Bienvenue, Invité
Merci de vous identifier ou de vous inscrire.    Mot de passe perdu?
signifie que ce forum est verrouillé; pas de nouveaux messages possibles.
L'animal est un homme comme les autres signifie que ce forum est verrouillé; pas de nouveaux messages possibles.
(1 lecteur(s)) (1) Invité(s)
Aller en basPage: 1...4567891011
SUJET: L'animal est un homme comme les autres
   30/12/09 à 17:19 #3633
Bobby
Moderateur
Messages: 2847
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Féminin Lieu: Paris Date anniversaire: 01/01
 Re:L'animal est un homme comme les autres
Greem écrit:
Bobby a dit : Mais c'est bien la nature qui nous maintient en vie en nous donnant de quoi se nourrir, respirer et se soigner. Tu nous expliqueras en quoi tu n'es pas d'accord.
J’ai presque honte de devoir te donner un exemple si évident pour illustrer mon propos :

citizenzoo.files.wordpress.com/2009/03/sudan_famine_6.jpg

Donc non Bobby, la nature n’est ni bonne, ni mauvaise !

Ca y est, on est arrivé dans le pathétique, ce n'était qu'une question de temps...
Je n'ai jamais dit que la nature était bonne ou mauvaise !!! J'ai dit qu'elle nous nourrissait, nous faisait respirer et nous soignait. Sans nature on fini comme sur ta photo, voilà tout ce que tu as illustré !

J'arrête là, on dérive dans le n'importe quoi, mes 3 derniers messages n'ont servi qu'à m'expliquer sur des commentaires complètement imaginés. Si vous n'êtes pas capable de commenter une de mes idées ce serait super sympa de ne pas en inventer ! Dorénavant je ne répondrais plus à ce genre de dérives.

++
 
Retrouvez-nous sur facebook :
www.facebook.com/groups/pseudo.scepticisme/
Le sujet a été verrouillé.
   30/12/09 à 20:10 #3639
 Re:L'animal est un homme comme les autres
De nombreuses interventions sont intéressantes dans ce topic, de part et d'autres - de la part de tout le monde en fait -, même si ça semble partir dans tous les sens. Excepté les interventions de Glorbs.

Aussi, il est assez dégradant de répondre à un prototype de Glorbs alors qu'il y a tant d'autres interventions intéressantes. Mais je fais appel à la mansuétude de la direction du forum, afin de joindre l'utile à l'agréable en répondant au prototype du Glorbs tout en expliquant ce qu'est un Glorbs, et en restant dans le sujet de la discussion. C'est une sacrée gageure, et merci par avance à Nikoteen pour sa compréhension. Je ne referai plus pareil exercice.

Greem :
En effet, tu as beau me traiter d’immature parce que je ne suis visiblement pas foutu de comprendre l’évidence que tu sembles accorder à ton éthique-civique (je peux la comprendre, mais de là à dire que c‘est évident, va falloir me prouver que le bien et le mal existe) si tu avais été élevé différemment tu serais peut-être moins sensible à la cause animale et ce civisme dont tu te pavanes. Il serait curieux d’ailleurs d’avoir l’avis d’un musulman sur ce sujet, à moins que tu considères comme acquis le fait qu‘ils n‘aient pas leur mot à dire pour quelques obscures raisons ? En poussant les choses à l’extrême comme tu le fais, sans comprendre que la solidarité des hommes entre eux implique une réciprocité et donc un bénéfice (contrairement aux animaux qui ne te rendent pas la pareille), tu oublies d’appliquer cet extrême à toi-même : si on devait accorder ce civisme que tu dépeins envers les animaux à l‘extrême, alors il ne serait même plus permis de s’en servir pour les bouffer, car après tout c’est leur ôter la vie, c’est mal, il faut mieux les laisser tranquillement gambader dans la nature ces petits rosbifs sur pattes !
Le Glorbs ne se repère pas avec des jumelles. Ni par ses croyances ou incroyance, car le Glorbs peut être aussi bien un illuminé new-age qu'un mathématicien ou un athée, un zététicien, ou que sais-je.

