Bienvenue, Invité
Merci de vous identifier ou de vous inscrire.    Mot de passe perdu?
signifie que ce forum est verrouillé; pas de nouveaux messages possibles.
Principes méthodologiques pour des collègiens signifie que ce forum est verrouillé; pas de nouveaux messages possibles.
(1 lecteur(s)) (1) Invité(s)
Aller en basPage: 1
SUJET: Principes méthodologiques pour des collègiens
   06/07/12 à 11:50 #29807
nicolasfueyo
Nouveau venu
Messages: 3
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Principes méthodologiques pour des collègiens
Bonjour,
J'ouvre ici un recueil ou pot-pourri de principes méthodologiques généraux destinés à l'enseignement aux collégiens.
Je pars du constat que les algorithmes de recherche sont très difficiles d'accès pour les collégiens. Ils sont ardus même pour des adultes équipés quand il s'agit de décrire les processus de lecture, où les mécanismes de vérification, d'inférence, passent d'un niveau d'analyse à un autre... Cependant, le public de collège reçoit très bien des formules proverbiales, des principes formulés en une phrase, des anecdotes. Quel que soit votre domaine d'étude, c'est à présenter de tels principes sous une formulation aisée que je vous invite ici.

Concrètement, voici des exemples de ce que j'attends (mais sentez-vous libre de dépasser mes attentes) :
"Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?" (rasoir d'Occam)
"Si on a cherché une chose sans la trouver, ou bien on ne l'a pas vue, ou bien c'est qu'elle n'était pas là."
"Un seul exemple ne permet pas de faire une règle."
"Si on part d'une chose fausse, on peut trouver n'importe quoi."
"C'est facile de trouver le résultat que tu cherches, plus difficile d'accepter qu'il est faux."
"Si tu sais que ce n'est pas ça, tu sais déjà quelque chose / tu ne sais pas rien."
"Le Père Noël est un vieux barbu qui donne des cadeaux. Mais en fait, il n'est pas / rien." (essence/existence)
"Une chose que tu ne connais pas, tu peux ne pas la voir même si elle est sous ton nez."
"Tu sais que c'est ça ou bien tu crois que tu sais ?"
"Si tu ne sais pas ce que tu cherches, tu risques de ne pas le trouver."
Anecdote : un roi avait réuni les savants de son royaume, et leur a demandé simplement ce que c'était que le pain. Ils n'ont jamais réussi à se mettre d'accord : l'un disait que c'était quelque chose faite avec de la farine, du sel et de l'eau, l'autre que c'était une chose qu'on mangeait, l'autre encore que c'était la spécialité du boulanger, (ad lib).

(...)

Merci par avance de vos contributions.
 
Le sujet a été verrouillé.
   06/07/12 à 16:19 #29810
yquemener
Contributeur extraordinaire !
Messages: 1596
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re: Principes méthodologiques pour des collègiens
Bonjour,

Je ne suis pas sur de bien comprendre la démarche. Le but est de remplacer l'enseignement de l'esprit critique par une série de formules toutes faites et à admettre ? Je ne vois pas en quoi cela aiderait les collégiens. On peut utiliser ces maximes comme des illustrations, mais il convient de bien les expliquer.
 
Le sujet a été verrouillé.
   06/07/12 à 17:51 #29811
nicolasfueyo
Nouveau venu
Messages: 3
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re: Principes méthodologiques pour des collègiens
Quant à ma démarche, je comptais sur les contributeurs pour trouver des formules faciles à mémoriser après que les élèves auront élaboré les notions auxquelles elles renvoient, mais des formules aussi qui ne soient pas fausses à force de simplification ou d'imprécision, enfin, des formules adaptées à des collégiens. Je cherche aussi à découvrir des principes scientifiques qui manqueraient à ma culture, que je ne peux pas encore formuler moi-même. Enfin, sur un mode plus léger, je souhaitais que les contributeurs présentent sous cette forme de "vignette" des étapes qui leur ont semblé importante dans l'histoire de leur accès au savoir.

Je relève comme Yquemener dans mes propositions des formules discutables ou impropres :

- L'histoire du Père Noël. Je vois la différence qu'il y a entre dire : "cette chose a, si elle existe, telle et telle propriétés" et "cette chose existe". Je ne vois pas bien ce que cela recouvre pour la lecture, un rappel de la barrière fiction/réalité ?

- "Une chose que tu ne connais pas, tu peux ne pas la voir même si elle est sous ton nez." : en fait, "certaines choses" et la formulation négative n'est pas satisfaisante. J'aurai peut-être plus de succès avec l'image des "lunettes" de chacun qui changent ce qu'il voit. Je cherche avec vous la meilleure formulation... :
-> "chacun a ses propres "lunettes" : le peintre verra des lignes et des couleurs dans le même paysage de montagne où le géologue verra des minéraux, des plis, des strates, et le guide de montagne verra au même endroit des pistes plus ou moins difficiles, des endroits dangereux, des points de vue."

- "Tu sais que c'est ça ou bien tu crois que tu sais ?" : trop général pour être vraiment utile en effet.

- "Si tu ne sais pas ce que tu cherches, tu risques de ne pas le trouver." L'idée que je vois derrière cette phrase est qu'il est pragmatique de se donner au début de la recherche les conditions satisfaisantes pour y mettre fin. Le poser comme un rituel est une chose, mais comment dire son utilité ?
 
Dernière édition: 06/07/12 à 19:11 Par nicolasfueyo.
Le sujet a été verrouillé.
Revenir en hautPage: 1
Modérateur: Bobby, Jerem
Développé par KunenaObtenir les derniers messages directement sur votre PC - Version française:SFK