Bienvenue, Invité
Merci de vous identifier ou de vous inscrire.    Mot de passe perdu?
signifie que ce forum est verrouillé; pas de nouveaux messages possibles.
Varginha et un habitant reptilien d'une autre planète ... ? signifie que ce forum est verrouillé; pas de nouveaux messages possibles.
(1 lecteur(s)) (1) Invité(s)
Aller en basPage: 12345678...13
SUJET: Varginha et un habitant reptilien d'une autre planète ... ?
*
   23/03/11 à 16:25 #21149
stephan
Contributeur extraordinaire !
Messages: 1127
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Unsansecond
 Varginha et un habitant reptilien d'une autre planète ... ?
Le 20 janvier 1996 à 08:00, à Varginha (Minas Gerais, Brésil), les pompiers reçoivent un appel téléphonique : Venez vite, venez vite ! Il y a un animal bizarre dans le jardin public. La voix, masculine, leur indique les fourrés du jardin Jardim Andere, un parc de la banlieue nord de la ville. Les pompiers ne se pressent pas.

Les pompiers arrivent à 10:00, et entament leurs recherches. Près de la partie boisée du parc, en bas d'une pente assez raide, ils découvrent une créature accroupie sur ses deux pattes, de 1 m de haut, les yeux rouge sang, la peau brune et huileuse. Elle porte 3 bosses sur le front, et on n'aperçoit à la place de la bouche qu'un tout petit orifice, d'où sort un étrange bourdonnement, semblable à celui d'un essaim d'abeilles. Tandis que les pompiers tentent de capturer la créature, qui semble blessée, leur chef téléphone à une base militaire voisine. Son commandant, le général Sergio Coelho Lima, ordonne aussitôt à ses troupes de boucler le plus rapidement possible les abords du parc. 4 pompiers parviennent finalement à prendre la créature dans leurs filets. A peine est-elle enfermée dans une caisse en bois qu'ils doivent la remettre aux militaires. Pompiers et hommes de troupes quittent ensuite les lieux très rapidement.

A 15:30, Liliane Fatima Silva (16 ans), sa soeur Valquiria (14 ans) et leur amie Katia Andrade Xavier (22 ans), rentrent de leur travail.

En passant devant un immeuble de la rue Benevuto Bras Vieira qui borde le parc Jardim Andere, elles découvrent une créature étrange, accroupie. Son aspect terrifie tant les jeunes filles qu'elles poussent des cris de frayeur et s'enfuient à travers le parc pour se réfugier chez la mère des 2 soeurs. Ce n'était ni animal, ni humain, c'était une chose horrible dira Katia.

Alertés par des habitants du quartier, les pompiers et les militaires arrivent sur place. La capture sera moins discrète que celle du matin : c'est sous les yeux d'une petite foule rassemblée dans la rue que la créature, qui semble elle aussi bien mal en point, sera encagée, puis disparaîtra dans un camion de l'armée.

Sur la foi de plusieurs coups de téléphone, l'Ubirijara Franco Rodrigues s'empresse d'interviewer les 3 jeunes filles. Leur discours est sans ambiguïtés : elles sont persuadées d'avoir rencontré le diable en personne ; la "créature" portait 3 bosses sur le front et ressemblait à un démon.

Le docteur John Mack s'est déplacé pour interviewer les 3 jeunes filles, et est convaincu qu'elles disent la vérité. Si je me trompe sur ce point, je déchire moi-même mes diplômes a-t-il déclaré.
rr0.org/science/crypto/ufo/enquete/dossier/Varginha/index.html

Docteur Roger K. Leir
" Des extraterrestres capturés à Varginha au Brésil . "
Edition : Le Mercure Dauphinois .
Pages 108 à 122 :

Témoignage du personnel médical de l'hôpital de Varginha ...
par le Dr Leir ... :

" Dr L. : Pouvez vous confirmer que les événements que vous allez nous relater ont bien commencé dans la nuit du 20 janvier 1996 ?
- PM : Oui, c'est la bonne date.

- Dr L. : Pouvez vous commencer par nous dire ce qui vous a paru inhabituel dans ces événements ?
PM : Tout d'abord, nous voudrions vous dire que nous n'avons qu'une connaissance par ouï-dire de ce qui s'est passé. On nous a parlé de certains faits qui s'étaient déroulés à l'hôpital, mais nous n'en avons pas été les témoins directs.
[A ce moment-là il était déjà évident que l'entretien qui allait suivre serait chargé d'une grande émotion. Les visages paraissaient tendus et j'ai eu nettement l'impression qu 'il allait se passer quelque chose déplus que ce qui était prévu.]

