Bienvenue, Invité
Merci de vous identifier ou de vous inscrire.    Mot de passe perdu?
signifie que ce forum est verrouillé; pas de nouveaux messages possibles.
QI, facteur socio-culturel ou génétique ? signifie que ce forum est verrouillé; pas de nouveaux messages possibles.
(1 lecteur(s)) (1) Invité(s)
Aller en basPage: 1234
SUJET: QI, facteur socio-culturel ou génétique ?
   30/04/11 à 03:26 #22910
Tiel
Super contributeur !
Messages: 253
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:QI, facteur socio-culturel ou génétique ?
Rod écrit:
Extrait de "race, évolution et comportement" :

"Le temps de réaction est sans doute le plus simple de tous les tests mentaux indépendants de la culture. Dans le test « trouvez l’intrus », des enfants de 9 à 12 ans regardent une série de lumières. Ils doivent voir laquelle s’allume et appuyer sur le bouton le plus proche de cette lumière. Le test est tellement facile que tous les enfants y parviennent en moins d’une seconde. Même là, les enfants à QI élevé sont plus rapides que ceux à QI plus bas. Dans le monde entier, les enfants orientaux sont plus rapides que les enfants blancs, qui sont plus rapides que les enfants noirs."

C'est une blague? Tu veux dire que le QI est mesuré à partir du seul temps de réaction?

J'en doute tout au plus cela représente un des tests en question et je parie qu'il est corrélé à d'autres tests n'est-il pas? D'autres tests ayant autre chose que temps de réaction.

Et encore le temps de réaction face à un jeu, à une situation ou autre, cela s'entraine toute personne s'étant adonné à des jeux vidéo ou d'autres jeux faisant travaillé le cogito et les réflexes de manière similaire devrait le savoir. Même répondre le plus rapidement possible à une équation cela s'entraine.

Rod écrit:
Dans le lien (post initial), il y a une partie consacré au temps de réaction des Noirs et des asiatiques. Ces derniers sont plus rapides que les blancs, qui eux sont plus rapides que les noirs.
Oui j'ai lu d'ailleurs la figure deux en question sur les temps de réaction concernaient des réponses à des équations mathématiques or encore une fois cela s'entraine.

Et c'est à partir de ce genre de données que tes sacs à merde racialistes en déduisent leur édifice de conneries mes félicitations!

Rod écrit:
Ensuite, je l'ai déjà dit 2 fois, mais je vais le répéter une 3ème fois. Rushton and co ne nient pas qu'il existe un facteur socio-économique, mais celui-ci semble minime. A l'enfance, c'est 50-50. Age adulte, 80% génétique, 20% environnement.
L'étude sur les soldats allemands, également cité par Nisbett, a été repris par Jensen et Rushton (cf lien du post initial). Là aussi, c'est un échantillon biaisé.

Ton lien sur Liebermann, je le lirai demain, celui-là aussi.

Le 80% génétique à l'âge adulte se base sur un magnifique raisonnement circulaire qui ignore toutes les subtilités que représentent les divers influences culturelles et sociales auxquels sont confrontés les individus au court de leur vie, y compris donc les effets en rapport avec le communautarisme.

Quand à l'étude avec les mères allemandes elle reste une critique valide que Rushton et Jensen ignorent en se tirant dans le pied (voir leur référence aux soldat nord-africain dans mon message précédent).
 
Dernière édition: 30/04/11 à 03:27 Par Tiel.
Le sujet a été verrouillé.
   30/04/11 à 03:38 #22911
Tiel
Super contributeur !
Messages: 253
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:QI, facteur socio-culturel ou génétique ?
Bobby écrit:
Nous n'avons pas du faire les mêmes tests de QI car ceux que j'ai fait (par curiosité) étaient uniquement psychotechnique, càd basés sur la logique. Aucunement la mémoire, le savoir ou l'expérience étaient sollicités.

Je ne vois pas le rapport avec le social ou la génétique...

Si on pouvait tout intégrer dans le QI, que dire des chimpanzés ?



A vous de jouer :
games.lumosity.com/chimp.html

Ca c'est amusant en effet!

Doué le chimpanzé très doué même!

Pour le QI la mémoire n'était pas la base du mien mais certains tests consistaient bel et bien à par exemple mémoriser des suites de nombres puis à les retranscrire.
 
Le sujet a été verrouillé.
   02/05/11 à 09:32 #22976
Michel Mipoivre
Mustélidé forestier
Contributeur extraordinaire !
Messages: 480
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Masculin Lieu: Ici Date anniversaire: 21/02
 Re:QI, facteur socio-culturel ou génétique ?
C'est marrant, mais j'ai du mal à associer

la "régression vers la moyenne" fait qu'un enfant ayant un père Noir de QI 120 aurait, en moyenne, 85, soit le QI moyen des Noirs. Un enfant de père Blanc de QI 120 serait susceptible d'avoir un QI de 100, soit la moyenne des blancs. Et 106 pour les asiatiques.

Le cerveau des Noirs est plus petit que celui des Blancs, qui est plus petit que celui des asiatiques.

Vraisemblablement, ces inégalités dans la réussite scolaire et professionnelle entre groupes ethniques s'explique, d'après Rushton, par le fait que les blancs, les noirs, et les asiatiques, n'ont pas évolué dans le même environnement.

Avec

C'est une littérature passionnante.

Parce que bon, à part une resucée des théories du XVIIIe - XIXe associées au mot QI et donc "moderne", j'y vois pas grand chose. Avant on comparait le crâne d'un noir à celui d'un chimpanzé, maintenant on compare son QI. Le moyen change, la connerie reste.

Le QI mesure principalement la capacité à répondre à un test de QI.
Moi qui suis ingénieur, avec un boulot technique et un geek entraîné à la logique, je devrais avoir un score de QI qui pète les scores.
Pourtant je suis très probablement plus con qu'un ami agrégé de lettre, cultivé à l'extrême, avec un sens commun hallucinant mais la logique d'un balai à chiotte.
L'ami en question est martiniquais, on le compte comme un noir mal sorti de l'Afrique et on lui pardonne condescemment son QI moins élevé en disant "c'est pas sa faute, une partie de ses gênes est bloquée en Afrique"? Où on s'en fout et on se rappelle que considérer le QI comme une mesure de l'intelligence est la première preuve qu'on en manque soi même ?

Bref, étrange théorie, sous-tendue par des éléments qui agressent fortement certaines parties de ma pensée.

Oui je sais, je reste bloqué dans des clivages idiots raciste/antiraciste, c'est pas le but des auteurs, c'est beaucoup plus profond que ça, gnagnagna. Bullshit.
 
