Page principale Blog Petit recueil de 18 moisissures argumentatives
Petit recueil de 18 moisissures argumentatives Imprimer Envoyer
Écrit par Richard Monvoisin   
Vendredi, 11 Juin 2010 02:10

 

Petit recueil de 18 moisissures argumentatives à utiliser sans modération lors des concours de mauvaise foi*
par Richard Monvoisin, vice-champion de mauvaise foi 2008, et Stanislas Antczak, champion 2007.

*Testé plusieurs fois lors des concours de mauvaise foi d'Ultimate Z, l'université d'été de l'Observatoire Zététique. Le modèle a été ensuite remanié, et utilisé par différents collectifs dans des débats féministes et des ateliers d'économique populaire.

Disponible en version PDF (170k)



Vous y trouverez :

Erreurs logiques

1.La généralisation abusive
2.Le raisonnement panglossien
3.Le Non sequitur (« qui ne suit pas les prémisses »)
4.L'analogie douteuse
5.L'appel à l'ignorance (ou argumentum ad ignorantiam)
6.Le post hoc ergo propter hoc (ou effet atchoum)

Attaques

7.L'attaque personnelle (ou argumentum ad hominem)
Variante 1 : l’empoisonnement du puits
Variante 2 : le Tu quoque (ou toi aussi)
8.Le déshonneur par association (et son cas particulier, le reductio ad hitlerum)
9.La pente savonneuse
10.L'homme de paille (dite technique de l'épouvantail, ou strawman)
11.L'argument du silence (ou argumentum a silentio)
12.Le renversement de la charge de la preuve

Travestissements

13.Le faux dilemme
14.La pétition de principe
15.La technique du chiffon rouge (ou red herring, ou hareng fumé)
16.L'argument d'autorité (ou argumentum ad verecundiam)
17.L'appel à la popularité (ou argumentum ad populum)
18.L'appel à la pitié (ou argumentum ad misericordiam)

 

 

Commentaires  

 
+2 # David Hamelin 08-01-2013 12:03
Bonjour,
En regardant le reportage "le secret caché des pyramides d'Egypte révélé". J'ai pu identifier des arguments "moisis" que je n'arrive pas à situer parmi les 18 ici présents.
L'argument en question est du type "Argument mission impossible".
En gros, le narrateur du reportage prend une hypothèse archéologique communément admise, la tourne en ridicule (argument 15 si je ne m'abuse), puis le narrateur utilise un argument que je n'arrive pas à identifier.

Le discours est le suivant : la solution proposée par les égyptologues parait compliquée et difficile. Suivi d'une sorte de syllogisme, "De nos jours, avec nos moyens technologiques ça serait très compliqué. Les Égyptiens n'avait pas nos moyen technologiques. Donc il est impossible que les Égyptiens est utilisé cette solution."

Ou bien il s'agit simplement de (je ne sais pas si il existe un terme pour dire cela, mais si je devais l'inventer, je le formulerais "simeramorphisme " du grec "simera" qui semble vouloir dire "aujourd'hui") simeramorphisme . Dans le choix de ce mot, je fais ici une analogie avec anthropomorphis me, qui consiste à donné un caractère humain à autre chose qu'humaine. Mon idée est qu'on essais d'appliqué un raisonnement qui nous est contemporain à une situation passé.
L'argumentaire du reportage explique que, dans notre société contemporaine, avec les contraintes de notre société, réaliser le travail fait par les Égyptiens, produirais une débauche de moyens tel que nous ne le ferions pas (malgré nos moyens technologique), et que donc, il est impossible que les Égyptiens, avec leur moyens technologiques, ai pu réaliser le même travail.

S'agit t'il d'un ensemble d'argument présent parmi les 18, ou bien s'agit t'il d'un argument non explicité ? (ou bien ce n'est pas un argument, mais une forme de dialogue non argumenté, et dans ce cas il s'agit d'un faux problème qui n'avait pas besoin d'être soulevé).
Pour ma part j'hésite à le qualifier de "Non sequitur" car il s'agit d'avantage d'un écrasement des nuances. Transformer difficile en impossible, long en infini, compliqué en infaisable ...
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
+1 # LeChatNoir 01-07-2016 13:12
"De nos jours, avec nos moyens technologiques ça serait très compliqué. Les Égyptiens n'avait pas nos moyen technologiques. Donc il est impossible que les Égyptiens est utilisé cette solution."

C'est une sorte d'appel à l'incrédulité. Voir le lien ci-dessous :

cortecs.org/.../...

En présentant les faits sous l'angle de la modernité, on rend d'autant plus difficile à croire qu'une technologie purement humaine aurait pu permettre de bâtir les pyramides. Du coup, on fait appel à un argument extraordinaire : les extra-terrestres, Dieu, etc.

On retrouve le même type d'argument quand il s'agit de la nature de l'oeil humain, dont la complexité ne saurait s'expliquer par l'évolution (jugée alors comme trop "simple", donc difficile à croire) et nécessite de faire appel à une origine extraordinaire qu'est Dieu.

En espérant vous avoir répondu.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir