Bienvenue, Invité
Merci de vous identifier ou de vous inscrire.    Mot de passe perdu?
signifie que ce forum est verrouillé; pas de nouveaux messages possibles.
La zététique appliquée à l'ufologie signifie que ce forum est verrouillé; pas de nouveaux messages possibles.
(1 lecteur(s)) (1) Invité(s)
Aller en basPage: 1...109110111112113114115116
SUJET: La zététique appliquée à l'ufologie
*
   12/02/12 à 16:30 #27756
ded
Contributeur important
Messages: 91
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:La zététique appliquée à l'ufologie
Bonjour,


C'est cela ded ?

www.ldi5.com/ovni/sepra/nt2_4.php


Non, ce n'est pas ça. Je vais me renseigner auprès de l'auteur. J'espère avoir une réponse rapide.

Il ne s'agit justement pas de les prendre au comptant, il s'agit de voir en quoi ils peuvent résulter d'une perceptions ambigüe derrière la quelle se cacherais une technologie ET. Car certain témoins de RR3 ont fait le lien entre lOVNIs, la soucoupe et d'être visiblement pas de ce monde, ce qui pourrait être une perception des plus singulière...

Ca c'est un problème initial de la philosophie des sciences, qui se voit adopter un caractère spécifique avec l'ufologie : la question des perceptions, de l'interprétation raisonnée ou pas des informations sensorielles, subjectives et/ou interpersonnelles

Ce qui est ambigu, propre à générer toutes sortes de raisonnements décalés, c'est d'utiliser un matériau des sciences humaines, le témoignage, pour espérer parvenir à atteindre un objectif des sciences de la nature, ou des sciences formelles, à savoir, la démonstration de l'existence d'engins E.T. C'est l'approche qui est ambigue.

En réalité, dans une entreprise qui est de démontrer l'existence d'un phénomène et d'en expliquer sa nature objective, le témoignage est une information intermédiaire et transitoire, laquelle ne peut donner lieu qu'à des conclusions intermédiaires. Cependant ces conclusions prennent forcément en compte si le phénomène en question est démontré ou non, ou si la plausibilité de son existence relève de facteurs déterminants, ouvrant la voie à une hypothèse recevable qui en admet son existence. Sinon,si ce n'est pas le cas, le matériau reste celui des sciences humaines et de la philosophie des sciences, des neurosciences également.

Entre le domaine du témoignage et celui de l'HET, il y a une décohérence si j'ose dire. On ne peut pas établir de relation sans passer par une translation. Et cette translation n'est possible que dans le cas où le témoignage décrit des faits avérés ou, au moins, appuyés par des indices déterminants.

Sinon, le fait de se baser seulement sur le témoignage ouvre obligatoirement la voie à la détermination psychologique dans laquelle l'ambiguité de la nature humaine est un facteur omniprésent. Et le propre de l'HET, sur le plan de la psychologie, est d'ajouter de la complexité, voire de la pathologie à un objet psychologique-culturel en lui donnant, en plus de cela, un potentiel extraterrestre qui vient tout compliquer, alors qu'il faudrait d'abord en démontrer son bons sens avant de l'utiliser, de l'appliquer comme une théorie et de lui donner une certaine priorité.

Là où l'HSP veut des méprises, l'HET2.0 parle de "projection" c'est une subtilité qui a son importance, car la divergence entre les témoignages sera toujours plus fortes pour les stimulus neuf que pour les autres.

Peut être. Ce sont des considérations très surfaciques. Sur le plan subjectif, ce que l'on observe ou ressent comme une impulsion nouvelle, ne l'est pas forcément. Par exemple le percept extraterrestre est particulier à nôtre époque moderne : Nous parlons de technologie extraterrestre, de vaisseaux spatiaux, ce qui n'existait pas dans le temps. Cependant ce percept extraterrestre, se référant à des néologismes culturels, scientifiques n'a aucune profonde différence avec le percept théomorphique qui, lui, est archaïque. Et c'est tellement similaire, équivalent, qu'on en vient à assimiler les dieux d'antan aux E.T d'aujourd'hui, car sur le plan anthropologique, la construction est la même.

Tout est une question de point de vue.
 
Le sujet a été verrouillé.
   13/02/12 à 13:10 #27757
nablator
Super contributeur !
Messages: 244
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:La zététique appliquée à l'ufologie
Bonjour,

Il est dans Documentation GEIPAN / Mémoires. Thèses. Etudes. Rapports / Analyse statistique :
www.geipan.fr/typo3conf/ext/dam_frontend...hfile.php?docID=1627
 
Dernière édition: 13/02/12 à 13:11 Par nablator.
Le sujet a été verrouillé.
   14/02/12 à 20:41 #27771
ded
Contributeur important
Messages: 91
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:La zététique appliquée à l'ufologie
Hello,

Je ne me resitue pas bien dans ce rapport, il est différent de celui que j'avais. J'ai fais une demande auprès de monsieur Poher. Ca serait un comble que je ne retrouve pas les même sources que celles dont je disposais.


Rien ne dit que c'est parce qu'ils ont été verrouillés (2 fois seulement) que le "Jamming" a eut lieu...

C'est l'appareillage du F16 qui détecte le jamming. Ce n'est pas tout à fait le même système que le radar. Le jamming n'est pas une hypothèse ou une théorie, c'est un paramètre objectif enregistré par l'équipement de détection du F16 : il s'agit du brouillage de la fréquence attribuée à la cible lors de son verrouillage (car les radars peuvent verrouiller plusieurs cibles à la fois). Une cible naturelle admettons peut être difficile à verrouiller. Par exemple, elle ne renvoie que des échos partiels (ce peut être une interférence, un phénomène qui brouille le balayage et qui rend impossible ce qu'on appelle la radiodétermination). Le verrouillage s'effectue, bien entendu, lorsqu'une cible renvoie un écho net et clair. A savoir qu'une cible peut échapper au verrouillage pour 'x' raisons mais sans toutefois émettre un brouillage de l'onde directionnelle qui est sensée guider les armes. Dans le cas du jamming, la cible reproduit la fréquence d'interception, et l'émet dans des directions qui détournent l'intercepteur. Dès lors, le verrouillage ne fonctionne plus puisque pour le radar de l'arsenal la cible se dissout, peut-on dire, et ressemble à une interférence, mais une interférence qui ne concerne que la fréquence de verrouillage et non pas la fréquence de balayage. Si c'était la fréquence de balayage, on aurait simplement pensé à une interférence, ou une onde incidente pouvant être émise par un autre radar, ou par un système hertzien parasite.

Du moins j'espère que les représentants de la Défense, les pilotes, n'ont pas été nous inventer un truc sans queue ni tête. Après Campeche, on est un peu blasé.

Si je dit les animaux sont incapables de planifier leurs actions avec grand nombre d'étapes intermédiaire, alors je dit soit une vérité statistique car 99% des animaux ne sont pas des hommes, soit un vrai mensonges parce que les hommes y arrivent et qu'ils sont des animaux

C'est un bon exemple. Et je suis d'accord qu'il faut s'entendre sur la précision avec laquelle on doit procéder. La formulation des idées est toujours très importante, et doit être en adéquation avec le contexte. Il serait plus juste de dire : "Parmi les animaux, l'homme est le plus à même de planifier des étapes intermédiaires dans ses actions", par exemple.

Je n'inclus plus dans le terme réducteur des "OVNIs", les soucoupes volantes ou autres vaisseaux extraordinaire reconnu et identifiés comme tel par les témoins. Je pense que cette distinction est fondamentale, le fait d'avoir capté des indices menant a une reconnaissances ou une méprise, est important et diffèrent du fait que les témoins ont bien vu un truc volant mais ne savent pas ce qu'ils ont vu. Cela me semble important de ne pas faire de réductionnisme, afin d'éviter les amalgames.