Qui ne saute pas n'est pas un mustélidé forestier !!
Le sujet a été verrouillé.
   02/05/11 à 10:11 #22977
Navandin
Ø
Super contributeur !
Messages: 181
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:QI, facteur socio-culturel ou génétique ?
L'ami en question est martiniquais, on le compte comme un noir mal sorti de l'Afrique et on lui pardonne condescemment son QI moins élevé en disant "c'est pas sa faute, une partie de ses gênes est bloquée en Afrique"? Où on s'en fout et on se rappelle que considérer le QI comme une mesure de l'intelligence est la première preuve qu'on en manque soi même ?
De toute façon, le fait de vouloir évaluer l'intelligence d'une population sur le critère de la couleur de la peau ou autres caractéristiques ethniques, c'est déjà du racisme et de la pire tendance.
 
Dernière édition: 02/05/11 à 10:15 Par Navandin.
"Lorsqu'une question soulève des opinions violemment contradictoires, on peut assurer qu'elle appartient au domaine de la croyance et non à celui de la connaissance" [Voltaire]
Le sujet a été verrouillé.
   02/05/11 à 13:39 #22987
saxncat
Contributeur extraordinaire !
Messages: 1575
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Masculin Lieu: 33
 Re:QI, facteur socio-culturel ou génétique ?
Qui parie que si les tests de QI avaient été définis par un griot burkinabe, les résultats auraient été complètement différents ?
 

La terre porte deux sortes d'hommes, des hommes intelligents sans religion et des hommes religieux sans intelligence. - [Abu’l Ala al Ma’arri]

Le sujet a été verrouillé.
   02/05/11 à 14:07 #22988
Michel Mipoivre
Mustélidé forestier
Contributeur extraordinaire !
Messages: 480
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Masculin Lieu: Ici Date anniversaire: 21/02
 Re:QI, facteur socio-culturel ou génétique ?
saxncat : ça pourrait être drôle de comparer, j'avoue.

Mais y en a qui pourraient encore en tirer une preuve de plus que noir est moins intelligent. Quand on est assez ridicule (et j'assume et revendique le mot "ridicule") pour avancer ce genre d'hypothèse, on l'est 24/7.

Pis déjà séparer en "blanc, noir, asiatique" ça me fait doucement marrer.
Ca fait combien de siècles qu'on voit plus loin que ça ?

Je laisserais conclure Aimé Césaire à propos de cette étude :
Le nègre (avec le petit QI que tu lui autorises), il t'emmerde.
 
Qui ne saute pas n'est pas un mustélidé forestier !!
Le sujet a été verrouillé.
   02/05/11 à 16:09 #22989
Rod
Nouveau venu
Messages: 10
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:QI, facteur socio-culturel ou génétique ?
Tiel,

Je n'ai pas dit que tu l'as écrit en revanche les sac à merde racialistes auxquels tu te réfèrent voient réellement le QI comme une mesure de l'intelligence! As-tu seulement lu tes propres sources à savoir John Philippe Rushton lui-même.

Ce n'est pas ce que moi j'appelle "l'intelligence". En revanche, j'admets que le QI est un bon prédicteur de réussite scolaire et professionnelle.

Aucun teste n'est pas biaisé car tous les tests sont standardisés sur certaines normes, notamment scolaires ou professionnelles, un test ne peut pas ne pas être biaisé, il est toujours fait en fonction d'attentes particulières.

1. Tu n'as pas dû cliquer sur le lien du post initial.
2. Pour la deuxième et la dernière fois, comment expliques-tu qu'un asiatique pauvre fait mieux qu'un Noir de parents riches, tests biaisés et non-biaisés ?

Si l'on prend un famille de noirs ayant de grand revenus parce que le père a réussit à faire fortune en ouvrant un fast-food qui a par la suite eu du succès et lui a permis de faire fortune en ouvrant une chaîne de restaurant, ou alors en commerçant des voitures, cela n'est pas la même chose qu'en ayant fait des études supérieurs, cela ne garantissant même pas une bonne scolarisation et cela peut se ressentir sur son QI et celui de ses enfants.

C'est sûr, tu n'as pas dû cliquer sur le lien du post initial. Je ne vois pas pourquoi je continuerai à perdre mon temps avec toi.

Non justement Rushton et Jensen ont admis que des études ont montré que des enfants noirs grandissant dans les mêmes milieux que les enfants blancs peuvent avoir un QI similaire sinon supérieurs à ceux des enfants blancs, à cela ces sac à merde racialistes répondent par des explications ad hoc ne se basant sur strictement que dalle!

Lien du post initial. Tu es définitivement hopeless...

L'affirmation ou devrait-on dire le postulat selon lequel la baisse de QI moyen vers l'adolescence est d'origine génétique ne se base sur strictement que dalle et cela d'autant plus que c'est vers l'adolescence que l'enfant sera plus grandement influencé par des facteurs sociaux extérieurs à son cercle familiale notamment les amis qu'il se fera et les influence que cela pourrait avoir sur sa scolarité.

Non, c'est le contraire qu'ils affirment. L'enfance est propice au facteur environnemental. A l'adolescence, le facteur génétique prend peu à peu le dessus. Voir les programmes Head Start et l'étude du Minnesota. (lien du post initial)

Ton lien n'amène strictement que dalle qui réfute pareil facteur social j'ai bien dit aucun!

Si. Mais tu lis seulement ce qui t'arranges. Notamment, il y a un document auquel tu aurais pu (et dû) jeter un oeil. Mais comme je sais que tu ne vas pas le lire, je te l'offre :
psychology.uwo.ca/faculty/rushtonpdfs/In...rking%20Paper%29.pdf

Ca ne marche en effet pas forcément la même chose. Les stéréotypes qu'il existe à l'encontre des asiatiques ne sont pas forcément les mêmes ni même n'ont forcément les mêmes effets.

Je crois que tu es passé à côté d'une chose essentielle que je sous-entendais dans ma remarque : le fait qu'un asiatique pauvre fait mieux qu'un noir riche, le fait qu'un asiatique de parents peu éduqués fait mieux qu'un noir de parents éduqués.

Il n'ont rien réfuté, ils se contentent par exemple de dire que le communautarisme existe également chez les asiatiques mais que là on n'en constate pas les effets menant à une baisse de QI (enfin bon chez les asiatiques du sud-est là le QI est plus faible va savoir). Le truc c'est que tes sac à merde racialistes oublient de s'intéresser au fait que la culture existant au sein des communautés ainsi que les structures et réseaux sociaux qui s'y développent ne sont pas les mêmes! Ont-ils fait une études sur ces facteurs culturels et les réseaux sociaux qui vont avec? Bien sûr que non ils s'en foutent loyalement!

Au contraire, ils s'intéressent à la culture. Ils mesurent ces variables. Et ils en ont concluent que même avec ces variables, les disparités persistent. La seule chose que je peux concéder, c'est le fait que je n'ai pas énormément de détails sur ces variables. Ils citent des études, mais je n'ai pas encore eu le temps de les consulter. Je le ferais à l'occasion.

