Bienvenue, Invité
Merci de vous identifier ou de vous inscrire.    Mot de passe perdu?
signifie que ce forum est verrouillé; pas de nouveaux messages possibles.
L'animal est un homme comme les autres signifie que ce forum est verrouillé; pas de nouveaux messages possibles.
(1 lecteur(s)) (1) Invité(s)
Aller en basPage: 12345678...11
SUJET: L'animal est un homme comme les autres
   26/12/09 à 17:02 #3524
ltp
Contributeur important
Messages: 95
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 L'animal est un homme comme les autres
Dur dur de trouver le meilleur sous-forum pour lancer le sujet. En ces périodes de fêtes, on nous ressert ad nauseam les mêmes "Grandes Causes" pour lesquelles nous devrions donner temps et argent... Mardi dernier, je me suis fait alpaguer dans la rue par de jeunes personnes défendant la "cause" animale... Habituellement, je les ignore totalement, ou je leur réponds par un "non" particulièrement sonore qui anéantie d'un coup l'ardeur de même les plus zélés de ces mendiants... Mais j'ai eu, cette fois-ci, la faiblesse de m'arrêter et d'écouter ce qu'ils voulaient me dire... Après tout, rester coupé du monde n'est certainement pas une bonne chose, n'est-ce pas ? Ils m'ont donc parlé de la viande de bœuf. En effet, je fus surpris d'apprendre qu'en achetant de la viande de bœuf, je contribue à la destruction de la forêt amazonienne... Mon Moi ! J'étais donc dans l'erreur tout ce temps... En demandant en quoi acheter ce genre de viande avait un effet à l'autre bout du monde, on m'a répondu que l'on détruit la forêt pour y faire de l'élevage de bœufs qui seront exportés et se retrouveront dans mon assiette... De façon tout à fait candide, j'ai fini par dire que depuis la "crise" de la vache folle il y a quelques années, la législation s'est durcie et que l'on connaît donc l'origine de la viande que l'on mange. SI j'ai souvent vu "France" ou "Europe" sur les barquettes que j'ai achetées, je n'ai jamais vu "Brésil" ou "Bolivie"... On a rien retrouvé à me dire...

Je pensais en avoir fini quand on interpella encore une fois, ben oui, n'ayant pas eu l'occasion de m'alléger de quelques deniers, il fallait bien retenter sa chance... Cette fois-ci, on me parle de l'action qu'ils sont en train de mener (les bœufs, ce n'était que de l'information)... Ils voulaient "sauver" des animaux de l'abattoir !

- "Pourquoi voudrais-je 'sauver' ces animaux ?" ai-je dit
- "mais parce que tuer des animaux innocents pour les manger est inhumain" me répondit-on.
- "En quoi tuer un animal pour le manger est-il inhumain ?" ai-je demandé
- "parce qu'on les fait souffrir" me répondit-on
- "en quoi faire souffrir un animal est-il un crime ? on ne leur inflige quand même pas de la torture. Et je ne sais pas si vous en êtes conscient, mais un animal ne peut-être innocent, c'est de la sémantique"
- "ben si : ces animaux n'ont rien fait de mal !"
- "ils n'ont rien fait de bien non plus : ce sont des êtres amoraux, la notion de bien et de mal ne peut s'appliquer à eux"
- "N'en reste pas moins que vous pouvez en sauver"
- "Pourquoi devrais-je en 'sauver' ?"
- "De toute façon, vous n'êtes qu'un immonde tortionnaire pour être aussi insensible à ces animaux qui souffrent !" (sic)

Le dialogue précédent est celui que j'ai pu reconstituer de mémoire... Il n'est donc pas complètement conforme à ce qu'il s'est passé, néanmoins, la dernière phrase est restée très claire dans mon esprit.



Ce qui, au delà du manichéisme primaire dont ces personnes ont fait preuve, me fait me poser une question : en quoi les animaux devraient-ils être considérés comme des êtres humains ? Je ne dis pas qu'il faut sciemment les exterminer ou les torturer, mais en quoi devrait-on leur donné les droits d'un humain, en quoi devrait-on considérer qu'après tout, ce sont des humains comme les autres ?

L'échange ne s'est bien sûr pas arrêté là... La question que je pose est tant liée au passage cité qu'à ce qu'il s'est passé après : ces gens considéraient vraiment le chien aveugle pour lequel je devais donner de l'argent comme un être humain qu'il serait odieux et immoral de piquer. Pour la jument dont ils m'ont aussi parlé, l'abattoir reste l'enfer dans lequel *personne* ne voudrait se faire tuer...

Il est aussi intéressant de voir la vitesse à laquelle on vous colle une étiquette "tortionnaire" alors que vous n'avez, au final fait que poser des questions et refusé de considérer que la cause exposée était la votre. Je passe bien sûr sur l'aspect "l'abattoir, c'est l'enfer" et "manger de la viande c'est mal"...


Alors, qu'en pensez-vous ? Y a-t-il une raison rationnelle de considérer cette cause animale comme valable ? Le sujet reste volontairement vague... S'il était trop dirigé, je suis sûr qu'il perdrait beaucoup d'intérêt.
 
Dernière édition: 26/12/09 à 17:06 Par ltp.Raison: Changement de titre
Le sujet a été verrouillé.
   26/12/09 à 19:08 #3525
estula
Contributeur extraordinaire !
Messages: 752
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Masculin Lieu: Aquitaine Date anniversaire: 19/02
 Re:L'animal est un homme comme les autres
Salut LTP,

Sur le ton de l'humour,

Je suis particulièrement sensible à ce genre de sujet, car je milite moi-même pour PETA, ce groupe militant des droits des animaux :
"People Eating Tasty Animals".

Mais je n'ai pas essayé encore le militant roti à la broche. Ca doit être bon !

Bon appétit

René
 
Croyez ceux qui cherchent la vérité, doutez de ceux qui la trouvent. (André Gide, Journal)
Le sujet a été verrouillé.
   26/12/09 à 20:52 #3528
hydulphe
Contributeur important
Messages: 104
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Masculin Date anniversaire: 22/06
 Re:L'animal est un homme comme les autres
Salut ltp, salut René,

je pense que pour aller au bout, il faudrait également interdire toute sorte de prédation. Rendez-vous compte combien souffre une souris lorsqu'elle se fait croquer par Minou ! !
Et je ne parle pas de ces horribles orques, plongeant leurs immondes dents dans la chair d'innocents petits phoques ne demandant qu'à jouer... euh, non, ces phoques sont immondes eux aussi, car ils pourchassent d'innocents poissons.... etc...

Nous sommes des prédateurs et ce depuis le tout jeune âge. Comme l'écrivait un élève qui devait décrire le lapin :
"le lapin est un petit animal craintif et nourrissant".

Bon appétit aussi.

Hydulphe
 
La naïveté grotesque des enfants fait peine à voir, surtout si l'on veut bien la comparer à la maturité sereine qui caractérise les adultes. Par exemple, l'enfant croit au Père Noël. L'adulte non. L'adulte ne croit pas au Père Noël. Il vote.(Pierre Desproges)
Le sujet a été verrouillé.
   26/12/09 à 22:52 #3530
 Re:L'animal est un homme comme les autres
Bizarre ce topic. Il est intitulé "L'Homme un animal comme les autres", et pourtant le premier message ne parle que "des animaux". Or, puisque l'Homme est un animal lui aussi, et je suis bien d'accord avec ça, pourquoi ne pas transférer toutes vos réflexions amorales aussi à l'Homme, ltp ?

Car en effet, en poursuivant vos raisonnements "strictement rationnels" je ne vois pas ce que vous exposeriez comme raison valable pour ne pas se servir d'embryons humains ou de ces nouveau-nés (ceux qu'abandonnent les parents à la naissance p.e.), pour le rôti de Noël. C'est de la bonne viande fraîche, bien tendre. Pourquoi pas aussi les gens du 3me âge ? De la bonne viande un peu faisandée. Nous sommes omnivores après tout, et avons eu abusé de bonne viande de primate.