Le Glorbs se repère quand face à des concepts comme droits, éthique et civisme par ex. il demande de prouver que le "mal et le bien" existent. Bigre ! Le Glorbs est repéré !
Il amalgame toute chose sans aucune aptitude à caractériser les objets. C'est la cloche qui résonne : le Glorbs est dans la forêt. Inutile de tenter de lui expliquer quoi que ce soit plus en avant car le Glorbs ne réfléchit pas sur tout ce qui risquerait de faire surchauffer ce qui nage sous sa dure-mère. Le Glorbs exclut de son horizon toute cette manière, tous ces objets, qui parfois sont couchés sur papier, sur des codes civils ou autres, et peuvent même nous emmener en taule, mais qui pour lui ne sont pas.
La réaction la plus démagogue et bête, c'est la passion du Glorbs : un absolutiste de la Glorbitude. Si on lui parle d'universalisme, il y comprend univers. Si il lit éthique, il en comprend "bien et mal dans l'absolu"... Et il demande de le prouver, comme il demanderait de prouver que le rien existe lorsqu'un "0" est dans ses notes à l'école.

Par un autre exemple simple, lorsqu'on dit à un Glorbs que tel compositeur compose de sublimes mélodies, il demandera de prouver l'existence de la beauté. Pour ce prototype de Glorbs, étant donné que la beauté/laideur sont des appréciations subjectives, les compositions musicales n'existent donc pas, la musique non plus par conséquent.
Point final, circulez, le Glorbs a sorti sa Glorbs-analyse absolutiste, bonne à tout donc bonne à rien. Bien évidemment, ce prototype n'envisage jamais que tenter de comprendre pourquoi cette série de sons nous paraît un tintamarre et pas celle-ci, même si c'est compliqué à comprendre, peut mathématiquement et neurologiquement résulter extrêmement intéressant. Non ! Pour le prototype du Glorbs, vu que la beauté/laideur et le mal/bien sont des concepts subjectifs, et non des objets physiques - il est inutile de faire surchauffer la cafetière autour de ça.
Or à 12 ans déjà, un crâne normalement constitué a intégré les nuances entre concepts intellectuels et objets physiques, et compris aussi que l'on élabore des réflexions autour de concepts non matériels depuis une éternité. Car le Glorbs n'a même pas compris que l'on peut autant réfléchir sur des abstractions que sur des concepts ou des légumes. Une bonne partie des objets mathématiques le sont, et cela n'empêche pas cette discipline de fonctionner.

Dans le même paragraphe, le prototype de Glorbs fait encore appel au "relativisme culturel", pensant ainsi épater son contradicteur qui, comme de bien entendu, est forcément un Globs comme lui, un autre prototype qui sera épaté par sa Glorbspertinence. Le Glorbs avait déjà sorti ce relativisme culturel comme carte de visite dans pas mal de posts, mais le Glorbs n'a pas peur de sombrer dans son état de Glorbitude. Inutile de tenter d'expliquer au Glorbs que si le relativisme culturel est indispensable pour p.e. contextualiser un événement et mieux dépeindre un personnage dans son époque et lieu (a), ce "relativisme culturel" appelé à la barre pour tout et n'importe quoi, est un des pires poisons mentaux qui soit (2), lorsqu'il est appliqué à la nociception et à la souffrance en général.
Le Glorbs est identifié !

(1) utile pour p.e. expliquer pourquoi Darwin avait quelques vues un tantinet racistes, selon notre sensibilité moderne, puisqu'il vivait dans une Grande-Bretagne victorienne, dont certaines considérations sont aujourd'hui bien désuètes. Darwin contextualisé, était pas mal avant-gardiste, aux idéaux tout de même bien avancés pour son environnement culturel.
2) extrêmement déplorable en revanche si on plaide le relativisme culturel versus les mutilations génitales p.e., etc. car la mutilation d'une fillette, c'est une souffrance qui nous concerne tous, SI ON LE VEUT BIEN.
Inutile de tenter d'expliquer cette notion de conscience et universalisme de droits élémentaires à un Glorbs, voire de souffrances communes si on se considère solidaire envers les mutilations, car le Glorbs est un Glorbs. Et, pour lui, il faudrait démontrer que le bien et le mal existent, car le Glorbs s'est ainsi constitué.

Les Glorbs peuvent vivre dans les villes et à la campagne, mais ils ignorent toujours que même dans ces régions "pleines de rituels de mutilation", il y a des indigènes qui luttent contre ces mutilations car elles leur paraissent intolérables, et mettent les traditions à un rang inférieur aux droits les plus élémentaires. Car il leur semble inacceptable de couper le clitoris d'une fillette, car c'est inacceptable en effet de mutiler des enfants (et adultes).
Il ignore aussi que malgré ce relativisme culturel, des gens sont en lutte contre ces contraintes - même dans les régions où elles ont lieu, et que parfois ces rituels sont abolis. On y arrive petit à petit, non pas grâce à des Glorbs, certainement pas, mais grâce à tous les autres QUI LE VEULENT BIEN, et qui ne réfléchissent pas comme un Glorbs.