- Dr L. : S'il vous plaît, dîtes-nous ce qui s'est passé, ou ce dont vous avez entendu parler.
- PM : Eh bien, c'était pour nous une journée ordinaire lorsque nous avons remarqué du personnel de la base militaire dans les couloirs. Cela ne nous a pas paru inhabituel car il y avait parfois des accidents impliquant des militaires et certains venaient se faire soigner ou d'autres les accompagnaient. Vous savez, des accidents de voiture et des choses de ce genre. Il n'y avait rien de très grave, habituellement.
Nous avons donc continué à travailler normalement. L'hôpital n'était pas très actif cette nuit-là. Nous n'avions que la moitié des lits occupés et nous n'attendions aucune urgence. Des aides-infirmiers de chirurgie nous ont dit que quelques véhicules militaires s'étaient arrêtés derrière l'hôpital. Cela ne nous a pas paru non plus inhabituel. Comprenez bien que tout ceci est ce que l'on a dit, ce qui s'est raconté.

- Dr L. : Avez-vous entendu parler d'une activité inhabituelle du côté du bloc chirurgical de l'hôpital?
PM : II y a eu une augmentation du nombre du personnel militaire et il a semblé que les gens n'étaient pas libres d'aller où ils voulaient dans l'hôpital.

- Dr L. Que voulez-vous dire par là?
- PM : Eh bien, il y avait des gens que nous connaissions, travaillant dans le bloc chirurgical, qui n'étaient pas autorisés à y entrer.

- Dr L. : Pouvez-vous nous dire exactement ce qui les empêchait d'y entrer?
- PM : II y avait des gardes militaires postés aux portes, et ils ne laissaient personne entrer ou sortir. Une fois que vous y étiez entré, vous ne pouviez plus en sortir, pas même pour aller aux toilettes.

- Dr L. : Que se passait-il à l'intérieur du bloc chirurgical?
- PM : Les gens couraient de tous côtés. Tout le monde semblait paniqué. C'était le désordre et la confusion totale. Les militaires étaient très autoritaires. Nous savions qu'ils avaient amené un patient par la porte de derrière, et l'avaient fait entrer directement en chirurgie. Nous avons pensé qu'un grave accident s'était produit sur la base. L'autre chose qui nous a impressionnés, c'est qu'on a interdit à tout le monde d'en dire un mot une fois que ce serait terminé. On nous a avertis sévèrement dès le début.

- Dr L. : Pouvez-vous nous dire exactement ce qui se passait dans cette zone de l'hôpital?
- PM : Oui, nous étions en train de nous préparer pour une opération, mais personne ne savait pour quel type d'opération ni qui était le patient. Ils l'avaient conduit directement dans l'une des salles d'opération.

- Dr L. : Pouvez-vous nous dire quelle est votre spécialité ?
- PM : Oui, c'est la chirurgie orthopédique.[Soudain, l'attitude des témoins a changé. Ils semblaient plus nerveux et se regardaient les uns les autres. J'ai remarqué un autre changement dans leur comportement. D'abord simples témoins indirects de rumeurs qu 'ils avaient entendues, ils devenaient des participants et témoins directs. J'ai gardé pour moi cette réflexion et j'ai poursuivi l'entretien.]

- Dr L. : S'il vous plaît, continuez à nous raconter ce qui s'est passé.
- PM : On m'a demandé de me préparer et de me brosser les mains pour opérer une réduction de fracture. J'ai demandé quelle partie du corps avait subi cette fracture et on m'a dit que c'était à la jambe. Les réponses venaient de l'un des officiers. J'ai remarqué que deux officiers armés gardaient l'entrée de l'une des salles d'opération et j'ai supposé que le patient était déjà sur la table, préparé pour la chirurgie. Du personnel infirmier était au travail sans que les militaires s'opposent. C'était un peu déconcertant de voir du personnel militaire équipé d'armes et de munitions à l'intérieur d'un bloc opératoire d'hôpital. Nous n'avions encore jamais vu une telle situation lors des précédents accidents militaires.

- Dr L. : Vous a-t-on communiqué un dossier médical du patient ou quelqu'un vous a-t-il informé sur l'étendue des blessures, ou au moins sur les signes vitaux?
- PM : Non, il n'y avait aucune information disponible. Un autre aspect étrange est qu'il n'y avait aucune conversation entre le personnel de l'hôpital et les militaires. Tout le monde se comportait de manière étrange. Par moments, d'autres militaires entraient dans la zone et parlaient à voix très basse, à peine plus qu'un murmure, de sorte que l'on ne pouvait entendre ce qu'ils disaient.