- Car c'est notre espèce, pourriez-vous répondre ?
Et alors ? Ce n'est pas rationnel de les garder en vie vu la démographie galopante de la planète. Vous répondrais-je en abusant de votre "rationalisme".

Pourquoi limiter votre réflexion aux "animaux", vu que nous sommes aussi des animaux ?

Essayons voir ainsi :
Pourquoi voudrais-je 'sauver' ces bébés ?" ai-je dit
- "mais parce que tuer des bébés innocents pour les manger est inhumain" me répondit-on.
- "En quoi tuer bébés ou vieillards pour le manger est-il inhumain ?" ai-je demandé
- "parce qu'on les fait souffrir" me répondit-on
- "en quoi faire souffrir bébés est-il un crime ? on ne leur inflige quand même pas de la torture. Et je ne sais pas si vous en êtes conscient, mais un bébés ou vieillards ne peut-être innocent, c'est de la sémantique"
- "ben si : ces bébés n'ont rien fait de mal !"
- "ils n'ont rien fait de bien non plus : ce sont des êtres amoraux, la notion de bien et de mal ne peut s'appliquer à eux"
- "N'en reste pas moins que vous pouvez en sauver"
- "Pourquoi devrais-je en 'sauver' ?"
- "De toute façon, vous n'êtes qu'un immonde tortionnaire pour être aussi insensible à ces bébés qui souffrent !" (sic)

Avez-vous plus de "bons arguments rationnels" à proposer ici versus ces bébés-animaux de notre espèce que versus ceux des autres ?

Bien entendu, je ne défends nullement mes idées plus haut. Simplement je me demande si certaines personnes ne seraient pas des intégristes du "rationalisme", c-à-dire une sorte d'adhésion à une bizarre notion utilitariste stricte, où ni empathie envers la souffrance d'un autre organisme, y compris de notre espèce, ni aucun raisonnement civique n'est considéré... autre qu'une bizarre réflexion se voulant soustraite de toute morale. Et se prétendant judicieuse.
 
Dernière édition: 26/12/09 à 22:55 Par .
Le sujet a été verrouillé.
   27/12/09 à 01:05 #3531
Bobby
Moderateur
Messages: 2847
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Féminin Lieu: Paris Date anniversaire: 01/01
 Re:L'animal est un homme comme les autres
Hello.
ltp écrit:
Alors, qu'en pensez-vous ? Y a-t-il une raison rationnelle de considérer cette cause animale comme valable ? Le sujet reste volontairement vague... S'il était trop dirigé, je suis sûr qu'il perdrait beaucoup d'intérêt.
Pour la première partie du récit, à propos de la viande de boeuf, c'est exact. Consommer excessivement de la viande de boeuf = pollution, déforestation, pauvreté, et c'est mauvais pour la santé.
Est ce que le dire vaut le coup ? Oui. Si il y a autant de production c'est qu'il y a de la demande, et la seule façon de limiter ce désastre c'est de limiter sa consommation. Ensuite chacun est libre de changer ses habitudes, mais chacun le fera en connaissance de causes.
ecologie.caradisiac.com/L-elevage-source...re-que-les-autos-999

Viens ensuite les abattoires. Je ne suis pas contre le principe, mais les techniques ne sont pas vraiment au point. Combien de fois des journalistes infiltrés ont surpris des dépecages de bêtes encore vivantes. Le dernier reportage que j'ai vu concernait un abattoire de viande cachère, c'était horrible à voir, certains boeufs gémissaient encore en se vidant de leur sang. Et je ne parle pas de leur conditions de détention avant l'abattage...
Les abattoires ne sont peut être pas révoltant en soit, mais ce qu'il se passe dedans est souvent pénible à voir.
www.one-voice.fr/