Sur le lien du post initial :

Another way to test the hypothesis that there is some special ‘‘Factor X’’ that lowers the IQ of Blacks is to compare the similarity of the correlations between background variables (such as the home environment and the peer group) and outcome measures (such as scholastic achievement and delinquency rates). If a Factor X exists, some of these correlations should be lower for Blacks. A series of studies on some very large samples have tested this hypothesis and disconfirmed it [41]. For example, Rowe et al. [42] examined test scores for 8528 Whites, 3392 Blacks, 1766 Hispanics, and 906 Asians and found the exact same relation of background variables and outcome variables in each race; there was no evidence of any special factor that acted systematically to lower the IQ scores of Blacks.

Le [41] réfère à l'étude (pas encore lu) de Rowe : Rowe DC. Under the skin : on the impartial treatment of genetic and environmental hypotheses of racial differences. Am Psychol
2005 ;60 :60–70.
Le [42] réfère quant à lui à cette étude (toujours de Rowe) : Rowe DC, Vazsonyi AT, Flannery DJ. No more than skin deep : ethnic and racial similarity in developmental process. Psychol
Rev 1994 ;101 :396–413.

Donc le QI de ces enfants originaire du Sud-est de l'Asie remonte d'environ quinze point dans des familles blanches en occident (ou là les attentes vis-à-vis des enfant asiatiques et les fréquentations de ces derniers seront particulières ce n'est probablement pas la même chose que vivra une enfant noir) comme c'est intéressant!

Tu dois être sourd. Pour la 36ème fois, la thèse héréditariste dit que c'est 50% environnement-50% génétique à l'enfance. Ce ratio passerait vraisemblablement à 20-80% à l'âge adulte. (lien du post initial)
Comme je l'ai déjà dit, des échantillons sur des nourrissons du Sud-Est asiatiques élevés dans des foyers américains révèlent un Qi dépassant la moyenne du pays dans lequel ils sont élevés. Mais les noirs eux, ont un QI inférieur à cette même moyenne. Si tu me dis que c'est l'effet d'attente des parents qui abaisserait le Qi des noirs, là encore le lien du post initial y répond.

Lis le bien surtout!

J'ai lu les deux. Celui de rationalisme.org. Il dit quoi ? Rien de ce que les auteurs que je citent ont déjà passé en revue. L'effet Flynn est un mythe, notamment. Merci de me faire perdre mon temps.
Lieberman, lui, est déjà bien plus sérieux. Mais encore une fois, presque rien de ce qu'il dit n'a déjà été passé en revue. L'étude de Schoenemann qu'il cite est un échantillon biaisé (lien du post intial pour la 36ème fois). L'effet Flynn, encore une fois, je demande à voir. Gottfredson a déjà étudié le cas. Finalement, le seul argument que je concède à Lieberman est le suivant :

"He reports on the cranial capacities of 6,325 military personnel, omitting those self-identified as American Indian, Hispanic, or mixed/other and including those self-identified as “Asian/Pacific (Mongoloids), white (Caucasoids), or black (Negroids)” (p. 404). How can this be considered a study of biological races when there has been significant gene flow, especially between the latter two of these populations ?"

Toutefois, ça me paraît un peu léger pour contredire toutes les études héréditaristes. Après, quand il dit que la corrélation cerveau/Qi est de 0.24, je ne peux pas me prononcer. Rushton, lui, trouve 0.4. Et sur le fait qu'il puisse exister des Noirs dont le cerveau est plus lourd que celui des Blancs, c'est possible, mais invoquer ceci comme un argument revient à ériger un homme de paille. On parle de "moyenne" autrement dit les noirs sont moins susceptibles d'avoir un plus gros cerveau que les blancs. Je note que Rushton en a fait la remarque dans son commentaire. Mais étrangement, Lieberman n'y répond pas...
Et ce n'est pas le seul argument auquel il ne répond pas. Il passe à côté de presque tous les arguments énoncés par Rushton and co. Il répond aux arguments qu'il "souhaite" répondre, mais c'est tout. Nisbett fait déjà plus d'effort, en ce sens. Mais ces arguments ayant été réfutés...

Enfin, de Lieberman, il reste cet argument, le seul qui m'a torturé les méninges :

"Tobias (1970:9) lists the excess neurons for various human populations. Rushton (1988b:1036) aggregates these in millions as follows — Africans 8,550, Europeans 8,650, and Asians 8,900 — but in contradiction to his thesis asserts that differences of 100 to 200 million neurons are sufficient to “underline many of the cultural differences observed” (1988b:1036; 1997a: 113). In order to arrive at the Negro figure, he aggregates Kenya’s 8,400 and the American Negro’s 8,700, but the American Negro at 8,700 exceeds the American white at 8,500 and the French and the English at 8,600 each."

Tout d'abord, je crois qu'il faut déjà connaître l'âge des sujets dans les échantillons. Avec l'âge, le cerveau semble perdre de ses tissus. Deuxièmement, s'il s'agit de très jeunes sujets, comme noté par Lynn, les différents groupes ethniques n'ont pas la même croissance. Il semblerait que les femmes ont un avantage sur les hommes : "Girls mature faster than boys, which give them an early advantage in language development and may mask later cognitive differences."
Il semblerait aussi que les noirs ont cet avantage sur les asiatiques et les blancs. A un âge précoce, ils peuvent donc présenter une avance considérable. Mais j'ignore si Tobias prend en compte ses variables. Et Lieberman n'en a pas fait la moindre réflexion.
Il me semble que l'étude de Tobias est celle-ci : tobias, p . v. 1970. Brain-size, grey matter, and race—fact or fiction? American Journal of Physical Anthropology 32:3–26.
Alors Rushton y a déjà répondu :

"In a 1970 article in the American Journal of Physical Anthropology, Philip V. Tobias claimed that all these early studies were wrong. He said they ignored factors like “sex, body size, age of death, childhood nutrition, origin of sample, occupation, and cause of death.” However, when I myself averaged all the data in Tobias’s review, I found it still showed that Orientals and Whites have heavier brains than Blacks. Even Tobias finally had to agree that Orientals have “millions” more extra neurons than Whites who have “millions” more than Blacks."

Rushton et Ankney ont publié cette étude sur la taille des crânes, que j'ai pas encore lue.
psychology.uwo.ca/faculty/rushtonpdfs/Br...nitive%20Ability.pdf
 
Dernière édition: 02/05/11 à 16:13 Par Rod.
Le sujet a été verrouillé.
   02/05/11 à 16:19 #22990
Rod
Nouveau venu
Messages: 10
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:QI, facteur socio-culturel ou génétique ?
Tiel écrit:
C'est une blague? Tu veux dire que le QI est mesuré à partir du seul temps de réaction?