- Dr L. : Que s'est-il passé quand vous avez fini de vous brosser les mains ?
- PM : On nous a tendu des serviettes stériles pour nous sécher les mains. Puis des gardes militaires ont ouvert les portes de la salle d'opération et nous ont dit d'entrer. Le patient était déjà sur la table, recouvert jusqu'au cou d'un drap stérile. Deux infirmières nous ont habillés de blouses de chirurgie. Nous tournions encore le dos au patient. J'ai remarqué une expression très particulière sur le visage des infirmières. Je dirais qu'il y avait de la terreur dans leurs yeux.

- Dr L. : Avez-vous parlé avec les infirmières ?
- PM : Nous leur avons seulement demandé de nous fournir le nécessaire comme les gants de chirurgie. J'ai aussi demandé s'il y avait dans la salle le matériel que j'utilise habituellement pour des réductions de fractures.

- Dr L. : Continuez, s'il vous plaît.
- PM : Je me suis retourné et je me suis approché de la table avec mes collègues. J'ai tout de suite remarqué que le patient était petit et j'ai d'abord cru que c'était un enfant. C'était peut-être un membre d'une famille de militaire qu'on avait amené pour l'opération. Nous nous sommes approchés lentement de la table. Lorsque j'ai vu le visage de l'individu, j'ai eu un choc. Ce n'était pas du tout un visage humain; je n'avais jamais rien vu de semblable auparavant. Les yeux étaient grands, rouges, et fixaient le plafond d'un air absent. Je me suis retourné et j'ai regardé mes collègues.

Nous étions tous stupéfaits.L'un des militaires, un officier de haut rang, était dans la salle. Il nous a dit que la victime avait une jambe fracturée et que nous devions la « réparer ». Son ton était celui d'un ordre, pas d'une demande. J'ai voulu en savoir plus sur le patient mais il m'a répliqué que je ne devais pas poser de questions, seulement faire le travail, du mieux que nous pouvions, et de ne pas nous préoccuper de la situation.

On nous a également demandé de résoudre tout problème qui pourrait se poser, quelle qu'en soit sa nature. Ses dernières remarques étaient encore plus sévères et déroutantes. Il nous a précisé que nous ne devions pas sortir de la salle tant que l'opération ne serait pas terminée. Toute question ou demande serait relayée par le personnel militaire en faction derrière la porte. Nous nous sommes regardés, nous n'en revenions pas. Ayant dit cela, il s'est retourné et a quitté la salle.

- Dr L. : À ce moment-là, avez-vous pensé que cet individu, allongé sur la table d'opération, pouvait être une sorte de monstre de cirque, un enfant mal formé, ou qu'il appartenait au règne animal?
- PM : Nous ne savions vraiment pas quoi penser. L'une des choses que nous avons décidée a été de regarder de plus près la zone chirurgicale, et en même temps d'examiner le patient. C'est quand nous avons retiré le drap, que nous nous sommes rendus compte que cette créature n'était probablement pas de ce monde. Il me semble que nous avions entendu, plus tôt dans la journée, des rumeurs selon lesquelles des enfants avaient vu une créature inhabituelle, et qu'il y avait eu des activités militaires en ville.

- Dr L. : Pouvez-vous nous décrire cette créature ?
- PM : Cet être mesurait moins de 1,50 m de haut. Il était bipède, avec deux bras et deux jambes. La couleur de sa peau était brun foncé et d'aspect plutôt luisant, comme si elle était huilée, mais en fait, elle était sèche. La peau avait aussi une apparence réticulée, avec de grandes écailles, mais lorsqu'on la touchait, on ne sentait pas de séparation entre ces écailles, elle était lisse au toucher.

La tête était l'une des parties les plus remarquables.
Elle était grande, beaucoup trop grande par rapport à la taille de l'individu. Il y avait trois protubérances osseuses sur la tête, une de chaque côté et une sur le dessus.
Elles s'étendaient de la zone frontale à la zone occipitale, comme des crêtes.

Il n'y avait pas de cheveux, ni de poils sur le reste du corps. La tête était aussi plus large dans sa partie haute que dans sa partie basse vers les mâchoires. Les yeux étaient grands, légèrement étirés vers le haut sur les côtés, d'allure orientale. Ils étaient de couleur rouge et donnaient l'impression d'être comme des réservoirs liquides, faiblement lumineux.


Pour quelque raison, aucun d'entre nous ne souhaitait regarder la créature dans les yeux, et nous avons évité de le faire. Il y avait une bouche très réduite et deux petites ouvertures avec une légère arête là où aurait dû se trouver le nez.

Il n'y avait pas d'oreilles; juste de petites ouvertures ressemblant à des canaux auditifs résiduels. Le cou était étroit et semblait manquer de force musculaire pour soutenir une tête aussi large. La partie supérieure du torse paraissait frêle et possédait manifestement une cage thoracique. Il n'y avait pas de seins apparents, d'aréole ni de mamelon. L'abdomen était comparable à celui d'un humain mais n'avait pas de nombril.

