Bienvenue, Invité
Merci de vous identifier ou de vous inscrire.    Mot de passe perdu?
signifie que ce forum est verrouillé; pas de nouveaux messages possibles.
QI, facteur socio-culturel ou génétique ? signifie que ce forum est verrouillé; pas de nouveaux messages possibles.
(1 lecteur(s)) (1) Invité(s)
Aller en basPage: 1234
SUJET: QI, facteur socio-culturel ou génétique ?
   03/05/11 à 01:11 #23012
Rod
Nouveau venu
Messages: 10
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:QI, facteur socio-culturel ou génétique ?
Tiel, je n'ai pas la force de réagir aux insultes que tu profères. Je maintiens que tu n'as toujours pas touché au lien initial, car il répond en vérité à tes objections.
Je vais quand même prendre sur moi et me forcer à répondre, ça ne veut pas dire que je vais pouvoir continuer comme cela très longtemps. Tes gestes d'humeur pompent toutes mes forces.

Quand tu me proposes un article, je le lis. Ce serait la moindre des choses que tu en fasses de même. Je pense que tu devrais lire la discussion entre Rushton/Jensen et Nisbett (cf lien que j'ai indiqué tout à l'heure).

Sur l'adoption transraciale, justement le lien que j'indiquais montre clairement que les enfants noirs (deux parents noirs) et métisses (un blanc un noir) n'avaient pas le même QI alors que les parents adoptifs croyaient les métisses avaient deux parents noirs. C'est pourtant comme cela qu'ils avaient été présentés. Comme on peut s'en douter, les métisses avaient un Qi plus élevé. Plus de détails bien sûr, voir le lien sur la discussion rushton/jensen et nisbett (ou celui du post initial).

Sur les tests de QI, il y avait deux graphiques sur le lien du post initial. Tu marmonnes sur le premier, mais pas sur le deuxième. Enfin, même sur les tests non biaisés auxquels ils ont fait passer, il ne semble pas que la hiérarchie se soit inversée.

Sur l'effet Flynn, le papier que j'ai indiqué dans le post que tu viens de répondre fait référence à Gottfredson (si tu l'avais lu). Mais si ce n'est pas celui-ci, alors c'est celui-là (page 329, 330). Elle a bien confirmé que l'écart est toujours dans les "normes", avec une très légère réduction de l'écart (de 1 point) durant les années 80 (ou 90 je sais plus).

Sur l'étude de Eyferth, le graph 2 (page 16) qui illustre le fait que le facteur environnemental tombe à l'âge adulte, s'accompagne aussi d'un bon nombre d'études, notamment provenant d'observations sur des jumeaux ayant été élevés ensemble. On peut dire que c'est faux. La moindre des choses serait de les lire avant de lancer des incantations à répétition du genre "les variables environnementales ne sont pas mesurables". Comme tu as l'air sûr de toi, et surtout, que tu as l'air convaincu qu'ils n'y ont même pas pensé, à ces fichus variables, tellement cela te paraît bête, alors je suppose que tu les as étudié attentivement tous les documents. Et je suppose que tu peux en rédiger un bon commentaire. Ou je me trompe ? Tu peux aussi regarder à la page 11 (sur le lien du post de tout à l'heure), section 4 "Stereotype Threat, Caste, and Other “X” Factors" où tu pourras constater que ces conclusions sont tirées de nombreux constats. Note que Nisbett avance exactement les mêmes arguments que les tiens, ces fameux facteurs "X", ce que Jensen et Rushton réfutent. Si les études analysées sont biaisées, en tout cas, Nisbett n'en parle pas, Lieberman non plus. Et si tu penses que ces études ont omis certains facteurs "X", alors je suppose que tu les a lues. Et je serais ravi que tu m'en fasses un bon commentaire.

Sur le QI des asiatiques du Sud, je répète ce que tu omets (volontairement) de commenter est l'étude qui regroupe les données basées sur les adoptions d'enfants mal-nourris, venant pour une majorité du Sud de l'Asie. Leur QI était supérieur à la moyenne des blancs. Encore une fois, le fait que le Nord regroupe les QI les plus élevés ne signifie pas que le facteur génétique ne joue aucun rôle, au moins aussi grand que le facteur environnemental à l'enfance, et plus encore à l'âge adulte.