Bien entendu, pour le Glorbs, lorsqu'on lui répond ainsi - il pensera qu'on ne répond pas à sa question hautement intelligente sur les rituels d'abattage musulmans, et se gargarisera avec ses certitudes. En fait, le Glorbs ne pense jamais que malgré ces dogmes religieux, d'autant plus tenaces s'ils sont prétendument ictés par dieu, il existe toute une palette de mesures et de réflexions, non pas pour interdire aux gens leur pratique de culte, mais pour réduire par des procédés intelligemment élaborés ce qui fait inutilement souffrir les animaux. En fait, le Glorbs est persuadé que les musulmans sont des gens tellement différents des "occidentaux", qu'ils sont incapables d'empathie ni de réflexion. Le Glorbs semble ignorer que, autant l'excision peut être un jour abolie dans certains pays à majorité islamique, en promouvant que - d'une part ce n'est pas un rituel musulman obligatoire, d'autre part que ce n'est pas un rituel musulman en fait, mais bien plus ancien et traditionnel, adopté ultérieurement par certains populations islamiques, et d'autre part aussi car bien des pays musulmans ne pratiquent pas du tout l'excision. Donc c'est possible.
Ce pour se limiter aux musulmans ici, car bien d'autres populations de traditions religieuses différentes ou indépendamment de la religion, pratiquent aussi des formes de mutilations génitales.

J'ai pris cet exemple d'excision, pour proposer qu'à l'Homme de bonne volonté, rien n'est impossible. Aucun changement de comportement non plus. Pour autant qu'il le désire. Cette idée pouvant être transférée sur toute chose.

Bref, le Glorbs une fois identifié dans la forêt, il faut en prendre bien soin car il est très émotif et réactif : il n'aime personne, ni les légumes ni la musique, ni les animaux ni rien, et il en a parfaitement le droit. Et il déteste lorsqu'on le prend pour un con.
Or je précise que si je ne prends personne pour un con, vraiment pas, le Glorbs je le prends réellement pour un Glorbs. C'est de la franchise et de la systématique.

Greem :
Tu vois, on peut allé très loin si on s’entête à ne pas comprendre ce que dit l’autre. Depuis le début moi j’invite les gens à faire la part des choses, si nous devions attendre une solution parfaite pour nous mettre d’accord alors on pourrait discuter des années et on en serait toujours au même point. Par ailleurs je n’ai jamais reproché aux gens d’être sensible à la souffrances des animaux, si je dis que ceci peut être perçu comme une lacune c’est plus pour des raisons pratiques qu’un absolu. Dons notre société moderne c'est un luxe que de s'attarder sur ce genre de cause, rien de mal (sic) à ça mais attention à ne pas dire des âneries...
Si on s'entête à attendre une solution parfaite, je pense que le mieux est de se résoudre au fait que l'on est un con, ou un Glorbs.
Je pense aussi que si l'on répond par "solution parfaite" à un gars (moi en l'occurrence) ne parle que de sujets périphériques sur civisme, conscience issue de processus empathiques, etc. sans le moindrement proposer de "choses concrètes à faire".... car je n'ai pas envie d'entrer dans cette discussion-là, le concret (je laisse toute liberté à qui n'en veut, mais le sujet du fil n'étant pas de proposer de solutions à l'abattage mais des raisonnements pour "la cause animale" sans même préciser de quoi il s'agit en particulier) ; je pense alors que sans l'ombre d'un doute j'ai affaire à un Glorbs caractérisé. Il s'attaque à des fantômes, puisqu'en lisant fantasme il comprend fantômes, en lisant sel il comprend selles, en en lisant droits il y comprend "bien-mal".

N'ayant ni envie d'entrer en relation fusionnelle avec un Glorbs, ni envie non plus de répondre à son p'tit besoin d'attention, j'en resterai là avec ma relation avec le Glorbs. La démagogie, les ficelles, la paresse intellectuelle et les réactions quasi-automatiques du Glorbs, il ne m'intéresse nullement de les approfondir.