Le haut du corps était musclé et disproportionné par rapport au reste du torse.C'était tout le contraire pour les bras, qui étaient fins et décharnés. Les mains possédaient quatre doigts, et pas de pouce. Les doigts étaient étranges et différents des doigts humains. La créature pouvait bouger chacun de ses doigts de telle sorte qu'ils pouvaient s'articuler les uns par rapport aux autres, et remplir la même fonction que notre pouce.

Nous n'avons pu déterminer si ces doigts avaient plusieurs phalanges ou si les os étaient flexibles de quelque façon, pour permettre aux doigts d'accomplir les fonctions souhaitées.Le haut des jambes et les cuisses se terminaient sur ce qui ressemblait à un genou humain, avec une rotule sur-dimensionnée.

Le bas des jambes était semblable à celui des humains. Les extrémités inférieures étaient entièrement et fortement musclées. L'idée m'est venue à l'esprit que, d'où que vienne cette créature, la gravité pourrait y être plus forte que sur la Terre. Les pieds étaient étroits et épais. Ils avaient trois doigts charnus qui ressemblaient plus à des plaquettes qu'à des doigts.
Il n'y avait pas d'ongles apparents aux doigts, ni des mains ni des pieds.

Il y avait un appendice supplémentaire qui pendait vers le bas depuis la mi-hauteur du pied. Cet appendice résiduel était allongé comme un doigt et semblait se terminer par une serre longue d'environ deux centimètres. Nous avons ensuite découvert que, quand l'être marchait, cet appendice se plaçait le long du pied de sorte qu'il pouvait se déplacer comme un humain.

Image réservée aux membres.
Veuillez vous connecter ou vous enregistrer.

https://lh4.googleusercontent.com/-3brxaogmROQ/TX5shOdpFyI/AAAAAAAAAxI/nfeViY4ZOuM/s1600/paul+crop+circles.JPG
- Dr L. : Avez-vous examiné la blessure ?
- PM : Oui, elle se trouvait en haut de la cuisse et présentait une fracture complexe du fémur. L'os saillait de la peau et il y avait eu un peu de saignement autour de la blessure, qui avait coagulé et séché.

- Dr L. : Avait-on fait des radios, et les avez-vous vues?
- PM : Oui, elles étaient placées sur l'écran d'examen dans la salle d'opération. Elles montraient clairement l'os fracturé.

- Dr L. : Pensiez-vous que la fracture telle qu'elle était visible pouvait être réduite comme vous l'auriez fait pour un humain ?
- PM : Oui, elle était clairement visible sur les radios,et j'ai pensé qu'elle pouvait être traitée comme pour une fracture humaine.

- Dr L. : Le patient était-il éveillé, conscient, et y a-t-il eu une tentative quelconque de communication?
- PM : Le patient était apparemment éveillé. Sa tête bougeait continuellement, mais il fixait le plafond la plupart du temps. Nous avons effectivement fait une tentative de communication verbale mais n'avons pas reçu de réponse. Nous étions soucieux de savoir s'il souffrait mais nous n'avions aucun moyen de le savoir. Lorsque nous avons examiné l'ouverture de la fracture, il n'a pas fait d'écart, n'a pas crié ni donné de signe d'inconfort.

- Dr L. : Avez-vous donné au patient un quelconque anesthésique pour l'opérer?
- PM : Nous avions décidé de ne pas utiliser d'anes-thésie générale car nous ne savions rien de son métabolisme.
Nous pensions que l'un de nos gaz aurait pu le tuer. Nous avions même peur de lui administrer de l'oxygène parce que personne ne savait à quel genre d'atmosphère il était habitué. Nous avons décidé d'essayer une petite dose d'anesthésique local, et de voir s'il n'y avait pas d'effet indésirable. Heureusement, il n'y en a pas eu, et nous avons pu procéder à l'opération.

- Dr L. : Pourriez-vous nous parler, s'il vous plaît, de la procédure, du sang, de l'os, etc.? Quelle était la couleur du sang ? Était-il bleu ou vert ?
- PM : À notre surprise, le sang était rouge foncé, exactement comme le nôtre. Quand le sang a été examiné au microscope, nous avons trouvé que la structure cellulaire était semblable à celle du sang humain, à l'exception des plaquettes qui étaient beaucoup plus nombreuses.

Nous avons aussi découvert que le sang coagulait immédiatement dès sa sortie d'un vaisseau sanguin. Nous n'avons pas pu déterminer si c'était dû au nombre élevé de plaquettes, ou si c'était parce que la créature était dans une atmosphère différente de celle à laquelle elle était habituée.- Dr L. : L'os était-il semblable aux nôtres?
- PM : Oui, à part le fait qu'il était de couleur plus rosé, et qu'il avait de nombreux trous et cavités lui donnant l'aspect d'un os humain affecté d'ostéoporose. Une autre différence était sa limite d'élasticité. Il était beaucoup plus solide qu'un os humain.