Sur Lieberman, là où ce dernier se fourvoie, c'est surtout qu'il cite Tobias pour mettre à terre les conclusions de Rushton. Mais Tobias a lui-même reconnu plus tard que les asiatiques ont un plus gros cerveau que les blancs, et les blancs que les noirs. Pas sûr que Lieberman soit sorti vainqueur du débat.

Sur Turkheimer, tu éludes tout simplement le problème de son étude. Sa méthode en est venue à amplifier le rôle environnemental et à minimiser le rôle génétique. ça ne me parait pas intellectuellement très honnête.

Dernière chose, quand je cite les deux études de Rowe [41, 42], c'est aussi parce que tu peux les consulter. A te lire, on dirait que c'est déjà fait. Alors je te prie : il dit quoi Rowe dans son étude qui ne serait rien d'autre que de la bouillie ?
Je ne sais même pas si j'ai répondu à toutes les remarques. Peu importe, je n'ai même pas la force d'aller vérifier.
 
Le sujet a été verrouillé.
   03/05/11 à 03:08 #23014
Cajypart
Super contributeur !
Messages: 310
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Masculin Lieu: France Date anniversaire: 03/06
 Re:QI, facteur socio-culturel ou génétique ?
Non mais évidemment que des résultats basés sur des moyennes ne peuvent que représenter un biais dans une éventuelle démonstration de la primauté du génétique sur le socio-culturel (de l'inné sur l'acquis).
Et évidemment que l'échantillonage est biaisé quand on parle "des noirs", "des blancs", "et des asiatiques" qui ne sont que des regroupements grossiers qui ne font en aucun cas état de la grande diversité génétique et culturelle à l'intérieur même de ces échantillons.
Pour prouver sans contestation possible le caractère génétique de la capacité à répondre à un test de QI à l'intérieur de l'espèce humaine, il faut isoler une population qui soit incapable de répondre à un certain type de question.
Si à un type de question de QI, un noir, un blanc et un asiatique sont capable d'y répondre juste et que dans le même temps un noir, un blanc et un asiatique répondent faux, cela signifie que la couleur de peau, l'origine géographique n'a rien à voir avec la capacité à répondre à cette question. Pas besoin de faire des moyennes.
C'est évident.
Il faut donc chercher d'autres facteurs génétiques (les chauves, les blondes, les allergiques au pollen?) ou plus surement des facteurs sociaux-culturels.
Le but de ces types n'est nullement de déterminer quel caractère génétique permet de répondre à tel type de question de QI (car sans doute ce caractère est présent dans l'ensemble de l'humanité hormis peut-être parmi quelques individu qui auraient subi une altération du génome), mais il est uniquement de hiérarchiser des races fantasmées pour justifier un ordre social.
 
Dernière édition: 03/05/11 à 03:24 Par Cajypart.
Ce n'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont forcément raison.
Le sujet a été verrouillé.
   03/05/11 à 03:11 #23015
Tiel
Super contributeur !
Messages: 253
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:QI, facteur socio-culturel ou génétique ?
Rod le cornichon racialiste
Tiel, je n'ai pas la force de réagir aux insultes que tu profères. Je maintiens que tu n'as toujours pas touché au lien initial, car il répond en vérité à tes objections.
Image réservée aux membres.
Veuillez vous connecter ou vous enregistrer.


Non il n’y répond pas c’est simplement toi qui enfermé dans ton raisonnement corrélatif et circulaire n’arrive pas à capter en quoi il n’y répond pas! Ton lien est débile, il se base sur des sources débiles qui sont à la science ce que Britney Spears est à la musique classique.

Tu prétends que chacun des point que je soulève notamment l’absence d’argumentation de fond en matière d’anthropologie, de sociologie et de génétique, sont déjà réfuté par tes sacs à merdes racialistes, mon cul sur la commode. La culture et les réseaux/structures sociaux qui sont étroitement associé et qui tout deux forment ce que l’on appellerait ici «l’environnement» ne peuvent être compris et analyser entièrement de manière quantitative via des données tels que le revenus moyen, les taux de réussite scolaire le tout attribué à une communauté d’appartenance (par exemple les noirs, les blancs et les asiatiques). On ne peut donc pas comprendre cette complexité en se contentant de faire des corrélations sur quelques données quantifiables!

Rien que pour la criminalité ce n’est pas évident et met en place plusieurs facteurs. Par exemple le sociologue Lagrange à écrit un livre amenant des éléments probant sur le pourquoi du fort taux de criminalité en France des jeunes hommes originaires du Sahel. Un facteur culturel évident existe quand aux structures hiérarchiques familiales inadaptés ici avec pour conséquence un père tyrannique, une mère soumise et de nombreux enfants laissé à eux-même. Tu ajoute la présence dans le quartier de bandes voir même de réseaux de trafiques et ces jeunes vont naturellement y entrer, ce qu’on appelle parfois en sociologie «une carrière de déviant».