Lien du post initial, cette étude y est référencée :
psychology.uwo.ca/faculty/rushtonpdfs/In...rking%20Paper%29.pdf

Ça fait un moment que je l'ai lue, et je ne sais plus à quelle page ils en parlent. Regardez plutôt le sommaire. Il y a plusieurs sections qui s'y rapportent. Les sections 9 et 10 je crois.

Le 80% génétique à l'âge adulte se base sur un magnifique raisonnement circulaire qui ignore toutes les subtilités que représentent les divers influences culturelles et sociales auxquels sont confrontés les individus au court de leur vie, y compris donc les effets en rapport avec le communautarisme.

C'est censé être un argument ? Lire encore une fois l'étude que je cite ci-dessus.

Quand à l'étude avec les mères allemandes elle reste une critique valide que Rushton et Jensen ignorent en se tirant dans le pied (voir leur référence aux soldat nord-africain dans mon message précédent).

L'échantillon est biaisé. Cf lien ci-dessus.
 
Dernière édition: 02/05/11 à 16:22 Par Rod.
Le sujet a été verrouillé.
   02/05/11 à 16:45 #22991
Rod
Nouveau venu
Messages: 10
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:QI, facteur socio-culturel ou génétique ?
Non, finalement c'est pas la section 9 ou même la 10. C'est la section 12, pour l'étude allemande, Eyferth, c'est ce passage :

12.2. Eyferth’s German Study
Three studies of racially mixed individuals at first appear to support culture-only theory against the genetic hypothesis. Eyferth [156] reported IQ data for out-of-wedlock children fathered by soldiers stationed in Germany after World War II and then reared by White German mothers. The mean IQs for 83 White children and for 98 Mixed-Race children were both about 97 (97.2 for the Whites, 96.5 for the Mixed-Race). However, as Loehlin et al. [2, pp. 126-128] noted, these results are ambiguous for three reasons. First, the children were still very young when tested. One-third of the children were between 5 and 10 years of age, and two-thirds between 10 and 13. As shown in Figure 2, behavior genetic studies show that while family socialization effects on IQ are often strong before puberty, after puberty they dwindle, sometimes to zero. Second, the Black GIs likely had higher than average IQ scores because there was rigorous selection in the U.S. Army at the time, with a rejection rate for Blacks on the pre-induction Army General Classification Test of about 30%, compared to 3% for Whites. Third, 20 to 25% of the “Black” fathers were not in fact African Americans but French North Africans, that is, largely Caucasians.

Il y a beaucoup d'autres exemples biaisés cités par Nisbett, et réfutés par Rushton et Jensen.
Même celle de Turkheimer (la moins controversée, dira-t-on...) ne me paraît pas très probante.
www.washingtonmonthly.com/archives/indiv...07/009231.php#927965
J'apprécie particulièrement ce passage :

What Turkheimer's study does is kind of the same thing. We know that SES is highly correlated to IQ, same with race. By restricting his range in the way he did he minimized the role of genetics and inflated the role of environment. He wasn't dealing with twins whose IQs ranged from 70-140, rather he was likely dealing with twins whose IQs ranged from 70-100, for keep in mind the fact that IQ, as an independent variable is correlated significantly to the dependent variable of SES, therefore the children born to low SES parents are also inheriting their, generally, lower IQ. By studying subjects in such a narrow range of course we would expect the influence of environment to rocket upwards.

P.S. "SES" ça signifie "environnement socio-économique".
 
Le sujet a été verrouillé.
   02/05/11 à 22:06 #23008
Tiel
Super contributeur !
Messages: 253
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:QI, facteur socio-culturel ou génétique ?
Rod le cornichon racialiste écrit
Ce n'est pas ce que moi j'appelle "l'intelligence". En revanche, j'admets que le QI est un bon prédicteur de réussite scolaire et professionnelle.
Ah ça c’est amusant mon grand car figure-toi que toute la thèse que défend Rushton et Jensen se base sur le postulat selon lequel le QI mesure réellement l’intelligence avec la conclusion selon laquelle les noirs sont moins intelligents. D’ailleurs selon eux c’est parce qu’ils sont moins intelligents qu’ils sont pauvres et aussi victimes de manière importante de l’épidémie de SIDA, et leur bite serait aussi un argument en effet voici ce que John Philppe Rushton ta propre source nous dit sur la corrélation taille de la bite et intelligence!

«Vous savez c’est un compromis, plus de cerveau ou plus de pénis, vous ne pouvez pas tout avoir.»
John Philippe Rushton le génie de la science
Amusant non?! C’est pour dire à quel génie tu te réfère mon petit Rodounet d’amour!

Rod le cornichon racialiste écrit:
1.Tu n'as pas dû cliquer sur le lien du post initial.
Putain non mais tu fais exprès de ne pas capter ce que je dis où ton cerveau est tellement pourrit par ton racialisme d’attardé que tu n’en pipe réellement pas un mot?

Rod le cornichon racialiste écrit:
2. Pour la deuxième et la dernière fois, comment expliques-tu qu'un asiatique pauvre fait mieux qu'un Noir de parents riches, tests biaisés et non-biaisés ?
Je reprends une dernière fois dans l’espoir probablement vain que la lentille qui te sert de cerveau enregistre la chose!

1. La richesse n’est pas le seul facteur, on peut devenir riche sans faire de hautes études, san avoir été assidus à l’école, etc, etc…..
2. Les autres facteurs culturels, sociaux (notamment les relations socials) sont difficilement sinon, non quantifiables et donc pas prises en compte.
3. D’autres études faites dans des milieux instiutionnalisés ont par ailleurs constaté des moyennes de QI où les enfants noirs dépassaient les enfants blancs, anomalies quand tu nous tiens.


Rod le cornichon racialiste écrit:
C'est sûr, tu n'as pas dû cliquer sur le lien du post initial. Je ne vois pas pourquoi je continuerai à perdre mon temps avec toi.
Ton lien d’attardé (tient je ne t’ai pas demandé si c’était toi l’attardé qui a rédigé ce blog) ne répond pas à ces questions, tu ne captes même pas tes propres sources. Les sacs à merde qui te servent de références se contentent de compiler certaines donnés quantitatives telle que les salaires perçut ou alors ils considèrent comme évoluant dans un même environnement des enfant noirs et blancs adoptés par des blancs sans piper un mot de sur le différentiel d’influence sociale et culturel qui peut s’exercer en dehors des familles d’adoptions sur les enfants noirs par apport aux enfants blancs (la même question peut se poser pour les enfants asiatiques). Les données de Rushton et Jensen ne peuvent qu’être incomplètes car les questions des influences culturels et sociales externes à la famille ne se quantifient pas et ne figurent donc pas dans leurs soit disant «études». De même que le salaire moyen de telle ou telle population n’en dit rien!