Il ne nous a pas paru nécessaire d'utiliser un dispositif stabilisateur pour fixer le site de la fracture. Une fois que les extrémités des os ont été rapprochées, la fracture a semblé se stabiliser et les os ne pouvaient plus être écartés.

- Dr L. : Le patient a-t-il fait du bruit, a-t-il crié de douleur, ou a-t-il objecté au traitement?
- PM : Non, il est resté tout à fait immobile. Sa respiration était courte, comme s'il avait besoin de peu d'air pour se maintenir en vie.

- Dr L. : Avez-vous pu détecter un pouls ou battement de cœur?
- PM : C'est une bonne question. Nous avons essayé de déterminer cela mais nous n'avons pu en être certains. Par moments il nous semblait entendre le battement du cœur, mais à d'autres moments il était absent; il en était de même pour la détection du pouls.À ce moment-là, nous avons décidé de faire une petite pose pour les questions.

Le silence s'est installé dans la pièce.
Nous nous sommes tous regardés les uns les autres avec de l'étonnement dans les yeux.
Le personnel médical restait assis silencieusement, plongé dans ses pensées. Leur visage semblait tendu et couleur de cendre. C'était comme si le sang s'en était retiré.
Bira et Rudolfo ont eu une petite conversation entre eux. Phil et moi ne pouvions en saisir un mot, et nous avons meublé le temps en faisant des projets pour le soir.Environ dix minutes se sont passées ainsi, après quoi nous étions tous plus détendus. J'ai bu un verre d'eau et j'ai demandé :
- Bon, peut-être pourrions-nous reprendre notre sujet, de façon à pouvoir libérer ces gens et leur permettre de reprendre leurs activités ?Bira a fait un commentaire en portugais, et Rudolfo m'a fait signe que je pouvais reprendre mes questions.

- Dr L. : Y a-t-il quelque chose d'autre que vous pourriez ajouter, en plus de ce que vous nous avez déjà dit sur la créature ?Il y a eu un moment de silence avant que l'orthopédiste ne commence à répondre.
- PM : II s'est produit un incident mais j'hésite à vous en parler car il est si étrange que vous pourriez ne pas me croire. Honnêtement, en tant que médecin, vous allez vous rendre compte que je dis la vérité.
- Dr L. : S'il vous plaît, continuez. Je sais que vous me dîtes la vérité.
- PM : Lorsque nous avons terminé l'opération sur la fracture, nous étions encore très tendus. Nous ne savions pas comment le patient allait réagir. Nous avions peur que, si quelque chose de fâcheux arrivait à la créature, nous en soyons blâmés par les militaires, et sévèrement punis. Ces idées me traversaient l'esprit.

Soudain, la pièce a commencé à se remplir d'un brouillard verdâtre, comme venant de nulle part. Nous avons tous reculé de la table d'opération. Nous n'avons pas compris tout de suite l'origine de ce brouillard et nous avons eu peur qu'il soit toxique.

L'une des infirmières a commencé à taper frénétiquement à la porte. Une voix à l'extérieur a demandé si nous en avions fini avec la chirurgie. Nous leur avons dit que nous étions à la fin mais qu'il y avait une sorte de gaz verdâtre qui se répandait dans la pièce et dont nous ne savions pas l'origine.

Là-dessus, il y a eu un échange très vif de l'autre côté de la porte, et l'on nous a dit de déterminer l'origine de cette substance verdâtre et de le leur faire savoir. Nous ignorions à ce moment s'il s'agissait d'un gaz, d'une vapeur ou d'un brouillard, mais nous nous sommes finalement rendus compte qu'il semblait émaner de la créature allongée sur la table.

Très effrayés, nous nous sommes rapprochés d'elle lentement vers la tête de la table. Sans que je m'en rende bien compte, mon regard a croisé celui de l'être. Ses yeux étaient d'un rouge brillant et avaient l'apparence de deux réservoirs de liquide tournoyant. Ils m'attiraient, me faisaient pénétrer en eux de plus en plus profondément.

Tout d'un coup, d'énormes quantités d'information ont commencé à se déverser dans ma tête. C'était comme des schémas de pensées, de gros blocs d'informations. De manière répétée, répétée, comme si quelqu'un me frappait la tête avec un marteau. J'ai commencé à me sentir mal, un peu nauséeux.

