Petite histoire fraternelle, blanche et universelle Imprimer
Écrit par Richard Monvoisin   
Vendredi, 13 Juin 2008 00:43

Ou comment un mouvement répertorié comme sectaire parvient à faire condamner une détractrice.


Omraam Mikhail Aivanhov, fondateur de la FBU Fin novembre 2005, un membre de l’Observatoire Zététique (OZ), flânant sur le salon Naturissima, tombe sur un stand qui retient son attention : celui d’une maison d’édition appelée Prosveta. Sur les présentoirs, des titres comme « Les mystères de la lumière », « Boire l’élixir de la vie immortelle » ou encore « Nouvelles lumières sur les Évangiles » s’amoncellent. Après un brin de recherches, l’édition Prosveta, présente depuis dix-neuf ans dans ce Salon finalement peu regardant, se révèle être une excroissance d’un mouvement appelé FBU, ou Fraternité Blanche Universelle.



Un brin d’histoire

La FBU est un mouvement spiritualiste fondé par Peter Konstantinov Deunov en 1922, à Itzev, désormais faubourg de Sofia, en Bulgarie. Celui que ses héritiers appelleront Maître Beinsa Douno revendique l’héritage bogomile, mouvement ésotérico-chrétien d’origine bulgare et considéré par la Chrétienté comme hérétique. Deunov annonce que depuis 1914, l’Humanité est entrée dans l’ère du Verseau, et que la transformation du monde est imminente.
En 1937, un certain Omraam Mikhaïl Aïvanhov arrive en France, se présente comme l’héritier de Deunov, et se dit détenteur d’un savoir sacré et secret. Il lance en 1947 la branche française de la Fraternité Blanche Universelle, montée en association dont le siège, appelé Izgrev, est Sèvres, dans les Hauts-de-Seine. Elle prend d’abord le nom d’École divine, puis de Fraternité Blanche Universelle, en 1960.

La FBU, école initiatique, propose un ésotérisme syncrétique centré sur deux notions : d’abord, une croyance dans la réincarnation et dans le Karma ; un héliocentrisme christique ensuite, le soleil représentant un idéal de perfection où vit le Christ et dans lequel ceux qui suivent l’enseignement d’Aïvanhov peuvent puiser leurs forces. Car Aïvanhov prétend non seulement, comme Deunov, être l’héritier des bogomiles, mais aussi tenir un savoir sacré d'un maître tibétain, ainsi que des connaissances venant de livres « absolument inconnus du commun des mortels, et conservés dans les quatre bibliothèques de l'Univers ». Il aspire à une église ésotérique et mystique inspirée de Saint Jean (et non de Saint Pierre, comme l’Église chrétienne) et se donne pour mission, de préparer la nouvelle civilisation, grâce à la 6ème race qui doit entièrement transformer le monde d'ici la fin du XXe siècle — bien qu’il semble qu’un peu de retard ait été pris [1].
Il n’y aura par contre pas à attendre la fin du XXe pour voir la FBU classée comme mouvement sectaire dans les rapports de la commission d'enquête de l'Assemblée Nationale de 1995 d’abord, de 2006 ensuite [2].

Un « style » politique

Pas question de condamner les croyances des gens, quelles qu’elles soient… sauf lorsque leur caractère est susceptible d’être coercitif et totalitaire, liberticide ou lorsqu’il y a mise en danger d’autrui ou délit d’abus de faiblesse.
Ceux qui, comme nous, ont une attention particulière pour les croyances qui essayent de se légitimer au moyen de notions pseudoscientifiques seront spécialement servis par la FBU. On apprend par exemple que Deunov, dans sa prophétie, annonçait que le grand renouveau se ferait par la « sixième race », la plus évoluée [3]. Pour y parvenir : culte collectif au soleil, jeûne, régime végétarien et frugal, méfiance vis-à-vis de la médecine, amour comme principe guérisseur et pureté des comportements [4].