Ensuite il y a des animaux de laboratoires (vivisection). Encore une fois on peut comprendre qu'il faut en passer par là pour sauver des vies, mais la vérité ne se limite pas à ça. Des milliers d'animaux sont charcutés pour tester des cosmétiques ! des produits d'entretients ! On ne sauve plus des vies là. Ensuite il faut voir comment ils traitent ces animaux, ils les font dansers, ils les frappes, ils les balancent, etc... Et on ne parle plus de souris, mais de chien beagle, de primates, de chats, etc...
cav.asso.fr/

Maintenant c'est une question de sensibilité et d'individualisme. Pour ma part, et celle de ma famille, nous refusons de participer à ce massacre, donc nous avons fait le choix depuis plus d'un an de ne (presque) plus manger de viande rouge ou de charcuterie, on milite pour une ONG environnementale, et on évite certains produits connus pour avoir été testé sur des animaux. Il n'y a pas de petit combat.
 
Dernière édition: 27/12/09 à 01:07 Par Bobby.
Retrouvez-nous sur facebook :
www.facebook.com/groups/pseudo.scepticisme/
Le sujet a été verrouillé.
   27/12/09 à 01:28 #3532
 Re:L'animal est un homme comme les autres
Oui, tout à fait. Et c'est aussi une question de liberté de conscience personnelle. Ca ne se discute pas "zététiquement".

Du moins, ceux qui se prévalent de raisons amorales pour considérer utile d'éviter les souffrances inutiles, auront bien de la peine à en fournir pour eux-mêmes.

Tant qu'à faire :
Ce qui, au delà du manichéisme primaire dont ces personnes ont fait preuve, me fait me poser une question : en quoi les animaux devraient-ils être considérés comme des êtres humains ? Je ne dis pas qu'il faut sciemment les exterminer ou les torturer, mais en quoi devrait-on leur donné les droits d'un humain, en quoi devrait-on considérer qu'après tout, ce sont des humains comme les autres ?
Je me saisis pas le rapprochement. Sans parler d'abolir les abattoirs, la question n'est pas là : en quoi légiférer pour que des abattoirs respectent des règles évitant du mieux possible d'inutiles souffrances, est-ce donner des droits d'humains aux animaux ?

Tout aussi légitime serait de vous demander en quoi devrait-on donner des droits aux humains ?
 
Dernière édition: 27/12/09 à 01:33 Par .
Le sujet a été verrouillé.
   27/12/09 à 01:38 #3533
ltp
Contributeur important
Messages: 95
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:L'animal est un homme comme les autres
@René et hydulphe :
Vos façons de voir sont sensiblement les même que la mienne, donc je ne m'étalerai pas plus.

Branquignol écrit:
Bizarre ce topic. Il est intitulé "L'Homme un animal comme les autres"
Vous m'avez fait peur une seconde : j'ai bien écrit "l'animal est un homme comme les autres"... Justement pour renverser le phrase que vous venez de citer. Puisqu'il ne s'agit pas de dire en quoi l'homme doit être considéré comme un animal, mais en quoi l'animal devrait être considéré comme un homme...

Or, puisque l'Homme est un animal lui aussi, et je suis bien d'accord avec ça, pourquoi ne pas transférer toutes vos réflexions amorales aussi à l'Homme, ltp ?
Oui, pourquoi pas ?

- Car c'est notre espèce, pourriez-vous répondre ?
Et alors ? Ce n'est pas rationnel de les garder en vie vu la démographie galopante de la planète. Vous répondrais-je en abusant de votre "rationalisme".

Non, s'il y avait juste une histoire d'espèce, j'aurais plutôt tendance à être cannibale voyez-vous... De la chaire fraiche à moindre coût et à proximité...

Pourquoi limiter votre réflexion aux "animaux", vu que nous sommes aussi des animaux ?
Mais faites, faites... J'ai posé une question, si j'y répondais, ma question n'aurait plus lieu d'être... Je n'ai fait que donner un coup de pied dans la fourmilière...