- Dr L. : Manifestement, vous avez surmonté cette épreuve. Pouvez-vous nous dire ce que contenaient ces messages mentaux?
- PM : Tout ce que je veux bien vous dire actuellement; c'est que la créature m'a parlé des êtres humains. Je veux aussi vous dire qu'il m'a transmis une quantité énorme de savoir dans ma tête. Cela m'a provoqué des migraines pendant deux semaines après cet événement.- Dr L. S'il vous plaît, continuez et dites-nous ce qu'il vous a dit.
- PM : Oui. Il m'a dit, essentiellement, qu'il avait de la peine pour les êtres humains, pour deux raisons de fond.La première est que tous les humains ont le même potentiel et les mêmes capacités pour réaliser les choses dont sa race est capable. Ces choses que nous trouvons si merveilleuses et magiques mais que les humains ne savent pas faire. Par exemple, il m'a dit que, dans des cas de blessure ou de maladie, il ne serait pas nécessaire de maintenir quelqu'un de sa race dans un hopital comme celui où il se trouvait à ce moment.

Il m'a dit que, soit individuellement, soit en se réunissant, ils pouvaient produire l'énergie capable de guérir leur corps.La seconde raison pour laquelle il était affligé était que nous ne semblons pas nous rendre compte que nous sommes des êtres spirituels vivant dans une enveloppe temporaire, et que nous sommes totalement déconnectés de notre moi spirituel.

- Dr L. : C'est une information fascinante. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce que vous avez appris ?
- PM : Non, c'est tout ce que j'accepte de vous dire à présent.

- Dr L. : Qu'est-il arrivé à la créature une fois que vous avez quitté la salle ?
- PM : Nous avons vérifié son état de temps en temps. Il semblait stable et se rétablissait à une vitesse fantastique. La blessure avait complètement cicatrisé en moins de vingt-quatre heures. C'était également vrai pour l'os. Il s'est complètement ressoudé dans le même laps de temps.

- Dr L. : Qu'est-il arrivé après que la guérison soit complète ?
- PM : Les militaires ont emmené la créature par la porte de derrière de l'hôpital.

- Dr L. : Dans quelle condition était la créature lorsqu'elle est partie avec son escorte militaire?
- PM : Elle était dans un état médical satisfaisant.[C'est une formulation standard dam la pratique médicale, partout dans le monde, pour caractériser l'état d'un patient. Elle signifie que le patient est en vie et que tous ses signes vitaux sont normaux.]

- Dr L. : Utilisez-vous cette terminologie dans son strict sens médical ?
- PM : Oui, le patient a quitté l'hôpital dans un état médical satisfaisant.Ceci a conclu notre entretien. J'ai regardé attentivement le médecin qui venait de faire cette partie du témoignage. Il était légèrement penché sur sa chaise. Des larmes coulaient sur ses joues. Ses mains, placées en avant de son corps, étaient secouées de tremblements. Il tremblait lui-même et paraissait angoissé. Je me suis approché de lui, j'ai mis mon bras autour de son épaule et l'ai serré silencieusement. Après un court moment, il se calma.

Nous les avons remerciés de nous avoir accordé cet entretien et les avons assurés de nouveau que nous ne divulguerions pas ce qu'ils avaient dit, ni leurs noms, où que ce soit au Brésil. "
http://unsansecond.blogspot.com/2007/03/varginha-apparement-certains.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Varginha

http://www.ovni.ch/guest/sannazz.htm
 
Dernière édition: 23/03/11 à 16:45 Par stephan.
un ...
Le sujet a été verrouillé.
   23/03/11 à 19:01 #21150
KOH
Contributeur extraordinaire !
Messages: 545
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:Varginha et un habitant reptilien d'une autre planète ... ?
stephan écrit:
Il m'a dit que, soit individuellement, soit en se réunissant, ils pouvaient produire l'énergie capable de guérir leur corps.La seconde raison pour laquelle il était affligé était que nous ne semblons pas nous rendre compte que nous sommes des êtres spirituels vivant dans une enveloppe temporaire, et que nous sommes totalement déconnectés de notre moi spirituel.
C'est compatible avec un cerveau reptilien, ça ?
 
Le sujet a été verrouillé.
   23/03/11 à 19:36 #21151
anty28
Contributeur extraordinaire !
Messages: 354
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Masculin ineakis Lieu: Paris Date anniversaire: 28/04
 Re:Varginha et un habitant reptilien d'une autre planète ... ?
Pavé César, ceux qui t'ont lu te saluent !