Mais tu es tellement attaché à ton dogme racialiste d’attardé que tu n’es pas foutu de capté le problème que constitue cette non-prise en compte mieux tu sembles persuadé que tes sacs à merde racialistes ont pris en compte tout ce qu’il y avait à prendre en compte, c’est pour dire à quel point tu es atteint!

Non justement Rushton et Jensen ont admis que des études ont montré que des enfants noirs grandissant dans les mêmes milieux que les enfants blancs peuvent avoir un QI similaire sinon supérieurs à ceux des enfants blancs, à cela ces sac à merde racialistes répondent par des explications ad hoc ne se basant sur strictement que dalle!

Rod le cornichon racialiste écrit:
Lien du post initial. Tu es définitivement hopeless...
Bordel tu ne captes rien à ce qu’on t’écrit c’est ton propre lien à la con qui montre que Tes sacs à merde se contente d’explication ad hoc non-argumentés, des explications ad hoc tel que les soldats nord-africains comptabilisé comme noirs et qui fausseraient la moyenne de QI d’enfants percu comme « métisses noirs et blancs» alors qu’ils sont de pères nord-africains c’est-à-dire «caucasiens», le tout en omettant que les «nords-africains» ont également une moyenne de QI basse selon leurs propres références racialistes à la con. Les autres explications ad hoc sans aucune démonstrations étant encore plus risibles!

Rod le cornichon racialiste écrit:
Non, c'est le contraire qu'ils affirment. L'enfance est propice au facteur environnemental. A l'adolescence, le facteur génétique prend peu à peu le dessus. Voir les programmes Head Start et l'étude du Minnesota. (lien du post initial)
Oui ils affirment mais ils ne démontrent que dalles, ils affirment et ils se basent sur un raisonnement circulaire digne du dernier des attardé ou si tu préfères du derniers des charlatans prêcheurs de pseudoscience. Le postulat selon lequel la baisse de QI des enfants noirs durant l’adolescence est due à la génétique ne se base en effet sur aucune démonstration d’ordre génétique, j’ai bien dit aucune! Non elle se base en fait sur le fait que le QI moyen en baissant se rapproche de la moyenne de la population noire, à c’est à partir de ce rapprochement vers la moyenne qu’il en est déduit que cela prouve que c’est génétique…..Il n’est bien sûr pas venu à l’esprit de ces gland qu’au contraire lorsque l’enfant noir grandit il peut être plus susceptible de fréquenter la communauté afro-américaine, avec à la clef une influence sur ces performances scolaires, son mode de vie et donc sa moyenne de QI…..Ben non si ça se rapproche de la moyenne c’est forcément génétique et c’est comme ça et pas autrement pas pourquoi? Parce que caca bouda!

Et tu t’étonnes qu’on se foute de ta gueule quand tu nous sorts les excréments de Rushton et Jensen, tu es vraiment un sacré comique mon petit rodounet d’amour!



Rod le cornichon racialiste écrit:
Si. Mais tu lis seulement ce qui t'arranges. Notamment, il y a un document auquel tu aurais pu (et dû) jeter un oeil. Mais comme je sais que tu ne vas pas le lire, je te l'offre :
psychology.uwo.ca/faculty/rushtonpdfs/In...rking%20Paper%29.pdf

Ah part sortir vingt-cinq fois les mêmes tissus d’excréments racialistes dont j’ai déjà salit mon disque dure il y a longtemps tu n’as rien d’autre? Rien d’autres que la même merde dont l’argumentation centrale peut être résumé à «QI = mesure de l’intelligence Kikooo lol», «corrélation QI avec réussite scolaire, sociale, taille de la bite, kikooo lol», «plein de tableau montrant plein de corrélation avec QI, volume crânien, taille de la bite, kikooo lol», «QI moindre des noirs = génétique = noirs sont trop cons et sont plus enclins aux crime en raison de leurs gène kikooo lol».

Non parce que là tout ce que tu prouves c’est que tu n’es qu’un imbécile inconséquent!


Rod le cornichon racialiste écrit:
Je crois que tu es passé à côté d'une chose essentielle que je sous-entendais dans ma remarque : le fait qu'un asiatique pauvre fait mieux qu'un noir riche, le fait qu'un asiatique de parents peu éduqués fait mieux qu'un noir de parents éduqués.
Ce n’est pas une vérité général, encore une fois on a déjà constaté que des noirs éduqués faisait mieux que des blancs éduqués et selon Rushton et Richard Lynn eux-mêmes les asiatiques du Sud-Est ont une moyenne de QI inférieurs à celui des asiatiques du Nord-Est et même inférieur à celui des blancs! Mais ‘cest vrai que ces mêmes asiatiques du Sud-Est voient leur QI considérablement augmentés dans certains milieux tout comme apparemment les enfants noirs.

Tout cela témoigne d’une dynamique sociale complexe, où l’environnement sociales, notamment la présence des communautés noires, asiatiques en dehors du cercle familiales peut jouer un rôle. Mais tout cela est ignoré par tes sacs à merde racialistes qui ne voient que ce qu’ils veulent voir quitte à ignorer des contradictions pourtant évidentes! Tant que tu n’auras rien de mieux que des corrélations faites avec les réponses données à une série de tests qui de ton propre aveux n’est ni une mesure de l’intelligence, ni un phénotype (contrairement pour les sacs à merde auxquels tu te réfères et qui y voient réellement une mesure de l’intelligence), alors autant dire que tu n’as strictement que dalle en dehors des paquets d’excréments de tes sac à merde racialistes (oui les figures scatologiques sont on ne peut pas plus appropriés).


Rod le cornichon racialiste écrit:
Au contraire, ils s'intéressent à la culture. Ils mesurent ces variables. Et ils en ont concluent que même avec ces variables, les disparités persistent. La seule chose que je peux concéder, c'est le fait que je n'ai pas énormément de détails sur ces variables. Ils citent des études, mais je n'ai pas encore eu le temps de les consulter. Je le ferais à l'occasion.

Sur le lien du post initial :

Another way to test the hypothesis that there is some special ‘‘Factor X’’ that lowers the IQ of Blacks is to compare the similarity of the correlations between background variables (such as the home environment and the peer group) and outcome measures (such as scholastic achievement and delinquency rates). If a Factor X exists, some of these correlations should be lower for Blacks. A series of studies on some very large samples have tested this hypothesis and disconfirmed it [41]. For example, Rowe et al. [42] examined test scores for 8528 Whites, 3392 Blacks, 1766 Hispanics, and 906 Asians and found the exact same relation of background variables and outcome variables in each race; there was no evidence of any special factor that acted systematically to lower the IQ scores of Blacks.

Le [41] réfère à l'étude (pas encore lu) de Rowe : Rowe DC. Under the skin : on the impartial treatment of genetic and environmental hypotheses of racial differences. Am Psychol
2005 ;60 :60–70.
Le [42] réfère quant à lui à cette étude (toujours de Rowe) : Rowe DC, Vazsonyi AT, Flannery DJ. No more than skin deep : ethnic and racial similarity in developmental process. Psychol
Rev 1994 ;101 :396–413.