D’autres approches à caractère plus «anthropologiques» existent également notamment chez les noirs américains. Comment beaucoup de ces derniers ont maintenu et même exacerbés une culture et identité propre souvent opposé à «la société blanche», développement d’un argot particulier, rejet des normes et là parfois également «carrière de déviant». À l’inverse les milieux asiatiques ont un autre cadre, abnégation, valorisation du travail avec développement de réseaux sociaux particuliers permettant l’entraide, etc, etc…… Ce ne sont là même pas des résumés des développements qui existent dans ces travaux.

Quand à la biologie on utilise des méthodes très rigoureuses pour différencier ce qui est du ressort de la génétique et de l’environnement. Par exemple pour savoir si les différences phénotypique constatés chez une mauvaise herbe entre les population rudérales et les populations agricoles sont génétiques et pas environnementales, on commence par sélectionné un grand échantillonnage de ces mauvaises herbes, on plante leurs graines dans des environnements similaires sur plusieurs générations, on intervertit les compartiments dans les locales ont on stock les plants pour éviter tout biais environnementale qui nous aurais échappé etc, etc….. Non seulement pareille expérience ne peut être pratiqué avec les macro-populations humaines (noirs, blancs et asiatiques) où l’on pourrait parfaitement éviter tout biais sociale et culturel (voir les travaux en anthropologie et en sociologie) mais en plus avec tes sacs à merde racialiste on se base sur une donné qui n’est même pas une mesure phénotypique à savoir le QI, on peut difficilement faire pire niveau merde pseudo-scientifique c’est même là une insulte à la démarche scientifique!


Rod le cornichon racialiste
Je vais quand même prendre sur moi et me forcer à répondre, ça ne veut pas dire que je vais pouvoir continuer comme cela très longtemps. Tes gestes d'humeur pompent toutes mes forces.
Image réservée aux membres.
Veuillez vous connecter ou vous enregistrer.


Arrête donc de monter sur tes grands chevaux, tu débarques ici avec tes thèses racialistes puantes rédiger par des racistes et eugénistes notoire et donc la rigueur scientifique est inexistante au point d’être plus ridicule encore que la littérature créationniste!
Si après plusieurs échanges tu ne piges toujours pas que tes sources neuneus basés des corrélations en tout genre sans démonstrations rigoureuse aucune, sans démonstration sur le fond mais bourré de postulats se basant eux-mêmes sur des corrélation (raisonnements circulaires à faire rougir un créationniste), c’est du grand n’importe quoi eh bien faut pas te plaindre si on te secoue au passage!


Rod le cornichon racialiste
Quand tu me proposes un article, je le lis. Ce serait la moindre des choses que tu en fasses de même. Je pense que tu devrais lire la discussion entre Rushton/Jensen et Nisbett (cf lien que j'ai indiqué tout à l'heure).
1. J’ai lu ton article oh que oui.
2, Je ne t’ai pas attendu pour lire les divers excréments de Rushton, Jensen, Lynn, Murray et bien d’autres encore, je les ai lu quitte à vomir tellement c’est con et puant à la fois. Et toujours les mêmes corrélations sensés tout démontrer (en tout cas sensé démontrer que les noirs sont en moyenne génétiquement inférieurs intellectuellement parlant) sans argumentation de fond, sans prises en compte des dynamiques socio-culturels dans leurs complexité, sans démonstration génétique, sur des corrélations qui selon ces sacs à merde se suffisent à elles-mêmes et peut-être labélisé comme étant de la «recherche scientifique». L’attardé qui a rédigé le blog que tu as mis en lien adhérant lui aussi à ce raisonnement circulaire complètement débiles.


Rod le cornichon racialiste
Sur l'adoption transraciale, justement le lien que j'indiquais montre clairement que les enfants noirs (deux parents noirs) et métisses (un blanc un noir) n'avaient pas le même QI alors que les parents adoptifs croyaient les métisses avaient deux parents noirs. C'est pourtant comme cela qu'ils avaient été présentés. Comme on peut s'en douter, les métisses avaient un Qi plus élevé. Plus de détails bien sûr, voir le lien sur la discussion rushton/jensen et nisbett (ou celui du post initial).