Essayons voir ainsi :
Pourquoi voudrais-je 'sauver' ces bébés ?" ai-je dit
- "mais parce que tuer des bébés innocents pour les manger est inhumain" me répondit-on.
- "En quoi tuer bébés ou vieillards pour le manger est-il inhumain ?" ai-je demandé
- "parce qu'on les fait souffrir" me répondit-on
- "en quoi faire souffrir bébés est-il un crime ? on ne leur inflige quand même pas de la torture. Et je ne sais pas si vous en êtes conscient, mais un bébés ou vieillards ne peut-être innocent, c'est de la sémantique"
- "ben si : ces bébés n'ont rien fait de mal !"
- "ils n'ont rien fait de bien non plus : ce sont des êtres amoraux, la notion de bien et de mal ne peut s'appliquer à eux"
- "N'en reste pas moins que vous pouvez en sauver"
- "Pourquoi devrais-je en 'sauver' ?"
- "De toute façon, vous n'êtes qu'un immonde tortionnaire pour être aussi insensible à ces bébés qui souffrent !" (sic)

Vous ne répondez pas à la question... Lorsque j'ai posé mes questions, je voulais des réponses rationnelles. Me dire "je ne doit rien leur faire car ils n'ont rien fait de mal" n'est pas rationnel... Ou bien, qu'est-ce qui me pousserait à trouver ce raisonnement rationnel ? J'ai bien une petite idée, mais je préfère laisser chercher (je ne prétends pas avoir LA réponse, ni en d'avoir une valable d'ailleurs, mais je vais m'abstenir de trop intervenir jusqu'à ce que je me sois fait une idée assez précise)




Simplement je me demande si certaines personnes ne seraient pas des intégristes du "rationalisme", c-à-dire une sorte d'adhésion à une bizarre notion utilitariste stricte, où ni empathie envers la souffrance d'un autre organisme, y compris de notre espèce, ni aucun raisonnement civique n'est considéré... autre qu'une bizarre réflexion se voulant soustraite de toute morale. Et se prétendant judicieuse.
Seriez-vous en train de dire qu'il n'y aurait pas de raison rationnelle de ne pas manger un bébé ? Notre volonté de ne pas tuer son congénère viendrait seulement de l'instinct ? De l'empathie que l'on a développée ?
(HS: en parlant d'empathie envers le souffrance d'un autre organisme, j'ai une théorie sur les brins d'herbe que l'on foule du pied tous les jours... ;))
 
Dernière édition: 27/12/09 à 01:40 Par ltp.
Le sujet a été verrouillé.
   27/12/09 à 01:58 #3534
 Re:L'animal est un homme comme les autres
Vous m'avez fait peur une seconde : j'ai bien écrit "l'animal est un homme comme les autres"... Justement pour renverser le phrase que vous venez de citer. Puisqu'il ne s'agit pas de dire en quoi l'homme doit être considéré comme un animal, mais en quoi l'animal devrait être considéré comme un homme...
En effet. Un lapsus volontaire. J'aimerais un raisonnement algébrique ici, strictement rationnel, qui justifierait, en simplifiant, que si H=A, A/=/H.

Quand on joue à ce genre de questionnements se voulant être (je reprends votre terme) un coup de pieds dans la fourmilière, il faut assumer les retours de médaille :

Seriez-vous en train de dire qu'il n'y aurait pas de raison rationnelle de ne pas manger un bébé ? Notre volonté de ne pas tuer son congénère viendrait seulement de l'instinct ? De l'empathie que l'on a développée ?
(HS: en parlant d'empathie envers le souffrance d'un autre organisme, j'ai une théorie sur les brins d'herbe que l'on foule du pied tous les jours... ;))

Pour vous prendre au mot, une raison rationnelle de ne pas manger un bébé ou un humain quelconque, mort ou vif, sans aucune espèce de notion éthique, civique, de droits ni de conscience, en effet je n'en vois aucune.

Il faudrait savoir ce que vous entendez par "raison rationnelle", car j'ai comme l'impression que vous surestimez votre propre capacité à segmenter et séparer vos propres comportements, en rationnels ou non rationnels.