Quand on entend le terme «mesurer les variables» appliquer à la culture on est en droit d’attendre du grand guignol et chose amusante c’est bel et bien le cas ici, c’est même tellement le cas que s’en est à se rouler par terre et ne fait que confirmer qu’ils n’amènes strictement aucune démosntration de fond mais alors vraiment aucune tes sacs à merde racialistes ne sont que de méprisables charlatans!

Il ne s’agit en effet pas d’études anthropologiques et sociologiques approfondies mais là encore de corrélations faites à partir de variables au sein des différentes populations (notamment les «noirs» et les «blancs») tel que le taux de délinquance et la réussite scolaire, mais strictement aucune étude approfondit sur les causes qui mènent par exemple à la réussite ou à l’échec ou encore à la délinquance (à ce titre la culture et les réseaux sociaux, notamment criminels dans certaines communauté ont une influence prépondérante dans par exemple le plus fort taux de criminalité et d’échec scolaire dans telle et telle communauté). Bref des corrélations sans démonstration ni sociologiques, ni culturel et encore moins génétique!

D’ailleurs tes deux sacs à merde racialistes résument parfaitement bien le postulat corrélatif de départ sensé exclure les influences sociales et culturelles, le postulat étant que si les corrélation entre les résultats (achèvements scolaires et taux de délinquances) sont les mêmes dans chaque groupes que celles existant entre celles concernant le milieu où évoluent ces groupes (environnement familiales et communauté) alors on peut exclure l’idée de facteurs sociaux et culturels…..Bref comment se foutre de la gueule du monde en prétendant avoir exclue toute cause culturel et sociale avec de banales corrélations sans étude sociologiques et anthropologique aucune, niveau foutage de gueule on peut difficilement faire mieux, c’est de la pure connerie!


Rod le cornichon racialiste
Tu dois être sourd. Pour la 36ème fois, la thèse héréditariste dit que c'est 50% environnement-50% génétique à l'enfance. Ce ratio passerait vraisemblablement à 20-80% à l'âge adulte. (lien du post initial)
Je suis peut-être sourd chose qui n’a aucune importance sur un forum de discussion sur internet, mais moi au moins je sais lire contrairement à toi qui n’a toujours pas capter que justement l’affirmation qu’à l’âge adulte on passerait d’un ratio à 20-80% est une affirmation gratuite ne se basant sur aucune démonstration de fond mais sur un raisonnement circulaire des plus merdiques!

Rod le cornichon racialiste
Comme je l'ai déjà dit, des échantillons sur des nourrissons du Sud-Est asiatiques élevés dans des foyers américains révèlent un Qi dépassant la moyenne du pays dans lequel ils sont élevés. Mais les noirs eux, ont un QI inférieur à cette même moyenne. Si tu me dis que c'est l'effet d'attente des parents qui abaisserait le Qi des noirs, là encore le lien du post initial y répond.
Non espèce de zigoto ton lien initial ne permet pas de répondre à la question car il n’y a justement pas que le milieux familial mais le milieu extérieur à la famille et aussi l’influence des que peut avoir la culture, les clichés culturels (en plus de l’influence des autres) sur l’enfant durant sa croissance et ses choix de vie, pas difficile d’imaginer qu’un enfant noir même adopté (voir même surtout adopté les enfant adoptés sont souvent attirés par leurs «racines») s’identifient à des rappeurs noirs, à une «culture noire», se mettent à fréquenter d’autres noires, voir même à se rebeller, que cela peut influer sa scolarité etc, etc…..

Cela n’est bien évidemment pas quantifiable, on ne peut pas quantifier ou alors de manière très imparfaite, pareils faits anthropologiques et sociaux mais bien sûr Rushton et Jensen ne font aucune analyse anthropologique et sociale pas plus que les deux papiers de Rowe que tu as cité, tout n’est que corrélations de «variables» qui ne sont elles-mêmes pas analysées mais dont la cause est postulé «génétique» sur la base de postulats corrélatifs! C’est sur cela que se base toute la construction racialiste de Rushton et Jensen et c’est pour cela que cette dernière n’est scientifiquement parlant qu’un paquet de merde!


Rod le cornichon racialiste
J'ai lu les deux. Celui de rationalisme.org. Il dit quoi ? Rien de ce que les auteurs que je citent ont déjà passé en revue. L'effet Flynn est un mythe, notamment. Merci de me faire perdre mon temps.
Lieberman, lui, est déjà bien plus sérieux. Mais encore une fois, presque rien de ce qu'il dit n'a déjà été passé en revue. L'étude de Schoenemann qu'il cite est un échantillon biaisé (lien du post intial pour la 36ème fois). L'effet Flynn, encore une fois, je demande à voir. Gottfredson a déjà étudié le cas. Finalement, le seul argument que je concède à Lieberman est le suivant :

"He reports on the cranial capacities of 6,325 military personnel, omitting those self-identified as American Indian, Hispanic, or mixed/other and including those self-identified as “Asian/Pacific (Mongoloids), white (Caucasoids), or black (Negroids)” (p. 404). How can this be considered a study of biological races when there has been significant gene flow, especially between the latter two of these populations ?"

Toutefois, ça me paraît un peu léger pour contredire toutes les études héréditaristes. Après, quand il dit que la corrélation cerveau/Qi est de 0.24, je ne peux pas me prononcer. Rushton, lui, trouve 0.4. Et sur le fait qu'il puisse exister des Noirs dont le cerveau est plus lourd que celui des Blancs, c'est possible, mais invoquer ceci comme un argument revient à ériger un homme de paille. On parle de "moyenne" autrement dit les noirs sont moins susceptibles d'avoir un plus gros cerveau que les blancs. Je note que Rushton en a fait la remarque dans son commentaire. Mais étrangement, Lieberman n'y répond pas...
Et ce n'est pas le seul argument auquel il ne répond pas. Il passe à côté de presque tous les arguments énoncés par Rushton and co. Il répond aux arguments qu'il "souhaite" répondre, mais c'est tout. Nisbett fait déjà plus d'effort, en ce sens. Mais ces arguments ayant été réfutés...

Enfin, de Lieberman, il reste cet argument, le seul qui m'a torturé les méninges :

"Tobias (1970:9) lists the excess neurons for various human populations. Rushton (1988b:1036) aggregates these in millions as follows — Africans 8,550, Europeans 8,650, and Asians 8,900 — but in contradiction to his thesis asserts that differences of 100 to 200 million neurons are sufficient to “underline many of the cultural differences observed” (1988b:1036; 1997a: 113). In order to arrive at the Negro figure, he aggregates Kenya’s 8,400 and the American Negro’s 8,700, but the American Negro at 8,700 exceeds the American white at 8,500 and the French and the English at 8,600 each."