Sur les tests de QI, il y avait deux graphiques sur le lien du post initial. Tu marmonnes sur le premier, mais pas sur le deuxième. Enfin, même sur les tests non biaisés auxquels ils ont fait passer, il ne semble pas que la hiérarchie se soit inversée.

Image réservée aux membres.
Veuillez vous connecter ou vous enregistrer.


Et après tu te plains qu’on t’insulte? As-tu seulement lu mes messages précédents? As-tu seulement lu les tissus d’excréments racialistes auxquels tu te réfères-toi-même mon mignon? Oui non? Si oui peux-tu me dire bordel de merde où Jensen et Rushton excluent de manière claire et nette dans leurs corrélations, les facteurs socio-culturels externes à la famille qui peuvent influer ces enfants noirs dans leur intégration et parcours social? Rushton et Jensen se sont-ils intéressé sur comment ces enfants noirs adoptés se percevaient dans la société en tant que noirs? Est-ce que cela les poussait à adopter des modes, des comportements et des fréquentations particulières? Est-ce que ces derniers points les affectaient dans leur parcours scolaires, leur études, etc ,etc…..Ont-ils cherché à retrouver leur racines «noires» Peux-tu me citer les passages où Rushton et Jensen étudient tout cela et l’intègre dans leurs conclusions?

Oui non?

Et quid des perceptions et influences différentes qui peuvent affecter les enfants asiatiques adoptés par des parents blancs, avec là encore étude de leur parcours identitaires et culturels respectifs et des influence qui vont avec?
Tu crois réellement que leur putain de corrélations basés sur quelques données que l’on peut quantifier ou rattaché bêtement à des donnée quantifiables en vue de faire des corrélation suffisent à répondre à ces questions? Crois-tu qu’avec ces corrélations il résolvent ces questions d’ordre anthropologiques, sociologiques et mêmes psychologiques?

Il faudra t’expliquer combien de fois que tes sac à merdes racialistes ignorent toutes ces questions de fonds qui ne sont pas traiter et ce contentent de corrélations ne les prenant absolument pas en compte? Il serait vraiment temps que tu comprennes en quoi tes références n’est qu’un ramassis de merde pseudo-scientifique!


Rod le cornichon racialiste
Sur l'effet Flynn, le papier que j'ai indiqué dans le post que tu viens de répondre fait référence à Gottfredson (si tu l'avais lu). Mais si ce n'est pas celui-ci, alors c'est celui-là (page 329, 330). Elle a bien confirmé que l'écart est toujours dans les "normes", avec une très légère réduction de l'écart (de 1 point) durant les années 80 (ou 90 je sais plus).
Non mon glandu c’est là du baratin corrélatif sur les moyennes intergroupes, ce que l’effet Flynn a basiquement montré c’est que les tests doivent être réactualisés car sinon on constate des augmentations impressionnant du nombre de point obtenu d’une génération à l’autre. Cela démontrant que les tests sont donc standardisés d’où leur corrélation avec la réussite scolaire et professionnelle et ces tests mesurent donc l’aptitude à répondre aux tests ben oui! L’argumentation de tes racialistes et de dire que «bah oui ok on réactualise mais si la disparité entre les noirs et les blancs persistent, même en augmentant tous les deux, ben c’est que le QI mesure bel et bien l’intelligence (le facteur «g» si chère à ces dogmaticiens du QI) et que les nègres sont génétiquement plus cons que les blancs, kikoooo lol»!

Et voilà comment on fait des corrélations entre les batterie de tests standardisé (qui suffisent donc à affirmer qu’ils mesurent bel et bien l’intelligence) et de la persistance d’un écart entre «populations» avec ces tests qu’on réactualise à intervalle plus ou moins réguliers une démonstration de la différence d’intelligence innée entre les populations en question sans analyse de fond aucune ni en matière d’anthropologie, ni en matière de sociologie et encore moins en matière de génétique! Dans le genre connerie pseudo-scientifique on ne peut pas faire pire. Et temps que tu auras toujours du caca dans la tête au point de ne pas voir en quoi cela est de la merde mon petit Redounet chérie tu es condamné à te faire le porte parole attitré de ce qui n’est par définition qu’un gros tas de caca bien fumant!

Rod le cornichon racialiste
Sur l'étude de Eyferth, le graph 2 (page 16) qui illustre le fait que le facteur environnemental tombe à l'âge adulte, s'accompagne aussi d'un bon nombre d'études, notamment provenant d'observations sur des jumeaux ayant été élevés ensemble. On peut dire que c'est faux. La moindre des choses serait de les lire avant de lancer des incantations à répétition du genre "les variables environnementales ne sont pas mesurables". Comme tu as l'air sûr de toi, et surtout, que tu as l'air convaincu qu'ils n'y ont même pas pensé, à ces fichus variables, tellement cela te paraît bête, alors je suppose que tu les as étudié attentivement tous les documents. Et je suppose que tu peux en rédiger un bon commentaire. Ou je me trompe ? Tu peux aussi regarder à la page 11 (sur le lien du post de tout à l'heure), section 4 "Stereotype Threat, Caste, and Other “X” Factors" où tu pourras constater que ces conclusions sont tirées de nombreux constats. Note que Nisbett avance exactement les mêmes arguments que les tiens, ces fameux facteurs "X", ce que Jensen et Rushton réfutent. Si les études analysées sont biaisées, en tout cas, Nisbett n'en parle pas, Lieberman non plus. Et si tu penses que ces études ont omis certains facteurs "X", alors je suppose que tu les a lues. Et je serais ravi que tu m'en fasses un bon commentaire.
Image réservée aux membres.
Veuillez vous connecter ou vous enregistrer.


Bordel de merde mais tu tiens à tout prix à passer pour un attardé aussi atteint que celui qui a rédigé et apporté le torrent de déjections intestinales sur le blog que tu nous a mis en lien!

J’ai lu la «démosntration» de Rushton et Jensen et j’ai même lu un des papier de Rowe et objectivementleur démonstration ne permet d’exclure aucune influence socioculturel. Premièrement ce qu’ils appellent un possible «facteur X» chez les noirs et qui devrait aboutir à des différences corrélatives au sein du regroupement «noirs» par à celle existant au sein des autres regroupements (blancs et asiatiques) en ce qui concerne les variables environnementales et celles des achèvements (scolaires notamment). Mais c’est là un postulat qui ne tient pas. Car des «facteur X» (culturels et sociaux) différents mais aussi réelles peuvent exister (et très probablement existent) au sein des autres regroupements. Mais ces facteurs ne sont bien évidemment pas quantifiables. D’ailleurs les variables environnementales Rowe les quantifie via des question réponses (notamment celles de la mère des enfants) sur le nombre de livre que l’enfant lit, sur la pratique d’un instrument de musique, sur les visites aux musées, etc, etc…..Le tout dans une optique de quantifier et de faire des corrélations sans rien vraiment comprendre sur l’environnement social et son fonctionnement, ni même sur les subtilités culturels, m’enfin bon seuls les corrélations finales sont importantes n’est-il pas!

On ne peut pas quantifier la culture d’une communauté, son tissu sociales, ses réseau sociales via ce genre de questionnaire et on ne peut donc pas les quantifier et/ou en faire des corrélations qui permettent d’en exclure l’influence! Affirmer qu’ils ont pris en compte et réfuter les facteurs socio-culturels complexes avec ce genre de corrélations neuneus c’est littéralement prendre les gens pour des cons et devine quoi mon petit Rodounet avec toi les sacs à merde racialistes ne se trompent pas quand à ce dernier point! À toi de voir si tu prends pareilles pseudo-démonstration pour argent comptant si oui mes félicitations poils au fion!

Rod le cornichon racialiste
Sur le QI des asiatiques du Sud, je répète ce que tu omets (volontairement) de commenter est l'étude qui regroupe les données basées sur les adoptions d'enfants mal-nourris, venant pour une majorité du Sud de l'Asie. Leur QI était supérieur à la moyenne des blancs. Encore une fois, le fait que le Nord regroupe les QI les plus élevés ne signifie pas que le facteur génétique ne joue aucun rôle, au moins aussi grand que le facteur environnemental à l'enfance, et plus encore à l'âge adulte.
Pourtant le QI des asiatiques du Sud-Est est inférieur à celui des blancs européens y compris à l’âge adulte selon le même Rushton, donc tout ce que Rushton prouve ici est que le QI peut varier énormément à l’autre sous certaines conditions environnementales et sociales et encore une fois cela a également constaté avec des enfants noirs en milieux institutionnalisés dont le QI dépassait celui des enfants blancs! Si le QI des enfant d’Asie du Sud Est qui ont grandit en occident surpasse de plus de 15 points celui de ceux resté en Asie en Sud-Est cela en dit très long sur le fait que les différences de QI à l’âge adulte n’explique finalement avant tout non pas par la génétique mais bel et bien par des facteurs environnementaux!