Voilà, veuillez m'excuser pour cet aparté - qui à mes yeux est tout de même contextuel - mais au moins j'ai eu l'occasion d'expliquer ce qu'est un Glorbs et pourquoi je ne leur réponds généralement pas une fois identifiés.
A+
 
Dernière édition: 30/12/09 à 20:16 Par .
Le sujet a été verrouillé.
   30/12/09 à 21:24 #3643
Greem
Super contributeur !
Messages: 280
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:L'animal est un homme comme les autres
Excuse moi Bobby je voulais pas t’énerver, mais mon questionnement est motivé par ta façon très ambiguë de présenter les choses. Prends par exemple ce que tu me dis là :

Bobby a dit : Sans nature on fini comme sur ta photo.
On sent vraiment un parti pris dans ce que tu dis, qui ressemble à ceux qui placent dieu ou une absence de dieu un peu là où ils veulent pour justifier la bonté de dieu; pourquoi la famine devrait s’expliquer par une absence de nature, comme si la nature était nécessairement bénéfique ? Tu présentes ça comme une évidence alors que ça l’est pas du tout pour moi !

En effet, ces gens là ne bénéficient pas de notre confort et vivent nécessairement dans cette nature, qui en l’occurrence s’avère offrir des conditions désastreuses pour ces gens. Aussi, tu utilises des termes comme "préservés du modernisme" pour parler des indigènes, comme si le modernisme était quelque chose de mauvais. Pourtant il me semble que nous bénéficions d’un confort et d’un progrès scientifique qui est loin de justifier la répugnance que tu sembles (à un certain degré) avoir (la médecine par exemple nous maintient en vie elle aussi ! Pour reprendre ce que tu disais "la nature nous maintient en vie").
D’où ma réflexion, pourquoi se fustiger de la sorte là où on devrait se ravir ? Est-ce que l’homme moderne ne mérite pas son confort pour qu‘on le lui reproche sans cesse ? Tu sembles cracher sur le modernisme, et par la même occasion sur l’homme moderne avec tes histoires d‘indigène qui pour quelques raisons obscures auraient un respect particulier pour la nature.

Je te rappelle aussi que cette discussion est parti de la souffrance animale, je serais curieux de voir qui, entre l’homme moderne lambda pris dans la rue au hasard (genre moi), et de l’indigène auquel tu sembles attribuer certaines qualité morale particulière envers la nature et les animaux, aurait le plus de réticence, ou pour le dire autrement, ferait le plus preuve d'empathie, si on leur demandait de saigner un cochon vivant avec un couteau ?

Petitroll a dit : Point final, circulez, le Glorbs a sorti sa Glorbs-analyse absolutiste, bonne à tout donc bonne à rien. Bien évidemment, ce prototype n'envisage jamais que tenter de comprendre pourquoi cette série de sons nous paraît un tintamarre et pas celle-ci.
On va prendre ça à la rigolade, dans l’ensemble ton poste est grotesque.

J'ai expressément dit que je pouvais comprendre, mais ce que tu sembles pas capter du haut de tes grands airs, c'est qu'on a pas tous la même perception vis-à-vis de ces choses subjectives (et à ce titre là je semble faire preuve de beaucoup plus de compréhension que toi). J'ai moi-même une morale et ma conception de ce que j'estime bien ou mal, mais à la différence de ta lamentable personne qui n'est visiblement pas foutu d‘aborder les choses autrement que la sienne, je ne fustige pas ceux qui n'ont pas le même regard que moi sur ces choses dont nul ne peut prétendre l'absolu, mais rien empêche de convaincre l'autre avec des arguments autre que des "c'est bien parce que j'ai décidé que c'était ainsi".

Tout ce que tu fais toi c’est définir ta perception de ce que doit être le civisme, et brandir ce civisme comme un hystérique en disant "regarde c’est comme ça qu’il faut faire parce que c‘est ça le civisme". Plutôt creux, ça ou ne rien dire c’est pareil. Je ne vais pas non plus me justifier pour avoir eu la défiance d’être différent de toi, ça serait le comble.

Sur ce ignore moi, je suis bien d’accord là-dessus.
 