Tout d'abord, je crois qu'il faut déjà connaître l'âge des sujets dans les échantillons. Avec l'âge, le cerveau semble perdre de ses tissus. Deuxièmement, s'il s'agit de très jeunes sujets, comme noté par Lynn, les différents groupes ethniques n'ont pas la même croissance. Il semblerait que les femmes ont un avantage sur les hommes : "Girls mature faster than boys, which give them an early advantage in language development and may mask later cognitive differences."
Il semblerait aussi que les noirs ont cet avantage sur les asiatiques et les blancs. A un âge précoce, ils peuvent donc présenter une avance considérable. Mais j'ignore si Tobias prend en compte ses variables. Et Lieberman n'en a pas fait la moindre réflexion.
Il me semble que l'étude de Tobias est celle-ci : tobias, p . v. 1970. Brain-size, grey matter, and race—fact or fiction? American Journal of Physical Anthropology 32:3–26.
Alors Rushton y a déjà répondu :

"In a 1970 article in the American Journal of Physical Anthropology, Philip V. Tobias claimed that all these early studies were wrong. He said they ignored factors like “sex, body size, age of death, childhood nutrition, origin of sample, occupation, and cause of death.” However, when I myself averaged all the data in Tobias’s review, I found it still showed that Orientals and Whites have heavier brains than Blacks. Even Tobias finally had to agree that Orientals have “millions” more extra neurons than Whites who have “millions” more than Blacks."

Rushton et Ankney ont publié cette étude sur la taille des crânes, que j'ai pas encore lue.
psychology.uwo.ca/faculty/rushtonpdfs/Br...nitive%20Ability.pdf

Rod fais-tu exprès de te disperser ainsi justep our souver la crédibilité d’une crâniométrie raciste que Rushton et Jensen continuent d’appliquer aujourd’hui alors qu’elle a été discréditée depuis longtemps déjà!

Déjà un Libermann souligne Rushton lui-même fait des agrégations foireuses, il agrèges les afro-américains avec les Kenyans deux populations qui (1) vivent dans des environnements très différents et (2) ne représentent pas un regroupement plus pertinent que si l’on plaçait les noirs et les blancs dans le même groupe et les kenyans dans l’autre surtout lorsque l’on sait le métissage qu’il y a eu entre les afro-américains et les blancs!

Deuxièmement il reste la question de l’environnement dans lesquels vivent les populations et influent le développement ainsi que la dégradation du cerveau!

Troisièmement la maturation plus rapide des noirs par apport aux blancs restent sujet à caution. Car les noirs même les seuls noirs-africains ne forment pas un groupe cohérent (la notion de «race noir» comme la notion de «race» en général fausse les pistes en matière de diversité génétique et phénotypique humaine), la diversité génétique et phénotypique en Afrique surpassant de loin celle existant sur les autres continents, et les variations intragroupes sont donc très importantes. D’ailleurs pour prendre une variabilité comme la maturation il faut être prudent tant l’environnement influe cette dernière à ce titre quelques donnée sur l’âge des premières menstruations chez les filles à travers le monde le montre amplement!

Image réservée aux membres.
Veuillez vous connecter ou vous enregistrer.


Par ailleurs hormis l’âge et la maturation les conditions environnementales influant également de manière conséquente le développement du cerveau ainsi que sa dégradation, on pense notamment à l’alcoolisme dont les dégâts sur le cerveau sont des plus importants!

Aussi mon tout Rodounet d'amour quand tu reproches à l'anthropologue Liebermann de ne pas répondre à l'objection de Rushton tu joue au cons car c'est Rushton qui ne répond pas à la rigueur dont il faut faire preuve lorsque l'on mesure des cerveau et que l'on veut détecter ce qui est du ressort de la génétique dans les différence mesurés! Il n'existe en effet aucune démonstration probante montrant que les noirs ont un plus petit cerveau que les blancs et que cela est d'ordre génétique!

En cela Rushton pour validé sa prose selon laquelle les noirs auraient moins de neurones que les blancs et asiatiques, il devrait alors avoir des échantillons suffisamment grands de différentes populations noires en évitant les agrégations débiles auxquels il s’adonne et hormis l’âge et la maturité il devrait s’assurer que les sujets en question issus d’un échantillonnage suffisamment large et eu des modes de vie suffisamment similaires pour rien ne fausse de manière conséquente les différences dans les poids et volumes cérébraux constatés.

Quant à l’effet Flynn ce n’est pas un mythe à moins que toi aussi tu adhère réellement à présent au fait que le QI est une mesure de l’intelligence ce qui serait particulièrement amusant comme retournement de veste tant tu tiens à valider ton racisme puant qui suinte à chacune de tes interventions où tu défends des thèses débiles. Ton racisme à peine dissimulé t’empêchant de voir la débilité flagrante de tes références d’attardés dont toute l’argumentation est basé sur des corrélations sans analyse et démonstration de fond ni en anthropologie, ni en sociologie et encore moins en génétique!

Rod le cornichon racialiste écrit:
Lien du post initial, cette étude y est référencée :
http://psychology.uwo.ca/faculty/rushtonpdfs/Intelligence%20and%20How%20to%20Get%20It%20%28Working%20Paper%29.pdf

Ça fait un moment que je l'ai lue, et je ne sais plus à quelle page ils en parlent. Regardez plutôt le sommaire. Il y a plusieurs sections qui s'y rapportent. Les sections 9 et 10 je crois.

Bon ok là tu confirmes que tu es vraiment un clown voici comment ces deux sacs à merde de Jensen et Rushton prétendent avoir pu écarté tout biais notamment ceux relatifs à l’entrainement dans leurs tests sur le temps de réaction.

Rushton et Jensen les sac à merde écrivent
«Yet even on these very simple tests, children with higher IQ scores perform faster than do children with lower scores. Since school children are not trained to perform well on reaction time tasks, as they are on certain paper-and-pencil tests, the advantage of those with higher IQ scores on these tasks is unlikely to arise from practice, familiarity, education, or training.»

Donc voici comment ces cons de Rushton et Jensen prétendent avoir refuter tout biais relative à l’éducation qu’on eu ces enfants antérieurement ainsi qu’au possible entrainement que cela a pu représenté pour ces dernier, à savoir qu’il leur font passer un test sur papier, donc tout biais est écarté…..Putain non mais de quels cirque sortent ces deux sacs à merde?

Bien sûr que l’habilité à répondre vite sur un test sur papier peut être biaisé, ne serait-ce que par l’habitude de se servir d’un crayon ou d’un stylo (l’âge où l’on a appris à écrire et à s’en servir régulièrement depuis), cela influant également l’assurance et l’habilité devant un test sur papier y compris donc pour répondre le plus vite possible. Autre point intéressant dans le tissu d’excrément de Jensen et Rushton l’écart appréciable de QI entre les anglais et les irlandais même plus important qu’entre les anglais et les japonais!