La galvanoplastie spirituelle

La doctrine de la FBU repose essentiellement sur la notion de « galvanoplastie spirituelle » : sorte d’électrolyse (sic) par laquelle la mère, au moyen des éléments de son corps et de ceux émanant de son esprit, constitue le corps et l’esprit de son enfant. La pureté des actes physiques et mentaux de la mère pendant sa grossesse détermine la qualité de l’organisme et du psychisme du fœtus.
En clair, comme prévient le rapport parlementaire de 2006 sur « Sectes et enfance », le processus de formation physique et intellectuelle du foetus peut être consciemment maîtrisé et orienté vers une finalité idéale : « améliorer l’humanité » [5]. Les bébés ainsi traités se transformeront en êtres de grande qualité, ce qui réduira les coûts médicaux, les besoins en tribunaux et en prisons.
Aïvanhov en vient à écrire, sous couvert de psychologie facile, cette page de pseudoscience sexiste et démiurgique, truffée de concepts scientifiques dévoyés :
« Pendant tout le temps de la gestation, la mère doit veiller à préserver son enfant en créant consciemment autour de lui une atmosphère harmonieuse, car la véritable éducation d’un enfant est celle qui agit sur son subconscient. Les mères ne se rendent pas compte de l’importance de leur mission d’éducatrices. Si l’on veut améliorer l’humanité, il faut commencer par le commencement : instruire les mères des lois de la galvanoplastie et leur donner les meilleures conditions pendant qu’elles portent leur enfant. Une éducation qui commence avant la naissance... Oui, parce que la véritable éducation de l’enfant est d’abord subconsciente. » [6]

En gros, l'imagination de la mère modèlerait l'enfant dans sa forme, car les cellules enregistrent les qualités vibratoires des pensées maternelles. Comment ?
« Le pôle positif, l'anode, c'est l'ensemble des pensées et des sentiments de la mère; le pôle négatif, la cathode, c'est le foetus; dans la cuve galvanoplastique du corps maternel, un mécanisme A (le foetus) présente une affinité sélective pour le mécanisme B (le rôle négatif); les deux, A et B, vont donc coïncider » [7].

Métaphore sans validité qui aura pourtant un certain succès dans les sphères scolaires, en particulier par le truchement de l’OMAEP [8], l’Organisation Mondiale des Associations pour l’Éducation Prénatale. Mouvement philosophico-religieux très influent dans les domaines de la naissance et de la périnatalité, l’OMAEP englobe l'ANEP, Association nationale d'éducation prénatale, elle-même vitrine de la FBU [9]. Elle est parvenue à distiller son discours au grand public à plusieurs reprises [10]: on pourra ainsi lire en juillet 1990 dans la revue Enfants d’abord le rapport d’une bénévole de l’ANEP :
« Notre organisation intervient dans les lycées sur l’importance de la vie fœtale pour préparer les futurs parents. Et puis, il faut signaler aux jeunes filles que chaque rapport sexuel laisse une empreinte. La femme qui va se faire monter - excusez l'expression - par cinq ou six bonshommes d'affilée à quatorze ans en est tachée. On le comprend pour les chiens. Si un chien de race est monté par un chien de race différente, même s'il n'est pas fécond, il n'est plus de pure race. Il y a une imprégnation. Chez l'homme, c'est la même chose... » [11].

Il y a proximité de discours et d’enjeu entre l’OMAEP et les mouvements anti-avortement, comme en témoignent les soutiens et les relais de conférences dans les organes Pro-Vie [12]. Mais une grande part du succès de ces thèses new-ago-ultra-conservatrices revient à Marie-Andrée Bertin, fondatrice de l'ANEP, qui selon Charlie Hebdo [13] utilise son ancien titre de l'Association générale des instituteurs d'écoles maternelles pour présenter l’ « éducation prénatale » sauce galvanoplastique dans des conférences organisées dans les milieux scolaires, en plus de ses présentations dans les cours de yoga tenus par des membres FBU.
Aussi paradoxal que cela puisse paraître, l’OMAEP est depuis 2005 recensée dans la liste des organisations non gouvernementales consultatives de l’ECOSOC, le Conseil économique et social des Nations Unies[14]. L’OMAEP a par ailleurs tenu tribune et stands au Forum Social Européen à Ivry-sur-Seine [15] , le 13 novembre 2003, ainsi qu’à Bobigny — ce qui avait valu à l’Alliance Francophone pour l'Accouchement Respecté (AFAR) [16] cet appel déchirant :
« Nous appelons toutes les associations et individus libres et responsables à se mobiliser contre cette infiltration du courant altermondialiste par un discours visant à endormir tout esprit critique pour perpétuer des idéologies rétrogrades sur le rôle social des femmes, la maternité et la sexualité en général »[17].