Le réductionnisme est seulement un aspect du raisonnement. Il s'agit de déterminer le aspects les plus élémentaires, les plus essentiels, les plus primordiaux, d'une question ou d'un problème. Un phénomène complexe survient et le but est d'en déterminer les rouages.

Avant de conclure quoi que ce soit, on doit pouvoir se resituer sur le plan de l'analyse : Par exemple sur le plan de la physique de ce phénomène, qui consistera à le décomposer en une mécanique élémentaire possédant certaines propriétés et contraintes, qui peuvent éventuellement confirmer ou infirmer certaines hypothèses.

Seulement avec les OVNI, on sort de l'approche réductionniste dans bien des cas, en raison des hypothèses soulevées d'office sans que rien ne les confirment vraiment, pour entrer dans une approche conflictuelle et restrictive qui contrecarre le principe holiste et émergeant de l'approche ufologique. L'intention du réductionniste n'est pas de contrecarrer, c'est la fatalité qui fait que les choses sont ainsi et que les éléments ufologiques sont réductibles.

C'est à dire que l'ufologie n'a rien à gagner à rejeter le réductionnisme, elle doit tout simplement s'en fabriquer un qui lui est approprié, si les ufologues trouvent que l'approche réductionniste classique n'est pas satisfaisante. Mais cela ne peut être possible qu'en changeant l'angle et l'argumentation de cette approche ufologique qui est sensiblement la même depuis longtemps.

Sinon, c'est la valeur même des observations que l'on tente de réduire, et c'est déjà un biais.

Il s'agit de voir si les observations en question présentent des paramètres réductibles ou pas. On ne peut déboulonner que ce qui est déboulonnable.

Bien souvent dans les affaires d'OVNI, il ne s'agit pas de réductionnisme mais de zététique pure et dure : Les propriétés que l'on attribue à certains faits sont de l'ordre de la mystification, de l'idée préconçue et propagée sans être vérifiée.

Face à la réalité objective de l'OVNI, la valeur du témoignage est secondaire. La réponse ne porte pas sur la reconnaissance socio-culturelle des OVNI, l'OVNI fait intégralement parti de la culture, du moins dans la société occidentale : C'est un mystère ordinaire.

La réponse porte plutôt sur l'existence ou l'irréalité d'une manifestation extraterrestre.
Mais moi, les gens avec qui ça m'arrive de discuter de ça, ne me pose qu'une seule et même question : Est-ce qu'on a des preuves, des indices, quelque chose de convaincant? Et cela malgré qu'ils sachent en général qu'il existe des milliers de témoins : Autant n'importe qui est en droit d'exiger un début de preuve, autant le fait qu'il n'y en ai pas ne décridibilise en rien les témoins, car ce ne sont pas eux l'objet du questionnement, ce sont certains OVNI, certains phénomènes ou rumeurs, ou simplement l'HET qui peut engendrer ce genre de questionnement.

Mais évidemment, si l'on tente d'accorder du crédit alors que rien ne le garantit, alors c'est tout le système qui perd de sa crédibilité, que cela soit l'ufologue, le témoin, son témoignage, les OVNI et toutes les hypothèses.

Je crois vaut mieux travailler avec ce qu'on a, même si c'est peu.
 
Le sujet a été verrouillé.
   14/02/12 à 22:20 #27772
Rufus
Contributeur extraordinaire !
Messages: 1225
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Masculin Lieu: Cannes
 Re:La zététique appliquée à l'ufologie
Salut Ded,


Attention, le fait de s'obstiner malgré que tout démontre qu'on a tort n'est pas du scepticisme. C'est de l'entêtement. L'entêtement est un trait de caractère qui se manifeste même si le doute est levé.

Cela est vrai en théorie, pas forcément dans la pratique.