Notons aussi que la première chose qu’il serait intéressant de constaté seraient le fonctionnement des sociétés d’Asie du Sud-Est, et les influences sociales extérieurs à leur famille d’adoption des enfants Sud-Est asiatiques adoptés par des familles blanches en occident, influence culturels, communautés culturels les plus fréquentés organisations de ces dernières et influences sur le parcours de vie des enfants, etc, etc…..Bien évidemment c’est autre chose que de se contenter à balancer des corrélations et à s’adonner à des raisonnement circulaires!

Rod le cornichon racialiste
Sur Lieberman, là où ce dernier se fourvoie, c'est surtout qu'il cite Tobias pour mettre à terre les conclusions de Rushton. Mais Tobias a lui-même reconnu plus tard que les asiatiques ont un plus gros cerveau que les blancs, et les blancs que les noirs. Pas sûr que Lieberman soit sorti vainqueur du débat.
Image réservée aux membres.
Veuillez vous connecter ou vous enregistrer.


Non mais tu tiens à tout prix à passer pour un gland!

Tobias n’a jamais pu montrer que la asiatiques avaient le cerveau plus grand que les noirs car Tobias n’a jamais pu avoir d’échantillonnage suffisamment grands des diverses sous-populations qui composent les «noirs-africains» et les «asiatiques»! Quoi qu’ai dit Tobias il n’existe aucune démonstration rigoureuse d’échelle suffisamment grande pour affirmer cela. Par ailleurs les noirs et les asiatiques ne forment pas des groupes homogènes, si l’on prend d’avantage de crâne de telle populations noire plutôt qu’une autre on peut obtenir un résultat comparatif totalement différent. Cela marche également avec la taille corporelle, que signifierait la taille moyenne des noirs africains versus la taille moyenne des blancs européens alors que l’on sait que les africains ne sont pas homogènes et qu’on trouve des sous-populations de très grandes tailles comme les Massaïs et de sous populations de petites tailles comme les Pygmées? C’est d’ailleurs en cela que les échantillonnages de Rushton et sa démarche sont merdiques et clownesques dignes des adeptes de la crâniométrie du XIXème siècle!

Franchement tu te plains qu’on se foute de ta gueule et qu’on t’insulte que tu viens prendre la défense de la crâniométrie racialiste et du paquet de connerie que cela représente allons donc mon petit Rodounet d’amour faut vraiment que tu arrêtes de déconner!

Rod le cornichon racialiste
Sur Turkheimer, tu éludes tout simplement le problème de son étude. Sa méthode en est venue à amplifier le rôle environnemental et à minimiser le rôle génétique. ça ne me parait pas intellectuellement très honnête.
En revanche tu trouves honnête d’affirmer que les noirs sont génétiquement plus cons que les blancs sans démonstration anthropologique, sociologique et génétique sur la base de seules corrélations faites par des racistes et eugénistes notoires, tu tiens vraiment à passé pour un attardé il n’y a pas à dire! Sinon je le redis Turkheimer s’est contenté de rapporté des corrélations spécifiques sans surprise c’est tout, pour le reste j’ai dit que cela ne me paraissait pas particulièrement intéressant car prévisible sans mettre pour autant là non plus des descriptions détaillés des mécanismes sociaux et culturels sous-jacents!

Pour le reste tes conneries sur les noirs qui seraient en moyenne génétiquement plus cons que les blancs cela demeure de la connerie sans démonstrations de fond poils au fion!

Rod le cornichon racialiste
Dernière chose, quand je cite les deux études de Rowe [41, 42], c'est aussi parce que tu peux les consulter. A te lire, on dirait que c'est déjà fait. Alors je te prie : il dit quoi Rowe dans son étude qui ne serait rien d'autre que de la bouillie ?
Je ne sais même pas si j'ai répondu à toutes les remarques. Peu importe, je n'ai même pas la force d'aller vérifier.

Parce que les études de Rowe c’est de la bouillie, j’ai lu tes sources il n’y a aucune analyse anthropologique et sociologique digne de ce nom que dalle, que des corrélations sur quelques données que l’on peut plus ou moins quantifier et/ou corrélé!