Certes, un nouveau monde est possible. Mais souhaitons-nous vraiment le même monde que la FBU ?


Média

La tâche de l’Observatoire Zététique étant notamment d’informer sur les contenus pseudo-scientifiques des théories de ce type et des aliénations qui peuvent en découler, l’association grenobloise contacte le salon Naturissima, et l’informe de la présence dans ses stands de la FBU dont le caractère problématique est largement référencé [18]. Puis l’OZ communique l’information à la presse locale. Les choses s’enchaînent alors très vite.

30 novembre 2005, l’édition Alpes du 19-20 de France 3 titre « À Grenoble, un stand du salon Naturissima montré du doigt avec suspicion de dérive sectaire ». Le journaliste présente le stand, puis précise qu’effectivement, ces ouvrages sont tous signés Mikhaïl Aïvanhov, fondateur et maître de la FBU. À la question de savoir s’il s’agit d’une secte ou non, le micro est tendu à Isabelle F., salariée de l’ADFI2SI (Association de Défense de la Famille et de l’Individu Deux Savoie – Isère), principale association d’aide aux victimes des dérives sectaires. Isabelle précise alors que les livres sont bien ceux du « Gourou Aïvanhov », et que la FBU est effectivement épinglée dans divers rapports parlementaires (cf. note 2).


La technique de la roucoulette

Le procès en diffamation est une technique classique dans le milieu du combat anti-secte. Une grosse machine financière comme la FBU n’ayant aucune crainte à porter l’extrait vidéo de France 3 devant la justice puis à porter plainte. Objectif double : intimider les journalistes, et asphyxier les associations de victimes, au budget réduit, et peu soutenues par un gouvernement qui, de toute façon, multiplie les déclarations sur une laïcité « assouplie ».

Alors ? La FBU porte plainte. Contre la Société France Télévision, contre Patrick de Carolis, son président, et contre Isabelle F. pour complicité. L’école initiatique se dote d’un avocat brillant, Jean-François Jésus, qui n’est pas un débutant – il a été avocat de la société Microsoft – et a déjà défendu la FBU en 2005 (face au mensuel Lolie[19]). En face Isabelle F. ferraille comme elle peut, forte de ses années d’aide aux victimes des sectes. Mais ce sera insuffisant. Isabelle, De Carolis et France 3 sont condamnés. Appel. Rendu de justice mai 2008. Confirmation de la condamnation. Isabelle, soutenue par son association ADFI2SI au petit budget, va devoir verser 1000 € d’amende, 1000 € de dommages et intérêts et 1500 € à la FBU, en plus des frais de défense — coût total : 6 600 €.

Quelle que soit la maladresse du reportage en question, une telle condamnation plombe sévèrement le moral, l’assise et les finances des associations soutenant les victimes de dérives sectaires. Elle peut également dissuader les médias de traiter sans complaisance la question des sectes. Il nous est difficile de rester stoïques face à ce rendu de justice.

NOUS AVIONS LANCE UN APPEL A SOUTIEN A ISABELLE F. ET A L'ADFI2SI.
POUR DES RAISONS INTERNES, L'ADFI2SI NE SOUHAITE PAS/PLUS ETRE SOUTENUE.
L'APPEL N'EXISTE DONC PLUS.
AVEC TOUTES NOS EXCUSES.
L'OZ