Dernière édition: 30/12/09 à 21:38 Par Greem.
Le sujet a été verrouillé.
   30/12/09 à 21:37 #3644
 Re:L'animal est un homme comme les autres
Ca t'a pas plu Greem ? Pourtant, c'était un bel hommage.
J'ai expressément dit que je pouvais comprendre, mais ce que tu semble pas capter du haut de tes grands airs, c'est qu'on a pas tous la même perception vis-à-vis de ces choses subjectives (et à ce titre là je semble faire preuve de beaucoup plus de compréhension que toi). J'ai moi-même une morale et ma conception de ce que j'estime bien ou mal, mais à la différence de ta lamentable personne qui n'est visiblement pas foutu d‘aborder les choses autrement que la sienne, je ne fustige pas ceux qui n'ont pas le même regard que moi sur ces choses, mais rien empêche de convaincre l'autre avec des arguments autre que des "c'est bien parce que j'ai décidé que c'était ainsi".
J'exprime dans ce forum ma manière d'appréhender les relations entre empathie et conscience notamment, la mienne et pas celles de ma mémé. Elle viendra les exprimer elle-même si elle y tient, ce n'est pas pour autant que j'ignore qu'elle a d'autres manières et compréhensions que moi. Idem pour toi. Mis à part que tu ne sembles pas capter un quelconque point dépassant la "hauteur" de ta salle de bains.

T'ai-je dit que tu avais tort d'être un Glorbs ? Non. J'ai seulement expliqué que tu en es un à mes yeux, et j'ai explicité pourquoi. Je suis sans doute mieux qualifié que toi pour savoir que la biodiversité existe, même parmi les humains : les Glorbs, les Zozos, les Zézés, les hybrides, etc.
Allez, a+
 
Dernière édition: 30/12/09 à 21:42 Par .
Le sujet a été verrouillé.
   30/12/09 à 21:47 #3645
Bobby
Moderateur
Messages: 2847
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Féminin Lieu: Paris Date anniversaire: 01/01
 Re:L'animal est un homme comme les autres
Greem écrit:
Excuse moi Bobby je voulais pas t’énerver, mais mon questionnement est motivé par ta façon très ambiguë de présenter les choses. Prends par exemple ce que tu me dis là :

Bobby a dit : Sans nature on fini comme sur ta photo.
On sent vraiment un parti pris dans ce que tu dis, qui ressemble à ceux qui placent dieu ou une absence de dieu un peu là où ils veulent pour justifier la bonté de dieu; pourquoi la famine devrait s’expliquer par une absence de nature, comme si la nature était nécessairement bénéfique ? Tu présentes ça comme une évidence alors que ça l’est pas du tout pour moi !

Je n'ai pas lu le reste, et déjà je te dis NON NON et NON dès le début.

Déjà tu ne m'énerve pas, nous sommes dans une discussion et si je suis ici c'est que j'aime ça. Ce que je n'aime pas est la bétise et la perte de temps, mais si demain tu m'invites pour une bière j'accepterai avec plaisir :o)

Pour me résumer, je n'ai aucune croyance, aucun à priori, aucun préjugé, aucun parti pris, je suis uniquement quelqu'un qui aime le savoir. Je ne cherche absolument pas à avoir raison, je cherche juste à être moins con. Et ça rime en plus...

La nature nous nourrit, point. Tant que nous ne saurons pas synthétiser notre nourriture ce sera ainsi. Nous sommes bien d'accord ?
La nature nous fournit l'oxygène pour respirer, elle va même plus loin car elle nous fournit le mélange adequat pour survivre. Tant que nous ne seront pas capable de remplacer les arbres et les océans ce sera ainsi. Sommes nous d'accord ?
90% des médicaments qui nous soignent viennent de la flore et de la faune. Sommes nous d'accord ?

Si la nature disparait on ne peut plus respirer, ni se nourrir, ni se soigner, enfin c'est moins vrai pour la dernière car nous savons synthétiser, mais quid des prochaines découvertes si nous tuons 10000 espèces par an sachant qu'ils sont à l'origine de nos découvertes médicales ?

Je m'en fous de savoir si j'ai raison ou pas, j'essaye d'être le plus logique possible, et comme tu es à l'encontre de la logique je te demande POURQUOI ? Et comme tu ne sais pas pourquoi tu inventes des scenarii qui me dépassent complètement. Voilà pourquoi je ne veux plus répondre.

Bonne soirée !