Quand tu auras piger qu’on ne peut pas déterminer et exclure les facteurs sociaux et culturels complexes, qu’on ne peut pas identifier la dynamique sociale sous-jacentes à des observations telle que la réussite scolaire, les résultats de tests de QI, le taux de délinquance via des corrélations de quelques données quantifiables sans analyse de fond de la dynamique sociale tu es condamné à te référer en boucle à la même merde pseudo-scientifique comme le dernier des abrutis! Et franchement c’est pour le moins pathétique!

Aller on se revoit dans quelques jours d’ici là tâche de mettre ton cerveau en marche et d’arrêter de radoter la même merde en boucle en amenant la même merde comme référence car franchement tu commences sérieusement à schlinguer à force de te rouler dans la merde question!
 
Dernière édition: 03/05/11 à 03:31 Par Tiel.
Le sujet a été verrouillé.
   03/05/11 à 09:46 #23016
Wooden Ali
Super contributeur !
Messages: 251
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:QI, facteur socio-culturel ou génétique ?
Je t'admire, Tiel pour passer autant de temps à répondre à un individu qui n'en a que foutre : "les nègres sont plus cons que les blancs. Point" ! Ce que Rod avance à l'appui de son intime conviction n'est qu'un habillage pseudo-scientifique qui rappelle les plus belles heures de cette déviation que fut (qu'est encore ?) le Scientisme.

Je pense que quiconque corrèle, aujourd'hui, l'intelligence à la taille du cerveau fait éclater son ignorance et/ou sa mauvaise foi.

Et toujours, à l'appui de ses dires la même équipe de bras cassés qui pratiquent sans honte les mêmes méthodes qui sont à la Science ce que Plastic Bertrand est à Bach.

Je ne peux résister à afficher cette page de Rushton pour montrer le genre de corrélations qu'il ose exposer. Je le fais à l'usage de ceux qui n'ont pas de temps à perdre à le lire et qui aiment bien rigoler de choses sinistres :
Image réservée aux membres.
Veuillez vous connecter ou vous enregistrer.

Il y a des gens qu'on a pas besoin de caricaturer : ils le font si bien eux-mêmes !
On pourra constater à l'aide de ce monument de la pensée rationnelle qui affirme si parfaitement la qualité de la pensée du Maître, l'admirable position des blancs, ni trop ceci, ni trop cela, libre de tous les excès délétères des niakoués et des bougnoules. A lire Rod, on est sûr qu'il fait partie de ce sublime groupe. Pourrait-il d'ailleurs en être autrement ?
On peut remarquer aussi que tous ces "savants", s'ils maîtrisent parfaitement la notion de moyenne, n'en sont pas encore arrivés à la notion d'écart-type. On n'en voit guère de trace dans leur littérature. Or l'écart-type du QI varie de 15 à 24, selon les évaluations. Une telle valeur rend la connaissance de la moyenne totalement inutile pour évaluer a priori le QI d'un individu donné quelle que soit la couleur de sa peau (ou la longueur de son sexe). Rod a-t-il un QI plus élevé qu'Obama ou Senghor ? Qui prend les paris ?

Dans une discussion analogue, j'avais posé la question sur l'utilisation qu'on pouvait faire de différence de moyennes de QI. Comme elle ne servent à rien dans la vie courante,à un niveau individuel, on peut penser que leurs raisons d'être sont uniquement eugéniques et sociales. Certains ne se sont pas gênés pour les exposer : danger des mariages mixtes, inutilités de consacrer des ressources pour des groupes qui n'en valent pas la peine, ségrégations de toutes sortes et autres joyeusetés qui font vite mériter un point Godwin.

Il y a tout de même une autre bonne raison pour un individu blanc pur (blond de préférence et aux yeux, si possible, bleus)de soutenir de tels fadaises : dissimuler sa médiocrité personnelle par une appartenance à une catégorie prétendue supérieure. Une sorte de réflexe d'aristocrate dégénéré et fauché qui clame son cousinage avec François 1er.
Pour Rod, c'est raté !

Je lui pose toutefois cette question :
Que comptes-tu faire des résultats que tu nous a exposés, quelles actions pratiques proposes-tu qui en feraient autre chose que des propos de comptoir ?
 
Le sujet a été verrouillé.
   03/05/11 à 10:17 #23018
Tiel
Super contributeur !
Messages: 253
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:QI, facteur socio-culturel ou génétique ?
Wooden Ali écrit:
Je ne peux résister à afficher cette page de Rushton pour montrer le genre de corrélations qu'il ose exposer. Je le fais à l'usage de ceux qui n'ont pas de temps à perdre à le lire et qui aiment bien rigoler de choses sinistres :
Image réservée aux membres.
Veuillez vous connecter ou vous enregistrer.