Pour ce faire, il faudrait vérifier si nous sommes bien en accord à ce sujet et pouvoir entrer dans la discussion :
- écrire dans ce forum de zététique (à titre d'exemple) est-ce purement rationnel à vos yeux ?
- se faire plaisir (et se contraindre aussi) à certains déplaisirs, est-ce purement rationnel à vos yeux ?
- envisagez-vous de démontrer - si je vous le demande - que tous vos comportements et idéations émergent de "raisonnements purs" et auraient une raison rationnelle ?
- avez-vous un peu réfléchi à ce terme "raison rationnelle" que vous-même employez ?

Je suis très curieux de savoir si vous êtes persuadé ou pas de pouvoir justifier tous vos agissements par des "raisons rationnelles".

Vous ne répondez pas à la question... Lorsque j'ai posé mes questions, je voulais des réponses rationnelles. Me dire "je ne doit rien leur faire car ils n'ont rien fait de mal" n'est pas rationnel... Ou bien, qu'est-ce qui me pousserait à trouver ce raisonnement rationnel ? J'ai bien une petite idée, mais je préfère laisser chercher (je ne prétends pas avoir LA réponse, ni en d'avoir une valable d'ailleurs, mais je vais m'abstenir de trop intervenir jusqu'à ce que je me sois fait une idée assez précise)
Je vous ai réexpédié votre même texte, vos mêmes questionnements, où "animal" est remplacé par "bébé humain". Si vous n'avez pas compris pourquoi, peu importe. Si vous êtes apte à me fournir des réponses rationnelles - hors de toute autre considération - justifiant de ne pas se nourrir de bébés abandonnés, je serai alors ravi de vous répondre pour d'autres espèces animales.

ps : de nouveau, vous maintenez une dichotomie non rationnelle ni justifiée dans tous vos messages entre animaux versus humains. Qu'est-ce qu'un animal à vos yeux ?

Non, s'il y avait juste une histoire d'espèce, j'aurais plutôt tendance à être cannibale voyez-vous... De la chaire fraiche à moindre coût et à proximité
La question est : y-a-t'il donc des raisons non rationnelles chez vous de ne pas dévorer un nouveau-né d'humain ?
 
Dernière édition: 27/12/09 à 02:23 Par .
Le sujet a été verrouillé.
   27/12/09 à 02:13 #3535
ltp
Contributeur important
Messages: 95
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:L'animal est un homme comme les autres
Bobby écrit:
Pour la première partie du récit, à propos de la viande de boeuf, c'est exact. Consommer excessivement de la viande de boeuf = pollution, déforestation, pauvreté, et c'est mauvais pour la santé.
Soit ! Mais quelque soit la production, il y a toujours pollution... Même pour un champ de blé... Déforestation, oui et non... Pour la forêt amazonienne d'accord, mais comme je l'ai précisé, il faudrait alors prouver que cette viande arrive dans nos assiettes. Pour ce qui est de la France, la déforestation est en grande partie due à la construction des grands édifices, la surface agricole et pour le chauffage : <<Du Moyen Âge au début de la révolution industrielle, le défrichage et les coupes opérés pour accroître les surfaces agricoles et fournir des bois d'oeuvre et de chauffage font passer le territoire de l'ancienne Gaule d'un taux de boisement de 90 % à moins de 15 % seulement.>> wikipedia
Il y a pas mal d'élevage en Gaule, mais la majorité de la surface est allouée aux champs... Donc l'homme a modifié son environnement pour se nourrir, rien d'étonnant là-dedans. C'est ce que font les gens en Amazonie.
Pauvreté... plutôt non... Car il est vrai que cette viande n'est pas majoritairement consommée sur place, elle est exportée. Les éleveurs se font donc de l'argent...
Bref, des gens font de l'espace pour manger et élever leur niveau de vie... Cela paraît bien hypocrite de la part d'un pays qui a fait de même avec ses forêts de critiquer ceux qui cherchent à s'en sortir...
Mauvais pour la santé ? En excès, certainement... Comme pour tout me direz-vous...