[1] Pour écouter un extrait de conférence de O. M. Aïvanhov, http://www.fbu.org/omreal.ram
[2] Les rapports sont accessibles ici : http://www.assemblee-nationale.fr/rap-enq/r2468.asp et http://www.assemblee-nationale.fr/dossiers/sectes/sommaire.asp
[3] La Sixième Race, dixit Deunov, Deunov P., La sixième race, éd. Grain de blé, 1968. La notion de sixième « race-racine » provient de l’ouvrage de Helena Blavatsky « La doctrine secrète », pierre angulaire des débuts de la Société théosophique. Racisme ou racialisme ? Selon Marhic et KerLidou, Omraam Aïvanhov, le continuateur en France aurait frayé avec la Gestapo. In Marhic R., Kerlidou A., Sectes et mouvements initiatiques en Bretagne, Terre de brume, 1996.
[4] D’autres témoignages sont disponibles ici : « Fraternité glauque universelle »,
http://groups.google.ca/group/fr.soc.sectes/msg/39acef9b0e12f24a
La Chambre des Députés Belge rapporte que l’une des portes d’entrée de la FBU seraient les élixirs Floraux de Bach. In Commission d'enquête parlementaire belge sur les pratiques illégales des sectes – Éléments d'information fournis lors des auditions à huis clos : Fraternité Blanche Universelle, 28 mars 1997.
[5] Fenech G., Vuilque P., Rapport N°3507, Commission d’enquête relative à l'influence des mouvements à caractère sectaire et aux conséquences de leurs pratiques sur la santé physique et mentale des mineurs, novembre 2006. http://www.assembleenationale.fr/12/rap-enq/r3507.asp
[6] Aïvanhov O.M., Une éducation qui commence avant la naissance, Prosveta, 2003 http://www.prosveta.ch/izvor1_f.html
[7] Et Mme Bertin d’invoquer le mécanisme « profond » : les images mentales se transmettraient au fœtus par l’eau selon la théorie de l’eau-cristal de Masaru Emoto — président du Project of Love and Thanks to Water. In Bertin M-A., La prévention la plus fondamentale, l’éducation prénatale créatrice, journée " Pédiatrie " du Centre d'Études Homéopathiques de France, Paris, 12 janvier 2002. On lira avec profit http://www.anti-scientologie.ch/huckel-new-age.htm
[8] Les associations membres sont recensées ici : http://www.omaep.com/adresses/adr.htm
[9] La FBU a ou a eu d’autres vitrines. Pensons à la société Nature and Life, née en 1998 de la fusion des laboratoires Aqualab, qui fabrique et commercialise du « plasma marin isotonique », et Phytosun’s Aroms, spécialisé dans la recherche, l’élaboration et la commercialisation d’huiles essentielles et de dérivés d’extraits de végétaux. In Rapport parlementaire N°1687, 2006, p 123. Autre exemple de la même source : « Danièle Kieffer, une des responsables de la secte, a fondé l’association Cenatho (Collège Européen de Naturopathie Traditionnelle Holistique) immatriculée comme organisme de formation depuis 1990 » (ibid., p150).
[10] Voir le dossier Infiltration de mouvements religieux dans le milieu naissance-périnatalité
http://sante-autonome.info/society/religion/omaep/infiltration.htm
[11] Enfants d'abord Nº 143, juillet-août 1990, cité par Mahric & Besnier, Le New Age, son histoire, ses pratiques, ses arnaques, Castor Astral, 1999.
[12] Exemple de TransVie-mag, N°107, 10 sept. 1997, p. 8.
http://www.transvie.com/Documents/Tmag/T107.pdf
[13] Pasquini X., Objectif Fœtus, Charlie Hebdo, 1er avril 1998, résumé
http://sante-autonome.info/society/religion/omaep/infiltration.htm
[14] La liste des associations consultatives de l’ECOSOC est ici : http://esa.un.org/coordination/ngo/new/INF2007.pdf (la FBU est p. 54).
[15] Voir ici : http://www.fse-esf.org/spip.php?page=memoireart&id_article=441
[16] AFAR http://afar.naissance.asso.fr/
[17] Sectes contre citoyenneté : 2 à 0 au FSE !, tract diffusé lors du Forum Social Européen, 2003.
http://sante-autonome.info/society/religion/omaep/tractOMAEP.htm
[18] Pour un aperçu http://prevensectes.com/fbu2.htm
[19]AFP, 8 février 2005. Voir le site Prevensectes, http://prevensectes.com/rev0502.htm