Il y a des gens qu'on a pas besoin de caricaturer : ils le font si bien eux-mêmes !

D'ailleurs ça mérite biende rappeler une autre perle de Rushton.

«Vous savez c’est un compromis, plus de cerveau ou plus de pénis, vous ne pouvez pas tout avoir.»

John Philippe Rushton

Si ça c'est pas la remarque d'un grand scientifique! Image réservée aux membres.
Veuillez vous connecter ou vous enregistrer.


Aller je termine avec cette vidéo de SMBC Theater dont il ne faut pas rater la chute finale qui caressera ROD dans le sens du poil.



Aller mes valises sont prêtes je m'en vais salut Wooden Ali et A+! Image réservée aux membres.
Veuillez vous connecter ou vous enregistrer.
 
Dernière édition: 03/05/11 à 10:19 Par Tiel.
Le sujet a été verrouillé.
   03/05/11 à 17:25 #23039
anty28
Contributeur extraordinaire !
Messages: 354
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Masculin ineakis Lieu: Paris Date anniversaire: 28/04
 Re:QI, facteur socio-culturel ou génétique ?
Il paraît que la taille des pénis en France augmente. Peut-on en déduire que les Français deviennent plus cons ?
 
Le sujet a été verrouillé.
   03/05/11 à 18:14 #23043
Bobby
Moderateur
Messages: 2847
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Féminin Lieu: Paris Date anniversaire: 01/01
 Re:QI, facteur socio-culturel ou génétique ?
Tiens, j'ai une impression de déjà-vu !

Wooden Ali écrit:

Je lui pose toutefois cette question :
Que comptes-tu faire des résultats que tu nous a exposés, quelles actions pratiques proposes-tu qui en feraient autre chose que des propos de comptoir ?

On va finir par cette question avant que ça sent pire (jeu de mot !).
 
Retrouvez-nous sur facebook :
www.facebook.com/groups/pseudo.scepticisme/
Le sujet a été verrouillé.
   03/05/11 à 18:14 #23044
Wooden Ali
Super contributeur !
Messages: 251
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:QI, facteur socio-culturel ou génétique ?
Salut anty28
Tu as écrit :
Il paraît que la taille des pénis en France augmente. Peut-on en déduire que les Français deviennent plus cons ?
la liste des présidents qu'ils se sont choisis tendrait à le prouver. Mais demande donc ça à Rod, il à l'air d'en savoir long sur le sujet !

Avec un tel pseudo, on peut d'ailleurs deviner quelle est son obsession première ! La même que Rushton, probablement.
 
Le sujet a été verrouillé.
   03/05/11 à 18:45 #23045
anty28
Contributeur extraordinaire !
Messages: 354
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Masculin ineakis Lieu: Paris Date anniversaire: 28/04
 Re:QI, facteur socio-culturel ou génétique ?
Ben tiens, regarde, quand j'étais petit et que j'en avais une petite j'étais super intelligent, et là maintenant...
 
Le sujet a été verrouillé.
   04/05/11 à 00:29 #23067
Navandin
Ø
Super contributeur !
Messages: 181
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:QI, facteur socio-culturel ou génétique ?
Rod a écrit :
Sur l'adoption transraciale, justement le lien que j'indiquais montre clairement que les enfants noirs (deux parents noirs) et métisses (un blanc un noir) n'avaient pas le même QI alors que les parents adoptifs croyaient les métisses avaient deux parents noirs. C'est pourtant comme cela qu'ils avaient été présentés. Comme on peut s'en douter, les métisses avaient un Qi plus élevé.

Que l'on me pardonne l'absence d'argumentation, c'est seulement que lorsque je lis cela, je me demande comment on peut prétendre mener une étude sur l'intelligence. Pour parler d'intelligence il faut en disposer d'un minimum, non ? Shame on you !
 
Dernière édition: 04/05/11 à 00:31 Par Navandin.
"Lorsqu'une question soulève des opinions violemment contradictoires, on peut assurer qu'elle appartient au domaine de la croyance et non à celui de la connaissance" [Voltaire]
Le sujet a été verrouillé.
Revenir en hautPage: 1234
Modérateur: Bobby, Jerem
Développé par KunenaObtenir les derniers messages directement sur votre PC - Version française:SFK