J'ai lu quelque part qu'une méprise complexe avec un clochard difforme aurait été possible. Après vérification, j'ai trouvé ça : sur l'encyclopédie du paranormal
 
Le sujet a été verrouillé.
   23/03/11 à 21:37 #21152
NEMROD34
Contributeur extraordinaire !
Messages: 1492
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:Varginha et un habitant reptilien d'une autre planète ... ?
Plus parlant:
Image réservée aux membres.
Veuillez vous connecter ou vous enregistrer.


http://forgetomori.com/index.php?s=Varginha&sbutt=Go
 
NEMROD34 S.A.R.L de démolition minutieuse de foutaises.
Siret : 123456789
Capital 3 millions de brouzoufs
Certifié sans chat.
Le sujet a été verrouillé.
   24/03/11 à 01:40 #21156
PhD Smith
Contributeur extraordinaire !
Messages: 801
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:Varginha et un habitant reptilien d'une autre planète ... ?
anty28 écrit:
Pavé César, ceux qui t'ont lu te saluent !

J'ai lu quelque part qu'une méprise complexe avec un clochard difforme aurait été possible. Après vérification, j'ai trouvé ça : sur l'encyclopédie du paranormal



Varginha, Varginha Image réservée aux membres.
Veuillez vous connecter ou vous enregistrer.
Image réservée aux membres.
Veuillez vous connecter ou vous enregistrer.
 
Image réservée aux membres.
Veuillez vous connecter ou vous enregistrer.
praedicator veridicus, inquisitor intrepidus, doctor egregius.Image réservée aux membres.
Veuillez vous connecter ou vous enregistrer.
Le sujet a été verrouillé.
   24/03/11 à 02:06 #21157
stephan
Contributeur extraordinaire !
Messages: 1127
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Unsansecond
 Re:Varginha et un habitant reptilien d'une autre planète ... ?
NEMROD34 écrit:
Plus parlant:
Image réservée aux membres.
Veuillez vous connecter ou vous enregistrer.


http://forgetomori.com/index.php?s=Varginha&sbutt=Go

" Last month,
excerpts of the conclusions of the official military investigations on the “Varginha Case”
were published by IstoE magazine. "

Extraordinaire lien avec une extraordinaire conclusion ...
Je suppose que cette première phrase ...
ne te pose aucun problème ... ?

Une enquête militaire ...
nous dis que ce n'est pas un habitant d'une autre planète ...
mais un clochard avec un physique étrange ...

Je suppose que tu supposes plausible une enquête militaire ...
nous annonçant la découvert d'un habitant d'une autre planète sur terre ... ?

Pas moi !!!

-C'est pourquoi je n'attend absolument rien de la NASA ...
http://www.zetetique.fr/index.php/forum/10-ovnis/16458-cia--nsa-et-aliens-
http://www.zetetique.fr/index.php/forum/10-ovnis/15174-lamerique--la-cia-et-obama--en-guerre-contre-les-aliens-
http://www.zetetique.fr/index.php/forum/10-ovnis/15706-exopolitique--lambassadrice-de-lonu-pour-les-aliens-
sur ce sujet des habitants d'une autre planète ...

sauf bien sûr un silence et une désinformation ...
que les peuples de la terre sauront lui reproché le moment venu ...
 
Dernière édition: 24/03/11 à 02:16 Par stephan.
un ...
Le sujet a été verrouillé.
   24/03/11 à 02:23 #21158
stephan
Contributeur extraordinaire !
Messages: 1127
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Unsansecond
 Re:Varginha et un habitant reptilien d'une autre planète ... ?
anty28 écrit:
Pavé César, ceux qui t'ont lu te saluent !

J'ai lu quelque part qu'une méprise complexe avec un clochard difforme aurait été possible. Après vérification, j'ai trouvé ça : sur l'encyclopédie du paranormal

Lis ton lien ... :

" Le phénomène médiatique entourant l'incident prit une telle ampleur dans les médias qu'une conférence des forces armées au sujet de la commémoration de l'anniversaire de la fin de la seconde guerre mondiale dégénéra en une altercation entre un général et un journaliste lui réclamant des informations au sujet des extraterrestres.

Les explications de l'armée
Selon l'explication officielle de l'armée, le témoignage des trois jeunes filles aurait été causé par l'observation de Luis Antonio de Paula, un homme malformé d'une trentaine d'année sourd et muet légèrement retardé qui habite la ville. Surnommé « Mudinho », il passe souvent ses journées accroupi ou le dos courbé dans les rues de Varginha, à observer les gens, le trafic routier ou des insectes.

Cette explication a toutefois fait l'objet de multiples critiques, tant par la famille de Paula que par les trois témoins :
« Mudinho » n'est pas difforme
et ne présente pas la plupart des caractéristiques associées à la créature
aperçue par les trois jeunes femmes.

