01:02:03, 04/05/06 Imprimer
Écrit par Nicolas Vivant   
Dimanche, 30 Avril 2006 18:30

123456La nouvelle a fait le tour du monde... le 4 mai 2006[1] à 1 heure 2 minutes et 3 secondes, les horloges indiqueront 01:02:03, 04/05/06 et cela ne se reproduira pas avant 100 ans ! C'est une dépèche de Seth Borenstein, de l'« Associated Press », qui, reprise par tout ce que le net compte de blogs, de forums et de sites d'information, aurait lancé ce déferlement d'annonces ébahies... et la numérologie est mise à contribution, comme de bien entendu.

...et alors quoi ? Le 3 avril 2005 à 0 heure, 1 minutes et 2 secondes nous avons obtenu un superbe 00:01:02, 03/04/05 et personne, ou presque, n'en a parlé. Le 1er janvier 2001 à 1 heure 1 minute et 1 seconde il était 01:01:01, 01/01/01 et tout le monde s'en foutait royalement (on avait pas eu le temps de cuver, faut dire). Le 2 février de l'année suivante : 02:02:02, 02/02/02. Je vous passe les 04:20:04, 20/04/2004 parce que je sens que je vais lasser.

En fait, c'est à se demander s'il y a une seule année ou, en cherchant bien et en présentant les chiffres de telle façon que la séquence paraisse extraordinaire, on obtient pas un truc que tout le monde trouverait bizarre, amusant, insolite, ...

Au jour et à l'heure ou j'écris ces lignes, ma pendule indique 23:29:28, 30/04/06. Je ne sais pas si vous vous rendez compte, mais cela ne se reproduira pas avant 100 ans ! Qu'est-ce qui explique que personne ne trouve cela extraordinaire ? Quelle est cette tendance que nous avons tous (et je n'échappe pas à la règle, évidemment) à trouver de l'extraordinaire dans des choses aussi banales ?

On peut trouver des éléments de réponse dans cet article du site charlatans.info : « Les coïncidences sont des évènements omniprésents dans notre vie. Certaines semblent insignifiantes comme distribuer un flush au poker, mais d'autres attirent vraiment notre attention : penser à un ami qu'on a pas vu depuis plusieurs années et qui vous appelle juste à ce moment ou peu de temps après. Ce que ces événements ont en commun est ce désir que l'on a de vouloir toujours ardemment les expliquer, comme s'il y avait une raison spéciale faisant qu'ils se sont produits tels qu'ils sont arrivés. [...] Bertrand Russel a une réflexion similaire pour expliciter ce rapport aux probabilités, en l'illustrant par les numéros de plaques d'immatriculation des voitures. La probabilité de rencontrer un numéro particulier préalablement déterminé est identique à celle de nombreux miracles, pourtant il est tout a fait possible de le rencontrer. En fait, n'importe quel numéro (dès lors qu'il est constitué des mêmes éléments, numéros et lettres) à cette même probabilité, mais le fait de ne pas l'avoir calculé au préalable ne lui donne aucune consistance. Faire un 421 aux dés nous surprend, faire un 666 aussi, mais sortir 154 ne nous étonne guère, bien que la probabilité de l'obtenir soit tout à fait identique. [...] Notre capacité à détecter les coïncidences a été finement aiguisée, à travers les âges, par la sélection naturelle. Etre en mesure de faire des corrélations significatives entre des événements ajoute un avantage certain pour la survie d'une espèce. Il est possible ensuite de spéculer sur le fait que l'homme soit "programmé" pour chercher partout des modèles et des rapports. La culture moderne cependant, avec ses myriades de "connexions" et d'individus, active ces capacités à chaque occasion, nous poussant continuellement à avancer des explications ou à invoquer des forces étranges qui n'existent pas, là où il n'y en a pas besoin. »

Henri Broch aime à le répéter : le bizarre est probable... il en a même fait l'une des nombreuses facettes de la zététique. L'Observatoire Zététique l'a intégré dans son document « Mener une enquête au sein de l'OZ » et il suffit de faire une recherche sur Google pour se rendre compte que l'expression a été reprise par beaucoup de ceux qui s'intéressent à la zététique. Pour autant, plusieurs de nos membres ont relayé cette information à grand renfort de superlatifs (« information importante », « dingue », etc.).

Alors, bizarres les zététiciens ? C'est probable. Mais humains, c'est certain :)


[1] Pour être tout à fait précis, la dépèche fait référence au 5 avril 2006, que nos amis américains écrivent « 04/05/06 ». Le journaliste fait néanmoins remarquer que « pour la plus grande partie de la planète, et notamment en Europe, cet étrange alignement de chiffres ne se produira réellement que le mois prochain. Cela est du au fait que plusieurs pays mettent d'abord le chiffre du jour, puis le chiffre du mois. Donc dans beaucoup d'endroits, 01-02-03-04-05-06 se produira le 4 mai à 01h02 le matin. »