Mon ami aurélien est sceptique des OVNIs (certainement du lien avec les ET), c’est son scepticisme qui l’aveugle et dénature la retranscription de ce qu’il a observé. Pour certains pro-HET, c’est leurs convictions qui modifieront la retranscription de ce qu’ils ont observé. Un arrêt net par exemple, sera perçu comme un signe d’intelligence ou à l’inverse, un vol en formation rappelera celui de biologiques. Il peut y avoir des biais des deux côtés et cela il faut l’admettre et le comprendre.

Après, il y a scepticisme et ufo-scepticisme. Je vais y venir.

Quand je dis "sceptique mais pas aveugle", je veux signifier que le scepticisme n'obstrue en rien la découverte de choses nouvelles.


Si seulement c’était vrai mais dans la réalité/pratique (encore une fois), c’est tout l’inverse qui se produit.

La question est, comment l’ufo-scepticisme cautionnant l’HSP comme seule et unique hypothèse permettrait de découvrir de nouvelles choses, puisque l’HSP décrète qu’il n’y a rien de nouveau et ce même quand les cas sont non élucidés, voir non élucidables ? Comment peut-on trouver quelque chose de nouveau quand on a déjà trouvé les réponses à ses questions au niveau OVNIs ?

Si on veut étudier les OVNIs, c’est via l’observation, les plateformes instrumentales et des protocoles pré & post détection rigoureux. Pas via l’étude de la casuistique. Une fois fait, là on peut user du scepticisme mais dans le cadre d’une approche scientifique, pas en versant dans de la fringe science.

Pourtant, si je prend ton propre exemple, tu dis toi-même qu'il était impossible de se méprendre avec des oiseaux, et si c'est impossible avec des oiseaux, ça l'est aussi avec tout le reste.

Pas du tout puisque la première hypothèse qui m’est venue en tête non pas durant l’observation mais après, c’était celle de drones (UAV). Ensuite est venue celle des ET car celle des drones posait différent problèmes. Durant l’observation, je n’avais aucune hypothèse en tête.

Notre esprit peut être berné dans tous les sens, mais autant possède-t'il la faculté de lever le voile de ses propres illusions. Il n'y a aucune raison que, dans le cas ou des engins E.T existent réellement, ils restent perpétuellement inaccessibles au discernement.

Tout dépend des gens, chaque individu est unique et réagit differement en fonction du stimulis auquel il est exposé. Si une hytpothétique technologie/manifestation ET ne ressemble en rien à ce que la S.F a proposé et/ou l’image que nous nous en faisons, il est tout sauf certain que les gens identifient quoi que ce soit. Accessible pour certains et inaccessible pour d'autres...

++
Rufus
 
Dernière édition: 14/02/12 à 22:23 Par Rufus.
Yung Lean - Kyoto: youtu.be/tMgkt9jdjTU
Le sujet a été verrouillé.
   14/02/12 à 23:03 #27773
NEMROD34
Contributeur extraordinaire !
Messages: 1492
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:La zététique appliquée à l'ufologie
Mon ami aurélien est sceptique des OVNIs (certainement du lien avec les ET), c’est son scepticisme qui l’aveugle et dénature la retranscription de ce qu’il a observé.
Et toi ? Qu'est-ce qui dénature ou aveugle la retranscription de ce que que tu as observé ?
 
NEMROD34 S.A.R.L de démolition minutieuse de foutaises.
Siret : 123456789
Capital 3 millions de brouzoufs
Certifié sans chat.
Le sujet a été verrouillé.
   15/02/12 à 04:24 #27776
ded
Contributeur important
Messages: 91
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:La zététique appliquée à l'ufologie
Hello Rufus,

a question est, comment l’ufo-scepticisme cautionnant l’HSP comme seule et unique hypothèse permettrait de découvrir de nouvelles choses, puisque l’HSP décrète qu’il n’y a rien de nouveau et ce même quand les cas sont non élucidés, voir non élucidables ? Comment peut-on trouver quelque chose de nouveau quand on a déjà trouvé les réponses à ses questions au niveau OVNIs ?

Elémentaire, tout est dans l'axiome : l'absence de preuve est la preuve de l'absence jusqu'à preuve du contraire.

C'est carré.

La référence continuelle à l'HSP n'explique pas tout. L'approche ufologique déclenche l'HSP, c'est le système qui veut ça.

Des faits nouveaux concernant les OVNI peuvent exister, survenir, là n'est pas le problème.

Le problème est que l'HSP réfute qu'un fait nouveau puisse être objectivement déterminé selon l'approche ufologique telle qu'elle se présente. C'est du moins ce que je comprend.

Les sociopsy sont parmi les plus tatillons à propos de la détermination des choses. Pour eux, si on parle de fait nouveau, alors le fait en question est un fait objectif dont la nouveauté est démontrée. Si je découvre un nouvel insecte, c'est que j'ai vérifié dans le registre des espèces qu'il n'y était pas. Et la discipline, la casuistique, exige de faire pour tout pareil.

Alors bien sûr, si l'on est un spécialiste, on peut reconnaître qu'un fait est nouveau. Pour un insecte par exemple, le chercheur est dans une nouvelle région, avec de nouvelles espèces de plantes, un milieu endémique : donc s'il ne connaît pas l'insecte alors qu'il est spécialiste de cela, il y a des chances que cela soit un nouveau spécimen. Mais le spécimen en question ne sera nouveau qu'après vérification.

Avec les OVNI on est loin de pouvoir faire cela. Le proET dépend d'une preuve extraordinaire pour mettre son discours en avant. Et la qualification de "preuve extraordinaire" est à la fois aussi justifiée qu'ironique : "Montre nous les un peu, tes extraterrestres!"

Toutes les sciences en sont passées par le même stade que l'ufologie. Parfois, il faut faire un grand détour avant de revenir sur la question. Certaines théories ont végété pendant des décennies, voire des siècles pour certaines. La rigueur est nécessaire.

Tout est dans cette relation témoin/ovni-E.T. Ca ne fonctionne pas, ca ne passe pas le crible de la philosophie, du raisonnement scientifique, et cela même sans l'HSP - même si nous étions des prix nobel de physique et cosmologie, ça ne changerait rien.

Tout dépend des gens, chaque individu est unique et réagit differement en fonction du stimulis auquel il est exposé. Si une hytpothétique technologie/manifestation ET ne ressemble en rien à ce que la S.F a proposé et/ou l’image que nous nous en faisons, il est tout sauf certain que les gens identifient quoi que ce soit. Accessible pour certains et inaccessible pour d'autres...

Cette histoire d'identification, c'est un mythe. On peut reconnaître certains phénomènes, mais pas selon un protocole ou une sélection de différentes éventualités : nous avons seulement des choix qui s'offrent à nôtre esprit. Et certains esprits sont simplement mieux formés, plus avertis que d'autres.

Mais aucun esprit n'est formé pour être confronté à une technologie extraterrestre, notamment une technologie de pointe aérospationautique : C'est à dire quelque chose qui ne passe pas inaperçu. A part bien sûr si c'est à la limite de nos capacités sensorielles, très loin, par exemple. Mais dans le champ de nos perceptions, même un avion ne peut engendrer de méprise. Ou alors il faut m'expliquer comment que je puisse l'expérimenter moi-même.

J'ai un avion, un hélico à 200 m admettons, que je distingue clairement. Comment envisager une méprise?

La méprise, ça existe, certes, mais on ne peut pas l'appliquer comme l'Evangile.

Il n'y a pas besoin que nôtre esprit fasse appel à un protocole, un système, une discipline, d'identification pour déterminer qu'il est face à un objet artificiel totalement hors-norme, ceci bien sûr, je le répète, si les conditions le permettent.

Et là, nous ne parlons que du spectateur lambda. Qu'en sera-t'il de la réaction des réseaux de surveillance? Ca c'est une question qui se pose, car les réponses peuvent être effectivement très contradictoires. Mais pas besoin de consulter les archives secrètes : Quand les bases sont en alerte, tout le monde le sait presque immédiatement; cela dépend bien sûr de l'état d'alerte. Mais du peu que je connais de la Défense, l'irruption inattendue d'un bidule, ça va faire chauffer les intercepteurs, et d'autant plus si ce bidule est non-identifiable dans tous les sens du terme.

Pour le moment, la confusion s'applique à des objets qui ne sont pas extraterrestres, du moins pas sensés l'être : Et c'est quoi l'absence de preuve déjà?

Difficile de prédéterminer les réactions que l'on aurait face à un corps étranger à nôtre milieu, qui n'a rien à faire là. Je me demande même si une telle irruption ne provoquerait un désastre en fait, car si une chose est sûre, c'est que tout le monde n'est pas philosophe, enclin à attendre le dernier moment pour savoir s'il y a danger.

L'irruption, le contact, la possible reconnaissance d'E.T, sont des schémas qui demandent réflexion.

Alors tu vois, il existe bien une différence entre scepticisme et obstination. (je plaisante).
 
Le sujet a été verrouillé.
   15/02/12 à 18:35 #27792
nablator
Super contributeur !
Messages: 244
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:La zététique appliquée à l'ufologie
Rufus:
La question est, comment l’ufo-scepticisme cautionnant l’HSP comme seule et unique hypothèse permettrait de découvrir de nouvelles choses, puisque l’HSP décrète qu’il n’y a rien de nouveau et ce même quand les cas sont non élucidés, voir non élucidables ? Comment peut-on trouver quelque chose de nouveau quand on a déjà trouvé les réponses à ses questions au niveau OVNIs ?
Si c'est pas malheureux de lire ça... après toutes ces années... des questions rhétoriques qui reprennent le discours indigné classique de tout ceux qui n'ont pas compris les bases de la méthode scientifique. L'hypothèse nulle n'a pas besoin d'être prouvée : il n'y a pas de preuve négative. De même un cas non élucidé/able ne prouve rien : on ne peut pas prouver qu'il n'est pas dû aux zitis/fées/pets enflammés de licornes roses invisibles. Ce que fait tout bon scientifique c'est tenter de rejeter l'hypothèse nulle, quand il pense être en mesure de le faire. Pour cela il faut fournir une preuve positive. C'est l'absence de cette preuve qui bloque l'émergence d'un nouveau paradigme ou de quoi que ce soit de révolutionnaire, pas un blocage idéologique ou dogmatique. Le scepticisme scientifique est une méthode, pas une position.
 
Dernière édition: 15/02/12 à 18:50 Par nablator.
Le sujet a été verrouillé.
   15/02/12 à 20:01 #27794
Rufus
Contributeur extraordinaire !
Messages: 1225
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Masculin Lieu: Cannes
 Re:La zététique appliquée à l'ufologie
Salut Nab' & Nem',

Si c'est pas malheureux de lire ça... après toutes ces années... des questions rhétoriques qui reprennent le discours indigné classique de tout ceux qui n'ont pas compris les bases de la méthode scientifique. L'hypothèse nulle n'a pas besoin d'être prouvée : il n'y a pas de preuve négative. De même un cas non élucidé/able ne prouve rien

Ou ai-je laissé supposer ou sous-entendre que les cas non élucidés/ables prouvaient quelque chose ou qu'il fallait prouver l'hypothèse nulle dans mon dernier message ? Tu nous as fait un bel homme de paille afin de démontrer que je comprend un beignet à la méthode scientifique. Du coup, je me demande si ce n'est pas toi qui est indigné par mon constat, vu tes efforts pour me discréditer.

A savoir que les ufo-sceptiques ne cherchent pas de nouveaux phénomènes et ne cherchent pas (je te cite) :

Ce que fait tout bon scientifique c'est tenter de rejeter l'hypothèse nulle


Si ils le faisaient, il feraient exactement ce que je disais dans mon dernier message.