PS : J'aime bien l'univers de Branquignol, c'est très rafraichissant :o)
 
Dernière édition: 30/12/09 à 21:52 Par Bobby.
Retrouvez-nous sur facebook :
www.facebook.com/groups/pseudo.scepticisme/
Le sujet a été verrouillé.
   30/12/09 à 22:05 #3647
Greem
Super contributeur !
Messages: 280
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:L'animal est un homme comme les autres
Bobby a dit : Je m'en fous de savoir si j'ai raison ou pas, j'essaye d'être le plus logique possible
Ta logique Bobby, c’est celle qui consiste à dire que la nature nous refile des pommes de terre sans prendre en compte le reste. C’est loin d’être logique. Si tu respectes la nature tu la respectes pour ce qu’elle est, avec tout ses mauvais côtés, or ça tu ne le mets pas en avant une seule fois dans ton argumentation. Donc tu auras beau dire "NON NON NON" tout ce que tu veux, faut être cohérent.

Pour moi c'est vite vu la nature n'est ni bonne, ni mauvaise. On aura beau me coller des photos de paysages merveilleux ou des photos de tsunamis je pencherais pas d'un côté ou l'autre.

Çà doit être mon côté Glorbs, ou réaliste...
 
Le sujet a été verrouillé.
   30/12/09 à 22:23 #3648
Bobby
Moderateur
Messages: 2847
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Féminin Lieu: Paris Date anniversaire: 01/01
 Re:L'animal est un homme comme les autres
Greem écrit:
Bobby a dit : Je m'en fous de savoir si j'ai raison ou pas, j'essaye d'être le plus logique possible
Ta logique Bobby, c’est celle qui consiste à dire que la nature nous refile des pommes de terre sans prendre en compte le reste.

Faux, c'est toi qui dit ça à travers moi, ce n'est pas moi. Tu prouves que tu ne connais pas ma logique.

Pour moi c'est vite vu la nature n'est ni bonne, ni mauvaise. On aura beau me coller des photos de paysages merveilleux ou des photos de tsunamis je pencherais pas d'un côté ou l'autre.
Je vais te surprendre, mais je pense que la nature est cruelle, plus cruelle que bénéfique car elle ne pardonne pas.

Désolé.
 
Retrouvez-nous sur facebook :
www.facebook.com/groups/pseudo.scepticisme/
Le sujet a été verrouillé.
   31/12/09 à 01:13 #3654
 Re:L'animal est un homme comme les autres
Marcel :
J'insisterais aussi pour bien nous mettre en garde contre la tentation de « l'universel ». En amenant un sujet à un niveau qui le dépasse on le vide de toute substance. Ainsi – en restant au niveau sociétal ( élargi si on y inclus ( et pourquoi pas) l'animal ?) il pourrait être « rationnel » de venir en aide à celui qui pourrait nous aider. Du reste c'est la (une) base qui a servi à l'édification de nos sociétés ?
Bien entendu Marcel,
la notion d'universalisme à laquelle je me réfère parfois (j'aurais aussi bien pu ne même pas ajouter ce terme) ne concerne bien évidemment que nos sociétés, notre planète terre. Pas tout le cosmos.

Un "universalisme pragmatique" à la Charlie Chaplin dans son discours du Dictateur = +/- la considération que toutes les nations et individus sont concernés par des problèmes communs, et devraient par conséquent tenter de les gérer et les résoudre ensemble - puisqu'elles sont toutes peu ou prou impliquées et en subiront les conséquences. Ce pour autant qu'on se sente solidaire les uns les autres versus quelques points pas trop contraignants tout compte fait : on y inclut généralement les droits et libertés fondamentaux, qui sont quasi unanimement acceptés à défaut d'être respectés ; les droits de l'enfant en général, tout aussi ratifiés mais théoriques, etc. Pour les gros problèmes d'écologie, ça commence déjà à être plus problématique rien que pour se mettre d'accord.
Mais enfin, ces derniers points font partie des thématiques de cette discussion dans lesquelles je ne veux pas surtout pas entrer.

Si j'étais contraint de proposer dans ce topic un exemple de décret ou de solution pour améliorer le monde, je pense que ce serait de tondre tous les Glorbs, les croa-croa et les zozos, et retour à l'école étudier le crâne bien rasé.
Pourquoi raser le crâne ?
Symbole de laïcité ! Aucun signe ostentatoire de connerie. On discute pas, on se penche sur les études. Et zou !
 
