Protocole expérimental : magnétisme II Imprimer

 




Introduction

Dans le cadre d'une émission pour la télévision française(1), il nous a été proposé de mettre en place un protocole expérimental autour du magnétisme. M. Matsima, professionnel exerçant à Grenoble, a bien voulu prêter son concours à la reproduction d'une expérience réalisée par l'Observatoire zététique en 2004(2). Une session s'est donc déroulée à son cabinet le 24 janvier 2012 et a permis de réaliser 100 essais, nombre sur lequel nous nous étions mis d'accord auparavant.

Expérience magnétisme 2012, préparationL'équipe de tournage ne disposant que d'une caméra, il n'était pas possible de réaliser une expérience satisfaisante à la fois du point de vue journalistique (images des différentes équipes réalisant le protocole) et du point de vue de la rigueur scientifique (l'équipe circulant d'une pièce à l'autre aurait mis à mal le double aveugle). Il a donc été décidé de réaliser le protocole la veille du tournage, en l'absence des journalistes. Le lendemain, des essais ont été réalisés dans un but purement illustratif, à destination des journalistes. Ensuite, nous avons procédé, dans les conditions du direct, au dépouillement des résultats des 100 essais réalisés la veille. Ainsi, les journalistes ont pu bénéficier des réactions à chaud des participants, sans pour autant menacer la qualité de l'expérience. Cette disposition a aussi permis au magnétiseur de travailler dans un cadre moins stressant, hors de toute pression liée à la présence d'une caméra.

Dans le texte qui suit, nous nommerons le phénomène à observer « fluide », « signal », ou « phénomène », indifféremment. La personne placée derrière le paravent et dont le magnétiseur signale la présence ou l'absence sera nommée « patient » ou « cobaye ».

 

1. ÉLABORATION DU PROTOCOLE, PRÉPARATION

 

Information sur le protocole
Avant de débuter l'expérience, les détails du protocole sont communiqués aux participants. On se met également d'accord sur l'analyse statistique des résultats futurs (que considèrera-t-on comme un échec, une réussite ?), et sur la façon dont les conclusions seront formulées en fonction du résultat de l'expérience.


Sélection du cobaye
Dans sa pratique, M. Matsima commence par survoler de ses mains le patient qui le consulte et identifie une zone (chakra) pour laquelle il ressent une perturbation et qui lui donne une première indication sur la façon dont il devra traiter celui-ci. Selon lui, cette « anomalie » est stable dans le temps et dans l'espace, c'est à dire qu'elle demeure pendant plusieurs jours si aucun traitement « magnétique » n'est mis en place. Reste à sélectionner le « cobaye ». Les huit membres  présents de notre association sont alors à tour de rôle « testés » par le praticien. C’est finalement F. qui est choisi par le magnétiseur pour la qualité de son « signal ».

Double aveugle et tirage aléatoire : 3 équipes
L'équipe « tirage aléatoire » : composée de 3 personnes, cette équipe s'isole en début d'expérience et procède à 100 tirages à l'aide d'une pièce de monnaie. Pour chaque tirage, « pile » est noté « 1 » et « face » est noté « 0 ». Un des membres de l'équipe tire la pièce, les deux autres notent le résultat obtenu. On obtient une suite de 100 chiffres constituée de 0 et de 1, en 2 exemplaires. Un exemplaire est remis au magnétiseur pour vérification postérieure, l'autre est remis à l'assistant du cobaye.
L'équipe « magnétiseur » : elle est constituée du praticien et de deux assesseurs qui notent, chacun sur une feuille, ce que celui-ci leur indique. Dans le cadre de cette expérience, le pouce levé signifie « je ressens la présence du cobaye derrière le paravent », un zéro fait avec le pouce et l'index signifiant au contraire que le magnétiseur ne ressent aucun signal. Un des deux assesseurs dispose d'un dispositif permettant d'indiquer, par un signal sonore, que l'essai est terminé.
L'équipe « cobaye » : elle comprend le cobaye, un assistant qui lui indique s'il doit se placer derrière le paravent, et une personne chargée, après chaque placement, d'indiquer à l'équipe « magnétiseur », par un signal sonore, que tout est en place pour l'essai suivant.

Ces 3 équipes n'ont pas de contact pendant le déroulement de l'expérience. Un signal sonore normalisé (« bip » sonore de talkie-walkie) permet aux équipes de se synchroniser à chaque essai.

Normalisation des essais, contrôles
Le magnétiseur est équipé d'un casque antibruit. Cette précaution est utile pour s'assurer qu'il ne peut pas entendre le bruit (respiration, craquement du sol, etc.) potentiellement généré par le cobaye.  Le signal sonore, seul élément d'information échangé entre les équipes, permet de se synchroniser. Il est généré à partir de deux talkie-walkie qui disposent d'une fonction de signal sonore. Il est important que le signal soit toujours le même (même son et même durée). L'équipe « cobaye » chronomètre chacune de ses mises en place (10 secondes) pour qu'on ne puisse pas deviner la présence ou l'absence du cobaye en fonction du temps de mise en place des essais. Enfin, toutes les données produites sont notées en double. Toute erreur ou doute quant à la qualité d'un essai conduit à la non prise en compte de l'essai dans les résultats de l'expérience.