Tu tiens réellement à continuer à tes référer à tes deux sacs à merde ad eternam? Parce que franchement plus tu le fais plus tu t’enfonces dans le ridicule mon tout petit Rodounet d’amour!


Rod le cornichon racialiste écrit:

C'est censé être un argument ? Lire encore une fois l'étude que je cite ci-dessus.

Putain t’es pire qu’un disque rayé, à part remettre en boucle les mêmes références d’attardés tu pourrais peut-être commencer par comprendre ces dernières plutôt que de t’y référer mécaniquement sans comprendre à quelle point celles-ci sont merdiques.
Ton paquet d’excrément ne contient strictement aucune étude anthropologique et sociologique approfondit permettant d’exclure les facteurs socioculturels, pire il ignore totalement les approches sociologiques existantes et se contente de sortir des corrélations à partir de quelques donnée quantitatives. Le tout pour en déduire une causalité génétique sans que la moindre étude génétique approfondi qui permettrait d’établir pareil lien de cause à effet n’ait non plus été faite! Et tant que tu citeras cette même littérature merdique tu seras condamné à passer pour un clown qui n’a rien de mieux que la dite littérature merdique a amené et qu’il gobe comme le dernier des crétins.

Rod le cornichon racialiste écrit:

L'échantillon est biaisé. Cf lien ci-dessus.

Ok là c’est sûr tu es un gland!

L’échantillon n’est pas biaisé les affirmation de Jensen et Rushton sont débile, ils invoquent une sélection préalables des soldats noirs qui fausseraient les résultats, sans preuve aucune que pareille sélection la fausserait, ils invoquent le jeune âge des enfants en disant que ça ne compte pas parce que ce serait seulement en grandissant que le caractère inné du bas QI se manifesterait alors que cette affirmation se base sur une raisonnement circulaire, enfin ils invoquent le fait que beaucoup de soldats comptabilisé comme noirs étaient nord africains et donc «caucasiens» en omettant que selon leur propres références les Nords africains ont également un QI plus bas et donc leur enfant devraient également avoir un QI plus faible ce qui n’est pas le cas.

Bref dans leur rejet de l’étude de Eyferth Jensen et Rushton sont de mauvaises fois et s’auto-contredisent par apport à leur propre thèse, tes deux sacs à merde ne sont définitivement que des sacs à merde!

Rod le cornichon racialiste écrit:
Il y a beaucoup d'autres exemples biaisés cités par Nisbett, et réfutés par Rushton et Jensen.
Même celle de Turkheimer (la moins controversée, dira-t-on...) ne me paraît pas très probante.
http://www.washingtonmonthly.com/archives/individual/2006_07/009231.php#927965
J'apprécie particulièrement ce passage :

What Turkheimer's study does is kind of the same thing. We know that SES is highly correlated to IQ, same with race. By restricting his range in the way he did he minimized the role of genetics and inflated the role of environment. He wasn't dealing with twins whose IQs ranged from 70-140, rather he was likely dealing with twins whose IQs ranged from 70-100, for keep in mind the fact that IQ, as an independent variable is correlated significantly to the dependent variable of SES, therefore the children born to low SES parents are also inheriting their, generally, lower IQ. By studying subjects in such a narrow range of course we would expect the influence of environment to rocket upwards.

P.S. "SES" ça signifie "environnement socio-économique".

Je vois que plus un commentaire est con plus tu l’apprécies, surtout le commentaire avec l’analogie de la prédisposition du mélanome malin des peaux les plus claires par apport aux peaux les plus noirs avec la question de la corrélation du QI par apport aux différents regroupements d’individus à savoir les noirs et les blancs. La comparaison est volontairement tarte à la crème sachant qu’avec la couleur de peau nous avons de manière claire une caractéristique phénotypique héritable qui explique le pourquoi ou si tu préfère le comment de la plus grande prédisposition au cancer, ce n’est pas le cas le QI et les regroupement que l’on appelle les noirs et les blancs quoi qu’en dise les racialistes avec leur crâniométrie importée du XIXème siècle! Il n’existe pas de preuve tangible d’un fonctionnement neurologique (du à une structure cérébrale différente) propre aux noirs qui différerait des blancs expliquant les différences de QI, avec le mélanome là la différence est claire et nette c’est le taux de mélanine et c’est même avant tout pour cela que l’on parle de noirs et de blancs!
Mais donc l’étude de Turkheimer met en avant l’importance que peut avoir l’environnement social dans le QI ce n’est pas une surprise sachant qu’encore une fois le QI est corrélé à des variables comme la réussite scolaire en cela je n’ai pas trouvé cette etude plus intéressante que cela, d’autant plus qu’elle ne creuse non plus pas suffisamment les aspects sociaux et culturels, notamment comment un enfant fait un choix de vie particulier tel que celui de ne plus s’appliquer à l’école, sous l’influence de quelles réseaux sociaux et/ou pratiques culturels avec qui plus est l’influence d’autres paramètres tels que l’image que renvoie les médias vis-à-vis des gens de sa catégorie et de son milieu sociale. Autant de chose qui ne sont pas discuter et qui constitue pourtant des bases pour les recherches anthropologiques et sociologiques, autant de choses qui ne sont d’ailleurs absolument pas envisager et en aucun cas discuter par des sacs à merde comme Jensen et Rushton qui balaie tout cela et se cache derrière des corrélations faites à partir de données qu’ils peuvent quantifier et corréler entre elles sans que celles-ci ne soient parlantes à elles seules, tels que par exemple la réussite scolaire ou le fait d’avoir été condamné par la justice pour délinquance, mais sans expliquer ce qui explique concrètement ces choses sur le terrain rien que dalle nada!

Bref mon petit Rodounet d'amour tes interventions sont pathétiques tu n'est même pas foutu de capter la faiblesse d'une «argumentation» basée uniquement sur des corrélations sans démonstration de fond sur les thématiques anthropologiques, sociologiques et génétiques!

Mais bon je m’absente pour trois quatre jours aussi à toi durant mon absence d’amener des démonstrations de fond d’ici à mon retour sur le forum Zététique, des démonstrations qui sont donc autre chose que des corrélations du QI avec la réussite sociale et scolaire et j’en passe, des démonstration d’ordre anthropologiques, sociologiques et génétiques dignes de son nom et qui prouveraient la validité de thèses racialistes. Cherche bien même si je peux te dire à l’avance que tu n’en trouveras pas poils aux bras!
 
Le sujet a été verrouillé.
Revenir en hautPage: 1234
Modérateur: Bobby, Jerem
Développé par KunenaObtenir les derniers messages directement sur votre PC - Version française:SFK