Dernière édition: 31/12/09 à 20:01 Par .
Le sujet a été verrouillé.
   31/12/09 à 10:21 #3657
marcel
Contributeur extraordinaire !
Messages: 771
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Masculin Lieu: Agadir ( Maroc) Date anniversaire: 30/07
 Re:L'animal est un homme comme les autres
Salut Bezemat ,

Un petit conte de noël :

Un homme sur son lit de mort confia à chacun de ses deux enfants un bas.
Quand vous verserez de l'eau dans votre bas et que celle ci ne s'écoulera pas vous aurez enfin atteint la sagesse. Leur dit il.
Le premier des frères partit pour la montagne. Après 20 ans d'une vie méditative il parvint au résultat tant souhaité : l'eau restait dans le bas.
Il redescendit dans la vallée pour partager son bonheur avec son frère. Celui ci tenait une échoppe de cordonnier dans la grande ville.
Quand il montra le prodige à son frangin ce dernier désigna un bas accroché au mur. Un bas plein d'eau. Un bas qui ne coulait pas.
Une belle cliente entre alors dans l'échoppe. Elle s'assoie, remonte sa robe et donne son joli pied nu au cordonnier pour qu'il prenne les mesures.
Et le bas de notre ermite se remit à couler....

Tout ça pour dire qu'être un homme c'est, d'abord , vivre parmi les hommes. Se retirer c'est un peu tricher. Mais bast... J'ai rien de plus contre les anachorètes et mes tricheries ne sont pas , non plus, piquées des vers . Me regarder vivre est quelque fois un « émerveillement » . Faut il que j'aime la nature !
Alors, je te l'accorde, que notre anachorète vive en paix avec son dieu son aigle ou son serpent...Il a pour ce qu'elle vaut (càd rien ) ma bénédiction !

Apprendre de la nature ? Bien sûr. Mais, déjà, en tant qu'humain. Mais, tu ne sembles pas dédaigner le langage humain ni toute cette technologie qui nous permet de « l'écouter » ? Si ?

Enfin – à la cantonade - pour revenir à cette idée de « rationnel versus émotionnel ». Pas sûr que cette « dichotomie » soit de mise ? L'un n'est pas forcement l'inverse (l'ennemi ?) de l'autre.
Que vaudrait un homme sans émotion ? Se serait il posé ces étranges questions qui lui ont ouvert les hublots de la science ? Je parie que se tapant sur les doigt en cognant un silex sur un bout de ferraille il aurait tout jeté à la baille en grommelant « conneries ...». Hum... aurait il seulement inventé le langage ??? A part bien sûr les mots connerie et sparadra.

Joyeuses fêtes à tous et mollo avec la dinde...
Tiens ? Quelle étrange coutume que celle de gracier UN des ces volatiles pour Thank's giving ?
Pourquoi celui ci ? Un étrange remords ? Allez : Une pensée émue au Barabas des dindes...

Marcel
 
L'homme n'est que poussière : C'est dire l'importance du plumeau.
A. Vialatte
Le sujet a été verrouillé.
   31/12/09 à 10:29 #3658
marcel
Contributeur extraordinaire !
Messages: 771
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Masculin Lieu: Agadir ( Maroc) Date anniversaire: 30/07
 Re:L'animal est un homme comme les autres
Branquignol,

Si j'étais contraint de proposer dans ce topic un exemple de décret ou de solution pour améliorer le monde, je pense que ce serait de tondre tous les Glorbs, les croa-croa et les zozos, et retour à l'école étudier le crâne bien rasé.
Pourquoi raser le crâne ?
Symbole de laïcité ! Aucun signe ostentatoires de connerie. On discute pas, on se penche sur les études. Et zou !


Et hop! Tu viens de créer une nouvelle « mode » : la néo phrénologie ( d'autant que t'as pas mis de virgule entre « étudier » et « le crâne » ) ! On parie ? :o) .
Je spécule déjà sur une explosion du marché des fausses bosses....Aïe ! Malheureux imprudent ! !
Bon , dans l'idée ( la laïcité) ca me va. Ce qu'on l'on enseignera dans ces écoles m'inquièterait d'avantage ? Même si je te suis pour l'abolition de tout signe distinc-tif quel qu'il soit.

Marcel
 
L'homme n'est que poussière : C'est dire l'importance du plumeau.
A. Vialatte
Le sujet a été verrouillé.
Revenir en hautPage: 1...4567891011
Modérateur: Bobby, Jerem
Développé par KunenaObtenir les derniers messages directement sur votre PC - Version française:SFK