Test blanc
Chaque expérience réalisée par l'Observatoire zététique est précédée d'un test blanc : plusieurs essais sont réalisés, sans aveugle ; le magnétiseur sait si le cobaye se trouve derrière le paravent. Ce test préliminaire est très important : il permet de se familiariser avec le protocole et surtout de vérifier que les conditions expérimentales n'ont pas une influence négative sur la performance du praticien. Dans le cadre de ce protocole, il permet également de mesurer la distance à laquelle le cobaye doit se placer pour être bien perçu par le magnétiseur quand il se trouve derrière le paravent, et de quelle distance il doit s'éloigner pour que le magnétiseur ne ressente plus du tout de signal. Ces distances seront ensuite utilisées pendant le déroulement de l'expérience. Ce jour-là, le cobaye devait, à chaque essai où il ne devait pas être derrière le paravent, se placer à plus de 2 mètres du sujet.
Si, lors du test blanc, le sujet émet un doute sur les conditions expérimentales ou s'il considère que les conditions ne sont pas réunies pour que sa performance soit optimale, l'expérience est annulée.

 

2. DÉROULEMENT DE L’EXPÉRIENCE

 

L'équipe « tirage au sort » pose les deux enveloppes contenant les 100 tirages correspondant aux 100 essais dans une pièce et se retire pour la durée de l'expérience. Sa contribution au protocole est terminée. Une enveloppe indique « magnétiseur », l'autre « cobaye ».

Les équipes « magnétiseur » et « cobaye » se saisissent chacune d'une enveloppe et s'isolent dans deux pièces séparées par le paravent.

Dans l'équipe « magnétiseur », un assesseur indique, par un signal sonore, que tout est prêt de son côté. L'enchainement des essais peut commencer.

Expérience magnétisme 2012, équipe cobayeÉtape 1
Dans l'équipe « cobaye », l'assistant indique au cobaye s'il doit se placer derrière le paravent. Le 3e membre de l'équipe chronomètre 10 secondes et fait savoir à l'équipe « magnétiseur », par un signal sonore, que le premier essai est en place.

Étape 2
L'équipe « magnétiseur » s'approche et le magnétiseur se place face au paravent. Il procède comme il a l'habitude de le faire, puis indique à ses assesseurs s'il a ressenti la présence du cobaye. Les 2 assesseurs notent, chacun sur leur feuille, ce qui leur a été indiqué, puis ils s'éloignent et communiquent à l'équipe « cobaye », par un signal sonore, que l'essai est terminé.

Les étapes 1 et 2 sont répétées jusqu'à l'obtention de 100 essais.

Quand le 100e essai est terminé, chacune des équipes place ses données dans des enveloppes scellées, puis indique à l'autre, par deux signaux sonores, que l'expérience est terminée pour ce qui la concerne. Quand toutes les données ont été scellées, les deux équipes se retrouvent et les placent dans une mallette sécurisée qui reste chez le magnétiseur et dont l'Observatoire zététique conserve les clés. Ainsi, personne ne peut accéder aux informations avant le dépouillement du lendemain.

 

3. DÉPOUILLEMENT DES RÉSULTATS


L'ouverture de la mallette, puis des enveloppes scellées qu'elle contient, a lieu en présence des participants et de l'équipe de tournage.

Vérification des données
On vérifie d’abord que le pré-tirage en possession de l'assistant du cobaye correspond bien à celui qui avait été laissé à l'équipe « magnétiseur »  (Voir annexe 1, feuilles 1 et 2). On vérifie ensuite que les comptages des deux assesseurs ne présentent pas de différence (Voir annexe 1, feuilles 3 et 4). Aucune erreur n'étant mise en évidence, nous passons à la vérification des résultats

Analyse des résultats
On compare les résultats du tirage aléatoire et les indications notées par les deux assesseurs. (feuilles 1-2 contre feuilles 3-4).

Nombre d'essais validés : 100.

On calcule le nouveau nombre minimum d’essais qui doivent être réussis pour que l’expérience soit considérée comme un succès (en langage scientifique, on parlera de résultat statistiquement significatif). Pour ce faire, l'Observatoire zététique utilise  l'outil informatique « prOZstat » disponible à l'adresse : http://zetetique.fr/stats et qui utilise la loi binomiale. Nous avons fait le choix d'un test bilatéral, cela nous permettant d'identifier (et de tenter d'analyser) une performance exceptionnelle, qu'elle soit positive ou négative.

Les statistiques nous indiquent que, si la personne obtient un score compris entre 37 et 63 succès, les résultats sont considérés comme normaux. Un résultat de 64 succès ou plus sera donc considéré comme extraordinairement bon, un résultat de 36 succès ou moins étant anormalement mauvais.

Vérification faite, le magnétiseur obtient un résultat de 44 succès et 56 échecs pour 100 essais. Cette performance s'inscrit dans la normalité, l'expérience est un échec.

Expérience magnétisme 2012, statistiques

Conclusion

Expérience magnétisme 2012, photographie de groupe

Cette reproduction de notre expérience de 2004 n'a pas permis de mettre en évidence de capacité particulière permettant au magnétiseur, dans un environnement contrôlé, de déterminer si une personne qu'il a préalablement examinée est effectivement placée à proximité.

A l'issue de ce travail M. Matsima, que nous remercions vivement pour sa patience, sa gentillesse et la qualité de son accueil, pense qu'il pourrait améliorer sa performance avec de l'entrainement. Il aimerait aussi que l'Observatoire zététique puisse reproduire cette même expérience avec d'autres praticiens. Il va de soi que nous accueillerons favorablement une proposition de ce type.

 

(1) Émission « E=M6 » diffusée sur M6 le 12 février 2012
(2) http://www.zetetique.fr/index.php/dossiers/83-experience-magnetisme

 

Nota : la version PDF de ce dossier contient les données brutes de l'expérience