De plus, celles-ci le connaissaient un peu au moment des faits
et l'auraient certainement reconnu. "

-Je suppose que tu préfères la version de l’enquête militaire ... ?
 
un ...
Le sujet a été verrouillé.
   24/03/11 à 02:55 #21159
stephan
Contributeur extraordinaire !
Messages: 1127
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Unsansecond
 Re:Varginha et un habitant reptilien d'une autre planète ... ?
KOH écrit:
stephan écrit:
Il m'a dit que, soit individuellement, soit en se réunissant, ils pouvaient produire l'énergie capable de guérir leur corps.La seconde raison pour laquelle il était affligé était que nous ne semblons pas nous rendre compte que nous sommes des êtres spirituels vivant dans une enveloppe temporaire, et que nous sommes totalement déconnectés de notre moi spirituel.
C'est compatible avec un cerveau reptilien, ça ?

Etre un habitant d'une autre planète ...
d'une civilisation de plusieurs millions d'années d'avance ...
avec une médecine très très très évoluée ...

n’empêche pas de connaitre la mort ...
et les questions qui vont avec ???
 
un ...
Le sujet a été verrouillé.
   24/03/11 à 02:56 #21160
stephan
Contributeur extraordinaire !
Messages: 1127
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Unsansecond
 Re:Varginha et un habitant reptilien d'une autre planète ... ?
PhD Smith écrit:
anty28 écrit:
Pavé César, ceux qui t'ont lu te saluent !

J'ai lu quelque part qu'une méprise complexe avec un clochard difforme aurait été possible. Après vérification, j'ai trouvé ça : sur l'encyclopédie du paranormal



Varginha, Varginha Image réservée aux membres.
Veuillez vous connecter ou vous enregistrer.
Image réservée aux membres.
Veuillez vous connecter ou vous enregistrer.

Image réservée aux membres.
Veuillez vous connecter ou vous enregistrer.

https://lh3.googleusercontent.com/-fSq9rX-YRWQ/TYqjZNxQ0ZI/AAAAAAAAAxQ/1VFvl8yLgj8/s1600/Paul+alien.jpg
(oui, oui, regarde bien il a son 4eme doigts replié sur le coté)
;o)

-" Les mains possédaient quatre doigts, et pas de pouce.

Les doigts étaient étranges et différents des doigts humains.
La créature pouvait bouger chacun de ses doigts
de telle sorte qu'ils pouvaient s'articuler les uns par rapport aux autres,
et remplir la même fonction que notre pouce.

Nous n'avons pu déterminer si ces doigts avaient plusieurs phalanges
ou si les os étaient flexibles de quelque façon,
pour permettre aux doigts d'accomplir les fonctions souhaitées. "
http://unsansecond.blogspot.com/2007/03/varginha-apparement-certains.html
 
Dernière édition: 24/03/11 à 03:05 Par stephan.
un ...
Le sujet a été verrouillé.
   24/03/11 à 09:24 #21173
Michel Mipoivre
Mustélidé forestier
Contributeur extraordinaire !
Messages: 480
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Masculin Lieu: Ici Date anniversaire: 21/02
 Re:Varginha et un habitant reptilien d'une autre planète ... ?
Après le sexe par surprise d'une bande d'alien poilus invisibles, les reptiles débarquent à Vagina.... c'est moi qui ait l'esprit mal tourné ou Stephan est un authentique satyre ?

Vous remarquerez que l'on retrouve l'inénarrable John Mack (sur lequel on a sorti les sagaies dans le topic du Zimbabwe), le crap circle de l'alien avec le message en ASCII (with fautes) qu'on avait déjà dans le sujet des crap circle et les pubs pour Paul sorties du sujet sur le sexe alien poilu invisible (a petit kiki) par surprise. Stephan, roi du recyclage. S'il agit de même avec ses déchets, ce mec est un authentique écolo.
Mais il est où le bas-relief antique ?

Ce qui me fait sur-kiffer c'est l'insert aux forceps d'une pub pour un film qui va bientôt sortir au milieu du gloubiboulga, sans que ça ait le moindre rapport avec la choucroute.
Ca a tellement aucun rapport avec le reste que j'y vois une forme d'humour assez élaboré.

J'ai quand même une question :
- les reptiles difformes d'1m50 de Vagina
- les ET poilus invisibles a petit kiki
- ceux qui ont fait des choses avec des sumériennes cochonnes
- les dizaines de types différents de soucoupes violentes décrites depuis 50 ans
Y a combien de races différentes de ziti sur terre ??? C'est plus une planète, c'est un zoo !
Et bien sûr, on les voit jamais dans une foule ou dans un endroit public, hein. Toujours la nuit dans un bled perdu par un ou deux allumés.
 
Qui ne saute pas n'est pas un mustélidé forestier !!
Le sujet a été verrouillé.
Revenir en hautPage: 12345678...13
Modérateur: Bobby, Jerem
Développé par KunenaObtenir les derniers messages directement sur votre PC - Version française:SFK