Le seul à ma connaissance qui a fait une semi-découverte sur le plan scientifique via son initiative ayant attrait aux PANs, c'est James Bunnell qui lui n'est pas un ufo-sceptique que je sache : www.agu.org/pubs/crossref/2007/2007JD008575.shtml


Nem' :

Et toi ? Qu'est-ce qui dénature ou aveugle la retranscription de ce que que tu as observé ?

Ce n'est pas à moi de le dire, si mon CR était encore accessible, certains pourraient se prononcer.


++
Rufus
 
Dernière édition: 15/02/12 à 20:42 Par Rufus.
Yung Lean - Kyoto: youtu.be/tMgkt9jdjTU
Le sujet a été verrouillé.
   15/02/12 à 23:08 #27795
nablator
Super contributeur !
Messages: 244
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
 Re:La zététique appliquée à l'ufologie
Ou ai-je laissé supposer ou sous-entendre que les cas non élucidés/ables prouvaient quelque chose
Si tu parles pour ne rien dire, mieux vaux arrêter. Quand tu insinues que "l'HSP décrète qu’il n’y a rien de nouveau et ce même quand les cas sont non élucidés, voir non élucidables", c'est bien parce que, à tes yeux, l'HSP est un dogme et qu'il y a une véritable problème posé par ces cas, ce qui est mensonger. Tu poses des questions rhétoriques où l'HSP est en fait accusée d'empêcher de "trouver quelque chose de nouveau". C'est tout aussi faux : tu es libre de faire des recherches dans le cadre de l'HSP, il y a beaucoup à chercher et à trouver dans le domaine des sciences humaines, principalement en psychologie, ou en dehors, à suivre les transits des soucoupes tôle et boulons comme Eamonn Ansbro si tu veux, personne ne t'empêche. Tu seras peut-être même financé, comme lui, par l'Union Européenne. Elle est pas belle la vie ?

Ta croisade anti ufosceptiques qui dure depuis je ne sais plus combien d'année consiste à répéter en boucle la même rhétorique éculée, ce qui dénote une incompréhension totale des bases méthodologiques du scepticisme scientifique, que tu n'es pas obligé d'approuver, mais que tu pourrais au moins avoir compris, depuis le temps. Des trucs comme : avant de réclamer que les ufosceptiques abandonnent l'HSP, il te faudrait d'abord fournir une raison valable de le faire. Tout repose sur le problème de la preuve.

... ou qu'il fallait prouver l'hypothèse nulle dans mon dernier message ?
Depuis le temps que tu trouves tous les défauts à l'HSP/TRC, tu pourrais, un jour, admettre que c'est l'hypothèse nulle expliquée aux non-comprenants, dans l'espoir, très souvent déçu (c'est pour ça qu'il ne fallait pas commencer) que ce sera mieux compris que la notion apparemment discriminatoire d'hypothèse nulle. Et donc qu'il n'y a rien à critiquer, à part ton incompréhension des termes du problème... Ou pire, tu as compris et tu restes quand même prisonnier de la rhétorique ufologique stupide qui te fait tourner en boucle depuis des années dans la dénigrement de l'HSP, pour de mauvaises raisons.

Si ils le faisaient, il feraient exactement ce que je disais dans mon dernier message.
Tu sera gentil de ne pas tronquer la partie de la phrase que j'ai mise en italique parce que c'est la plus importante. Il n'y a rien pour l'instant qui permette de dépasser l'hypothèse nulle. Ce qui n'empêche pas de chercher !
 
Le sujet a été verrouillé.
   16/02/12 à 00:17 #27796
Rufus
Contributeur extraordinaire !
Messages: 1225
Personne n'est hors ligne Cliquez ici pour voir le profil de cet utilisateur
Sexe: Masculin Lieu: Cannes
 Re:La zététique appliquée à l'ufologie
Salut Ded,

Le problème est que l'HSP réfute qu'un fait nouveau puisse être objectivement déterminé selon l'approche ufologique telle qu'elle se présente. C'est du moins ce que je comprend.

