messages: 531
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Le jeûne
Vu dans le reportage d'Arte proposé par Croustimiel:
Jeûner avant de subir une chimiothérapie permettrait de protéger les cellules saines, l'explication donnée est que lors du jeûne les cellules saines limitent les échanges avec l'extérieur pour éviter les déperditions de nutriments elles se prennent donc moins de chimio pendant le traitement.
 
« Selon le mage Salomon, Sapience n'entre point en âme malivole, et science sans conscience n'est que ruine de l'âme. »

Rabelais, Pantagruel Chapitre 8
Le sujet a été verrouillé.
   11/10/13 à 18:36 #40411
Pandora
Contributeur extraordinaire !
Messages: 378
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Lieu: A l'horizon des évenements
 Re:Cure de raisin
Vu dans le reportage d'Arte proposé par Croustimiel:
Jeûner avant de subir une chimiothérapie permettrait de protéger les cellules saines, l'explication donnée est que lors du jeûne les cellules saines limitent les échanges avec l'extérieur pour éviter les déperditions de nutriments elles se prennent donc moins de chimio pendant le traitement.


J'ai entendu parler de cette théorie, sauf que l'explication me semble un peu étrange, quoique ça a peut-être changé depuis. Une étude américaine réalisée sur des souris a montré que des cycles de jeune de 48h pouvaient sensibiliser les animaux à la chimiothérapie ainsi que permettre une meilleure rémission de certains types de cancers. www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2448817/ et www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3608686/

C'est Walter Longo (son nom a fait pas mal parler la presse apparemment) qui est derrière tout ça. Le mécanisme avancé serait que le jeûne diminue la sécrétion d'insuline (ce qui est vrai) ainsi que ses effecteurs comme l'IGF-1 (insuline growth factor) qui sont des facteurs qui sont activateurs du cycle cellulaire et donc la division des cellules. On peut donc imaginer un lien de cause à effet entre les deux. Une étude a été réalisée chez l'homme (10 volontaires) et a obtenue un résultat assez positif, mais au vu de la taille de l'échantillon ça ne veut pas encore dire grand chose.

Actuellement les cancerologues ne préconisent pas le jeûne car l'organisme peut-être très affaiblis par le cancer. Mais par contre une alimentation qui ne contient ni trop de sucre ou de graisses et conseillée avec du sport.

Vis à vis des études sur les souris (elles sont en jeûne dès l'injection de la tumeur) cela pourrait-être logique : Cela aiderait la chimiothérapie lorsque le patient est au début du cancer et est encore en relative bonne forme, mais cela pourrait s'avérer délètère si le cancer est diagnostiqué tardivement.

Edit : A mon avis cela dépend aussi beaucoup du type de cancer. Certaines cellules cancereuses sécrètent elles-mêmes leurs facteurs de croissance (de façon autocrine). Dans ce cas j'imagine que le jeûne est totalement inutile et ne ferait qu'affaiblir les cellules saines...

Donnent t-ils d'autres détails, Fanch ? J'avoue avoir la flemme de regarder le reportage ... (...)

Edit 2 : J'ai remis le lien, le premier ne menait pas au bon endroit.
 
Dernière édition: 11/10/13 à 19:09 Par Pandora.
Le sujet a été verrouillé.
   11/10/13 à 19:02 #40413
Fanch
Sapience n'entre point en âme malivole
Contributeur extraordinaire !
Messages: 531
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:Cure de raisin
non pas d'autres explications, on voit juste le lot de souris ayant jeûnées en relative bonne forme après la chimio, et le lot de souris ayant mangé normalement litéralement tuées par celle-ci (la même dose "de cheval" ayant été administrée dans les deux cas)
 
« Selon le mage Salomon, Sapience n'entre point en âme malivole, et science sans conscience n'est que ruine de l'âme. »

Rabelais, Pantagruel Chapitre 8
Le sujet a été verrouillé.
Revenir en hautPage: 12
Modérateur: Bobby, Jerem
Développé par KunenaObtenir les derniers messages directement sur votre PC - Version française:SFK