Je ne disserte pas sur notre consommation qu'il serait sans doute judicieux d'effectivement limiter car ces arguments ne sont pas vides de sens. Mais la question ne se pose pas que pour la forêt amazonienne... Une précision : une cause a beau me sembler bonne, si des gens le font pour de mauvaises raisons, je n'hésiterai pas à les mettre en pièce. Cela ne veut pas dire que la cause en question ne vaut pas le coup, seulement que les raisons invoquées sont fausses.




Viens ensuite les abattoires. Je ne suis pas contre le principe, mais les techniques ne sont pas vraiment au point. Combien de fois des journalistes infiltrés ont surpris des dépecages de bêtes encore vivantes. Le dernier reportage que j'ai vu concernait un abattoire de viande cachère, c'était horrible à voir, certains boeufs gémissaient encore en se vidant de leur sang. Et je ne parle pas de leur conditions de détention avant l'abattage...
L'empathie est-elle la seule raison de vouloir moins faire souffrir les animaux ? Existe-t-il une raison supplémentaire applicable qu'à l'homme nous poussant à éviter de faire souffrir l'autre ?


Ensuite il y a des animaux de laboratoires (vivisection). Encore une fois on peut comprendre qu'il faut en passer par là pour sauver des vies, mais la vérité ne se limite pas à ça. Des milliers d'animaux sont charcutés pour tester des cosmétiques ! des produits d'entretients ! On ne sauve plus des vies là.
Des vies contre une vie... Est-ce que la notion de mal nécessaire est la seule à pouvoir justifier la vivisection ? Cette notion la justifie-t-elle vraiment ?



Maintenant c'est une question de sensibilité et d'individualisme.
Donc pour vous, pas de rationalité là dedans ?

Pour ma part, et celle de ma famille, nous refusons de participer à ce massacre, donc nous avons fait le choix depuis plus d'un an de ne (presque) plus manger de viande rouge ou de charcuterie, on milite pour une ONG environnementale, et on évite certains produits connus pour avoir été testé sur des animaux. Il n'y a pas de petit combat.
Ce n'est que votre sensibilité, si vous vouliez me convaincre que votre choix est un bon choix, que me diriez-vous ? (et en quoi ce massacre doit-il être refusé ?)
D'un autre côté, juste pour prendre le contre pied et peut-être relancer le débat sur des choses moins sentimentales, les abattoirs ont permis de sauver de nombreuses espèces de l'extinction : ils ont permis le maintient d'espèces ou de races en déclin car elles fournissaient de la viande. Un exemple assez connu dans le nord-ouest de la France est celui du trait mulassier : les quelques représentants de la race qui subsistaient étaient maintenus par quelques élevages qui vendaient les produits pour la viande... Cela a été le cas pour la plupart des races de trait qui n'avaient plus lieu d'être à cause de la motorisation des moyens de locomotion... Cette vente de viande a donc contribué à garder en vie certaines races voire certaines espèces d'animaux...
 
Le sujet a été verrouillé.
   27/12/09 à 02:34 #3536
 Re:L'animal est un homme comme les autres
Je vais prendre goût à demander des raisons rationnelles pour toute chose.
Cette vente de viande a donc contribué à garder en vie certaines races voire certaines espèces d'animaux...
Euh, excusez-moi, mais avez-vous de bonnes raisons rationnelles de sauver une race domestique (domestique = produite par sélection artificielle et croisements) en voie de disparition... de l'extinction ?

Je me demande pourquoi certaines personnes ne s'offusquent pas lorsque des boat-people sont sauvés de la noyade imminente. C'est scandaleux de sauver des inconnus de la noyade. scandaleux puisque ce n'est pas rationnel. Ils allaient se noyer. Il faudrait donc laisser faire l'ordre des choses naturellement. Quel scandale.
 
Dernière édition: 27/12/09 à 02:47 Par .
Le sujet a été verrouillé.
Revenir en hautPage: 12345678...11
Modérateur: Bobby, Jerem
Développé par KunenaObtenir les derniers messages directement sur votre PC - Version française:SFK