Le texte de J.Scornaux a été très bien accueilli par la communauté ufo-sceptique francophone. Je le cite car on peut sincèrement affirmer qu'il s'agit d'une référence pour cette dernière :

Si les ufologues entendent contester valablement l’HSP, ils n’ont qu’une seule solution à leur disposition : c’est de retrousser leurs manches, d’affiner très sérieusement leur méthodologie et de chercher une preuve réellement convaincante qu’une hypothèse non conventionnelle s’impose pour rendre compte des ovnis.

Source : scepticismescientifique.blogspot.com/200...gique-ce-quelle.html


On en revient à ces fameux prémisses vu que J.S explique que l'HSP se base dessus et vous savez très bien ce que je pense de tout ça : www.zetetique.fr/index.php/forum/10-ovni...amp;start=1040#27563

En gros, les pro-HSP demandent aux ufologues d'affiner leur méthodologie mais ils ne leur conseil pas d'abandonner l'étude de la casuistique (ufologie). C'est là la plus grande erreur et c'est pour cela que je met tout le temps dos à dos ufo-sceptiques & pro-à jeter. Deux reflets provenant du même mirroir car les deux "croient" encore en l'ufologie. Il serait peût-être temps de devenir Ufologie-sceptique. P.Lagrange l'a bien compris lui :


« Seti et ufologie permettent une comparaison intéressante. Seti a réussi à faire de l’ET un fait scientifique, avec des instruments prévus pour; l’ufologie en reste à la collection d’événements remarquables. Bien sûr on dit que Seti aime les ET tant qu’ils sont loins (voir mon papier dans l’Evénement du Jeudi l’an dernier). Ce n’est pas faux mais c’est dû à l’outil même qui est le radiotélescope. Pour capter des ET plus proches il faut un autre réseau technique (par exemple celui de Monnerie cité plus haut). Pourquoi les ufologues n’inventent-ils pas le réseau qui permettrait de capter des ET en ballade dans notre environnement proche ? Ils se précipitent après le premier témoignage au lieu de produire les faits dont ils ont besoin. Les scientifiques n’attendent pas que les faits se passent, ils les provoquent, les inventent. Les ufologues pourraient faire de même. Si on les critiquait sur le caractère aléatoire de l’entreprise, ils pourraient réutiliser le même argument qu’utilise Seti : en cherchant des ET on peut découvrir au minimum de nouveaux phénomènes (astro pour Seti, météo pour l’ufologie). »

Source : home.nordnet.fr/~phuleux/quelques1.htm


Mais aucun esprit n'est formé pour être confronté à une technologie extraterrestre, notamment une technologie de pointe aérospationautique : C'est à dire quelque chose qui ne passe pas inaperçu. A part bien sûr si c'est à la limite de nos capacités sensorielles, très loin, par exemple. Mais dans le champ de nos perceptions, même un avion ne peut engendrer de méprise. Ou alors il faut m'expliquer comment que je puisse l'expérimenter moi-même.

Les aérodynes ont causé*, causent et causeront des méprises en diurne (cigare par ex) et en nocturne (triangle par ex). En gras, comment peux-tu en être aussi certain ? Si justement d'hypothétiques engins ET sont sphériques, bam, ils pourraient passer inaperçu, tout dépend des manoeuvres aériennes qu'ils effectueraient. Idem pour la forme triangulaire, idem pour nombre de formes géométriques.

* www.in.com/videos/watchvideo-ovni-devenu-avion-8542343.html

++
Rufus
 
Dernière édition: 16/02/12 à 00:20 Par Rufus.
Yung Lean - Kyoto: youtu.be/tMgkt9jdjTU
Le sujet a été verrouillé.
Revenir en hautPage: 1...109110111112113114115116
Modérateur: Bobby, Jerem
Développé par KunenaObtenir les derniers messages directement sur votre PC - Version française:SFK